Les incroyables bienfaits nutritionnels d’une micro-algue : la spiruline…

Un super aliment, cultivé maintenant dans de bonnes conditions et, sans pesticides. À acheter en France, le séchage à basse température sur claies permet de préserver le goût et les nutriments de la spiruline, quand les productions industrielles en Asie ou aux Etats-Unis emploient majoritairement un séchage par atomisation à haute température.

Grande alliée des sportifs et des végétariens, la spiruline conquiert un public sans cesse plus large. Exceptionnellement riche en protéines et autres nutriments, la spiruline offre de nombreux bienfaits pour la santé. “Que ton aliment soit ta seule médecine”, disait Hippocrate… Un adage qui semble approprié pour décrire les vertus de ce superaliment encore inégalé.

La spiruline : une micro-algue aux origines ancestrales

Parmi environ 1 500 espèces d’algues bleues qui peuplent nos océans, 36 sont comestibles. La principale espèce utilisée pour fabriquer des compléments alimentaires est l’Arthrospira platensis, parfois appelée à tort Spirulina platensis.

La spiruline – ainsi nommée en raison de sa forme spiralée caractéristique – est une micro-algue bactérienne d’un dixième de millimètre, identifiable par sa couleur bleu-vert. Cette espèce appartient au phytoplancton, ensemble des végétaux marins microscopiques, invisibles à l’oeil nu, que l’on retrouve dans les océans.

L’histoire de la spiruline remonte à l’origine de la vie sur terre. Apparue il y a plus de trois milliards d’années, la spiruline est l’un des premiers micro-organismes au monde à avoir réalisé la photosynthèse, grâce à la chlorophylle qu’elle a la capacité de produire. Elle se développe dans les eaux chaudes, riches en nutriments et peu profondes des zones tropicales et semi-­tropicales, là où la luminosité est importante.

Aujourd’hui cultivée et commercialisée dans le monde entier en tant que complément alimentaire, la spiruline était déjà consommée par les Aztèques au XIe siècle qui la cultivait dans les lagunes saumâtres sur lesquelles s’est bâtie la grande cité de Tenochtitlán.

La spiruline : un superaliment unique

La spiruline contient des éléments hautement biodisponibles – c’est à dire aisément assimilables par l’organisme, sans perte au cours de la digestion.

Riche en protéines végétales complètes, en acides aminés et acides gras Oméga 6 essentiels, en minéraux, en oligo-éléments et en vitamines, elle constitue un superaliment ou alicament[1] extrêmement riche en nutriments.

D’après la base de données du département de l’Agriculture des États-Unis (USDA), qui fait référence, 100 g de spiruline apportent en moyenne :

Nutriment Quantité pour 100 g Remarques
Protéines 57,5 g
Fibres 3,6 g
Calcium 120 mg
Fer 28,5 mg 1,2 mg dans la viande rouge
Calcium 120 mg 125 mg dans le lait
Magnésium 195 mg
Phosphore 118 mg
Potassium 1363 mg
Sodium 1048 mg
Zinc 2 mg
Vitamine C 10 g
Vitamine A 29 µg
Vitamine K 25,5 µg
Vitamine E 5 mg
Vitamine B1 2,38 mg
Vitamine B2 3,67 mg
Vitamine B3 12,82 mg
Vitamine B6 0,36 mg
Vitamine B12 de 0,08 mg à 0,30 mg Apport faible et controversé, source non USDA

La spiruline contient également de la SOD (superoxyde dismutase) : c’est un des plus puissants antioxydants connus et utilisés dans la lutte contre les maladies virales, au premier chef l’hépatite C. La spiruline, n’ayant pas de membrane cellulosique, sa SOD est parfaitement assimilée par notre organisme contrairement aux SOD d’origine strictement végétale.

La spiruline : des propriétés nutritionnelles étonnantes

En 2008, une étude de Current Pharmaceutical Biotechnology – journal de référence en biotechnologies – a décrit cette petite algue bactérienne comme “la source la plus riche et la plus complète de nutrition dans la nature”.
Elle est reconnue par de nombreux organismes internationaux (FAO, OMS, UNESCO, FDA) comme “l’aliment de santé supérieur du 21e siècle” ou encore comme un “supplément nutritionnel de premier ordre”.

Antioxydant, antiviral, anticancéreux, anti-inflammatoire, antiallergique, antidiabétique… La spiruline comporte de nombreuses propriétés :

  • Son pigment bleu, la phycocyanine , que l’on ne retrouve dans aucun autre aliment, lui confère des propriétés immunostimulantes, antioxydantes et détoxifiantes (elle élimine du corps les métaux lourds).
  • Elle contient de la superoxyde dismutase, une enzyme qui détruit les radicaux libres responsables du vieillissement cellulaire.
  • Elle est un des rares aliments (avec le lait maternel et l’huile de bourrache) à détenir de l’acide di-homo gamma linolénique ( un acide gras essentiel Oméga 6 ) important dans l’équilibre immunitaire.
  • La spiruline contient également des glucides spécifiques : les polysaccharides qui composent l’enveloppe de la spiruline, dont l’activité immunostimulante a été prouvée.
  • Sa richesse en tryptophane lui confère un effet coupe-faim, idéal dans le cadre d’un régime alimentaire.

La spiruline : une plante économe en eau et en espace de culture

La production de spiruline ne nécessite ni traitement, ni cuisson et n’entraîne aucune pollution. Aujourd’hui, elle se cultive artificiellement dans des bassins sous serre qui nécessitent chaleur, ombrage et systèmes d’agitation (pour ne prendre de coup de soleil) par roues à aubes ou par pompes, mais aussi une eau alcaline et légèrement salée.

Même avec ces contraintes, la spiruline possède un pouvoir nutritif par mètre carré largement supérieur à n’importe quel autre aliment. Elle se cultive sans aucun pesticide.

Compte tenu de sa forte productivité naturelle, la spiruline nécessite peu d’espace de culture : 30 fois moins de surface que le soja, 40 fois moins que le maïs et 300 fois moins que la viande de boeuf !

La spiruline présente également l’avantage de diminuer drastiquement la consommation d’eau douce liée à la culture des plantes fourragères et à l’hydratation du bétail. Elle nécessite beaucoup moins d’eau par kg de protéine que tout autre aliment :

  • 3 fois moins que pour le soja,
  • 6 fois moins que pour le maïs,
  • 50 fois moins que pour la viande de bœuf.

La production de spiruline est également la moins coûteuse en énergie (énergie solaire et énergie apportée). Le rendement énergétique (énergie produite en kg / énergie consommée par kg) est :

  • 5 fois supérieur à celui du soja,
  • 2 fois à celui du maïs et
  • 150 fois à celui de la viande de bœuf.

Comment consommer la spiruline ?
Une consommation quotidienne de spiruline pour une efficacité maximale
Il est possible de consommer la spiruline en cure d’1 à 3 mois, ou encore tout au long de l’année. En moyenne, on recommande une dose journalière d’une cuillère à café bombée, soit environ 3 grammes de spiruline.

Ainsi, un sachet de 100g de spiruline -d’un coût de 15 euros environ- convient pour environ 1 mois de consommation.

Les 5 premiers jours de cure, pensez à prendre une demi-cuillère à café seulement par jour, afin de laisser le temps au corps de s’adapter aux effets de la spiruline. Une consommation importante et brutale peut en effet être responsable de migraines et de troubles digestifs.

Pour les comprimés, consommer trois comprimés par jour pendant les cinq premiers jours, puis six à dix comprimés par jour.

L’absorption de la spiruline est triplée lorsqu’on l’associe à de la Vitamine C. Par conséquent, il est conseillé d’accompagner votre consommation quotidienne de spiruline d’un fruit ou d’un jus de fruits frais, afin d’améliorer la fixation du fer.

Son goût nature n’étant pas très agréable, il est préférable de consommer la spiruline en accompagnement d’autres aliments: fruits frais, légumes, féculents…

Disponible en poudre ou en paillettes, il est possible d’avaler la spiruline sans la mâcher, ou encore de la mélanger aux yaourts, salades, soupes et pâtes. A noter qu’il est préférable de ne pas la faire cuire afin de conserver toutes ses propriétés nutritives.

Dans le cadre d’une utilisation régulière, vous devriez constater des résultats après une à trois semaines de cure.

La spiruline : un complément intéressant pour l’alimentation des sportifs

Véritable concentré d’énergie, la spiruline complète efficacement l’alimentation des sportifs. Sa teneur élevée en protéines, notamment en acides aminés essentiels, favorise la régénération des fibres qui forment les muscles et les tendons. “La spiruline favorise aussi l’accroissement de la masse musculaire au détriment des graisses lorsque sa consommation est accompagnée d’activités physiques adaptées”, explique Martin Petitjean, producteur de spiruline « Spiruline de la côte bleue » à Marseille.

Elle a également pour effet de désacidifier l’organisme et de recycler l’acide lactique à l’origine des crampes et courbatures. Elle permet ainsi une amélioration de la résistance à l’effort et de la récupération musculaire.

La phycocyanine, pigment bleu spécifique de la spiruline, a également la propriété d’augmenter le nombre de globules rouges dans le sang, ce qui améliore l’oxygénation (VO2 max) et donc la résistance à l’effort.

La spiruline : un substitut à la viande pour les végétariens

Avec sa haute teneur en protéines végétales complètes (entre 56 et 70% du poids sec suivant les variétés), la spiruline présente un contenu nutritionnel exceptionnel, encore inégalé dans les règnes végétal et animal.
En effet, l’algue bleue comporte en effet 3 fois plus de protéines que la viande de boeuf, et 2 fois plus que le soja. On y trouve les 8 acides aminés de base, avec des apports importants en lysine, tryptophane et méthionine ; ceux-ci étant insuffisants dans les céréales et les légumineuses.

A ce titre, la spiruline est un partenaire idéal dans l’alimentation du végétarien.

Acheter de la spiruline en France

Nous vous conseillons de vous fournir auprès de petite fermes artisanales comme la Spiruline de la Côte bleue. La spiruline y est produite avec soin sur des petites fermes françaises à taille humaine. Le séchage à basse température sur claies permet de préserver le gout et les nutriments de la spiruline, quand les productions industrielles en Asie ou aux Etats-Unis emploient majoritairement un séchage par atomisation à haute température.

Quid de la spiruline bio ?

De nombreux sites marchands proposent des spirulines de provenance et de qualité très diverses. Comment bien choisir sa spiruline ? La spiruline bio existe t-elle ?

Petit rappel sur le bio

…/…

Lire la suite

Auteur Diane Mellot pour Notre-Planète-Info

Voir aussi:

En seulement 30 ans, plus de 420 millions d’oiseaux en Europe ont disparu

Les végétariens manquent de protéines ? Les incroyables révélations d’Augustine la protéine

Quel est le meilleur mode de cuisson pour les aliments et pour notre santé ?

10 commentaires

  • Graine de piaf

    Attention ! il y a spiruline et spiruline ! maintenant comme c’est rentable financièrement, beaucoup de monde se lance dans cette culture, Or, même si elle est bio, même si elle est bien menée, rien ne remplacera les vertus de celle qui pousse sous son climat initial.
    Elle pousse naturellement dans des lacs proches de l’équateur, en Inde, au Tchad, et au Mexique où les populations locales la consomment régulièrement.

    Et faites très attention à celle-ci !
    https://gourmet-spiruline.fr/histoires-algues/spiruline-generique-danger.html

  • Un peu de pub pour des gens de mon village.

    C’est cher mais bon, le made in france certifié adossé à de l’humanitaire..
    http://www.lechantdeleau.fr/

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

  • L’ortie, c’est aussi bon pour la santé, aussi riche en vitamines, minéraux et protéines. En plus c’est absolument gratuit et bien meilleur au goût.

  • Graine de piaf

    La spiruline que j’utilise depuis des années par périodes, est cultivée en Équateur à 2500 mètres d’altitude. C’est la marque Fla*ment Vert.

    @ Laurence pour ce genre de produit il ne faut pas regarder le prix mais la qualité et encore une fois sa provenance.

    Ce n’est pas un complément alimentaire pour nous qui ne manquons de rien, mais un aliment qui peut remplacer la viande pour les végétariens et végétaliens.

    • J’aimerais, vraiment, ne pas devoir regarder le prix mais parfois on n’a pas le choix surtout de nos jours et avec une grande famille. Donc, j’ai posté mon info pour les gens qui comme moi doivent faire attention mais sont néanmoins soucieux de la qualité.http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif
      Et, pour ma part je privilégie le local pour aider les petits producteurs régionaux mais aussi parce que je me dis qu’après un si long voyage la qualité de la spiruline peut être altérée. De plus, les produits qui parcourent de longues distances sont souvent irradiés mais ce n’est peut-être pas le cas pour Flament vert.
      Belle soirée Graine de piaf

  • Graine de piaf

    oui, je te comprends tout à fait, et je suis pour le local sauf… si le produit n’a rien de local malgré sa culture à proximité !

    La qualité n’est pas altérée et la spiruline ne reçoit aucune radiation. Elle bénéficie toute l’année d’un climat chaud et ensoleillé conforme à son biotope naturel.
    Elle est produite dans une mince lame d’eau qui s’écoule en pente douce. Cette dynamique permanente de l’eau favorise une photosynthèse régulière et une croissance homogène. Après récolte et filtration, elle est séchée selon une technique douce qui préserve l’intégrité de ses cellules.
    Achetée sur le Net directement à la marque productrice elle est beaucoup moins chère qu’en magasin bio.
    Bon, moi ce que j’en dis… je ne reçois pas de dividendes de la marque ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

    Douce soirée à toi Laurence

  • Eretol

    Il y a aussi une information concernant la spiruline que je n’ai encore jamais vu dans les articles du blog ni dans les commentaires.

    La spiruline est un chélateur, comme la Chlorella. Le DMPS, DMSA et EDTA en sont des artificielles. Le fait qu’elle soit un chélateur veut dire qu’elle chélatera (piégera) les métaux et minéraux de votre corps pour les extraire par les urines. Alors oui, la spiruline contient beaucoup de minéraux, mais si c’est pour les pisser en fin de course, voir même en extraire encore plus du corps que l’apport d’origine, ça ne vaut pas le coup.
    De plus, elle peut être plus néfaste selon l’état de votre corps sur le plan nutritionnel et de son intoxication. En effet, beaucoup de parents donnent des chélateurs à leur enfant autiste afin d’extraire les métaux lourds et en particulier, le mercure. Il faut savoir que le mercure est lipophile et se stock dans les graisses, et chaque membrane cellulaire est faite de graisses.

    Lorsque les parents vont donner un chélateur à leur enfant, ce dernier va montrer un effet positif dans les premiers jours/semaines puis son état va empirer, au-delà de son état avant la prise du chélateur.
    Au niveau de son métabolisme, le chélateur a déplacé le mercure sans pour autant réussir à en extraire beaucoup. Le mercure avait fait des dégâts là où il s’était fixé lors de l’intoxication, puis il en fera de nouveau là où il aura été déplacé.
    C’est comme avoir joué à la roulette Russe car les dégâts de l’intoxication (vaccination avec thimerosal, intoxication aux amalgames mercuriels, etc.) ayant fortement contribué à la maladie/syndrome autistique, ils vont se faire de nouveau mais sur les nouvelles positions où le mercure se sera fixé, avec les risques incontrôlés qui se feront.
    Aussi, les reins subissent des dégâts et inflammation (néphrite) car une petite quantité peut en être extrait, mais à quel prix ? Enfin, les minéraux chélatés abaisseront le système immunitaire de l’enfant. Tout cela fera qu’après une brève période d’amélioration de la vie de l’enfant autiste, il retombera de plus belle dans sa souffrance incomprise.

    Alors quand je dis qu’il faut s’en méfier, c’est surtout par rapport à l’état d’intoxication du corps au niveau mercuriel. Il peut y avoir du mercure dans le collyre pour les yeux (pour son effet antiseptique), dans les poissons gras (justement parce que le mercure est lipophile), dans le ciment (d’où l’irritation des voies respiratoire quand on le manipule sans masque), un peu dans la plupart des eaux de javel, mais ne vous inquiétez pas il n’y en a plus dans les thermomètres et plus de mercurochrome…
    Le système prend tellement soin de nous et au pire, il prend ses responsabilités en cas de crise sanitaire. C’est ironique mais vous aurez été prévenu.

  • thierrys7

    J’en prends depuis pas mal de temps maintenant et je dois dire que j’ai meilleure mine en plus d’un meilleur état de forme Par contre je recommande d’opter pour de la spiruline naturelle, pas forcément faite sous serre avec un éclairage artificiel, plutôt une spiruline qui provient d’un lac. En ce qui concerne ses bienfaits, c’est tout simplement un complément miraculeux! https://www.naturaforce.com/bienfaits-complements/spiruline-naturelle/
    Sans oublier qu’elle est aussi utilisée dans certains pays pour lutter contre la faim. La chlorella ne présente pas quoi qu’on puisse dire autant de bénéfices que cette algue.. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif