Campagne pestilentielle, ne votez pas pour ceux qui ont un casier !……

Nous avons plein de questions sur cette campagne pestilentielle où, nous avons la certitude que l’on nous manipule de la plus belle des manières. Ils ne le cachent même plus, bien aidés par les chiens de garde Voir ICI ICI (merci Blueman). Mouton Grain a posé une question fort judicieuse, à propos d’A. Jupé réapparu sur la liste des présidentiables comme par magie ICI, alors qu’il a été éliminé à la primaire, surtout que,  Le/la candidat-e doit faire savoir par écrit au Conseil constitutionnel qu’il a bien la volonté de concourir à l’élection présidentielle » VOIR ICI. À moins qu’il l’ait fait et, que le conseil constitutionnel, garant de nos lois, n’ait pas jugé utile d’en aviser, la France d’en bas, où un nouveau mensonge genre lettre antidatée fera foi. (Merci Veriship). Il a bien dit « qu’il ne serait pas le plan B » des LR ! Qui peut nous expliquer ce « miracle » ? F.Fillon fait de la résistance et s’accroche malgré les « affaires » et Anne Hidalgo maire de Paris, lui demande de renoncer au rassemblement devant avoir lieu aujourd’hui au Trocadéro. Ça schlingue de plus en plus, ce sont les mots vérité, liberté, morale, valeurs, justice, démocratie, tout ce qui a disparu de notre pays, qui piquent les yeux.

On pourrait leur mettre en opposition, népotisme, escrocs, profiteurs, électoralistes,  voyous, menteurs, corporatistes, manipulateurs, corrompus, traîtres etc… Qui croit encore en cette mafia, qui s’accroche au pouvoir, comme des morpions ?  Ce sont nos bulletins, qui légitiment leurs méfaits et vu comment cela se passe, nous n’avons pas encore tout vu. Vous avez envie d’en prendre encore pour cinq ans, laisser détruire ce qu’il reste de notre pays ? La mafia est au pouvoir depuis des décennies et, on a vu sa capacité de nuisance.  Médiapart dénonce lui aussi, le scandale sur la parution des parrainages de maires.

François Fillon a appelé ceux qui le soutiennent encore à se réunir dimanche à Paris, place du Trocadéro. Il apparaît que ce rassemblement n’a d’autre but que de manifester leur opposition aux magistrats, aux services de police et aux journalistes qui participent depuis plusieurs semaines, chacun à leur niveau et dans leur rôle, à faire éclater la vérité.Notre attachement à la liberté nous impose de dénoncer cette manifestation comme un acte grave de faillite morale et politique, contraire à nos valeurs, qui ne devrait pas avoir droit de cité à Paris.

Paris, notre capitale, a fondé son Histoire sur la recherche permanente de justice et de démocratie. Ses habitants n’ont jamais hésité, par les urnes, par les manifestations, parfois même par l’insurrection et les barricades, à proclamer la République, à défendre nos institutions et à s’opposer à toute remise en cause des contre-pouvoirs.

Paris est connue et respectée dans le monde entier pour cela. Et voilà que certains voudraient aujourd’hui marcher sur le parvis des Droits de l’Homme pour y tenir un discours profondément démagogique et délétère, remettant en cause les institutions républicaines et la séparation des pouvoirs.

En tant que Maire de Paris, je demande à François Fillon de retrouver la dignité et le sens des responsabilités qu’un grand nombre de Français lui ont prêtés lors de la primaire, en renonçant à organiser cette manifestation qui met en danger les principes républicains que nous avons en partage. VOIR

Puisque vous avez été diserts, j’ai relevé un petit commentaire désabusé de Sametonne. Merci

Notre Répuefric.

Pardon ami(e)s Africains. Quand on m’a présenté votre pays comme étant une république bananière, j’ai rigolé.
Je n’avais pas remarqué comment fonctionnait la notre.

Pardon ami(e)s Syriens et Nord-Coréens quand on m’a présenté vos dirigeants élus de pères en fils comme des dictateurs, j’ai rigolé.
Je n’avais pas remarqué que chez nous ne peuvent se présenter que ceux qui ont des « parrains » et ne peuvent s’exprimer que ceux qui sont dans le courant de la presse tenue par des milliardaires assez dévoués pour représenter le monde d’en bas, à expliquer que nos salaires sont trop élevés sans faire le parallèle avec le coût de la vie, à expliquer que l’état providence ne peut plus durer sans regarder les subventions qu’ils touchent, à nous parler du problème de redistribution sans nous parler du problème d’acquisition.

Pardon ami(e)s Américains. Quand on m’a parlé de votre nouveau Président Donald, j’ai rigolé.
Je n’avais pas respecté votre choix sans remarquer ô combien il était difficile de choisir parmi les candidats dans notre Mickey Land.

Pardon ami(e)s moutons quand vous avez suggéré de regarder Idiocraty, j’ai rigolé et j’ai compris par la suite que ce n’était même plus de la science fiction.

Notez que la définition de rigoler c’est rire bêtement.

Alors maintenant après avoir bien rigolé toutes ces années à regarder la paille qu’on me montrait dans l’œil des autres je regarde la poutre dans l’œil de mon pays, et je pleure.

5 commentaires