Pour la Cour des comptes, la France va devoir se serrer (gravement) la ceinture….

Ce sont plutôt les con-tribuables qui vont devoir se serrer la ceinture. La réduction des blablateurs à l’assemblée nationale et autres économiserait les salaires et privilèges de ces messieurs, la polémique sur les frais de bouche de certains mis en exergue il y a peu, les subventions à coup de millions aux médias et autres associations (2015). Les grands projets inutiles. etc… Mettre une ménagère habituée à gérer le budget de la famille au gouvernement, elle ne fera pas pire que ces oligarques qui serrent la vis aux plus pauvres et s’excluent des comptes, en espérant les redresser à coups de taxes et d’impôts. Ils ont confondu servir et SE servir..

AUSTERITE Le prochain gouvernement devra réaliser « des efforts d’une ampleur inédite sur les dépenses », affirme la Cour des comptes…

Après la rigueur, place à l’austérité ? Si l’on en croit la Cour des comptes, le prochain exécutif ne pourra plus se contenter de freiner la hausse des dépenses publiques : il va devoir la stopper entièrement voire réaliser des coupes franches.

C’est en tout cas ce qu’affirment les magistrats de la rue Cambon dans leur rapport annuel publié ce mercredi.

Quel est le problème ?

Il est toujours le même, à savoir : la France doit réduire son déficit public. Ce qu’elle fait depuis 2010, mais à un rythme trop lent. Elle aurait dû faire passer ce déficit sous la barre des 3 % dès 2013, mais elle devrait y parvenir seulement cette année. Et encore, la Cour des comptes a des doutes sur l’atteinte de cet objectif… Mais là n’est pas le problème majeur. Car même quand le déficit public sera passé sous la barre des 3 %, la France devra continuer à le réduire – sa dette étant toujours bien trop élevée (elle représente plus de 97 % de son PIB, alors qu’elle ne devrait pas, selon les critères de Maastricht, dépasser les 60 %). La France s’est donc engagée auprès de ses partenaires européens à réduire ce déficit entre 2018 et 2020 (pour ceux qui veulent des chiffres : de 0,7 point de PIB par an en moyenne).

Et alors, qu’est-ce que cela signifie ? 

Que la France doit (nettement) réduire ses dépenses publiques. Rien de neuf sous le soleil, pensez-vous ? Ben si. Car pour l’instant, la France n’a jamais réduit ses dépenses. Elle a « seulement » ralenti leur hausse. La dépense publique a en effet progressé de :

  • +2,3 % par an entre 2000 et 2009
  • +0,9 % par an entre 2010 et 2016

Pour respecter ses engagements, la France devrait donc limiter la hausse à… zéro entre 2018 et 2020. Ce qui serait déjà un effort inédit en soi. C’est le projet vendu par l’actuel gouvernement à Bruxelles. Mais pour la Cour des comptes, le compte n’y est pas : elle estime que la France ne devra pas seulement stopper la hausse des dépenses, mais couper dans celles-ci.

Quelles sont les craintes de la Cour des comptes ?

En résumé, elle ne croit pas aux calculs du gouvernement. Pour trois raisons :

  • Primo : Une croissance trop optimiste

Pour l’actuel exécutif, la croissance va progresser à nouveau chaque année jusqu’à atteindre +2 % en 2020. Un tel niveau permettrait mécaniquement d’augmenter les recettes – et donc de limiter d’autant les coupes dans les dépenses. Mais la Cour des comptes craint que ce rebond de la croissance ne survienne pas, en tout cas pas au niveau attendu par le gouvernement. Pourquoi ? Parce que d’après les magistrats de la rue Cambon, la croissance aurait déjà dû revenir, notamment grâce à la baisse des prix du pétrole et au recul des taux d’intérêt.

  • Secundo : Des décisions « contre-productives »

D’après la Cour des comptes, les décisions que le gouvernement actuel a déjà pris et qui auront un impact après 2017 vont toutes accroître les dépenses publiques. Elle cite notamment la hausse des rémunérations dans la fonction publique, la hausse du budget de la Défense ou encore la possible recapitalisation d’entreprises publiques (Areva et EDF notamment).

  • Tertio : Des taux d’intérêt qui vont remonter

Si la dépense publique a évolué de façon modérée entre 2010 et 2015, explique la Cour des comptes, c’est surtout parce que les intérêts versés par l’Etat à ses créanciers ont baissé. Mais cette situation ne se pérennisera pas, selon la Cour des comptes. Au contraire, elle estime que « le risque que cette charge d’intérêts remonte à un horizon de moyen terme n’est pas négligeable ».

Que devra faire le prochain exécutif ? 

Ne pas se « contenter » de stabiliser la dépense, « mais la faire baisser de 0,3 % en 2020 », affirme la Cour de comptes. Ce qui obligera le prochain gouvernement à « réexaminer les missions assurées par les administrations publiques » et à « faire des choix ». Comprenez, faire des coupes. Certaines « politiques d’intervention » devront être mieux ciblées, estime la Cour de comptes, notamment dans le domaine « du logement, de la formation professionnelle ou de la santé ». Rappelons que les dépenses publiques représentaient 57 % du PIB de la France en 2015, contre moins de 47 % pour les autres pays de la zone euro.

Auteur Céline Boff pour 20Minutes/économie

22 commentaires

Laisser un commentaire