Revenu de base: Utopie, quand tu nous tiens …

Une réflexion d’Olivier Cabanel, sur le revenu de base proposé par B. Hamon. Hérité des mouvements comme « nuit debout » (et jour couché) on a l’impression que Hamon joue la carte de la légalisation du cannabis en même temps que ce revenu de base, pour ratisser large. Ce serait bien si ce revenu s’adressait à tous, à commencer par nos oligarques qui nous coûtent une fortune et, qui n’en ont jamais assez. Nous allons voter sous état d’urgence c’est une première et, pas un de ces messieurs n’en souffle mot. Un oubli sans doute….

ce joli mot « Utopie » revient dans l’actualité avec le Revenu de Base, défendu par plusieurs candidats à la présidentielle.

Mais quels étaient les valeurs défendues dans cette île inventée par Thomas More ?

C’est en 1516 que Thomas More, juriste au service d’Henri VIII, imagina dans un livre une société idéale, une île nommée Utopie, république exemplaire où la propriété individuelle et l’argent sont abolis, les utopistes, citoyens vertueux, amoureux de sagesse et de paix en sont les habitants.

L’encyclopédie définit ainsi le mot Utopie : « une des formes de l’idéal, dont elle a tous les caractères, et ce qu’on qualifie d’utopie devient une réalité sensible dans un autre temps  ».

Du grec « ou-topos » (nulle part) et « eu-topos », (lieu du bonheur), Utopia imaginée par Thomas More viendrait de sa lecture d’un récit imaginaire, écrit par un marin portugais, un certain Raphaël Hythlodée, et Utopia n’est pas sans rappeler la fameuse Atlantide de Platon. lien

Toutes les deux accumulent en effet les ressemblances : en forme de croissant, bordées de montagnes, composées de 54 villes, conçues identiques, bâties sur le même plan, toutes distantes les unes des autres d’une journée de voyage.

Les maisons en enfilades, séparées par des rues larges de 20 pieds, soit environ 6 mètres, avec à l’arrière des jardins jumelés, clos par d’autres alignements de maisons.

Chaque ville compte 6000 familles, qui par groupe de 30 élisent un phylarque, sorte de magistrat, et tous les magistrats élus élisent à leur tour, à bulletin secret, le roi de l’île, nommé Utopus, lequel en établissant la liberté de conscience inaugure la tolérance religieuse, et le respect des religions garantit la paix sociale…

Les habitants de l’île ne travaillent que 6 heures par jour, et les lettrés sont dispensés de travail manuel.

Les 35 heures ne sont donc pas une nouveauté.

Thomas More plaide dans son livre pour la propriété collective, l’égalité sociale, le souci d’hygiène, l’autarcie économique, la démocratie politique, l’organisation de la vie quotidienne, du travail et des loisirs.

Le mot Utopie ressort des tiroirs chaque fois qu’une idée novatrice est portée par quelques acteurs de notre société, d’autant que la critique que faisait Thomas More de sa société est toujours plus d’actualité.

Utopie, c’est aussi le mot que brandissaient des politiques lorsque dans les années 50 du 20ème siècle, certains défendaient le concept de la sécurité sociale…

Cette innovation est pourtant devenue réalité, et alors qu’elle coute chaque année près de 700 milliards, bien plus qu’une nouvelle proposition sociale appelée le RdB (revenu de base).

C’est aussi le mot qu’utilise Manuel Valls, candidat malheureux à la présidentielle, au sujet du RdB défendu par son concurrent, Benoit Hamon, Valls assurant que cette mesure est « impossible à mettre en œuvre », ajoutant qu’elle est l’image d’une « société de l’assistanat et du farniente  ». lien

D’autant plus étonnant que quelques mois auparavant, il faisait l’éloge de cette solution. lien

Benoit Hamon envisage un RdB à hauteur de 750 €, ce qui couterait, étalé dans le temps, 300 milliards, mais d’autres évoquent 1000 euros voire plus. lien

Quoi qu’il en soit, le candidat présidentiel entend le réaliser progressivement, l’appliquant d’abord aux jeunes, évaluant la dépense à 45 milliards, ce qui correspond quasiment au cadeau qu’a fait Hollande aux entreprises au nom du CICE. lien

Il s’agit de mettre en place une mesure qui ne soit pas culpabilisante, comme par exemple le RSA, mesure ignorée volontairement par le tiers des intéressés, mais de s’émanciper du marché du travail et de battre en brèche les rapports de subordination.

En effet, devant la raréfaction logique du travail, due à l’informatisation des outils de travail, à la robotique, et à la fin de la croissance, ne faut-il pas répartir plus égalitairement le fruit de la production ?

Les sources de financement de ce RdB sont pourtant quasi sans limite, passant par la traque des fraudeurs fiscaux, ( 80 milliards) par la mise en place d’un salaire maximum, ou du regroupement de plusieurs aides sociales dans lesquels une chatte ne retrouve plus ses petits.

Alors qu’un Jean-Jacques Rousseau écrit dans ses « œuvres complètes  » : « je suis obligé de rendre à l’humanité les bienfaits que j’ai reçu d’elle », Baptiste Mylondo, l’un des promoteurs historiques du RdB (lien) rétorque qu’il faut revoir le sens du mot improductif, car « ne serait-ce qu’en jouant à la belote », l’homme participe à la création du lien social, même si certains que le RdB est un faux ami du progrès social. lien

Mais ne peut-on aller beaucoup plus loin qu’une simple partie de carte ?…

Les acteurs bénévoles de notre société sont de plus en plus nombreux, et ne participent-ils pas à la société de la plus belle des manières ?

En 2016 on ne dénombrait pas moins de 16 millions de bénévoles dans notre pays, et sans eux, disparaîtraient des associations indispensables, comme « les resto du cœur », et tant d’autres qui rendent aux citoyens un incontestable et généreux service. lien

La mise en place de ce RdB leur permettrait d’être encore plus nombreux et qui pourrait s’en plaindre ?

470 milliards, c’est le coût annuel estimé par Mylondo pour un RdB de 750 €. lien

On pourrait aussi évoquer le Mouvement Utopia, cette coopérative citoyenne d’éducation populaire, animée aujourd’hui par Aurélien Bernier, l’auteur de « la démondialisation, ou le chaos », (édition utopia), membre d’Atac et du Mpep, qui porte un projet de rupture national comme alternative au libéralisme, et qui plaide pour la coopération, la décroissance, et la redistribution des richesses. lien

Mais revenons à notre Utopia.

Dans sa chronique du dimanche matin, sur Europe 1, le 29 janvier, Bernard Fripiat nous rappelait comment était conçue cette île. lien

Les magistrats y étaient élus, l’intolérance et le fanatisme y étaient punis, la peine de mort proscrite, pourtant le 6 juillet 1535, l’auteur d’Utopia, devenu un mot courant, sera décapité coupable de s’être opposé au mariage d’Henri VIII avec Anne Bolène, ce qui lui vaudra tout de même d’être canonisé par l’église catholique.

Laissons le mot de la fin à Lamartine qui disait : « les utopies ne sont souvent que des vérités prématurées ».

Comme dit mon vieil ami africain : « il vaut mieux avoir envie de l’avenir que regretter le passé »…

L’image illustrant l’article vient de geo.fr

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Auteur olivier cabanel pour Agoravox

Sur le même sujet:

Le revenu garanti et ses faux amis

Du Forum économique de Davos à la Silicon Valley en passant par les assemblées du mouvement Nuit debout en France, le revenu de base est sur toutes les lèvres depuis quelques mois. La Finlande affirme vouloir l’instaurer ; les Suisses ont voté sur le sujet en juin. Mais, entre l’utopie émancipatrice que portent certains et la réforme limitée que veulent les autres, il y a un monde…

Auteur Mona Chollet  pour Le-Monde-Diplomatique

L’avis de CH. Sannat

Le revenu universel : une monumentale escroquerie dont vous êtes les blaireaux !

 

17 commentaires

  • Musashi Musashi

    La proposition de Hamon ne concerne que les 18-25 ans dans un premier temps et ça tombe bien … c’est cette tranche d’age qui va avoir besoin de crédits pour payer ses études quand les parents ne peuvent pas le faire. C’est une proposition idéale pour dopé la croissance, levier de la création monnaie, un très bon plan pour les banques qui auront une garantie (à vie).
    Pour le reste de la population, il ne propose qu’un débat futur sur la question.
    Nuit debout voulait lutter contre le monde de la finance, le monde de la finance l’a fait !

  • Le veilleur

    Les 750 euros applicables d’abord aux jeunes ne seront pas perdus mais réinjectés dans la société, contrairement aux 45 milliards donnés aux entreprises au nom du CICE qui ont fuité dans les paradis fiscaux ou dans des investissements à l’étranger.

    Le Revenu de base permettrait sans aucun doute de redonner la dignité à ceux qui n’ont rien et permettrait d’encourager les activités non marchandes, exemple: artistiques, parentales ou bénévoles, mais c’est aussi une mesure économique, un revenu de base pour tous revient à soutenir les entreprises locales et nous permettrait d’exercer pleinement notre citoyenneté.

    Comment le financer ? Il y a plusieurs possibilité; taxation des transactions financières et impôts sur les hauts revenus, TVA sur les produits de luxes et polluants, mais principalement par la simplification d’une très longue liste d’allocation déjà existante et l’économie de gestion administrative devenue inutile.

    • sombre

      Un revenue de base ne revient pas à soutenir les entreprises locale. Pas nécessairement du moins.
      Personne n’oblige à acheter local ! Ça peut très bien terminer en I-phone et autre joyeuseté.

      Par contre, garder le système actuel (subvention social, revalorisé ça va sans dire) et rajouté un RU sous forme de monnaie alternative dépensable uniquement pour les entreprises française, avec un ratio avantageux pour les produits locaux / bio / non polluants … là ça serais pas mal et certainement plus économique

    • D’accord mais pas dans le contexte actuel. Il n’y a pas de revenu de base possible sans décroissance. Le revenu de base universel ne peut s’épanouir qu’avec la mort du capitalisme et du libéralisme. Dans le contexte actuel, c’est tout le contraire qui est proposé, le revenu de base servirait de pompe à oxygène au capitalisme agonisant.
      Je remets ce lien à chaque fois que ce sujet est évoqué car il est très explicite : https://www.youtube.com/watch?v=qQGZh8nnUZg

      L’éloge de l’oisiveté (que du bonheur et un magnifique sujet de réflexion, il mériterait la UNE) :
      https://www.youtube.com/watch?v=7KpxsqwNF0o

  • cogitologue

    Ce livre est très bien, je l’ai lu en début d’année, et j’y ai fait référence dans certains de mes posts ici, car il dénonce également les progrès grâce aux machines, et donc le non emploi qui en découle…et de belles images sur la valeur de l’or ! Ce texte est riche !
    Et je crois avoir dit que les problèmes qu’on « découvre » aujourd’hui …en fait étaient déjà les mêmes il y a 500 ans…et grosso modo…rien n’a changé en fait…
    Il ne suffit pas de s’habiller en vert, pour être et faire du Cetelem !
    En tout cas, pour moi, le RdB et surtout dans cette mouture…est un foutage de gueule magistral !

  • engel

    Menteurs, traîtres, racketteurs…

    Toujours la même recette pour les traîtres à Jean Jaurès.

    Le vol organisé par transfert et marchandisation de l’induite misère
    ….sous couvert de redistribution humaniste!!!

  • soubiemyriam

    Moi je votes pour l’étatisation des banques et des prêts à zéro pour cent, des comptes gratuits, contrôle du flux de l’argent par l’état. abolition de la bourse. Le seul problème qu’on est tous, c’est la bête (la banque). abat rot chi ld.

  • Chez nous aussi (crashdebug) il y a les pour et il y a les contres, moi je me place à horizon de 10 ou 20 ans, mais j’aimerais apporter un éclaircissement au débat, les Suisses on trouvé une solution élégante pour financer le revenu de base, en la postant ici j’espère que l’idée ferat son chemin, (vidéo en intro de l’article)

    Revenu universel : dix économistes à la rescousse de Benoît Hamon

    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/13095-revenu-universel-dix-economistes-a-la-rescousse-de-benoit-hamon

    Bonne soirée aux moutons,

    Amicalement,

    f.

  • ROY

    La France au bord de la faillite programmée…
    La France au bord d’une révolution des citoyens et citoyennes qui en ont assez d’être pris pour des c… !
    La France et ses « droits universels » bafoués !
    La France avec ses hommes et femmes politiques presque tous plus proche de la « mafia universelle » que des citoyens et citoyennes !
    La France dont le patrimoine est vendu (au prix les plus bas en plus) déshéritant le « droit universel » des générations à venir.
    La France dont ses fonctionnaires sont devenus des charges… la mafia universelle veut des polices privées, des hôpitaux privés, des services privés dans tous les domaines afin de tirer profit de tout, de contrôler tout etc etc
    La France dont la culture est progressivement remplacée par la culture zéro des U.S.A.
    La France qui a aujourd’hui une sécurité sociale qui sert surtout aux remboursementx de grosses factures, quant aux malades ils ne peuvent même plus se faire soigner pour 40 % de la population tant les coûts médicaux, chirurgicaux, pharmaceutiques (etc etc) sont devenus trop chers ! Mais qu’est devenue la Sécurité sociale voulue par Ambroise Croizat ?
    Il y a temps de choses à écrire que je m’arrête là, par esprit de concision, mais ce que je voulais écrire et faire comprendre surtout c’est que les politiques nous mènent encore en bateau…
    Pour moi je pense qu’il faut partager les richesses et non les laisser entre les mains de salopards, je pense qu’il faut tout partager afin que chacun puise vivre dans un fond d’égalité, ainsi nous devons plus parler d’un partage du travail et amener les gens à passer moins de temps au travail afin que tous les citoyens et citoyennes puissent travailler (plus de loisirs aussi et plus de temps pour soi), allons de fait vers les 32 heures par semaines (comme ceci est en usage dans certains pays nordiques), le vrai revenu c’est celui qui est versé contre un service rendu, une occupation dans la société, une participation dans la vie sociale, que sais-je ?
    Et non pas recevoir une obole donnée par des salopards qui eux continueront à profiter en maîtres absolus des richesses qui ne leur appartiennent pas….
    Et, où seront trouvés les milliards nécessaires à cet « asservissement universel » à cette « aliénation sociale » ?
    Certains parlent déjà d’une augmentation de 35 points de la CSG…
    Il y a vraiment quelque chose qui ne va pas dans le monde très fermé des politiques, il est temps, grand temps de virer tous ces individus à la solde des 1 %…et qui prouvent chaque jour combien ils se servent impunément des deniers de la France.
    L’asservissement universel, ils y arrivent insidieusement, ouvrons les yeux avant de finir aveugles…

Laisser un commentaire