Climat : la “bombe méthane” est sur le point d’exploser…

Merci à Christian B. qui souhaite partager cet article avec nous. Tellement de choses sont possibles, nous voilà avec une bombe climatique prête à exploser et, il y a longtemps qu’on nous l’annonce …

Img/http://e-rse.net

Si l’on vous disait que des quantités gigantesques de gaz à effet de serre s’apprêtent à être relâchées dans l’atmosphère, au point que cela pourrait bouleverser encore plus vite que prévu notre climat ? C’est le gros problème de la “bombe méthane”.

En matière de changement climatique, on entend presque systématiquement parler de CO2. La raison est simple : le CO2 est l’un des gaz à effet de serre les plus abondants dans notre atmosphère et c’est aussi celui que nous émettons le plus à cause de notre consommation d’énergie fossile. En grande partie, ce gaz est responsable des dérèglements climatiques que vit notre planète. Mais ce gaz polluant n’est pas le seul qui pose problème : le méthane par exemple, est aussi coupable.

Ce gaz de la famille des alcanes peut-être utilisé comme combustible pour le chauffage ou pour produire de l’électricité. Il est d’ailleurs le composé le plus important du gaz naturel (3ème source d’énergie la plus utilisée dans le monde). Mais surtout, le méthane est un gaz à effet de serre très puissant. Pendant longtemps son influence sur le climat a été sous estimée car c’est un gaz qui a une durée de vie assez courte dans l’atmosphère : au bout d’une dizaine d’années il finit par se décomposer. Mais depuis une dizaine d’années, on commence à mieux connaître le méthane, et une chose est claire : on a largement sous estimé les risques que représente ce gaz pour le climat.

Selon le 5ème rapport du GIEC sur le climat, le méthane a un pouvoir de réchauffement global 28 fois supérieur à celui du CO2. Autrement dit, 1 g de méthane bloque 28 fois plus de rayonnements solaires dans l’atmosphère… et donc contribue à réchauffement le climat 28 fois plus fortement ! Malgré sa faible durée de vie, le méthane pourrait donc avoir des conséquences très fortes sur le climat. Encore plus inquiétant : des quantités gigantesques de méthane jusque là stockées dans les sols pourraient bientôt être relâchées dans l’atmosphère à cause de la montée des températures… Et cela pourrait avoir des conséquences dramatiques. Explications.

Le pergélisol : des réserves naturelles de méthane… sur le point d’exploser ?

Sur la planète, de grandes quantités de méthane sont stockées et emprisonnées un peu partout. Dans le sol par exemple, on trouve du méthane sous forme de “gaz naturel”, notamment dans les zones géologiques où se forme le pétrole et les hydrocarbures. Dans les zones charbonneuses on trouve aussi du méthane prisonnier des couches géologiques : ce sont les gaz de schistes ou les gaz de couche. Mais une bonne partie du méthane présent sur la terre est également stocké près de la surface des sols ou au fond des océans. Le problème c’est que ces réserves (les réserves océaniques, et celles situées près de la surface) pourraient dans les années à venir relâcher le méthane qu’elles contiennent…

C’est notamment le cas des pergélisols arctiques ou sibériens. Dans ces zones très froides, on a pu mesurer des quantités importantes de méthane stockées dans les couches affleurantes du sol qui sont en permanence gelées. Le froid a en effet pour effet de stabiliser le méthane et de limiter sa volatilité. Mais depuis que les températures moyennes sur la Terre augmentent, ces sols ont tendance à se réchauffer.

…/…

Lire la suite

Source E-RSE

Voir aussi:

Que fait Vraiment l’Europe contre le Changement Climatique ?

Infographie : le vrai coût de la pollution de l’air

14 juillet : l’impact environnemental et sanitaire des feux d’artifice

25 commentaires

  • Des centaines de fuites de méthane détectées dans les océans
    http://www.brujitafr.fr/article-des-centaines-de-fuites-de-methane-detectees-dans-les-oceans-124428919.html

    Des colonnes de bulles au large de la côte Est américaine pourrait être riche en méthane , les glaces se réchauffant et libérant le gaz à effet de serre.
    On estime que les deux tiers des émissions émanent de sédiments à des profondeurs où les glaces riches en méthane peuvent être en décomposition à cause de réchauffement des eaux le long du fond de l’océan, selon les chercheurs. Les effets de ces panaches de méthane sur le climat et la chimie des océans ne sont pas encore claires, mais pourraient s’étendre bien au-delà des panaches eux-mêmes.

  • NORKA

    Faux !
    Le gaz à effet de serre le plus important dans l’atmosphère est la vapeur d’eau (H2O): son effet est 135 fois plus important que le CO2 !
    L’effet de serre est une bonne chose: sans effet de serre la température serait inférieure de 10° sur la terre!
    D’autre part chaque gaz à effet de serre n’absorbe qu’une longueur d’onde du rayonnement: ainsi lorsque le CO2 ou le CH4 ont atteint l’opacité pour la longueur d’onde concernée, l’augmentation de concentration n’a plus aucun effet.
    Au Moyen-Age, il faisait plus chaud qu’actuellement: le Groenland était vert (d’où son nom): les Vikings y pratiquaient l’agriculture et l’élevage
    Les personnes peu au fait de la question peuvent s’informer grâce à l’excellente conférence du Professeur Courtillot
    Version courte: https://www.youtube.com/watch?v=dPpMdr9VqUY
    Version longue: https://www.youtube.com/watch?v=9afTvlz_TsQ

    Cordialement

    • Nak1neuron

      ah l’agriculture des Vikings du Groenland …. très bien décrite dans le livre https://fr.wikipedia.org/wiki/Effondrement_(essai) de l’écrivain américain Jared Diamond paru en 2004 et traduit en français en 2006.
      Les pauvres … faut pas croire qu’ils en étaient riches, de leurs vaches maigres ! Un mythe ….

    • mirzabad mirzabad

      Je suis d’accord avec toi Norka.http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

      Tous ces épouvantails qu’on nous agite à propos des problèmes climatiques dont l’origine serait imputable à l’activité humaine ne sont là que pour justifier une mise en accusation visant à créer une nouvelle taxation en vue de financer un gouvernement mondial.

      Le réchauffement climatique est un phénomène de nature cyclique, et il est observable sur l’ensemble de notre système solaire. Je ne trouve plus le lien qui parlait de ça chiffres à l’appui, mais il renvoyait vers des stats collectées par des radiotélescopes et démontrait que l’ensemble des planètes de notre système connaissaient une élévation des températures.
      Je vais essayer de retrouver le lien….

      • donarmando

        Ca n’empêche pas que l’activité humaine pollue et détruit l’écosystème. Est-ce un leurre aussi pour mettre une taxe supplémentaire ?
        Même si cette histoire de réchauffement est peut-être pas si vraie que cela, cela ne nous exonère pas de faire des efforts d’un point de vue environnemental.

      • Eaglefeather Eaglefeather

        Depuis de nombreuses années je me bat au près de d’associations, pour faire admettre et reconnaitre que la destruction progressive de plus en plus de parcelles boisées, et sans un reboisement systématique est bien le nœud du problème, non pas (plus) du seul « changement » (réchauffement) climatique.
        Pour des raisons qui nous échappent encore, les zones les plus chaudes et désertiques de notre globe, se situent toutes là où il n’y a plus de végétation et une pluviométrie quasi inexistante, annuellement parlant ! Or en creusant qu’à 30 m dans le Sahara par exemple, on retrouve des traces d’une végétation abondante, il n’y a qu’un millier d’années d’ici. Ce n’est pas pour rien non plus que la plupart des gisements d’hydrocarbures y sont aussi répertoriés !
        La paléoclimatologie a depuis lors, mis en avant que dans le passé, alors qu’aux mêmes valeurs de GES, la planète s’est retrouvée en glaciation extrême et à une autre ère dans un réchauffement global alors que l’atmosphère était obscurcie par un flux de cendres volcaniques abondant !!

      • Voltigeur Voltigeur

        J’ai, une simple question, sommes nous responsables de ces colères terrestres? Elle vit notre Terre, elle évolue en fonction de beaucoup de paramètres. Elle a des milliards d’années derrière elle d’évolution, de catastrophes, d’extinction d’espèces. Sommes nous à un tournant prévisible et normal? J’ai un gros doute sur la prise de conscience qui voudrait, (à part nous impliquer financièrement), que chacun de nous veuille sauver quoi que ce soit! Après moi le déluge. Pourtant nous sommes nombreux pensant agir pour….

      • Eaglefeather Eaglefeather

        La réponse est non, notre mental s’il n’avait pas été altéré par le passé, aurait pu nous y conduire, mais certains (très peu) auraient « peut-être » encore des facultés mais amoindries.

        Selon des recoupements avec ce qui est par incompréhension de la science moderne, déclaré mythes ou légendes, des indices se dévoileraient de plus en plus de par le monde. Ces indices conduisent à prendre conscience qu’ils ont été falsifiés et détournés de leur objectif originel, soit d’informer entre autre d’évènements se reproduisant cycliquement. Une grosse, très grosse partie de ces connaissances ont été soustraites à la connaissance de notre humanité afin de (mieux) l’asservir. Malheureusement face à tant de siècles de mensonges, la vérité aura bien des difficultés à ce déterminé, lorsqu’elle le pourra il sera probablement trop tard pour une grande majorité.

      • Voltigeur Voltigeur

        C’est bien mon avis! Merci ;)

      • marco marco

        « là où il n’y a plus de végétation et une pluviométrie quasi inexistante »

        les bourguignons l’ont tres bien expliqué ce phénomene dans une de leur vidéo

        la pluie tombe beaucoup plus là ou il y a des arbres en quantité
        mais je ne me rappelle plus par quel phénomene d’interaction qu’ils avaient pourtant tres bien expliqué !

      • Eaglefeather Eaglefeather

        J’ignore si tu suis ce post auquel cas je te dirais ceci, et actuellement ces mêmes régions toujours aussi désertiques sont très souvent enneigées si pas inondées ! Donc l’argumentation ne tient plus la route !!

      • Quelle que soit la cause. C’est un fait que les hivers deviennent de plus en plus rigoureux sur la côte est des États-Unis. Que le courant océanique Gulf stream ralenti. Il y a certainement un cumul de plusieurs facteurs, cycliques, humains,… Ce qui promet une belle surprise écologique car c’est la première fois qu’il y a cumul.

      • Eaglefeather Eaglefeather

        Plusieurs spécialistes ont depuis des années tiré la sonnette d’alarme sur les avatars que pourrait connaitre le Gulfstream. Un des liens est le phénomène de El Niño et Niña conjointement, or ces dernières années de désordres climatiques dans l’hémisphère nord, il se sont situé trop au nord. Et curieusement qu’il est actuellement plus vers sa position « normale », on observe plus de périodes froides. Pour exemple la région d’Oslo a renoué avec des épisodes neigeux depuis deux ans, et l’est de la Norvège a de nouveau enregistré des épaisseurs de glace marine de plus d’un mètre d’épaisseur. A l’extrême nord du pays, la neige recouvre aussi plus longtemps le paysage, passant de quelques 4 semaines au creux de l’hiver à maintenant plus de deux à trois mois.

    • Eaglefeather Eaglefeather

      Norka bonjour,

      La vapeur d’eau n’est pas le GES le plus important, sinon qu’en terme de quantité c’est tout.
      C’en reste là car si l’on prend en compte sa durée de longévité et son PRG , cet ensemble, l’exclu partiellement de GES à haut risques. Il faut savoir les durées de vie sont
      la vapeur d’eau est de seulement 1 semaine et 8 de PRG
      CO2 100 ans et 1 de PRG
      CH4 12 ans et 23 de PRG
      N2O 120 et 296
      les PCF (CF4 & C2F6 <50.000 et 5700
      SF6 3200 et 22.200
      HFCs : CHF3, CH3CHF2 1,4 -260 et 120 à 12000

      D'autres GES (pour beaucoup naturel) alors qu'ils ont bien été clairement identifiés néfastes, n'ont et curieusement pas été recensés dans les rapport du GIEC. Il en va de même sur de nombreuses causes extérieures à notre planète, mais aussi internes, sous les effets d'un phénomène non reconnu actuellement mais évident de par des réactions, pourtant toutes aussi confirmées depuis, ne sont pas plus renseignées dans ces mêmes rapports.
      Dernièrement, un ami œuvrant à la fois sur le Svalbard et sur les Terres de Baffin, m'a avoué que les indices de fontes glaciaires se situe "que" sur les bords des rivages soit en moyenne sur un bon kilomètre et sur altitude inférieure à 200 mètres, et que la plupart de ces déclarations sont en constat de relevés exécutés en été, et ce, que ce soit aussi bien pour l'Arctique que pour l'Antarctique(une partie de son groupe d'étude y est présent).

      Autres évidences dont on parle nulle part, la fonte des glaces se situe sous la glace, soit entre le sol et la glace, alors qu'en surface il n'y a "aucun" écoulement, ni modification structurelle de la glace !! Or si réchauffement il y aurait elle présenterait inévitablement un lissage et une vitrification lors des périodes de regel !

      • criminalita

        Ce qui démontre qu’on est assis sur une cocotte minute. Par endroits elle explosé, volcans, et ailleurs c’est le sol qui monte en température. Tout celà doit être lié au soleil, je suppose.
        C’est pas grave quand l’herbe ne poussera plus on deviendra caníbal.

  • Encore une épée de Damoclès sur la tête ! Bof, au point où on en est…
    Dommage que ce gaz ne soit pas récupérable …

  • gedeonleclodo

    Le méthane? Autre solution facile a éradiquer: arrêtez le cassoulet, évitez de péter!
    Ou à travers une couche.
    OU DANS LA GUEULE À VALLS ET CONSORTS!!!!!!!

  • Planete bleu Planete bleu

    Documentaire Méthane Rêve ou Cauchemar HD

    http://www.youtube.com/watch?v=ejtiDow2BZo

  • Lilith Lilith

    Ce serait déjà arriver dans le passé

    Causes probables de la 3e extinction massive

    Prolifération d’un microbe producteur de méthane

    Une étude d’avril 2014 intitulée « Methanogenic burst in the end-Permian carbon cycle » suggère que cette extinction massive pourrait être liée à un simple microbe, dénommé Methanosarcina qui aurait subitement émis des quantités massives de méthane relachées dans l’atmosphère et les océans.
    Ce microorganisme, une archée, se serait nourri d’un immense stock de matière organique et de nickel (fourni par les éruptions volcaniques concomitante) lui permettant de se reproduire de manière exponentielle.

    Ce type de microbe existe toujours et rejette du méthane lorsque les déchets se décomposent mais aussi dans le processus de digestion des ruminants.
    Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/environnement/biodiversite/extinctions_massives.php

    • Eaglefeather Eaglefeather

      La fonte des zones côtières de Sibérie et du permafrost, constitue une menace non négligeable d’apparition ou plutôt de ré apparition de type de rétro-virus de souches dans notre atmosphère. L’OMS a émis il y a de ça 4 ans un rapport de risque grandissant lié à la surexploitation minière en Afrique mais aussi à l’exploitation non suffisamment contrôlée du méthane dans les steppes sibériennes et de l’exploitation en dépit de condition sécuritaire des boues bitumeuses dans le nord canadien et de son transport au travers de zones pourtant densément peuplées.

  • Nak1neuron

    https://fractalplanet.wordpress.com/2014/02/17/how-guy-mcpherson-gets-it-wrong/ est une source d’information , en anglais, à consulter.

    Je rejoins un commentaire, que ça chauffe ou pas, on ne doit pas continuer à polluer tout. On y vit dedans, dans notre mince biosphère !

    https://fractalplanet.wordpress.com/2015/01/08/once-more-mcphersons-methane-catastrophe/ plus récent, sur le méthane

  • dereco

    Amusant vos affirmations très contradictoires, avec pas mal d’erreurs !!

    Mais n’oubliez pas qu’il y a 56 millions d’années, avec bien moins de méthane stocké dans les sols et au fond des mers ( pôles sans glaces ) , le méthane a explosé du fond des mers en énormes bulles ( méthane fait par des microbes et stocké sur des millions d’années dans le sol marin froid, comme aussi actuellement ) , et la température a monté de 10 à 15°C avec des canicules épouvantables sur terre.
    Cela va se reproduire, si le fond des mers se réchauffe un peu plus, déclenché par notre CO2 et ce sera irréversible, impossible à stopper sur des millénaires, comme autrefois il y a entre -14000 à -6000 ans la remontée des mers de 129m en fin de glaciation elle déclenchée par très peu de CO2 avant dans le sud Pacifique !!
    Il reste 70m de remontée à faire !!!

    Nos enfants nous reprocherons notre aveuglement, comme celui de Trump et d’autres sur ce site,

  • dereco

    Dans nos gênes il y a 7% de vieux rétrovirus anciens, parfois indispensables pour nôtre naissance !!
    Donc certains peuvent se réactiver aussi !!