Les phrases de ces hommes politiques qui en disent long….

Tous les moyens sont bons pour enfumer tout le monde. Ils ne reculent devant aucune déclaration pour instiller la peur. On peut remarquer qu’il ne s’agit pas de la France seule mais, de l’Europe dans son ensemble, cette gabegie qui nous a montré toutes ses limites, une aberration rejetée, par de plus en plus de peuple. Il n’y a qu’à regarder les vrais chiffres du chômage de Patdu49 et la liste des licenciements de P. Jovanovic qui n’a pas pu tout mettre tellement elle est longue, pour se rendre compte que nous n’avons pas « le cul sortit des ronces » selon la formule imagée de JBL1960. Pour Macron, il y a des coupables, c’est la paresse de certains chômeurs et l’alcoolisme dans le Pas-de-Calais… Les mêmes en première ligne, alors que Philippe Poutou du NPA, lance un appel pour réunir les 500 signatures.(Nouveau Parti Anti-capitaliste) Merci Dubitatif.

Après François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Angela Merkel, Manuel Valls réagit aux attaques de Donald Trump. Le candidat à la primaire élargie du PS, a affirmé que le président élu des États-Unis qui qualifie le Brexit de « grande chose » ou la politique migratoire d’Angela Merkel d' »erreur catastrophique », fait « une déclaration de guerre à l’Europe », dont il « propose tout simplement la dislocation », sur BFMTV.

« C’est du jamais vu dans la relation entre les Etats-Unis d’Amérique et l’Europe. L’Amérique du Nord est l’alliée de l’Europe » et si elle l’est toujours, « il va falloir » que le président élu américain « en fasse la démonstration », a affirmé l’ancien Premier ministre, comme vous pouvez le voir dans

Voir la vidéo

« Un populiste peut vouloir mettre en œuvre son programme »

« Beaucoup pensaient que Donald Trump, après son élection, allait se calmer. Mais on a oublié qu’un populiste peut vouloir mettre en oeuvre son programme », a-t-il insisté.

Selon lui, ce que vient de déclarer le président élu américain dans une interview au Times britannique et au Bild allemand, « c’est une provocation, c’est une déclaration de guerre à l’Europe: il propose tout simplement la dislocation de l’Europe, sur les sujets commerciaux, sur les questions migratoires. Et n’oublions pas l’Alliance atlantique, la défense… C’est particulièrement grave », a ajouté le candidat.

« La seule réponse à Donald Trump, c’est l’unité de l’Europe », a-t-il plaidé. « L’Europe est beaucoup trop divisée mais il y a une prise de conscience (…) Il faut une réponse très forte de l’Europe, de la France et de l’Allemagne ».

« Un homme de rapport de force »

…/…

Lire la suite

Source Le HuffingtonPost

12 commentaires