Prière indienne…

C’est Anmia qui nous l’envoie et, ça reflète admirablement ce que pensait notre ami Benji et qu’il aurait pu nous dire.

Quand je ne serai plus là, lâchez-moi !
Laissez-moi partir
Car j’ai tellement de choses à faire et à voir !
Ne pleurez pas en pensant à moi !
Soyez reconnaissants pour les belles années
Pendant lesquelles je vous ai donné mon amour !
Vous ne pouvez que deviner
Le bonheur que vous m’avez apporté !
Je vous remercie pour l’amour que chacun m’a démontré !

Maintenant, il est temps pour moi de voyager seul.
Pendant un court moment vous pouvez avoir de la peine.
La confiance vous apportera réconfort et consolation.
Nous ne serons séparés que pour quelques temps !

Laissez les souvenirs apaiser votre douleur !
Je ne suis pas loin et la vie continue !
Si vous en avez besoin, appelez-moi et je viendrai !
Même si vous ne pouvez me voir ou me toucher, je sera là,
Et si vous écoutez votre cœur, vous sentirez clairement
La douceur de l’amour que j’apporterai !

Quand il sera temps pour vous de partir,
Je serai là pour vous accueillir,
Absent de mon corps, présent avec Dieu !
N’allez pas sur ma tombe pour pleurer !

Je ne suis pas là, je ne dors pas !
Je suis les mille vents qui soufflent,
Je suis le scintillement des cristaux de neige,
Je suis la lumière qui traverse les champs de blé,
Je suis la douce pluie d’automne,
Je suis l’éveil des oiseaux dans le calme du matin,
Je suis l’étoile qui brille dans la nuit !

N’allez pas sur ma tombe pour pleurer
Je ne suis pas là, je ne suis pas mort.

source

 

 

 

 

33 commentaires

  • anmia

    Merci Voltigeur, ma grande amie et mon soutien. Je ne suis vraiment pas doué en ordi et je n’ arrivais pas à mettre cette belle prière indienne. Je t’ embrasse de tout mon coeur.

  • Le veilleur

    Magnifique et tellement vrai. Merci Anmia et volti pour ce partage que je vais garder dans un coin de mon ordinateur et relire de temps en temps. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif

  • terre terre

    Tu vas nous manquez Benji 😓

  • Graine de piaf

    merci Anmia et Volti, c’est celle que j’ai mise de côté pour le jour ou, à mon tour, je partirai. J’y pensais justement hier en apprenant la nouvelle.
    Et nous nous sommes là aussi pour vous soutenir, ne l’oubliez pas. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gif

  • La vie continue, sur un autre plan, libre de cette incarnation, c’est vrai et c’est consolateur, même si cela n’empêche pas le manque. Que la Lumière de l’Amour et de l’Amitié panse vos plaies et réchauffe vos cœurs. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gif

  • Holyarch

    Nos Souvenirs – Mireille Mathieu.wmv
    http://www.youtube.com/watch?v=2kO1MCqpPPA

    L’effet d’Ondulation : Le battement de coeur pour l’Eternité
    http://www.youtube.com/watch?v=2R843THlXjA

    Quelles relations avoir avec les âmes des morts ( Omraam Mikhaël Aïvanhov )

    Quand un homme est mort, il n’est plus dans les lieux qu’il a habités, ni dans les objets qu’il a laissés ; il n’est même pas dans la tombe où l’on a placé son corps. Bien sûr, il est normal de vouloir conserver en souvenir quelques objets qui lui ont appartenu, d’aller se recueillir dans sa demeure ou sur sa tombe au cimetière. Mais il faut aussi savoir que lui, son esprit, n’est plus là. En voulant qu’il soit là, en s’accrochant à ce qui peut rester de lui, on le retient, on le limite, on le martyrise même.

    Au moment où un homme meurt, les portes de la terre se referment derrière lui, il se trouve pris dans un autre courant et il n’a pas le droit de retourner en arrière ; C’est pourquoi il ne faut pas s’accrocher aux morts en accompagnant leur départ avec des regrets, des pleurs, des lamentations ; Les regrets et les chagrins des vivants qu’ils ont laissés sur la terre sont un tournent pour les morts, tant qu’ils n’ont pas franchi les régions des plans astral et mental. Ce n’est qu’au moment où il s entrent dans le plan causal que plus rien ne peut les troubler ; ils sont comme au centre d’un cercle magique de lumière et aucun appel des vivants, aucune sollicitation ne peut franchir ce cercle s’ils ne le veulent pas. Il faut donc prier pour les morts, il faut leur envoyer de la lumière pour qu’ils trouvent la paix, qu’ils se libèrent, mais il ne faut pas s’accrocher à eux ni surtout chercher à les ramener vers la terre. […]

    La plupart des humains qui quittent la terre ne coupent pas immédiatement leurs attaches ; ils restent liés à des parents, des amis (ou des ennemis), des lieux qu’ils ont habités, des possessions, et s’ils n’ont jamais eu dans leur cœur, dans leur âme, le désir de découvrir d’autres réalités, ils tournent interminablement autour de ces êtres, de ces maisons, de ces objets. Ce sont des âmes errantes qui souffrent et, bien que des esprits lumineux viennent les aider, elles ne peuvent pas encore se dégager. Tandis que ceux qui ont nourri pendant leur vie un grand idéal spirituel quittent très rapidement leur corps et s’envolent vers les régions sublimes où ils nagent dans la lumière et dans la joie. De là, ils peuvent envoyer des bénédictions à tous ceux qu’ils ont laissés en bas, pour les aider, les protéger. Mais ils ne reviennent jamais les visiter comme beaucoup se l’imaginent ; du moment qu’ils sont morts, ils sont très loin de la terre et ils ne redescendent pas.

    Vous direz : « Mais alors, comment se fait-il que les spirites croient entrer en communication avec certains personnages illustres du passé ? » Non, en réalité, ce n’est pas avec eux qu’ils communiquent, mais voici ce qui se passe. Quand l’être humain se dégage pour partir dans l’autre monde, il laisse certains de ses vêtements. Bien sûr, je ne parle pas de vêtements physiques, mais d’enveloppes éthériques, astrales, mentales, qui flottent dans l’atmosphère et qui sont imprégnées de tout ce que cet être a vécu, senti, pensé. Ce sont comme des coquilles vides abandonnées par leurs occupants et elles peuvent être animées, vivifiées par les fluides des personnes réunies dans les séances spirites pour évoquer les morts. Mais comme en général ces personnes ne sont pas tellement évoluées, les fluides qui émanent d’elles sont imprégnés de passions, de sensualité, de convoitises, et ils attirent de l’invisible toutes sortes d’existences flottantes qui n’ont pas encore été absorbées par le centre de la terre.

    L’espace psychique qui entoure la terre est naturellement débarrassé des entités inférieures qui l’encombrent ; au fur et à mesure elles sont refoulées et absorbées dans les profondeurs souterraines. Cependant, il en reste toujours quelques-unes, et ce sont ces créatures, qu’on appelle des larves, des élémentaux, qui apparaissent souvent dans les séances spirituelles. Ces indésirables ne peuvent évidemment que tromper et égarer ceux qui les interrogent, et non seulement elles les égarent, mais elles les épuisent parce que, pour rester un peu plus longtemps actives, elles absorbent leur vitalité.

    Entrer dans la tête d’un médium et vous parler au nom de qui vous voulez : Moïse, Jésus, Jeanne d’Arc… est à la portée de l’entité la plus inférieure ; cela ne prouve donc rien. Et en tout cas, ce n’est pas un ramassis de personnes frivoles, curieuses, sensuelles, comme on en trouve tant dans les réunions spirites, qui vont attirer des esprits évolués. Tout ce qu’elles peuvent attirer, ces personnes, c’st la racaille qui peuple l’astral inférieur, des larves, des ombres…

    Par contre, si des êtres purs, lumineux, désintéressés, se réunissent pour prier et entrer en contact avec le monde divin, des entités vraiment lumineuses peuvent se manifester parmi eux ; Mais leurs manifestations n’ont rien de commun avec celles des entités évoquées dans les séances spirites, elles ne font aucun bruit, elles ne produisent pas d’effets spectaculaires, elles remplissent seulement les âmes de lumière, de paix et d’inspiration. Dans le monde psychique existent aussi des êtres créés par l’imagination des humains : certains personnages de la littérature romanesque et théâtrale, ou même des saints dont la vie a été entièrement inventée, ont tellement occupé les pensées et les sentiments des lecteurs et des croyants qu’ils ont fini par avoir une réalité ; non pas une réalité physique évidemment, mais fluidique ; elles existent ; et puisqu’ils existent, ils agissent, ils exercent une influence sur les mentalités.

    Les entités appelées « égrégores » ont la même origine. Une égrégore est une entité collective créée par la pensée de tous les individus appartenant à un groupe, un peuple, une religion… Leurs pensées, leurs désirs qui sont tous orientés dans la même direction forment une égrégore ; une entité imprégnée, nourrie, façonnée par cette collectivité. Toutes les Eglises, tous les mouvements spiritualistes ont leur égrégore, de même que tous les mouvements politiques, et évidemment dans l’invisible il arrive que ces égrégores s’opposent et se combattent ; chaque égrégore aide la communauté qui l’a créée, car elle est un réservoir de forces formidables. Elle possède une forme symbolique, souvent celle d’un animal : ours, tigre, coq, aigle, colombe etc..

    Les humains feront un grand progrès le jour où ils comprendront comment ils peuvent former une égrégore puissante qui travaillera à aider et éclairer toutes les créatures dans le monde.

    Le plan astral est donc habité par des créatures de toutes sortes dont la plupart des gens n’ont aucune idée. Mais qu’ils les connaissent ou non, ils attirent celles avec lesquelles ils entrent en relation par la loi de l’affinité. Voilà comment, dans les séances spirites, les participants attirent des présences de l’océan astral, mais ces présences sont rarement celles des morts qu’ils veulent rencontrer. Si vous croyez qu’il suffit qu’un médium demande : «Esprit, es-tu là ? » pour que vous rencontriez réellement celui que vous cherchez. Rien n’est moins sûr et les entités qui répondent à vos questions à travers des médiums sont souvent des larves du plan astral qui savent très bien comment tromper les humains. L’être que vous cherchez, Dieu seul sait où il se trouve. […]

    Il est des cas où certains esprits sont forcés de quitter leur région pour répondre à l’appel de magiciens très puissants : ceux-ci les contraignent à descendre en se servant de formules magiques dont ils connaissent le secret. Mais ce n’est pas normal, ce n’est pas naturel, c’est à l’homme de s’élever par la pensée pour rencontrer les esprits dans la région où ils se trouvent. Les morts, eux, ne doivent pas avoir à redescendre sur la terre. Il existe donc deux manières d’entrer en relation avec les morts ; s’élever par la pesée jusqu’aux êtres supérieurs dont on veut obtenir des bénédictions, ce qui s’appelle une invocation ; et tenter de faire revenir les âmes des morts pour qu’ils se manifestent, ce qui s’appelle une évocation. Mais, en général, je le répète, on ne réussit pas à obtenir la présence réelle de ces esprits qu’on a voulu évoquer ; ce sont d’autres créatures qui prennent leur forme ou leur voix parce qu’elles ont intérêt à tromper les humains.

    Il en est du monde invisible comme du monde visible ; on y trouve des créatures extrêmement évoluées, des entités lumineuses, pures et véridiques et d’autres, au contraire, qui se plaisent à tromper les humains, à se moquer d’eux et à leur faire du mal. Alors, soyez prudents, car ce sont souvent ces dernières qui se présentent lors des séances de spiritisme ou de tables tournantes. Vous êtes étonnés ?

    Mais comment pouvez-vous imaginer que les plus hautes entités vont répondre à l’appel du premier venu qui se prétend médium et qu’elles vont se déranger pour satisfaire votre curiosité et vos besoins ? La nature des messages reçus et leur véracité dépendent de votre degré d’évolution, ainsi que de celui du médium. Ce sont les humains qui, par la qualité de leur vie intérieure, attirent telle ou telle entité.

    Beaucoup d’entre vous se demandent : « Mais pourquoi le Ciel permet-il aux forces invisibles de tromper les humains ? » Oh, vous savez, il permet beaucoup de choses, le Ciel. Tout est permis dans les marécages ou au fond des océans. C’est à nous d’être vigilants et de ne pas aller nous aventurer de ce côté-là. Celui qui veut entrer en contact personnellement ou par l’intermédiaire d’un médium avec les esprits du monde invisible doit développer son discernement, afin de connaître la nature des esprits (ou ce que l’on appelle « esprits ») qui se manifestent, et ne pas tout accepter aveuglément. Dans les messages de l’au-delà, le vrai et le faux peuvent se mélanger et il faut donc être capable de faire le tri.

    Mais les humains vont s’aventurer dans le monde invisible sans savoir réellement ce qu’il et ni de quelles créatures il est peuplé. Ceux qui sont capables de plonger leur regard dans ce monde mystérieux de Iésod sont très peu nombreux ; oui, il y a très peu de véritables clairvoyants, très peu de véritables médiums, et celui qui veut entrer en relation avec les esprits doit connaître les risques qu’il court. Il peut recevoir des réponses exactes, mais là encore il arrive que, si ça tombe juste, ce soit seulement l’effet du hasard.

    Il faut donc être très prudent. Moi, je n’ai jamais conseillé de participer à des séances spirituelles, jamais. Au contraire ; Quand j’étais jeune, j’ai été invité à assister à quelques-unes, mais j’ai très vitre compris que les gens qui sont là pataugent dans les régions inférieures de la conscience. Alors, tandis qu’ils croient communiquer avec leurs parents ou leurs amis, ils attirent des créatures de l’astral inférieur dont ils n’arriveront plus à se débarrasser, parce qu’elles essaieront de satisfaire leurs besoins malsains à travers eux. C’est pourquoi beaucoup de spirites ont très mal fini.

    Alors, laissez les morts partir tranquilles là où ils doivent aller. Vos parents, vos amis, ne vous accrochez pas à eux, ne les retenez pas par vos chagrins et vos regrets, et ne cherchez surtout pas à les rappeler pour communiquer avec eux ; vous les importunez et vous les empêchez de se libérer ; Priez pour eux, envoyez-leur votre amour, pensez a qu’ils se libèrent et s’élèvent de plus en plus dans la lumière. Si vous les aimez vraiment, sachez que vous serez un jour avec eux. C’est la vérité ; Combien de fois je vous l’ai dit : là où est votre amour, c’est là que vous serez aussi un jour.

    En attendant, il existe des méthodes plus sûres et moins dangereuses pour retrouver un être que vous aimez. Si cet être possédait de grandes qualités spirituelles, il est maintenant dans un lieu de paix, de lumière, de beauté et, pour le rencontrer, voici le seul moyen infaillible : faites l’effort de cultiver les mêmes qualités que vous sentiez en lui de son vivant. Evidemment, c’est plus difficile que de demander à un médium d’évoquer son esprit ou d’aller au cimetière et de regarder une photo en nourrissant dans votre tête toutes sortes de fantasmagories. Mais si vous voulez vraiment retrouver cet être, vous n’avez pas d’autre solution, cette rencontre ne peut se faire que par la loi de l’affinité. En développant les mêmes qualités que lui, vous retrouverez son esprit.
    http://herosdelaterre.blogspot.fr/2014/02/quelles-relations-avoir-avec-les-ames.html

  • Holyarch

    André Rieu. Memories…(ws)….wmv
    http://www.youtube.com/watch?v=bg5A56h5_ik

    Méditation sur musique zen 55
    http://www.youtube.com/watch?v=ucYRD7g_tWk&list=PLYK1fBCA54tK68FtnBIAGEV9k_89UIVue&index=14

    Le sommeil, image de la mort ( Omraam Mikhaël Aïvanhov )

    La journée que vons venez de vivre détermine la nuit que vous allez passer, mais la façon dont vous vous préparez au sommeil va également déterminer le jour suivant. Chaque soir, avant de vous coucher, recueillez-vous un moment en laissant de côté tout ce qui vous a préoccupé ou troublé au cours de la journée. Pensez ensuite aux erreurs que vous avez pu commettre, afin que les esprits lumineux vous inspirent durant votre sommeil la meilleure manière de les réparer. Enfin, au moment de vous endormir, abandonnez-vous sans crainte à l’Ange de la mort. L’Ange de la mort, c’est le nom que la Kabale donne à l’Ange du sommeil, car chaque soir nous mourons et chaque matin nous ressuscitons. S’endormir, quitter le corps physique est un exercice que nous pratiquons chaque nuit, afin d’être prêt pour le jour où nous devrons véritablement partir dans l’autre monde. Celui qui ne sait pas comment s’endormir ne saura pas mieux mourir. Il n’existe aucune différence entre le sommeil et la mort, sauf que, lorsqu’on meurt, on quitte définitivement la maison que l’on habitait. Pendant le sommeil, on la quitte également, mais un lien subsiste : la corde d’argent qui nous retient à elle.

    Il faut comprendre la nécessité de se préparer chaque soir au sommeil comme pour un voyage sacré, afin d’être prêt un jour pour cet autre voyage tellement plus décisif : la mort. Car combien de gens n’arrivent pas à se détacher de leur corps physique ! Les liens sont là, puissants, qui les retiennent. Vivants, ils n’ont pas eu dans leur cœur, dans leur âme, le désir de découvrir d’autres espaces et d’aller vers Dieu, ils ne pensaient qu’aux affaires matérielles, à l’argent, aux plaisirs, comme si toute la vie était là, comme si rien d’autre n’existait. Alors, comment peuvent-ils accepter d’abandonner tout cela ? Ils rôdent autour de leur corps, autour des lieux où ils ont vécu, des êtres qu’ils ont connus et ils souffrent terriblement, bien que des esprits lumineux, serviteurs de Dieu, viennent les aider à se libérer. D’autres, au contraire, quittent instantanément leur corps physique comme un vieux vêtement usé qu’ils laisseraient tomber pour entrer dans un vêtement de lumière.

    D’ailleurs, en attachant tellement d’importance au fait de réconcilier un mourant avec le Ciel par le sacrement de l’Extrême-Onction, l’Église chrétienne se conforme à cette tradition très ancienne d’après laquelle ceux qui quittent le corps physique sans la lumière de l’existence de Dieu et de l’autre monde, errent dans les régions obscures de l’au-delà en proie à de grandes souffrances. C’est pourquoi aussi ceux qui restent sur la terre, les parents, les amis, au lieu de s’abandonner à des regrets et des chagrins qui retiennent le mort dans les couches inférieures du plan astral et l’empêchent de se libérer, doivent prier pour faciliter son départ.

    Et même que le moment où vous vous endormez est important pour la journée du lendemain, le moment de la mort est aussi essentiel pour l’incarnation suivante : l’attitude du mourant agit dans l’autre monde jusqu’à son incarnation prochaine, car rien, aucun phénomène, aucune pensée, aucun sentiment, aucun acte, ne peut exister isolément : Chacun a une cause et produit des conséquences plus ou moins lointaines. C’est ce que vous pouvez observer chaque jour dans votre existence. Supposez que vous ayez passé une bonne journée, mais voilà qu’au moment où vous allez vous coucher, il se produit un incident qui vous inspire tristesse et découragement. Le lendemain, au réveil, vous pourrez certainement constater que ce que vous aviez vécu de bon la veille a disparu, remplacé par une impression désagréable. Le dernier moment a donc été plus important, plus significatif que toute la journée. Supposez, au contraire, que vous ayez toute la journée assez mal vécu, mais qu’avant de vous abandonner au sommeil, vous parveniez, par des prières et un effort de la pensée, à vous endormir paisiblement : ces derniers moments nettoient tout en vous, ils vous purifient si bien que le lendemain vous vous éveillez dans les meilleures dispositions.

    L’homme est habité par des « ouvriers » qui utilisent tout ce qui se passe en lui à la frontière entre la veille et le sommeil comme des forces de construction ou de destruction. C’est pourquoi, méfiez-vous, ne vous couchez pas avec des préoccupations négatives, car elles détruiront tout ce que vous avez acquis de bon pendant la journée. Avant de vous endormir, mettez au moins une pensée, une inspiration, une image lumineuse dans votre tête et dans votre cœur : vous vous réveillerez le lendemain matin purifié, régénéré.

    Évidemment, je ne dis pas cela pour que vous pensiez qu’on peut vivre n’importe comment pendant la journée à condition de faire une prière avant de s’endormir, ou que c’est au moment de mourir qu’on effacera toutes les mauvaises actions de sa vie. Non, car en agissant ainsi, vous aurez toujours tous les diables en vous, comme le moine de de cette anecdote. Oui, dans un couvent, il y avait une fois un brave moine qui buvait, buvait… Grâce à lui, le niveau du vin dans les tonneaux baissait rapidement. Un peu penaud, bien sûr, il faisait chaque soir sa prière en demandant pardon à Dieu, après quoi, apaisé, il s’endormait tranquillement… Jusqu’au lendemain où il recommençait. Cela continua ainsi des années… Or, un soir, il oublia sa prière, et voilà que pendant la nuit, il sent quelqu’un qui le secoue en disant : « Hé, tu n’as pas fait ta prière ce soir. Allez, debout, dépêche-toi, tu dois prier ! » Il s’éveille, se frotte les yeux et qui voit-il ?… Le Diable ! Oui, c’était le Diable qui le réveillait, car c’était lui qui le poussait à prier tous les soirs pour éviter qu’il ne se corrige. Grâce à ses prières, le moine avait la conscience tranquille et le lendemain il recommençait ses bêtises pour la plus grande joie du Diable. L’histoire ajoute que, lorsque le moine comprit cela, il fut tellement effrayé qu’il renonça pour toujours à boire.

    Quant à vous, même si vous n’avez pas mené pendant la journée une existence parfaite, il est quand même très important avant de vous endormir, d’arriver à vous apaiser et à vous lier au Ciel. Prêtez une grande attention à cela car, c’est la nuit, durant le sommeil, que les forces psychiques font un travail en profondeur dans le subconscient.

    La veille et le sommeil, le vie et la mort, et aussi le visible et l’invisible, le jour et la nuit: voilà des questions sur lesquelles vous ne devez jamais cesser de vous pencher. Oui, étudiez le sens profond du jour et de la nuit. La nuit est le domaine du non-manifesté, de l’invisible, le jour celui de la manifestation, du visible, et la manifestation dépend du non-manifesté, comme le jour dépend de la nuit. Avant de naître, l’homme se trouve dans la nuit et tout se prépare dans cette nuit. C’est dans l’obscurité du sein maternel qu’il construit son corps : ses poumons, son coeur, son cerveau… Si cette construction s’est mal effectuée, toute sa vie à venir est compromise, car le jour, la vie terrestre, dépend de cette nuit qu’est la gestation.

    C’est dans la nuit que se préparent les événements qui se produiront pendant le jour, car tout phénomène matériel n’est que la concrétisation de phénomènes non matériels. C’est ce qui explique qu’un clairvoyant puisse prédire les événements à venir : parce qu’il les a déjà vus réalisés dans le monde invisible. Il faut un certain temps pour que ces événements atteignent le plan physique, mais ils l’atteignent nécessairement car ils sont déjà inscrits en haut. Regardez un serpent: sa queue passe toujours là où est passée sa tête. La tête représente l’idée, le projet, et la queue représente sa réalisation, la concrétisation des événements qui ont déjà eu lieu dans le monde subtil.

    Vous avez peut-être fait vous-même cette expérience : en parlant avec une personne au cours de la journée ou en faisant certains gestes, vous vous êtes peut-être souvenu soudain d’avoir tenu en rêve, la nuit précédente, cette même conversation ou fait ces mêmes gestes. Oui, car ce que nous faisons pendant le jour peut être la répétition de ce que nous avons fait pendant la nuit dans le plan astral.

    Toute manifestation peut être comparée au dévidage d’une pelote de fils formée par des brins de couleurs différentes. La manifestation représente le déroulement des fils, mais les fils ne seront que ceux qui ont déjà été enroulés. Ainsi, si vous n’avez rien préparé dans votre tête à l’aide de la sagesse, n’espérez pas tirer la sagesse de votre cervelle. Tout ce que l’on veut manifester doit avoir été préparé longtemps à l’avance. Ne vous y trompez pas: sans avoir longuement travaillé dans la nuit, dans l’invisible, vous ne produirez rien de véritablement achevé dans le visible.

    Ce que je vous dis là est d’une valeur inestimable pour votre évolution. Certains ne le sentiront peut-être pas tout de suite ; cela viendra, mais qu’ils n’attendent pas, pour sentir cela, le moment où ils quitteront la terre, ce sera un peu tard. Ce n’est pas au moment où on part pour l’autre monde qu’il faut apprendre ces vérités.
    http://www.comprendrelamort.com/mikhael.php

  • Holyarch

    Méditation sur musique zen 46
    http://www.youtube.com/watch?v=I-1tp0b3OLQ&list=PLYK1fBCA54tK68FtnBIAGEV9k_89UIVue&index=7

    Méditation sur musique zen 51
    http://www.youtube.com/watch?v=930bE7ZF5OU

    Ivanoff Mikhaël – Qu’est-ce qu’un fils de Dieu ?

    http://www.histoireebook.com/index.php?post/Ivanoff-Mikhael-Qu-est-ce-qu-un-fils-de-Dieu

    « Je suis venu pour qu’ils aient la vie ». Dans « le Sermon sur la Montagne », Jésus s’adresse à ses disciples ainsi qu’à la foule d’hommes et de femmes qui l’avaient suivi, or il leur enseigne comment prier. Il leur dit: « Voici comment vous devez prier: Notre Père, qui es aux cieux … » Alors, réfléchissons. Qu’est-ce qui nous permet d’appeler un homme « père »? Le fait de reconnaître qu’il nous a transmis la vie. Les enfants reconnaissent dans leur père celui dont ils tiennent la vie, et le père voit dans ses enfants le prolongement de sa propre vie. La vie … Donc, si nous voulons savoir ce que Jésus pensait quand il présentait la relation des humains à Dieu comme une relation d’enfants à père, nous devons nous pencher sur cet immense et mystérieux domaine qu’ est la vie. …

  • @ benji …et toute ta famille …et amis et … Holyarch qui m’a devancer : au delà des mots et de ton départ, je suis très malheureux de t’avoir perdu de vue ….pour un moment ….sur un certain plan; internet ; virtuel…mail ..mais ton âme est passé par la..mon coquinou.. et la j’écris surtout pour que nous, …les autres… continuons…. ton champs des possible …choses faites et acquises… pour certain , et en devenir pour d’autres….

    Que le meilleur soit avec toi …:
    je te dédie une phrase http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gif
    mon arbre d’éperance est ton champs de vie ,…la saison de souffrance partiras par la pluie…
    bises tendres ..

  • Rainette

    Merci Anmia et Volti pour cette très belle prière. Je pleure en la lisant. L’an dernier, mon mari est lui aussi parti dans la lumière et le vide est toujours là. Mais je suis sûre que, comme Benji, il nous voit et nous protège. Que serions-nous sans l’espérance de nous retrouver un jour ?

  • Alex44

    Il est parfait ce texte en effet.

    C’est bien le fond qui nous lie ici. Le contenu du blog, bien qu’essentiel, n’est qu’un prétexte et finalement c’est ce refuge que vous avez créé qui soulage et rassure dans un sens.

    Une pensée saine et sage qui rappelle que la violence et la haine ne sont qu’échecs ou faiblesses. Quelque soit le motif.
    C’est l’amour qui réunit en dépit de ce monde que l’on n’a pas encore tout à fait réussi à arranger.

    Je ne peux imaginer les forces qu’il te reste Volti et combien tu auras envie de continuer mais merci. Tellement de fois merci. A Benji aussi évidemment…. Merci de tant d’efforts, de justesse, de retenue, d’intelligence et de dévotion.

    Je lis assez peu les commentaires, vu la masse, mais suffisamment. Quand d’autres « modèrent » vous accompagnez le changement. Votre ton a maturé au fil des années. La quête du calme passant par le respect de la différence, vous apaisez et stimulez.
    Bravo pour tout ce qui a été fait et ce que tu auras l’énergie d’entreprendre ici ou ailleurs désormais !

    • tcheuve

      Bravo et merci pour ces mots :

      C’est bien le fond qui nous lie ici. Le contenu du blog, bien qu’essentiel, n’est qu’un prétexte et finalement c’est ce refuge que vous avez créé qui soulage et rassure dans un sens.
      Une pensée saine et sage qui rappelle que la violence et la haine ne sont qu’échecs ou faiblesses. Quelque soit le motif.
      C’est l’amour qui réunit en dépit de ce monde que l’on n’a pas encore tout à fait réussi à arranger.

      C est tellement bien dit, merci !

  • pharaon

    Quel beau texte merci

  • anmia

    Benjamin aurait pu le dire……

    Charles Péguy ?

    La mort n’ est rien,
    Je suis seulement passé dans la pièce à côté,
    Je suis moi. Vous êtes vous.
    Ce que j’ étais pour vous, je le suis toujours.

    Donnez-moi le nom que vous m’ avez toujours donné,
    Parlez-moi comme vous l’ avez toujours fait.
    N’ employez pas un ton différent, ne prenez pas un air solennel ou triste.
    Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.

    Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.

    Que mon nom soit prononcé à la maison
    Comme il l’ a toujours été,
    Sans emphase d’ aucune sorte,
    Sans une trace d’ ombre.

    La vie signifie tout ce qu’ elle a toujours été.
    Le fil n’ est pas coupé.
    Pourquoi serais-je hors de vos pensées,
    Simplement parce que je suis hors de votre vue ?
    Je ne suis pas loin, juste de l’ autre côté du chemin.

    Vous voyez, tout est bien.

  • anmia

    mon gros problème, c’ est qu’ il y a tellement de brouillard sur le chemin que je n’ arrive pas à voir l’ autre côté, mais je sais que mon fils Benji chemine avec moi et m’ attendra à l’ arrivée quand ce sera mon tour.

    • kalon kalon

      Bonjour Anmia,
      Pour nous tous qui commentons sur le blog, Benji est un ami qui nous a offert le moyen de perdre la peur d’exprimer publiquement nôtre avis sur ceux qui détruisent nôtre société et y instillent la haine de l’autre !
      Je me rappelle la peur que j’ai eu en publiant l’un de mes premiers commentaires que j’ai fait au début de l’existence du blog et qui avait trait au sionisme.
      C’est lui qui m’a apporté le courage d’exprimer publiquement mon opinion sans peur de représailles.
      La plupart d’entre nous ne connaissent Benji que par sa signature et ne peuvent pas mettre un visage sur celui qu’ils considèrent comme un véritable ami.
      Je me rappelle d’une seule photo de lui qui est passée sur le blog un jour.
      Il portait une chemise blanche.
      J’aimerai mettre cette photo parmi les photos de ceux qui me sont chère.
      Ne serait’il pas possible de la republier afin que ceux qui le souhaitent puissent garder de lui un souvenir visuel.
      Je souhaiterais soulager ta tristesse de mère mais je sais que la tristesse d’une maman qui perd son fils ne peut pas se partager.
      Merci à Benji pour ce qu’il m’a apporté http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

  • Rainette

    Ce très beau texte de Charles Péguy, je l’ai choisi lors des obsèques de mon homme. C’est vrai, Anmia, ceux qui nous ont quitté ont disparu de notre vue. Mais j’espère qu’ils nous voient et nous accompagnent. Je suis persuadée, comme toi, qu’au moment de notre départ ils seront là et nous ouvrirons leurs bras. Mais que c’est dur de continuer la route sans eux ! Je te souhaite d’être forte ainsi qu’à son épouse et ses enfants.

  • Le veilleur

    Il y a ce texte aussi qui m’a beaucoup plus. Auteur inconnu.

    Souvenez-vous de moi en pleine santé et souriant
    Parce que c’est ainsi que je me souviendrai de vous tous
    Si vous deviez vous souvenir de moi en pleurant
    Alors ne vous souvenez pas de moi du tout.

    • anmia

      très beau texte que je garde dans mon coeur, et je veux oublier son image de mercredi pour le revoir comme il était pour son mariage, heureux et en pleine santé, ce n’ est pas évident mais j’ y arriverais; IL LE FAUT…

  • Isil Isil

    Je vous lis tous et je pleure sur mon clavier;
    Merci Anmia,
    Merci Holy, Kalon, Alex, et tous les autres pour vos paroles.

  • J’ai eue une idée. Et si on choisissais tous ensemble un jour et une tranche d’heure fixe pour allumé des bougies et lire une prière en hommage à notre ami Benji ?

    Je trouve qu’un mantra par-exemple c’eut été adéquat, mais bon, tout le monde n’est pas familier avec ça, et surtout Benji aucune idée si il aimait bien se genre de spiritualité ?

    Puis se serait une belle façon pour lui rendre un dernier hommage, aussi pour les personnes qui ne peuvent descendre en France le jour des funérailles.

    Un p’tit sujet pour en discuter tous ensemble ?

    Vous en pensez quoi, et toi Volti ?

    Akasha.

    • Deux belles chansons :
      https://www.youtube.com/watch?v=NWCHw5N9IZU
      > Leonard Cohen – Hallelujah – Traduction paroles Française
      https://www.youtube.com/watch?v=S34cVkL6zCE
      > Leonard Cohen – The Partisan

      Akasha.

    • voltigeur voltigeur

      C’est une bonne idée Akasha, Benji n’était pas croyant au sens église, curé et compagnie. Il avait ses propres convictions spirituelles, il aimait la lumière, pas l’obscurité. J’ai une bougie qui est allumée, pour accompagner son esprit vers cette lumière et les grands espaces qu’il aimait tant.. Merci

      • Bonjour cher Volti,

        Merci de ta réponse, mais ce qui serait bien, c’est qu’on soit plusieurs à le faire le jour de la cérémonie de funéraille pour qu’il ressente qu’on est tous-là et solidaire avec lui et que son œuvre va perdurer. Il n’est pas nécessaire qu’on procède tous de la même façon, l’important est simplement que nos pensées et « prières » soient émise au même moment pour renforcer l’égrégore du blog ça renforcera sa protection par le même occasion.

        L’important est de mettre toutes notre volonté et notre amour dans l’instant présent.

        Orné

        • Bonjour,

          Je me sers pour la première fois de ce compte pour m’exprimer ici pour la première fois.

          Et je regrette que ce soit pour exprimer mon chagrin face a une si triste nouvelle.
          Toutes mes condoleances.
          Je ne vois pas quoi rajouter après ces centaines de messages de soutiens ou tout est dit.

          En revanche, comme tant d’autres HommesDuPeuple je ne pourrais être présente. En effet, je n’ai jamais pris ke temps de descendre voir Benji de son vivant, je ne voudrais pas insulter sa memoire en venant pour son enterrement…

          C’est pourquoi j’ai recyclé depyis la triste nouvelle , la crêche de noël ou n est seulement présent que le triste mouton, illuminé d’une bougie depuis quelques jours maintenant.

          Pour ceux qui aimeraient témoigner leur soutient quelques pistes ici:
          http://lesmoutonsenrages.fr/2016/12/31/adieu-mon-ami-benji/comment-page-3/#comment-508892

          Voilà, et pour ceux qui prennent le train pour Marseille, avec un peu de chance , vous tomberez sur des oeuvres de street artiste, dont celles de mon fils Léo en hommage a Benji…

          Bonne route Benji, que ce choc puisse éveiller les conscience de l’importance de l’Action et des Valeurs Humaines.

          Tendrement

          Ambre