Vers un nouveau Pompei ? Un volcan situé sous Naples montre des signes de réveil

Les scientifiques mettent en garde contre cette possibilité depuis des années : le volcan sous Naples n’étant pas éteint, mais seulement endormi, la possibilité d’une nouvelle catastrophe naturelle qui menace la ville et ses environs est réelle.

Considéré comme un volcan actif mais tranquille, ce super volcan dit des champs Phlégréens ou Campi Flegrei situé sous Naples n’est pas aussi connu que le Vésuve, mais il pourrait bien lui aussi devenir tristement célèbre, selon une nouvelle menée par une équipe de chercheurs Français et Italiens.

Si sa dernière éruption date de 1538, une nouvelle, si elle avait lieu aujourd’hui, pourrait causer des dizaines de milliers de victimes. C’est précisément ce que redoutent les scientifiques, qui notent des signes de réveil.

Selon Giovanni Chiodini, l’un des scientifiques chargé de surveiller le volcan et chercheur à l’Institut national de géophysique et de vulcanologie de Bologne, c’est l’intensification des mouvements telluriques qui les alertent en particulier.

Si comme le raconte L’Obs, les 7000 géologues italiens se mobilisent pour sensibiliser la population locale, le principal problème est que les plans d’évacuation pour un demi million de personnes prennent entre 48 et 72 heures. Une lenteur, qui risquerait d’être fatale vu la densité de population.

La région est coutumière des catastrophes naturelles : l’éruption du Vésuve, volcan surplombant Naples il y a 2000 ans avait englouti les villes d’Herculanum et Pompei.

 

Source: Russia Today

 

2 commentaires

  • criminalita

    Y a-t-il un article + précis quant aux raisons de cette inquiétude.
    De nos jours on s’alarme pour presque rien. Et les soit disant chercheurs qui ne trouvent rien voient ainsi leurs subventions prolongées de qlqs années.

  • Ces mouvements peuvent bien être sporadiques, c’est sûr. Mais il faut voir le contexte général: les derniers tremblements de terre en Italie, mais aussi de nombreux réveils de volcans de part le monde.
    Le problème est que, sensibiliser la population, c’est bien gentil, mais si le plan d’évacuation est trop lent, il va y avoir des pertes en vie humaines et animales considérables.
    Ou alors il est temps de déménager pour des lieux plus calmes. Y en a-t-il encore sur cette Terre ?