Le syndrome d’Alep-Est…

Merci à JBL1960, pour ces articles pertinents, rien n’est tout blanc ou noir, il faut savoir faire la part des choses, JBL n’hésite pas à donner son avis. Voici l’analyse de Thierry Mayssan…

Pendant que les Grandes puissances qui encadraient les jihadistes d’Alep-Est font mine de s’intéresser au sort des habitants de la ville afin d’exfiltrer leurs soldats, personne ne semble comprendre le drame que ces Syriens ont enduré. Contrairement aux déclarations occidentales, ils n’ont pas souffert de bombardements, mais de l’occupation des jihadistes étrangers et du règne de leur « charia ». Certains habitants souffrent d’un grave trouble psychotique, le syndrome d’Alep-Est.

À l’issue de quatre ans et demi de guerre, la population d’Alep-Est a pu être libérée par l’Armée arabe syrienne, avec l’aide du Hezbollah, de la Russie et de l’Iran. Cette victoire a été saluée avec joie par la majorité des 120 000 habitants libérés qui ont été enregistrés par l’État. Mais la majorité seulement.

Étrangement, alors que la Syrie leur offre de la nourriture, des soins et un logement précaire, certains habitants d’Alep-Est déclarent qu’« ils ne font pas confiance à l’État ». Que craignent-ils ? Ils n’ont pas été arrêtés et sont au contraire accueillis comme des enfants de la patrie, longtemps prisonniers de l’ennemi.

Comme s’ils avaient oublié la liberté dont ils jouissaient avant le « printemps arabe », et comme si rien ne s’était passé durant les quatre dernières années, ils tiennent le discours d’Al-Jazeera de 2011. Ils assurent que la République est une dictature, qu’elle torture les enfants, qu’elle massacre les sunnites, etc.

Pour la première fois, on observe au niveau d’une ville un phénomène psychologique déjà bien connu à l’échelle individuelle. De même qu’un enfant ou une épouse battus défendent parfois leur père ou leur mari cruel et justifient son comportement, de même certains habitants d’Alep-Est tiennent aujourd’hui le discours des jihadistes qui les opprimaient.

En 1973, un psychiatre suédois, Nils Bejerot, analysa le choc imposé à des clients d’une banque qui furent retenus en otage par des bandits lors d’une attaque à main armée. L’affaire tourna au cauchemar. Deux policiers furent blessés, dont un grièvement. Le Premier ministre Olof Palme tenta de raisonner en vain les criminels qui menacèrent d’abattre leurs prisonniers. Soumis à une terrible pression, les otages ne choisirent pas de se révolter, mais d’amadouer leurs geôliers pour échapper à une mort probable. De fil en aiguille, ils finirent par tenir le même discours qu’eux. Ils tentèrent de dissuader la police de donner l’assaut et l’une des otages tomba même amoureuse de l’un des criminels. C’est ce que l’on appelle le « syndrome de Stockholm », du nom de la ville où se tint ce fait divers.

Finalement, la police utilisant des gaz anesthésiants parvint à arrêter les bandits et à sauver les otages. Bien que leur détention n’ait durée que six jours, ces derniers souffrirent longtemps de ce syndrome au point qu’ils refusèrent de témoigner durant le procès qui suivit et que la jeune femme poursuivit sa relation avec le bandit pendant son incarcération.

L’année dernière, le psychologue clinicien Saverio Tomasella montrait que le « syndrome de Stockholm » est « la marque d’une effraction gravissime de l’intériorité de l’être humain qui a vécu, en direct et impuissant, le rapt de son identité subjective ».

Nous ne devons donc pas croire que les quelques habitants d’Alep-Est qui souffrent de ce syndrome vont rapidement se reconnecter au monde réel. Nous devons au contraire leur offrir une totale sécurité et faire, encore une fois, preuve d’une grande patience. Même si nous devons d’abord secours à nos soldats et à tous ceux qui ont résisté, ces civils sont nos compatriotes avant tout.

◄►

Je ne suis pas d’accord avec la conclusion car elle catégorise et hiérarchise les souffrances comme les priorités et les solutions à apporter, au sein du même système…

Et ce ne sera que lorsque nous les occidentaux, reconnaitrons les criminels de guerre parmi les nôtres et que nous arrêterons de nier la vérité que le sang commencera à sécher. Oui, nous, les occidentaux avons mis le feu au monde, et voilà que maintenant les braisent retombent sur nous, nous sommes là, ahuris, ne comprenant pas ou feignant de ne pas comprendre…

Aussi, reconnaissons les faits, tous les faits ►https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/08/05/reconnaissons-les-faits/  Prenons nos responsabilités, cessons d’avoir peur de tout, même de notre ombre… Alors que Jean-Loup Izambert avec son livre « 56 » nous a expliqué en détail pourquoi nous en sommes là :

Le journaliste d’enquête Jean-Loup Izambert a publié « 56 » en septembre dernier.

« 56 » est le nombre de personnalités politiques occupant les plus hautes fonctions de l’État et de hauts-fonctionnaires cités dans cette enquête sur le soutien par l’état français des réseaux terroristes islamistes depuis les années 1980 jusqu’à aujourd’hui…

Dans ce livre Jean-Loup Izambert y affirme ceci ;

« Si le DRS avait 
été écouté il n’y aurait pas eu d’attentats à Paris »

Et donc après Paris, on peut rajouter ; Bruxelles, Nice et gageons que le Maréchal Hollandouille n’aurait pu ordonner les représailles qui ont pulvérisé 164 civils Syriens au moins…

Mais surtout nous aurions pu éviter les millions de morts depuis 2003 !

Les 500 000 enfants irakiens tués et que Madeleine Albright justifie…

Et il y a encore quelques jours, cet enfant syrien de 10 ans décapités par ceux qui « sur le terrain font du bon boulot » dixit un certain Laurent Fabius qui en récompense de son incompétence et des appels au meurtre, répétés, sur Bachar-El-Assad en direct dans tous les Merdias ; Est nommé Président du Conseil Constitutionnel à l’Américaine, puisque tous les blaireaux qui ont failli un certain 11 septembre 2001 ont tous été promus !

Lire la suite

Source JBL1960

Ne manquez pas suite avec:

Et l’Ambassadeur russe en Turquie est assassiné par un policier le 19/12/2016

https://francais.rt.com/international/30878-poutine-meurtre-ambassadeur-provocation

Et une attaque au 38 tonnes sur un marché de Noël à Berlin fait 12 morts et plus de 50 blessés le 19/12/2016 http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/attaque-au-camion-a-berlin/le-camion-m-a-manque-de-quelques-metres-des-temoins-de-l-attaque-a-berlin-racontent-une-nuit-d-horreur_1977943.html

Et toujours ce 19 décembre une fusillade dans un centre de prière islamique à Zurich http://www.rtbf.be/info/monde/europe/detail_fusillade-a-zurich-la-police-arrete-la-recherche-du-tireur-apres-la-decouverte-d-un-cadavre?id=9485774

3 commentaires

  • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

    J’ai un peu de mal pour porter un avis sur ce qui se passe à 2800 Km de chez moi, n’étant pas sur place et lisant tellement d’avis contradictoires. Sinon, merci JBL pour tes articles, ils apportent un éclairage supplémentaire.

    M.G.

  • JBL1960 JBL1960

    @MG = C’est exactement, tout la difficulté, car la désinformation est totale, et l’enfumage aussi et donc, c’est très difficile d’y voir clair. Tiens, j’ai lu ce « témoignage » sur RI = http://reseauinternational.net/reaction-dun-francais-lambda-sur-la-situation-a-alep-et-son-traitement-mediatique/
    Voila, c’est fini. Je suis désolé de dire qu’il est très probable que je ne fasse aucune réponse à vos commentaires, qui sont cependant les bienvenus. Je ne répondrai pas, non pas parce que je n’accorde pas d’importance à ce que vous pourriez me dire (vous savez ce que c’est important à mes yeux)… mais car je suis fatigué, et, ayant exprimé, de manière fort peu limpide malheureusement, mon opinion, je souhaite me reposer et reprendre le cours de ma vie. Enfin, s’il vous plait, gardez à l’esprit que je ne cherche pas à vous convaincre que mon opinion est la bonne. Personne ne détient la vérité et moi pas plus qu’un autre. Mais je ne peux que vous encourager à être exigeants et extrêmement critiques envers nos médias. C’est notre devoir de citoyen. S’il vous plait, si vous ne le faites pas déjà, essayez de recouper les informations, essayez de diversifier vos sources d ‘information, essayez de voir ce qu’il se passe de « l’autre coté », challengez vos propres certitudes…

    Dans sa conclusion qui m’a fait bondir, il écrit ; Je souhaite me reposer et reprendre le cours de ma vie.
    Et, modestement, mais surement, c’est cela que je combats, chaque jour : Ne pas se reposer et reprendre le cours de ma vie. Parce que cela suppose que tout continuera « comme avant » c’est le si c’était à refaire de la Céline Dion qui me casse les oreilles, parce qu’elle dit bien cette courge qu’elle refera la même (j’ai compris que c’était une chanson d’amour) mais elle ajoute « la folie des grandeurs » aaahhh ! On lui donne la possibilité de recommencer et elle refait exactement la même et dans les mêmes proportions… Et c’est là, qu’on comprend qu’on n’a pas le cul sorti des ronces, hein ?

  • on l’avais posté aussi cet article écrit par un lecteur lambda, mais très bien écrit en occurrence et avec lequel on adhère pleinement, pour la simple raison qu’il est nuancé, tout comme tu peux l’être aussi JBL.

    C’est énervant justement ses nombreux articles ou avis partisan qui n’apporte pas grand chose.

    Chacun en Syrie est-là pour sa pomme et c’est toujours le peuple qui en paye le prix fort. Surtout que c’est sois-disant des guerres avec frappe chirurgicale or il n’a jamais eu autant de victime dans les dernières guerre qu’il en eu durant les deux grandes guerres mondiales moyennement parlant. Car les champs de combats étaient éloigné des villes et villages, et souvent évacuer à temps lorsque les armées devaient soit les traverser ou les prendre comme point stratégiques, bien entendu il y a eu de nombreuses victimes côté civiles, mais en comparaison il y en a eu moins.

    Pour en revenir à la Syrie, se sont avant tout des guerres d’intérêts ou la sois disant liberté du peuple est un prétexte, mais vous le savez.

    Ce que je veux dire, c’est que la Russie aussi protège avant tout ses intérêts, mais de façon moins fourbe et sournoise que les américains et leurs alliés de l’OTAN. Qui eux sont-là de façon illégales et ont en premier lieu organisé l’envahissement de la Syrie, tantôt par les rebelles, mercenaires de l’OTAN, tantôt par Daech. Dès lors leur responsabilité est grande, bien plus que les russes qui sont les seuls à avoir le droit de se trouver en Syrie car adoubé par l’ONU et le gouvernent légitime de Syrie, les rebelles n’ont aucune légitimité et ne parlons pas de celle de Daech.

    Le problème c’est que Assad au dernier moment a refuser le plan d’oléoduc et gazoduc qataris ce mettant irrémédiablement les Etats Unis et les membres de l’OTAN à dos. Mais Assad savait à l’avance avoir le soutiens de ses amis russes y trouvant un grand avantage à se refus, tant commerciale que géostratégique, car la prise de la Syrie mettait dangereusement ses frontières en danger et se retrouvait totalement encercler et perdaient aussi ses anciennes provinces avec qui la Russie continue d’entretenir de gros échange commerciales, ils auraient passé à l’ennemi, donc triple perde pour la Russie dans un tel cas de figure.

    Orné