Manuel Valls devrait démissionner d’ici le 6 décembre pour annoncer sa candidature à la primaire

Concrètement, Valls président, c’est Israël qui fera la fête! Mais quelles chances a-t-il exactement d’arriver un jour au pouvoir? N’oublions pas les amalgames qu’il entretient volontairement, et encore moins les dénis de démocratie avec ses multiples 49.3 qui ne profitent qu’aux traités de libre-échange!

valls10

Le Premier ministre devrait démissionner en début de semaine, afin de se consacrer à sa candidature pour l’élection présidentielle de 2017. Plusieurs noms circulent déjà pour évoquer son successeur à Matignon.

D’après le JDD, Manuel Valls entend annoncer sa candidature à la primaire de la gauche le 5 ou le 6 décembre au plus tard : il démissionnera donc de son poste de Premier ministre, afin de mener sa campagne hors du gouvernement. «Il n’y aucune raison de temporiser : une campagne, ça se fait ou ça ne se fait pas», a déclaré l’un de ses proches soutiens pour expliquer la rapidité avec laquelle la démission de Manuel Valls et la déclaration de sa candidature s’enchaînent.

Manuel Valls et François Hollande «se sont parlés samedi [3 décembre] et dimanche [4 décembre], toujours avec la même relation de confiance», sans pour autant avoir prévu de se rencontrer, a indiqué un proche de Manuel Valls à l’AFP.

On ignore pour le moment le nom de la personne qui pourrait lui succéder à Matignon, même si ceux de Bernard Cazeneuve, Jean-Yves Le Drian ou Najat Vallaud-Belkacem sont évoqués.

Le nom du Premier ministre s’ajoutera donc certainement à la liste des sept candidats déjà déclarés pour le scrutin de la «Belle alliance populaire» qui se tiendra les 22 et 29 janvier prochain. Arnaud Montebourg, Marie-Noëlle Lienemann, Benoît Hamon, Gérard Filoche, Jean-Luc Bennahmias, François de Rugy et Pierre Larrouturou ont d’ores et déjà officialisé leur candidature.

Manuel Valls part légèrement favori dans cette primaire. Il peut d’ores et déjà bénéficier du soutien de personnalités diverses au sein du Parti socialiste, parmi lesquelles Jean-Yves Le Drian, Michel Sapin, Bruno Le Roux ou encore Christian Eckert.

L’annonce de Manuel Valls intervient quelques jours après l’allocution du président François Hollande qui, le 1er décembre dernier, a annoncé ne pas briguer de second mandat. S’il entend se détacher du bilan de François Hollande tout en en assumant une partie, il devra également affronter la popularité d’Emmanuel Macron, son ancien ministre de l’Economie.

Source: Russia Today

 

13 commentaires