Quand l’Assemblée nationale remballe Noam Chomsky…

Vous connaissez Noam Chomsky, l’infatigable philosophe chercheur de vérité, et référence mondiale pour les esprits critiques. Ce Monsieur de 87 ans devait recevoir une médaille méritée mais, l’assemblée nationale a, au mépris de la plus élémentaire décence, décidé d’annuler au dernier moment, la remise de son prix. Alors qu’on merdaille les coupeurs de têtes, qu’on encense les amuseurs avec la légion d’honneur, distribuée à n’importe qui comme du chocolat, l’auteur de « La fabrique du Consentement », n’a pas été jugé assez digne, pour être reçu par les chantres, sensés nous représenter. Une honte de plus pour notre pays, à mettre à leur actif.

Img/Les-Crises

Img/Les-Crises

Bravo la France des « lumières » ! Noam Chomsky, un vieux monsieur de 87 ans, a fait le voyage de Boston en France pour recevoir de la part du dernier récipiendaire français de cette récompense l’équivalent de la prestigieuse médaille Field en mathématique, mais en philologie, sa spécialité.

Tous les informés de l’alternatif ont entendu parler de Noam Chomsky au travers de son ouvrage « La fabrique du consentement » dont, vous l’avez compris, l’objet est de décortiquer une dangereuse maladie : la propagandite aiguë des pouvoirs.

Ce charmant petit bonhomme, d’une renommée mondiale, véritable humaniste, le plus grand chercheur dans sa spécialité, n’a pas été jugé digne de mobiliser l’Assemblée Nationale pour la remise de son prix. Au dernier moment, celle-ci a jugé qu’elle avait mieux à faire, et les organisateurs ont pu obtenir à l’arrache, grâce aux amitiés du rédac. en chef de Philosophie Magazine le petit cinéma parisien d’une association franco-belge pour accueillir la cérémonie.

J’en reste pétrifiée. Derrière l’incivilité scandaleuse et l’irrespect du procédé, se cache peut-être également de la lâcheté. Car ce grand monsieur dont la spécialité touche tant à la sociologie qu’à la philosophie et conduit à analyser les pouvoirs n’est pas politiquement correct et ne mâche pas ses mots. Peut-être craignaient-ils de s’entendre dire quelques vérités indiscutables qui relayées sur les ondes, leur auraient mis un peu trop le nez dans leurs déjections de volaille de volière. Tout le monde ne peut pas être un aigle, et ils ont beau agiter leur ailes et acérer leurs becs, ils ne produisent que du vent et sont incapables de prendre de la hauteur.

Nous sommes gouvernés par des perroquets obèses et prétentieux dont la patte est enchaînée à leur perchoir. Triste France…

Le blog les Crises a consacré deux articles à ce sujet. Si vous ne connaissez pas Noam Chomsky, lisez le premier, vous aurez ainsi quelques notions. Si vous voulez prendre connaissance plus en détails de cette affaire, le deuxième lien satisfera votre curiosité.

« Auto-défense intellectuelle » contre la « fabrication du consentement » : Noam Chomsky

Quand l’Assemblée nationale remballe Noam Chomsky

Qui a honoré sa visite et publié un long interview de Noam Chomsky ? Vous allez rire : Russia Today !

Galadriel

Relayé par Les-Brins-d’Herbe via Les-Crises

La conclusion Olivier Berruyer pour son article sur « la fabrique du consentement »

Citons en conclusion les travaux d’Anne Morelli, exposés dans son remarquable petit ouvrage Principes élémentaires de propagande de guerre, qui reprend la grille de lecture de Lord Ponsonby, un député travailliste anglais pacifiste, réalisés à la fin de la première guerre mondiale. Elle les décrit ainsi, et montre leur remarquable permanence dans le temps (lors de différents conflits) et dans l’espace (employé en même temps par les 2 parties lors d’un même conflit), la propagande visant à faire croire :

  1. que notre camp ne veut pas la guerre. Nous ne voulons pas la guerre ;
  2. que l’adversaire en est responsable. Le camp adverse est le seul responsable de la guerre ;
  3. qu’il est moralement condamnable. Le chef du camp adverse a le visage du diable (ou « l’affreux de service ») ;
  4. que la guerre a de nobles buts. C’est une cause noble que nous défendons et non des intérêts particuliers ;
  5. que l’ennemi commet des atrocités délibérées (pas nous). L’ennemi provoque sciemment des atrocités, et si nous commettons des bavures c’est involontairement ;
  6. qu’il subit bien plus de pertes que nous. Nous subissons très peu de pertes, les pertes de l’ennemi sont énormes ;
  7. que Dieu, le Droit, la Justice, sont avec nous. Notre cause a un caractère sacré ;
  8. que le monde de l’art et de la culture approuve notre combat. Les artistes et intellectuels soutiennent notre cause ;
  9. que l’ennemi utilise des armes illicites (pas nous). L’ennemi utilise des armes non autorisées ;
  10. que ceux qui doutent des neuf premiers points sont soit des traitres, soit des victimes des mensonges adverses (car l’ennemi, contrairement à nous qui informons, fait de la propagande). Ceux (et celles) qui mettent en doute notre version du conflit sont des traîtres.

Le journaliste Michel Collon les a simplifiés ainsi :

  1. cacher les intérêts économiques ;
  2. occulter l’histoire ;
  3. diaboliser l’adversaire ;
  4. inverser l’agresseur et la victime, se faire passer pour les défenseurs des victimes ;
  5. monopoliser la parole, empêcher le débat, éviter la confrontation.

Toute ressemblance avec une situation actuelle, passée ou même future ne serait hélas pas fortuite…

quelques livres de Noam Chomsky recommandés pour découvrir sa pensée :

  • Comprendre le pouvoir (3 tomes)
  • Dominer le monde ou sauver la planète ?
  • Deux heures de lucidité (plus dur à trouver)
  • La doctrine des bonnes intentions
  • De la guerre comme politique étrangère des États-Unis
  • La fabrication du consentement


Source Les-Crises

3 commentaires

  • kalon kalon

    Alep libérée ? La « bonne nouvelle » épouvantable pour les dirigeants français.
    Un exemple frappant de dissonance cognitive est ce que donne à entendre BFM TV qui invite, ce 29 novembre, l’aiguiseur du fer de lance de l’agression contre la Syrie, M. Laurent Fabius, lors d’une émission
    Je cite Fabius: « C’est un drame épouvantable, épouvantable parce qu’en ce moment même, au moment où nous parlons, il y a des milliers de jeunes et de moins jeunes, de familles, qui sont massacrés. Imaginez ce que c’est d’être à Alep dans le froid, sans nourriture, sans eau… et c’est un échec pour ce qu’on appelle la Communauté internationale, un échec terrible. Alors, je rappelle dans mon livre, puisqu’il porte sur les quatre ans que j’ai passés à la tête de la diplomatie, comment il aurait été possible, finalement, de trouver une autre solution et pourquoi ça n’a pas eu lieu. »
    La suite:
    http://reseauinternational.net/alep-liberee-la-bonne-nouvelle-epouvantable-pour-les-dirigeants-francais/

  • bonjour

    il me semble que l’ accueil des indiens « Kogis » fut dans le même ton par un certains « jacquouille dit la fripouille »..

    tristesse…de « Chopin »

  • Norbert

    Education Populaire!

    J’entends
    Je comprends
    J’apprends
    Je transmets

    http://www.uprenbref.fr/videos

    Qu’est-ce que le perception management ?
    ( la gestion de la perception)
    C’est a dire la fabrication de la verite.
    Fournir,slectionner,camoufler
    Qu’est ce qu’on veut que l’opinion croit?
    (explication sur wilkipedia en Americain mais pas en Francais.)

    https://www.youtube.com/watch?v=ie6ki8xqPYA

    -Mais pourquoi donc les Etats Unis d’Amerique poussent-ils tellement a la construction Europeenne?

    Qu’est-ce que le stratagème des chaînes ? Et comment les USA l’utilisent ?(video 13 mns)

    https://www.youtube.com/watch?v=Ic4SROdwLRY