Pauvreté en France : le constat « sans appel » du Secours Catholique

1280px-Redon_-_Plaque_de_la_Vallée_de_la_MisèreLe bilan est sans appel, dans son 34ème rapport statistique, le Secours Catholique relève que la pauvreté gagne du terrain en France. L’association est venue en aide à près de 610 000 ménages en 2015, presque 3% de plus qu’en 2014. En France, 9 millions de personnes vivent dans la précarité.

Près de 9 millions de personnes, dont 3 millions d’enfants, vivent aujourd’hui sous le seuil de pauvreté en France. C’est l’inquiétant constat que dresse le Secours Catholique dans son dernier rapport annuel, rendu public jeudi 17 novembre. L’association d’utilité publique recense une augmentation de 2,7 % sur un an du nombre de personnes ayant franchi les portes de ses centres : En 2015, le Caritas France (l’autre nom du SC) serait ainsi venu en aide à 608 500 ménages, soit 1 463 000 de personnes (775 000 adultes et 688 000 enfants). Journée nationale de mobilisation des retraités © Sputnik. Des retraités français manifestent contre le besoin de travailler Rappelons qu’en France le seuil de pauvreté s’établissait en 2014 à 1 008 € par mois.

Des ménages pauvres, fragilisés, au premier rang desquels on retrouve les personnes seules (39 %) et les familles monoparentales (29 %), mais également les couples avec enfants (23%). « Nous constatons un appauvrissement croissant des familles » souligne dans le rapport Bernard Thibaud, Secrétaire général du Secours Catholique. Un rapport qui pointe « un maintien du niveau de la pauvreté et une incapacité de la société à se mobiliser pour la faire reculer ». Une impossibilité à résorber la pauvreté, nouvel échec de la politique de François Hollande ? Pour Ladislas Polski, Secrétaire national du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC), c’est un peu plus compliqué : « La pauvreté est une conséquence, dont il faut traiter les causes ». Pour lui, une première solution serait de « faire repartir notre machine économique, pour permettre au plus grand nombre de nos concitoyens de trouver notre place dans la société, c’est-à-dire de trouver du travail ». sans-abri © Flickr/ Anne Worner Un média qui donne la parole aux sans voix En ligne de mire du MRC, Bruxelles et les contraintes budgétaires. Car au-delà de cette augmentation des cas de familles fragilisées, relevée par le Secours Catholique en France, le même constat est dressé partout en Europe. A l’occasion de la journée mondiale de l’enfance, Eurostat publiait un communiqué de presse alertant sur la condition des enfants dans l’Union : un enfant sur quatre (soit 25 millions) serait exposé au risque de pauvreté ou d’exclusion sociale au sein de l’Union.
Source et suite sur Sputniknews.com

 

10 commentaires

  • Pinpin

    Tout est une question de priorité…..

    A mettre en rapport avec d’autre ‘priorités’ par exemple le coût des opérations extérieures (Opex) devrait s’établir entre 1,1 et 1,2 milliard d’euros en 2016. Un niveau similaire à celui constaté l’année précédente. (http://www.lesechos.fr/economie-france/budget-fiscalite/0211410076344-budget-la-facture-elevee-des-operations-militaires-en-2016-2036461.php?sl2YMORFtGocZRXk.99)

    Soit l’équivalent de +- 2000 euros par an pour les 600.000 ménages en difficultés, par exemple…

    Proverbe inventé du jour :
     » Si les pauvres avaient une quelconque rentabilité, il y aurait de vrais projets précarités…! »

  • Yanne Hamar

    Les statistiques du Secours Catholique (et des autres d’ailleurs) ne tiennent pas compte des familles qui privilégient le portable, le tabac et l’alcool avant la nourriture et l’habillement. Les mauvais choix aggravent souvent la précarité.
    Sans parler de ceux qui demandent des vêtements pour les revendre ensuite.
    Ceci dit, je sais que la véritable pauvreté existe aussi.

    • lumpenproletariat

      Si tu as malheureusement fait cette stupidité que j’ai faite, commencer un jour à cloper… et que tu as tenté d’arrêter, tu auras pu considérer les effets du sevrage…

      La pauvreté, dans une certaine mesure, c’est une chose, qui avec un peu d’astuce, de résilience et une vision sobre de la vie, peut être plus où moins bien vécue, voir dépassée.

      Par contre, la précarité, elle, c’est une notion, plus subtile. Je la considère, un peu, comme faire du trapèze dans la vie sans filet de sauvetage. La moindre erreur et tu te ramasses sur le sol comme une crêpe. Il ne faut pas avoir le vertige. Un formidable outil à chantage, une prouesse d’ingénierie sociale, un bel outil dont usent à merveille CERTAINS petits agents ( on les appelera les Kapos) des CAF et des pôles emploi pour faire un chantage abject sur des personnes parfois dépassées par leur situation…

      J’en reviens au Tabac, arrêtez de fumer en étant précaire, c’est pas évident… Pauvre, bien enraciné et par la même sobre, c’est mieux… J’ai déjà arrêté plusieurs fois plusieurs années et repris plusieurs fois (blablabla on s’en fout)…

      Après, effectivement, certains énergumènes courent après tout ce qui brille, et préférerons manger des patates pour se payer un écran plat et une XBOX… Mais bon, c’est comme partout, il faut de tout pour faire un monde…

      Après, avoir un portable (pas le dernier iPhone mes couilles), est indispensable pour faire de l’intérim…

  • Spike636

    Avant les mendiants étaient sale, habillé en aillons et sentaient mauvais.
    Aujourd’hui ils ont des téléphones portable, des vêtements propre et se permettent de refuser qu’on leur offre un sandwich ou une bouteille de jus de fruit parce qu’ils préfèrent de l’argent à la place.
    Sans parler de ceux qui simulent des handicapes physique.
    Il y a deux jours, l’un d’eux m’a abordé dans la rue pour avoir de l’argent afin de je cite : « se payer un café »

    Et pour les autres, c’est malheureux, mais à vouloir obstinément accueillir toute la misère du monde en France, le résulta était inévitable.

    Faire la manche est littéralement devenue un business pour beaucoup de personnes.

    • lumpenproletariat

      « Faire la manche est littéralement devenue un business pour beaucoup de personnes »

      Ouais, j’ai vu ça, le MEDEF et certaines banques en difficultés en sont de bons exemples…
      Et leur intellect est sale, habillé en aillons et putain quelle odeur putride !!!
      Beurk…
      Par contre, je crois que le Gattaz ne simule pas sa bosse.
      Et je te l’accorde, plutôt que de leur accorder la dignité de faire ce qu’ils veulent de leur argent, choisir entre un coupé sport et un chinchilla pour leurs grosses, on devrait s’assurer qu’ils mangent bien des pâtes…

  • Le veilleur

    Un peu d’humour avec Didier Super.

    Didier Super -Y’EN A MARRE DES PAUVRES.

    http://www.youtube.com/watch?v=BpCmh6ydTno

    Didier Super – A Bas Les Gens Qui Bossent.

    http://www.youtube.com/watch?v=Jadb_YCECR0

    http://www.youtube.com/watch?v=QS70Tfe1P1k

  • laspirateur

    En ironisant on pourrait dire que la France peut mieux faire, toujours en retard par rapport aux USA qui compte plus de pauvre mais il ne faut pas désespérer on est sur le bon chemin!http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

Laisser un commentaire