Avec des journalistes comme Jean-Michel Aphatie: la culture de la haine de la France a de beaux jours devant elle…

Mise à jour: Jean-Michel Aphatie se pose en victime

Il y a parfois des déclarations qui mériteraient une mise au chômage, surtout lorsque celles-ci viennent de journalistes reconnus. Il y a quelques jours Jean-Pierre Pernaut a fait polémique avec une transition que l’on pourra juger de plus ou moins maladroite (c’est suivant l’opinion de chacun), et là? Où est le scandale? Personne ne s’offusque d’entendre dire d’un journaliste que s’il était président, il raserait le château de Versaille pour ne pas « cultiver la grandeur de la France ».

Tenir des propos haineux envers la France et tout ce qu’elle peut représenter, envers son passé et ce qu’elle peut encore représenter, il semblerait bien que cela ne soit pas condamnable.

Personnellement, je n’étais pas partisan de ce Monsieur qui sévit sur divers médias dont Politis Libération, Le Journal du dimanche, Le Parisien, L’Express, Le Monde pour la presse écrite, et sur France5, pour la télévision,mais j’ai trouvé une raison supplémentaire de l’éviter!

cxfu3dauuaafb7kIl y a un homme politique un jour qui a dit: « La France, tu l’aimes ou tu la quittes », à se demander pourquoi il n’est pas écouter par ceux qui crachent sans vergogne sur le pays qui les nourris (mais également les subventionnent et leur offre des avantages fiscaux comme cela doit être le cas avec Mr Aphatie).

 

Le journaliste vedette des plus grands médias français (RTL, Europe1, Canal + …) a créé une immense polémique après avoir suggéré de «raser le château de Versailles», symbole selon lui d’un passé révolu. Sur la toile, c’est l’indignation.

Invité sur la chaîne Public Sénat, l’éditorialiste s’est laissé aller à une colère pour le moins démesurée.

Particulièrement contrarié par la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis, il n’a pas hésité à faire le lien avec la France qui serait selon lui en proie au populisme.

«Arrêtons de cultiver la grandeur de la France, devenons réalistes»

Pour Jean-Michel Aphatie, la France devrait oublier sa grandeur et sa tradition d’indépendance sur la scène internationale pour se rapprocher définitivement de l’idée mondialiste à l’anglo-saxonne. Pour ce faire, le journaliste propose une méthode radicale et qui a fait rire et s’indigner beaucoup d’internautes. En effet, Jean-Michel Aphatie souhaiterait tout bonnement détruire le passé glorieux de la France, symbole d’une époque révolue et qui constituerait une des principales sources de nuisance.

«L’esprit politique français est fabriqué par le souvenir de Louis XIV, de Napoléon et du Général De Gaulle. Quand on fait de la politique en France madame, c’est pour renverser le monde. Eh bien ça ça n’entraîne que des déceptions. Moi si un jour je suis élu président de la République, savez-vous quelle est la première mesure que je prendrais ? Je raserais le château de Versailles. Ce serait ma mesure numéro un pour que nous n’allions pas là-bas en pèlerinage cultiver la grandeur de la France, devenons réalistes !», a lancé l’éditorialiste sous l’œil médusé de la journaliste qui le recevait.

Cette dernière, choquée par les propos de son interlocuteur lui a lancé : «Et ben dis donc, vous n’êtes pas près d’être élu, je peux vous le garantir».

Source: Russia Today

La France, c’est avant tout mon pays, à moi qui suis d’origine polonaise, un pays que j’aime et que je suis prêt à défendre, et pas uniquement avec des mots! Je n’aime pas ce qu’il s’y passe, je n’aime pas ces politiques populistes qui dénoncent ce qu’ils n’hésitent pas à faire en pire, je n’apprécie pas le fonctionnement de ce système et de certaines de ses institutions, j’ai également peur pour l’avenir de ce qui jadis fut un grand pays, et qui aujourd’hui est détruit petit à petit, mais je reste attaché aux « valeurs de la France », à sa gastronomie, à tout ce qu’elle peut véhiculer de positif dans le monde.

Et à ceux qui méprisent la France, je les emmerde!!!

À bon entendeur, salut!

Benji

Petite mise à jour du sujet, car suite à la polémique suscitée par ses propos, le journaliste opte pour une ligne de défense qui devrait en inspirer plus d’un. Amis internautes, si vous aussi vous avez lâché une « connerie » que vous ne regrettez pas forcément mais qui a des répercutions négatives, choisissez la méthode Apathie pour vous défendre, expliquez que c’est la faute aux autres qui n’ont pas su comprendre le « second degré ». Il n’est toutefois pas garanti que l’argument suffise à votre défense…

À noter une information importante, suivant le Huffingtonpost.fr, ce ne sont pas des « patriotes amoureux de leur pays », mais « des élus versaillais ainsi que de nombreuses figures identitaires et traditionalistes« . Il y a des sujets qui ne sont pas à plaisanterie comme il a pu le constater…

24 commentaires

Laisser un commentaire