Le petit livre noir des grands projets inutiles…

Il est toujours bon de savoir ce que devient notre argent, et avec ce petit livre noir, vous n’allez pas être déçus. Merci à Ernest London de la bibliothèque Fahreinheit dont le slogan est: Les livres sont des armes… Lire des livres pour savoir et comprendre car, il ne sert à rien de dénoncer si on oublie. Partagez!

Toutes les heures, en France, 10 hectares de terres agricoles sont artificialisés, soit l’équivalent d’un département tous les 7 ans. Les discours politiques emprunt de bons sentiments écologiques cachent souvent une folie des grandeurs écocide, énergivore et dispendieuse. Le Grenelle de l’environnement aura été le summum de cette duplicité institutionnelle. La crise économique n’a nullement ralenti l’investissement public, utilisé pour « stimuler la croissance ».

Un kilomètre d’autoroute coûte 10 millions d’euros. Alors que la France est l’un des pays les mieux doté en infrastructures de transport, chaque nouvelle construction n’est qu’un gain de vitesse, souvent dérisoire par rapport aux coûts faramineux. Il n’y a plus de région enclavée.

L’usage des Partenariats Publics/Privés qui offrent une solution au surendettement public, débouche toujours sur un alourdissement des coûts pour la collectivité.

Les projets de l’autoroute A65 entre Langon et Pau, l’aéroport Notre-Dame des Landes, la L.G.V. Lyon-Turin, postulent tous sur des prévisions de trafics irréalistes.

Le choix de la construction de ces équipements augmente la fracture économique, en subventionnant le mode de vie des plus aisés et pénalisant les autres (dégradation des petites lignes utilisées au quotidien pour aller travailler au profit des lignes TGV pour mettre les week-ends à Biarritz à 3 heures de Paris).

Les auteurs, réunis et cachés sous le pseudonyme collectif « Camille », recensent ensuite un certain nombre de Grands Chantiers Inutiles Imposés (G.P.I.I.).

Le surgénérateur Superphénix de Creys-Malville, décidé en 1976 par Valéry Giscard d’Estaing, a coûté 13 milliards d’euros. Les nombreuses défaillances techniques ont conduit à son arrêt en 1997. Il n’est aujourd’hui démantelé qu’à 53%.

Le montant des travaux de la centrale nucléaire E.P.R. de Flamanville a dépassé 8,5 milliards d’euros. Outil de prestige pour appâter les clients étrangers, il n’est pas suffisamment innovant pour convaincre.

Après 50 ans de recherches, l’objectif d’I.T.E.R. semble inatteignable : contrôler une réaction de fusion pour produire 10 fois plus d’énergie qu’il n’en consomme… pendant 6 à 7 minutes !

Pour alimenter le centre d’enfouissement des déchets nucléaires de Bure à 500 mètres sous terre, les riverains verraient passer deux trains de 10 wagons par semaine pendant 125 ans. La ventilation des 220 kilomètres d’alvéoles et les 15 km2 de galeries rejetterait des gaz radioactifs à la surface. La Cour des comptes doute du chiffre de 35 milliards annoncés pour sa construction tant sont encore floues les quantités à enfouir.

Mis en service en 1978, les deux réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim ont depuis longtemps dépassé les 30 ans d’activité prévus à l’origine.

Les six semaines de guérilla populaire, pierres contre fusils, ont fait reculer le lobby nucléaire à Pogloff en 1980.

Le projet ne l’aéroport de Notre-Dame des Landes ne pourrait se faire qu’en infraction avec la loi sur l’eau.

Alors que la ligne actuelle est suffisante et sous-exploitée, utilisée seulement à 17% de sa capacité fret, le projet de liaison ferroviaire Lyon-Turin est estimé à plus de 26 milliards par la Cour des comptes.

Les projets de lignes T.G.V. Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne proposent encore de satisfaire dans 10 ans moins de 10% des usagers de la S.N.C.F., les voyageurs de T.G.V., au lieu de satisfaire rapidement 90% des voyageurs quotidiens.

Au-delà des projets des autoroutes Marseille-Grenoble et Lyon-Saint-Étienne, du contournement est de Rouen, du prolongement de la Francilienne, de la Route Centre Europe Atlantique, de la nouvelle route du littoral à la Réunion, c’est celui de l’autoroute Pau-Langon, l’A65, qui bat tous les records d’inutilité. Elle aura mobilisé des efforts rhétoriques pour être qualifiée de « première autoroute grenello-compatible ». Ce quatrième axe reliant Bordeaux à Pau aura coûté 10 fois plus que l’autoroute reliant Nairobi à Dar-es-Salaam, capitales du Kenya et de la Tanzanie, réunissant 80 millions d’habitants !

Le contournement ouest de Lyon propose de désengorger le tunnel sous Fourvière bien que les études montrent que 85% de ce trafic est local !

Le projet Ramery, dit des 1 000 vaches, n’est justifié que par une course effrénée au profit. En effet, la production de lait en France est suffisante et les pâturages ne manquent pas.

Sont également évoqués le projet Europa City, annoncé par le groupe Auchan comme le plus grand centre commercial du monde, le stade des Lumières à Décines, la tour Triangle, la méga-scierie-incinérateur de Sardy-les-Épiry, l’incinérateur de Clermont-Ferrand et la gare de Stuttgart.

S’appuyant sur des initiatives locales développées à partir de petits territoires, la transition propose une vision optimiste en choisissant de passer à l’acte pour changer de modèle.

Les luttes contre certains G.P.I.I., fédérées en Zones À Défendre (Z.A.D.), sont un pied de nez au Zones d’Aménagement Différé.

Repliés sur la sphère privée, laissant vacant l’espace démocratique, les citoyens ont laissé l’État et l’entreprise définir un projet de société où ils étaient réduits au simple rôle de consommateur-producteur-spectateur.

Partout se lève une contestation qui a su tirer les leçons du militantisme pyramidal.

Catalogue non exhaustif de grands travaux représentatifs des plus inutiles. L’exposé de chacun est concis mais pertinent même si bien sur tous mériteraient un livre à part entière.

Les contre propositions des auteurs ne sont pas le propos de l’ouvrage. Par manque de développement, elles n’ajoutent souvent rien et pourront parfois paraître un peu ridicules (« Alors que le solaire a fait ses preuves » !).

Bon panorama des principaux projets inutiles et nocifs, qui fournira quelques premiers arguments de contestation. Sont ici démontrés l’iniquité de bien des décisions politiques, le pouvoir de nuisance des grands lobbies industriels (sans trop de détails) et aussi la difficulté à imposer une contradiction au nom du bon sens.

LE PETIT LIVRE NOIR DES GRANDS PROJETS INUTILES

Camille

130 pages – 7 euros.

Éditions Le Passager Clandestin – Neuvy-en-Champagne – juillet 2013

http://www.lepassagerclandestin.fr/

Source Bibliothèque Fahreinheit

Allez plus loin:

LE LIVRE NOIR DES BANQUE$.

En 2008, les États européens ont mobilisés 37% de leur P.I.B., soit 4 500 milliards d’euros, pour sauver le système bancaire. La crise s’est alors transmise à toute l’économie et aucune régulation n’a été mise en œuvre, malgré les promesses.
Et depuis, le hold-up planétaire continue : spéculation sur les marchés alimentaires, compensations versées aux créanciers, emprunts à risque,… pour favoriser toujours plus de captation de richesse au profit de quelques uns, des millions d’emplois sont détruits, des familles sont expulsées car, plutôt que d’installer des garde-fous, de lutter contre l’évasion fiscale, sont montrer du doigt le « coût » du travail, le nombre de fonctionnaires, l’endettement des États.
…/…
Lire la suite

6 commentaires

Laisser un commentaire