L’énigme Emmanuel Macron ? …

Manuel, que je remercie, m’envoie ses analyses sur les prochaines élections, en tenant compte des candidats déclarés ou potentiels. Êtes vous d’accord avec lui?

question-mark-nothing Est-ce que le « félon », celui qui a trahi son concepteur, se présentera ou pas, en 2017 : Telle est la question ?

Je le croyais suffisamment intelligent pour se projeter en 2022, pour attendre que les « chacals » se dévorent entre eux, que la France soit davantage déchirée et que les candidats actuels se soient disqualifiés complètement.

Il pouvait patienter, il est jeune.

Or, sa récente démission de la fonction publique, de son poste d’inspecteur des finances, laisse à penser qu’il se présentera !

Supposons donc qu’il se présente ! Alors le jeu sera totalement faussé et le résultat imprévisible car, quelque soit le pourcentage des voix qu’il obtiendra, il sera « pioché » sur celui de Hollande et de Juppé et des autres candidats de la gauche de la droite et de la droite de la gauche.

Dans un tel cas de figure, difficile de pronostiquer qui sera l’adversaire de Marine au second tour ?

Les politologues, les politiciens, les journalistes, les instituts de sondages, tous se posent la question : François Hollande se présentera-t-il ou pas à la présidentielle de 2017 ?

« Il se présentera, soyez-en certains, et il va tous les « b….. » !

C’est, en tous les cas, ce que pensent les rares fidèles qui le connaissent très bien.

Hollande croit aux résultats des réformes qu’il a réalisées, croit en lui et, s’il n’en reste qu’un à croire, ce sera lui.

Il se présente donc pas de « primaire » à gauche.

Il est évident que le Parti Socialiste ne va pas désigner un candidat pour affronter le Président de la République. Ce serait suicidaire !

Manuel Valls, le premier ministre, qui depuis quelques jours s’oppose verbalement au chef de l’état, dans l’espoir de le faire fléchir, restera fidèle jusqu’au bout : il ne se présentera pas contre le Président.

Resteront donc face à face, à gauche, Hollande et Mélenchon et, dans un tel cas de figure, il est assuré que le président éliminera le chef de file du parti de la gauche, qui n’est pas certain de bénéficier ni de l’appui des communistes, ni de celui des écologistes.

Examinons avec lucidité les quelques scénarios possibles et cela sans enthousiasme partisan.

Scénario 1 : François Hollande se présente : Donc pas de « primaire de gauche ». Il ne sera pas présent au second tour, ni Mélenchon non plus. Resteront en présence l’élu de la « primaire de droite » et Marine Le Pen.

Scénario 2 : Hollande ne se présente pas : « primaire de gauche » dont, très probablement, Manuel Valls sortira vainqueur. Mélenchon ne se ralliera pas à lui. Ni l’un ni l’autre ne seront présents au second tour de la présidentielle.

Scénario 3 : Macron se présente : au premier tour, il élimine Hollande (s’il se présente), Valls, vainqueur de la primaire (si Hollande ne se présente pas) et, bien entendu, Mélenchon.

Devancera-t-il le vainqueur de la « primaire de droite », quelqu’il soit ? Faut voir.

Resterait donc en présence l’élu de cette « primaire de droite », ou, peut-être, Emmanuel Macron, contre Marine Le Pen.

Juppé et Hollande c’est « blanc bonnet et bonnet blanc », tous deux présentent le même profil hypocrite et machiavélique, dissimulé sous un semblant de bonhomie, de « normalité », de pondération. Des manipulateurs, joueurs d’échecs politiques, toujours prêts à contourner l’obstacle, la difficulté, pour parvenir à leurs fins : ce ne sont pas des « gentils » mais des « méchants ».

Certains pourraient être tentés de voter pour Jean-Frédérique Poisson, comme nous poussent à le faire, par presse et médias interposées, la droite de la droite, mais ce serait un vote inutile car il n’accèdera pas à la finale et tous les bulletins qui se porteront sur sa personne ne pourront que favoriser l’élection d’un Juppé (ce que nous ne souhaitons pas).

Il ne reste donc que François Fillon ou Bruno Le Maire.

Tous deux ne pratiquent pas la langue de bois mais il semble très difficile, sauf retournement spectaculaire de la situation, que l’un des deux se retrouve en finale.

François Fillon sera le « troisième homme ». Il est calme, serein, réfléchi, honnête. Il ne pratique aucun exhibitionnisme et il promet de réaliser son programme, malgré les difficultés.

Essayons de lui donner cette opportunité d’une présence inespérée au second tour, par nos votes.

C’est lui qu’il « nous » faudrait, au second tour de la présidentielle de 2017, face à Marine Le Pen.

Ensuite, dans le secret de l’isoloir, nous voterons, sachant que nous n’enverrons pas à l’Elysée l’un de ces « guignols » dont nous ne voulons surtout pas.

Manuel

19 commentaires

Laisser un commentaire