Est-il possible de manger un animal qui n’a pas souffert?

Un nouveau scandale touche les abattoirs français, et la petite question impossible aux premiers abords: « Est-il possible de manger un animal qui n’a pas souffert? » La réponse est oui, car les petites exploitations existent, des producteurs locaux peuvent élever leurs animaux dans un semblant de bonheur, mais pour la fin de l’animal? Sans souffrance elle aussi?

cow-394148_960_720La vue de la souffrance d’un animal étant inutile ici, autant en montrer une heureuse et en vie…

L’article nous explique en introduction que « les images des conditions d’abattage des animaux réveillent, coup par coup, la conscience des consommateurs français qui voudraient pour certains, continuer à manger de la viande, tout en étant soucieux de la prise en charge des animaux et de leur bien-être« , ha ben en voilà une bonne chose, si cela remue les gens dans le bon sens, qu’il y a des prises de conscience, c’est qu’il y a du positif à la clé!!! Deux autres questions s’imposent alors:

  • Durant combien de temps les consciences vont-elles se sentir concernées?
  • Cela va-t-il jouer sur l’avenir des méga-élevages comme la ferme aux 1000 vaches ou aux 250 000 poules? Puisque au niveau souffrance, difficile de penser que ces animaux se considèrent au paradis…

Pour la septième fois en un an, l’association L214 Éthique et animaux dévoile les images terribles d’un abattoir de bovins à Limoges.

La vidéo est insoutenable, on y voit des vaches en gestation suspendues par les pattes arrières à demi-conscientes, puis dépecées de leur foetus de veaux, jetés à la poubelle.

Depuis quelques mois, ce type d’images comme les reportages menés dans les abattoirs français se multiplient, alertant le grand public sur les souffrances infligées aux animaux abattus. Le sujet est devenu un véritable enjeu sanitaire que la législation pourrait faire évoluer et manger de la viande est aujourd’hui un acte tout sauf anodin.

 

Par conviction, nombreux sont ceux qui décident alors de réduire leur consommation voire de l’arrêter. Mais pour ceux qui ne sont pas prêts à franchir le cap, qui aiment par dessus tout savourer une viande durant leur repas, une question se pose: est-il possible de poursuivre ce plaisir tout en étant soucieux de la dignité des animaux? Est-il possible de consommer sans cruauté? Ou du moins, de veiller à ce que l’animal ait souffert le moins possible?

L’élevage et le transport, deux premiers indicateurs

Pour Léopoldine Charbonneaux, directrice de l’association CIWF France, rien n’est moins évident:

«Le bien-être des animaux destinés à être tués pour notre alimentation passe par trois étapes: l’élevage, le transport et l’abattage, explique-t-elle. Il faut donc veiller à ce que les animaux soient bien traités durant chacune de ces phases pour espérer consommer la viande d’un animal qui aura souffert le moins possible. Mais avec 80% d’animaux en provenance d’élevages intensifs en France, le défi est difficile.»

Il faut donc s’en remettre à des labels tels que Agriculture biologique ou Label Rouge pour en savoir plus sur les conditions d’élevage des animaux, comme que l’indique ce petit guide du consommateur responsable. Mais attention! Certains labels ne certifient que l’origine géographique de la viande. Ils ne vous informent absolument pas quant aux conditions dans lesquelles l’animal a été élevé.

Consommer «français» ne vous garantit donc simplement que son temps de transport aura été réduit. Ce qui est déjà un premier pas certes, quand on sait que certains animaux en provenance de l’étranger doivent subir des journées entières de trajet dans des bateaux ou des camions, avant d’arriver à destination pour être abattus. Mais rien ne dit que l’animal a été élevé ou pas dans des conditions de vie optimales limitant son stress et ses souffrances.

Tentez au mieux, d’acheter une viande issue d’un circuit court et biologique, même si en la matière, les informations et étiquetages détaillés restent encore trop rares et trop vagues. Car malheureusement, ni la certification «bio» ni celle «origine France» ne garantissent un meilleur traitement au moment de l’abattage.

Source et suite sur Slate.fr

Je reste persuadé que cela n’est qu’un scandale de plus qui ne changera rien au final, la plupart des consommateurs continueront d’acheter leur viande comme ils l’ont toujours fait… Alors, que comptez-vous faire de votre côté? Continuer à manger de la viande ou pensez à opter pour une autre alimentation?

21 commentaires

  • yanomami

    Des images inacceptables. Ici, nous mangeons de la viande une à deux fois par semaine, achetées dans une ferme à qques km de chez nous. Nous pouvons y voir oies et canards s’ébattre gaiement sur un grand espace herbacé. On fait donc peu, mais on fait notre part.
    L’élevage intensif est une abomination.

    Je suis d’ailleurs assez dépitée par les commentaires sur le figaro comme quoi:
    -on ne dit rien pour l’abattage hallal (je crois que c’est souvent remis-et avec raison- en cause)
    – on ne dit rien sur les milliers de foetus humains abattus chaque année (ou comment remettre insidieusement en cause le droit à l’avortement)
    – ce qu’on voit sur les images, ce n’est que de la nourriture. (je croyais que la société avait admis il y a peu que les animaux avaient une conscience)

    C’est à désespérer de la nature humaine.

  • Niakine Yapatchef Niakine Yapatchef

    La société a les abattoirs qu’elle mérite.
    La sensiblerie schizophrénique des consommateurs de masse, me fait doucement rigoler. On achète des grolles en cuir et on mange chez Magdo mais on pleure devant une vidéo d’abattage industriel.
    Qu’on le veuille ou nom l’homme est omnivore, naturellement, il mange donc de la viande avec ses légumes.
    Le fait de manger ou pas de la viande n’est pas le problème.
    Quand feu mon oncle Anatole tirait un lièvre, ça n’avait rien d’horrible.
    La civilisation techno-industrielle rend insupportable la moindre activité humaine.
    Ce qui est horrible c’est notre impuissance face à ce monstre mondialisé.
    Devenir végétarien ne changera rien au problème.
    Y a juste qu’a espérer que ça s’écroule.

  • Graine de piaf

    @ Niakine Yapatchef :Mais non l’homme n’est pas omnivore d’instinct ! nos ancêtres étaient pêcheurs cueilleurs, ce n’est qu’avec la civilisation qu’ils sont devenus mangeurs de viande, petit à petit, d’abord avec les proies qu’ils chassaient, puis avec l’élevage.
    Mais les plus grands consommateurs sont arrivés quand même assez récemment, avec le bien-être, nos grands-parents, enfin les arrières-grands-parents pour les quadragénaires, mangeaient rarement de la viande, c’était un plat de « riche », les céréales, les légumineuses, la remplaçaient avantageusement. Elle était consommée pour un jour de fête spécial !

    Avec la consommation outrancière de la viande ( 2 fois par jour pour beaucoup) sont arrivés de multiples maux physiques, déjà bien avant les élevages intensifs et bourrés de produits chimiques, ce qui prouve bien que l’homme n’est pas fait, dans sa constitution, pour manger des produits carnés.
    La Nature a tout ce qu’il faut pour nous donner les protéines complètes, nécessaires à notre organisme, ainsi que les minéraux, les oligo-éléments etc… En ne mangeant pas de viande nous ne risquons absolument pas de manquer de quoi que ce soit pour peu que l’on apprenne à se nourrir intelligemment, et en ces temps difficiles financièrement pour beaucoup d’entre nous, en dépensant moins ce qui n’est pas à négliger.

    @ yanomami : dans pratiquement tous les abattoirs actuels c’est l’abatage hallal qui est pratiqué ceci pour plus de rentabilité, car il n’y a pas d’abattoirs spécifiques.

    Les hommes actuellement n’ont plus aucun respect pour la Vie qu’elle soit animale ou humaine, elle a peu d’importance à leurs yeux. Abattages, chasses, ou crimes de guerre, génocides, règlements de comptes, toutes les occasions sont bonnes pour tuer !

    • Lilith Lilith

      @ graine de piaf, a l’origine les hominidé mangeais des fruits et des végétaux et probablement des insectes comme les grands singes aujourd’hui…. ce n’est que en privilégiant la station debout qu’ils ont également ajouté a leur régime alimentaire des charognes……….l’homme est omnivore par nature et c’est justement grâce a ce régime particulier qu’il a pu se hissé tout en haut de la chaine alimentaire, je sais pas si c’est vraiment un mieux quand je vois ce dont sont capable certains de nos congénères mais c’est un fait de notre évolution.

      voici un très bon article du musé de l’homme
      http://www.museedelhomme.fr/fr/homme-est-il-nature-carnivore-vegetarien
      http://www.grands-singes.com/pages/singes.html

    • Niakine Yapatchef Niakine Yapatchef

      L’argument selon lequel l’homme ancestral ne mangeait pas de viande est absurde au regard des très nombreux artéfacts archéologiques.

      Maintenant je peux très bien comprendre que le fait de tuer un animal pour le manger vous pose un problème de conscience.

      En ce qui me concerne, cela ne me pose aucun problème au niveau émotionnel. J’ai beaucoup chassé en forêt lorsque je vivais en Guyane et j’en garde des souvenirs extraordinaires. Le fait de mettre à mort un animal pour s’en nourrir est un acte parfaitement rationnel et indispensable dans des conditions naturelles de survie.

      L’acte de chasser en lui même est absolument délicieux. Exactement comparable en matière de sensations aux autres nécessités instinctives de la vie, j’entends par là le coït ou bien même le combat. Instinctivement dans son milieu naturel l’humain à besoin de chasser pour se réaliser.

      Chassez le naturel il revient au galop ! La civilisation nous a privé de nos milieux naturels, l’homme moderne est à l’homme, ce que le porc domestique est au sanglier: gavés d’antibiotiques et de bouffe industrielle, parqué dans des enclos surpeuplés… Lâchez ce porc dans la forêt, il redeviendra sauvage.

      Sur ce, je suis d’accord avec le fait que manger de la viande aujourd’hui, avec tout ce que cela engendre, est un facteur grave de dégradation environnementale. Comme toutes les autres activités de consommation humaine ayant une origine industrielle, serais-je tenter d’ajouter.
      Bref le problème n’est pas plus, selon moi, la viande que le nombre de gens qui en mangent.

      Mais de toute façon ce problème comme tous les autres se réglera assez rapidement, dans le sens ou les existences précaires que nous menons sont aujourd’hui menacées à plus ou moins court terme.
      Il est hélas déjà trop tard pour s’en soucier.

      Je terminerais en citant ce remarquable petit monologue de ce Cher Tyler Durden.

      « Dans le monde tel que je le vois, on chassera des élans dans des forets humides et rocailleuses du Rockfeller center. On portera des vêtements en cuir qui dureront la vie entière. On escaladera d’immenses lianes qui entoureront la tour Sear. Et quand on baissera les yeux, on verra de minuscules silhouettes en train de piller du maïs ou de faire sécher de fines tranches de gibier sur l’aire de repos déserte d’une super-autoroute abandonnée. »
      Délire post apocalyptique de T.D. , Fight-Club, de Chuck Palahniuk 1996.

      Quant à nos plus proches cousins les chimpanzés, ils chassent aussi, n’en déplaise à certains…
      http://www.youtube.com/watch?v=qso4rJFPXJw

  • Le veilleur

    Merci Benji de ne pas avoir ajouté une image qui fait mal au ventre. Nous pouvons nous réjouir pour les animaux, d’autres nouvelles alternatives à la viande existent et sont tout aussi bonne et meilleure pour la santé, pour preuve… à voir absolument.

    De la viande… sans viande .

    http://www.dailymotion.com/video/x3a84sy_de-la-viande-sans-viande_news

    La viande végétarienne, une nouvelle mode ?

    http://www.youtube.com/watch?v=f8o5nJN29xU

    Steak végétal : aussi bon que la viande ?

    http://actu.orange.fr/france/videos/steak-vegetal-aussi-bon-que-la-viande-VID0000002cw4f.html

  • Lilith Lilith

    je garde le souvenir d’un abattage de porc dans une petite exploitation, lors de classe de neige, tout ce dont je me souviens est que l’animal avait conscience que sa mort était proche et que ses dernier instant était un grand stress même si le fermier a fait vite en l’abattant avec un pistolet d’abattage.

    Mais la différence de ce mode d’abattage est le respect de l’animal qui va offrir sa vie pour nous nourrir, dans la plupart des abattoir et élevage de masse en Europe il ni a plus se respect et c’est ce système qu’il faut combattre.

    Perso cela fait des années que je privilégie la viande issue du circuit court on achète a plusieurs un animal et on en consomme moins mais on sait d’où vient la viande et dans quel condition l’animal à été élever, mais je peut comprendre que pour certaines personnes ce n’est pas toujours possible économiquement ou tout simplement car ils ont un plus grand besoin de protéine animal, mais si j’étais obligée de manger la viande issue de la grande distribution je crois que je deviendrais végétarienne sans hésitation.

  • Yanne Hamar

    Combien de temps faudra-t-il pour remettre en question la consommation de viande ? Le confort gastronomique justifie les pires horreurs , légitime l’absence totale de remise en cause et les réactions agressives.http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif

  • Planete bleu Planete bleu

    Gandhi

    La grandeur d’une nation et son progrès moral peuvent être jugés par la façon dont ses animaux sont traités

    Alice Walker

    L’existence des animaux du monde à sa propre raison d’être. Ils n’ont pas plus été créés pour les humains que les personnes noire ont été créés pour les personnes blanches, ou les femmes pour les hommes

    A méditer

    Henry David Thoreau

    Un fermier me dit : « Tu ne peut pas vivre de légumes seulement, car cela ne fournit rien pour la structure des os » et… pendant tout ce temps il marche derrière son boeuf, lequel, avec des os faits de végétaux, le transporte, lui et sa lourde charrue en dépit de chaque obstacle

    Les vrais HEROS qui vont vous redonné FOI en L’HUMANITE

    http://www.youtube.com/watch?v=QJFCOqJiyfg

  • Il y aurait bien quelques moyens sympas de faire comprendre, dans leur chaire, à certains, ce que signifie la souffrance. Tant qu’on n’a pas vraiment souffert, une balle dans la jambe ou dans le ventre, par exemple, il peut être difficile de ressentir ce que cela signifie. Heureusement que de plus en plus de personnes arrivent à le comprendre et à le ressentir sans passer par là.
    On a connu les transports d’êtres humains dans des wagons plombés. Etait-ce « normal » ? Non bien sûr. Alors pourquoi le faire à des animaux ?
    On a connu la torture, les chambres à gaz, alors pourquoi la faire subir aux animaux ?
    N’a-t-on rien compris ?

    Bien sûr qu’il faut, au minimum, diminuer drastiquement sa consommation de viande. Il y a quelques années, on en était à 350 gr par jour ! Monstrueux ! Et stupide au plan de la santé, de toute façon. De la santé physique, et mentale, puisqu’on sait pertinemment que la viande amène à davantage d’agressivité.

  • Zeitgeist Zeitgeist

    Bonjour à tous !!

    Pourquoi vous posez la question en faisant une page et n’y répondez pas ?

    Dites-moi sinon où est la réponse à la question sur la page concernant « pouvons-nous manger de la viande sans souffrance ? »

    Pourquoi ne pas aller + loin quand on ouvre une page/débat ?

    N’importe quel être humain sains d’esprit, sait que l’animal souffre un max lors de l’abatage !!!!!!

    Même si la viande est bio !!!?!!?!?!

    Vous n’aller pas me faire croire que parce que la bête est élevée sainement(pour le bio) que la mort va être douce !!!??

    N’existe-t-il pas un abatage sans souffrance en France ?

  • Rik22

    Depuis le temps que ces situations d’affreuse maltraitance durent en France, toujours dénoncées par des caméras amateurs, jamais par les services publics, pas une seule condamnation sérieuse et dissuasive.

    • Niakine Yapatchef Niakine Yapatchef

      Le fait est que tuer un animal en abattoir est parfaitement légal !

      Maintenant mettez vous à la place du mec qui tue ces animaux, avec le chef qui pousse au rendement en gueulant derrière et les bêtes qui deviennent folles. Ça plus le bruit, le sang qui gicle et les bêtes qui agonisent…. Chapeau les gars ! Faut vraiment être solide pour tenir.
      Sans compter que le mec le soir quand il rentre chez lui y’a peut être même sa femme qui lui fait des crises….

  • sephiros

    il est vrai qu’il n’y vont pas de main morte avec les animaux mes maintenant la science prouve que les plante les arbres les végétaux ressente ,compte, s’aide ,nourrit les plus faibles par des réseaux de connexion sous terre, rien que le fait de penser a cueillir une plante ou lui faire quelque chose elle le c’est déjà et réagit (un des problème de mosanto combattre le vivant qui anticipe les choses que l’ont va lui faire)

    Et la quel et la considération des cette partie du vivant par rapport a la viande? 0
    graine de piaf na pas tort les légumineuses /céréales avec le bon rapport il fournissent des protéine complète d’ailleurs il y a des spécialités de cette composition partout dans le monde
    et puis on en a pas besoin énormément sinon après on urine en moussant

    • Zeitgeist Zeitgeist

      « Mais maintenant la science prouve que les plante les arbres les végétaux ressente »

      Parce qu’il fallait l’aval de la science pour penser avec sa tête ?!?

      Je n’arrive pas du tout à croire que l’être humain « ne savait pas » que nous faisions du mal à l’animal lorsqu’on le violente ou + …

      pathétique ;-)

      • sephiros

        non il ne faut pas l’aval de la science c’est juste que je voit toujours les végétarien montré du doigt les animaux alors que tout le monde s’en fou du reste dont le traitement et surement bien pire

        par contre les animaux comme les lions raffole des mixture de végétaux fermenter qu’il y a dans les herbivore

  • gneu

    Bonjour,

    Je ne sais que penser. Entre la conscience d’une vache et celle d’une mouche, laquelle est la plus importante ? La vie d’une mouche ou d’un moustique est-elle moins importante que celle d’une vache ? Pourtant, tout le monde a déjà écrasé une mouche ou un moustique, et même parfois avec des larves à l’intérieur. Ca n’offusque personne.

    On a un problème avec la mort des bêtes qui sont à « taille humaine » et moins d’états d’âmes avec les petites bêtes qui nous embêtent. Mais je n’arrive pas à expliquer pourquoi.

    Ca me choque de voir des vidéos d’abattage.
    Ca ne me dérange pas d’écraser un insecte qui vient me polluer la vie.

    Compliqué.

    Peut-être devrions nous manger que des petites bêtes ?
    Dans la nature, en général, les animaux capturent et mangent d’autres animaux plus petits.
    C’est rare de voir le contraire. L’homme est un des seul prédateur qui s’attaque à des bêtes plus fortes que lui.

    Peut-être devrions nous manger juste des lapins et des poulets, et pas de bovins ni ovins ?

    J’ai du mal à me positionner sur ce sujet. Les animaux ne sont pas tous végétariens ; de temps en temps ils font un « prélèvement » comme dit Pierre Rabhi , donc ça ne me choque pas que l’humain consomme aussi de la viande. Mais peut-être devrions nous manger que ce que nous sommes capables d’attraper naturellement ?

Laisser un commentaire