L’urgence de ralentir…

Pour ceux qui ne l’auraient pas visionné, regardez ce reportage d’ARTE. Le changement ne peut venir que du peuple. Refusez l’ultralibéralisme qui ne bénéficie qu’aux multinationales et, à leurs actionnaires. Faites le bon choix. Merci à Fred et à tous ceux qui ont proposé le lien.

Aux quatre coins de la planète des citoyens refusent de se soumettre aux diktats de l’urgence et de l’immédiateté, pour redonner sens au temps. En Europe, aux États-Unis, en Amérique Latine ou encore en Inde, Philippe Borrel est allé à la découverte d’initiatives, individuelles et collectives, qui proposent des alternatives basées sur d’autres paradigmes.

 » Course suicidaire et inconsciente », selon Edgar Morin, l’accélération financière et technologique, déconnectée du rythme de l’homme, mène notre système à l’épuisement et vers des catastrophes tout à la fois écologiques, économiques et sociales. Mais alors que des algorithmes accentuent de manière exponentielle et hors de tout contrôle la spéculation financière, des citoyens à travers le monde refusent de se soumettre aux diktats de l’urgence et de l’immédiateté, pour redonner sens au temps. En Europe, aux États-Unis, en Amérique latine ou encore en Inde, Philippe Borrel (Un monde sans humains ?) est allé à la découverte de ces initiatives, individuelles et collectives, qui proposent des alternatives fondées sur d’autres paradigmes.
Reprendre le contrôle
Au Rajasthan, le Barefoot College fondé par Bunker Roy recrute des femmes de milieux ruraux pour les former à l’ingénierie solaire ; les villes de Romans-sur-Isère et de Bristol ont mis en place une monnaie locale pour résister à la toute-puissance des banques ; à Ithaca, au nord de New York, des coopératives contribuent à relocaliser l’économie… À rebours du « train fou » du modèle dominant, ces alternatives citoyennes, qui rejoignent les analyses de philosophes, de sociologues, d’économistes et de scientifiques, pourraient bien être les pionnières du monde de demain. Autant de gestes qui remettent l’homme au coeur du système.

(France, 2014, 84mn) ARTE F

Mis en ligne par ARTEplus7

8 commentaires

  • Pinpin

    Hooooo que oui….!!!

    Quels sont nos besoins réels…??
    (Ceux Qui répondent gagner plus sortent …!!!)

    Les premiers besoins sont les besoins vitaux… Boire, manger et se soigner……..

    Ensuite, l’humain a besoin de communiquer, partager aimer et etre aimé…..

    L’humain n’as PAS BESOIN DE TRAVAILLER (sauf dans le cadre de ses besoins vitaux)

    J’entamme ma 5 eme année de désintoxication a l’euroamericanosurconsomation…

    Je viens de rentrer d’un mois en europe pour voir la famille, ce qui ne m’étais plus arrivé depuis deux ans…. Je suis stupéfait…. Si j’élimine le superflu, l’inutile, le superficiel…. Il ne me reste que les rencontres avec amis et famille, le reste n’est que tristesse, stress, peur et désolation…

    Parce que quand même, imaginez…. Imaginez que vous n’ayez que vos besoins vitaux a combler et que vous aillez l’entiereté de vos journées pour le faire….. Imaginez votre potager, vos légumes, vos plantes médicinales, imaginez que vous aillez le temps de lire des livres  »comment se soigner par les plantes ». Imaginez que votre alimentation soit 100% bio, que vous apprenez a cuisiner avec 0% de produits transformés, parce que vous avez le temps, parce que c’est plaisant….. Imaginez…..

    Est ce possible en europe ??? Je ne le penses pas actuellement… Mais si votre volonté de ‘vivre autrement’ est forte, il y a toujours des solutions…. La mienne fut de partir, tout plaquer et j’en suis heureux…. D’autre voues sont possibles ..

    LA SEULE VOIE, LE SEUL MODE DE VIE IMPOSSIBLE, EST CELUI QUI NOUS EST PRESENTER COMME NORMAL ET NECESSAIRE A LONGUEUR DE JOURNEE PAR LES MEDIAS…

    Que votre journée soit douce et que votre vie le devienne…..

    • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

      Salut pinpin, toujours un plaisir de te lire !

      En réponse à ta question : « est-ce possible en Europe ??? » , je te répondrais que je réside dans le sud de la France et que j’y « travail ». Pour moi, l’engagement vers une vie alternative, en « marge » de cette folle société de consommation dans laquelle tout va tellement vite que le temps de cerveau disponible pour admirer le paysage est égal à zéro, n’est au départ qu’une question de prise de conscience du fait que le chemin tracé par l’oligarchie, celui que nous suivons depuis toujours les yeux fermés tels de stupides moutons, ne mènera qu’à notre perte, puis vient ensuite le désir retrouver ce que je nomme « le véritable sens de la vie ». Alors qu’importe le pays ou la zone géographique dans laquelle nous évoluons, nous avons tous à un moment donné l’opportunité d’analyser notre vie, effacer les fichiers corrompus qui ralentissent notre réflexion, supprimer les virus qui corrompent nos consciences pour enfin quitter le système d’exploitation qui nous asservit ! Les exemples de transitions réussies ne manquent pas aujourd’hui. A mon sens, on a largement plus de chance de réussir une transition vers l’autonomie que de gagner au loto, il suffit de s’en donner les moyens (pas spécialement financiers), ça demande un peu plus de réflexion et de temps que de faire des croix sur un bout de papier, mais 100% de ceux qui feront ce choix en sortiront gagnants !

      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif M.G.

    • gneu

      Est-ce indiscret de te demander dans quel pays tu t’es exilé Pinpin ?

  • Graine de piaf

    tu as oublié se loger. Mais que j’aime ton commentaire et combien j’y souscris !

    « Ensuite, l’humain a besoin de communiquer, partager aimer et être aimé….. »

    il y a toute une frange de la population qui est en manque, ce sont les personnes âgées particulièrement, qui ont vu au fil des années leur entourage amical se raréfier, puis disparaître soit à cause de l’éloignement, soit la mort a fauché large dans leurs rangs, quant à la famille… les « vieux » sont considérés comme des radoteurs, des empêcheurs de tourner en rond, alors on les évite, on les fuit même. Ils n’ont plus personne pour les aimer, les entourer, et ne peuvent même plus trouver quelqu’un à aimer sauf, s’ils ont de la chance, un chat ou un chien, ou un canari… La vieillesse fait peur car tous les moins jeunes savent qu’ils s’en approchent, les jeunes n’y pensent pas encore…

  • Le veilleur

    Il y a des endroits où les gens sont tellement pressés de vivre qu’ils en oublient de vivre. Le métro, boulot, dodo est devenu inhumain faisant de nous des machines, nous laissant très peu de temps pour penser, partager et réaliser nos rêves. En réalité ces gens-là ne vivent pas, ils survivent, ils meurent sans avoir vécus et c’est triste.

    Car nous rêvons tous de bonheurs, nous rêvons de faire ce qui nous plait et c’est humain, par contre courir après des mirages, des illusions comme nous le propose notre société n’est pas normal, pourtant c’est ce que font la plupart des gens qui pensent qu’ils n’ont pas d’autres choix que d’avancer avec le bâton et la carotte.

    Mais une chose importante devrait nous effleurer l’esprit chaque jours; la vie nous est donnée, nous n’avons pas à la gagner !

    Je suis d’accord avec pinpin nous n’avons pas besoin de superflu pour vivre, seul le vital nous suffit. Ce superflue n’est là que pour remplir nos vides intérieurs, bien souvent il est source de conflit avec soi et le monde et il détruit notre planète!

    Ce n’est pas ça la vie, de plus on ne remplit pas un vide par l’extérieur mais par l’intérieur, il en va de même du bonheur, nous pouvons ressentir le bonheur en nous à chaque instant de notre vie et c’est le plus cadeau que nous puissions nous offrir sur cette terre.

Laisser un commentaire