Important rejet radioactif à la centrale nucléaire de Golfech : une inacceptable dissimulation des informations par EDF

Tout va bien, un incident significatif mais sans conséquences s’est produit à la centrale nucléaire de Golfech. Celle-ci a libéré trop de rejets radioactifs dans l’air pendant 2 minutes, mais bien évidemment, ce n’est pas grave. Le souci, c’est que si l’on regarde le nombre d’incidents sur l’ensemble des centrales françaises, et que l’on ajoute cela au nombre de réacteurs à l’arrêt, cela commence à faire beaucoup…

golfech_auvillarSource de l’image: Wikipedia

Donc dans les faits, pas de quoi s’inquiéter:

Selon EDF, l’incident « significatif » s’est déroulé le 19 octobre et l’anomalie a été stoppée au bout de 2 minutes grâce à des alarmes. EDF a indiqué ce lundi 24 octobre qu’un incident s’est déroulé le 19 octobre dernier sur la centrale nucléaire de Golfech dans le Tarn-et-Garonne. Ce jour-là, une cheminée de l’unité N°1 de la centrale a libéré dans l’atmosphère des rejets radioactifs supérieurs à la limite autorisée pendant une période de 2 minutes.

Cette cheminée est « prévue pour rejeter à l’atmosphère les gaz issus du traitement des effluents liquides et de la ventilation des bâtiments nucléaires » indique EDF. Dans son communiqué EDF précise« qu’aucun impact sur l’environnement ni pour le personnel du site » n’a été mesuré.
Source+texte du communiqué d’EDF sur France3-regions.francetvinfo.fr
Si l’annonce est brève, les questions autour de cet événement sont nombreuses et fort heureusement certains se les posent, comme c’est le cas pour le Réseau « Sortir du nucléaire »:

En l’état des informations dont nous disposons, cet « évènement » soulève plusieurs questions :

  • EDF n’a pas communiqué la quantité de radioactivité rejetée, se contentant de mentionner le dépassement de la limite, fixée à 4 millions de Becquerels par m3. De combien a été dépassée cette limite ? Quelle a été la quantité de radioactivité effectivement rejetée ?
  • Quels ont été les gaz radioactifs rejetés ? Selon leur nature, les impacts sur l’environnement et la santé peuvent être très différents.
  • De quel(s) dysfonctionnement(s) cet important rejet radioactif est-il le symptôme ? S’agit-il d’une erreur humaine de manipulation ? D’un mauvais fonctionnement du matériel lié à un entretien insuffisant ? D’une défaillance des équipements ?

Dans l’attente de plus d’informations, le Réseau « Sortir du nucléaire » souhaite déjà souligner les éléments suivants :

  • Les limites de rejets ne sont pas fixées sur la base de critères de santé publique, mais définies par l’exploitant lui-même, en fonction de ce qui est produit dans les réacteurs (qui n’est pas maîtrisé par EDF) et de ce qu’ils rejettent effectivement, une centrale nucléaire ne pouvant pas fonctionner sans rejets radioactifs dans l’environnement. D’ores et déjà, on peut considérer que la quantité rejetée est considérable. En aucun cas EDF ne peut asséner catégoriquement que ce rejet n’a pas eu d’impact sur l’environnement ou la santé du personnel du site.
  • Il a fallu attendre presque une semaine pour que ces informations soient publiées sur le site d’EDF. Alors que la centrale prétend avoir averti la Commission Locale d’Information dès le 21, ses membres n’ont reçu aucune information. Cette déclaration tardive est inacceptable. EDF, qui se targue de transparence, apporte ainsi la preuve de son opacité et de sa fâcheuse tendance à pratiquer la rétention d’information.
  • Ce dépassement du seuil de rejet autorisé constitue une infraction, tout comme sa déclaration tardive. EDF devra s’attendre à des poursuites.

Article en intégralité sur Sortirdunucleaire.org

Et puisque nous parlons du nucléaire, alors ayons une pensée pour une grande dame dans le domaine: Bella Belbéoch: « Bella Belbéoch était ingénieur spécialiste de l’impact des rayonnements ionisants sur le vivant. L’auteur de cette tribune rend hommage à cette grande résistante au nucléaire, morte le 24 septembre, auteure de nombreux ouvrages sur la question, en particulier sur Tchernobyl, dans lesquels elle mettait en lumière les zones d’ombre des discours officiels. »

 

5 commentaires

Laisser un commentaire