Q.I. en baisse et perturbateurs endocriniens : l’iode à notre secours

iodine-sampleIode. Source de l’image: Wikipedia

Commentaire : Il existe des mesures prophylactiques simples à mettre en œuvre pour réduire notre exposition à tous les polluants qui nous entourent. En supprimant au maximum les accessoires en plastique, en filtrant l’eau que l’on boit et l’eau avec laquelle on se douche, en éliminant les produits d’entretien chimique, les cosmétiques de synthèse, en achetant des aliments issus de l’agriculture bio, moins pollués que les produits issus de l’agriculture conventionnelle.

Cela n’est pas vraiment réjouissant de constater qu’avant même notre venue au monde, la pollution engendrée par la politique de profit des industriels sans conscience nous atteint dans déjà notre chair . Mais nous ne sommes pas totalement démunis : au lieu de subir, nous pouvons, c’est à peine exagéré, établir des stratégies… de survie. Ce qui est mentionné plus haut, un peu de sport, une bonne diète et quelques compléments alimentaires peuvent faire pencher la balance favorablement.

Pour ces derniers, il en est un, très important, que Sott a traité à plusieurs reprises :

Enfant effectuant un test de QI. Certaines substances chimiques affectent la signalisation des hormones thyroïdiennes, essentielle au bon développement du cerveau du fœtus, du nouveau-né et de l’enfant en bas âge.

Alors que l’Europe tente de dresser la liste des molécules qui perturbent l’action des hormones thyroïdiennes essentielles au développement du cerveau, une première mesure consisterait à s’assurer que les futures mères disposent d’un apport suffisant en iode. Les hormones secrétées par la thyroïde sont des signaux endocriniens essentiels pour le développement du cerveau. Sans elles au bon moment, un enfant restera crétin – au sens médical du terme (1) – avec un QI de moins de 35. Mais différentes substances chimiques de notre quotidien sont susceptibles d’interférer avec l’action de ces hormones, comme le bisphénol A présent dans les biberons en plastique jusqu’à il y a peu, le paraben qu’on trouve dans certains cosmétiques ou le perchlorate dans l’eau du robinet.

Depuis 2001, différents travaux de recherche montrent que cette perturbation endocrinienne fait planer de réelles menaces sur notre santé et sur la biodiversité. Tandis qu’on observe parallèlement chez plusieurs populations une baisse de QI et une augmentation des maladies neuro-développementales.

Le rôle clé des hormones thyroïdiennes

Il existe des liens évidents entre les rôles que jouent les hormones thyroïdiennes dans le développement du cerveau et les produits chimiques présents dans l’environnement susceptibles de perturber ce processus. La pollution chimique quotidienne (notamment celle in utero) peut en effet interférer avec le développement cérébral et les capacités intellectuelles. D’ailleurs, dès les années 1970, une poignée de produits chimiques (tels les PCB) furent pointés comme étant à l’origine de nombreux cas répertoriés de baisse de QI chez les populations exposées (2) avant d’être interdits aux États-Unis en 1976 et ailleurs dans les années 1980. Pourtant, le nombre de molécules non testées et potentiellement dangereuses a continué d’augmenter. Selon les statistiques des Nations unies, le volume des substances produites par l’industrie chimique a augmenté près de 300 fois depuis 1970.

Aujourd’hui, aux États-Unis, les troubles du spectre autistique (TSA) affectent un enfant sur soixante-huit (dont un garçon sur quarante-deux), avec une nette augmentation de l’incidence depuis le début des années 2000. Ce phénomène coïncide avec une augmentation de l’incidence des troubles de déficit de l’attention – hyperactivité (TDAH). L’évolution des définitions diagnostiques et les causes génétiques ne représentent qu’une partie de cette augmentation. L’impact des facteurs environnementaux, qui exacerbent sans doute souvent les prédispositions génétiques, doit être pris en compte. Mais étant donné les centaines de milliers de produits chimiques fabriqués et rejetés dans l’environnement au fil des dernières décennies (sans ou avant que l’on teste leurs effets physiologiques), il est difficile de savoir par où commencer pour percer la complexité de leurs interactions. Or, l’urgence est là. Avec cinq autres chercheurs, américains et européens, nous avons publié en 2015 une étude (3) qui évalue le coût économique en Europe des effets de seulement trois de ces produits chimiques (un pesticide organophosphate, un retardateur de flamme et un plastifiant dans le groupe des phthalates) en lien avec cette baisse de QI et avec l’augmentation des maladies neuro-développementales. Nous sommes arrivés au chiffre énorme de 157 milliards d’euros par an.

C’est donc mon idée centrale : l’intelligence et la santé mentale de nos futurs enfants sont menacés par une exposition continue à des mélanges perturbant les hormones thyroïdiennes dans le corps de la mère, et ce dès la conception.

Deux observations sont à la base de ce point de vue. La première est qu’une bonne partie de ces produits chimiques affectent la signalisation des hormones thyroïdiennes. La seconde est que la signalisation des hormones thyroïdiennes est absolument essentielle au bon développement du cerveau du fœtus, du nouveau-né et de l’enfant en bas âge. Des éléments récents indiquent par ailleurs que les hormones thyroïdiennes jouent un rôle essentiel à un stade très précoce du développement cérébral, durant les trois premiers mois de grossesse.

Source et suite sur Lejournal.cnrs.fr via Sott.net

 

8 commentaires

  • dereco

    Le foetus risque beaucoup plus les premiers mois de développement en pleine croissance dans le ventre de sa mère lorsque tous ses organes se forment pour toute sa vie (environ à 40 jours de gestation ), hypersensible à toutes les saletés chimiques et autres cachées que sa mère a pris bien avant conception, ou en même temps, alcool, tabac, malbouffe, carences alimentaires, médicaments, Roundup mis partout et dans les 0GM, DDT, PCB, pesticides, particules fines, perturbateurs endocriniens (mis partout et pas que les bisphénols A, mais aussi S, toute une collection, , etc.. et ses remplaçants ), neurotoxiques ( thiazolinones même dans les lave- vaisselles et crèmes solaires et la peau ).
    Les maladies variées, cancers, cardiaques, diabète, autisme, etc.. ainsi provoquées sur le foetus se révèlent parfois des décennies plus tard, même sont transmises à leur enfants !
    Un exemple est le distilbène, un bisphènol puissant, utilisé à tort mensongèrement contre le fausses couches autrefois, qui vers le 40ième jours de gestation produit des malformations sur deux générations au moins !

    Les bébés sont bien moins fragiles que les foetus, surtout que parfois la mère n’a pas pu se protéger bien avant la conception, contre les innombrables saletés qui restent des mois et années dans le corps de la mère !!
    Une horreur qui se multiplie plus cachée avec beaucoup d’autres saletés actuelles tuant par milliers sans jamais savoir la cause cachée des décennies avant !!
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Di%C3%A9thylstilbestrol
    http://www.lepoint.fr/editos-du-point/anne-jeanblanc/distilbene-des-effets-deleteres-sur-trois-generations-ou-plus-01-12-2014-1885972_57.php

    Les saletés chimiques, radioactives, et leur pollutions, par le même mécanisme épigénétique, tuent des décennies après en silence des millions de d’hommes, beaucoup plus que les fous radicalisés religieux, et on continue à ne pas les interdire sérieusement !!
    Les traces de pesticides réduisent vos spermatozoïdes et donc la fertilté,humaine dégringole !!
    http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/03/31/le-sperme-affecte-par-les-pesticides_4606930_3244.html

  • Je sent que je vais rigoler.

  • rouletabille rouletabille

    Le cerveau est foutus depuis longtemps (voyez les gens voter,hurler dans un stade,se voler,se haïr)
    Si c’est le cerveau qui en est responsable c’est une merde alors,ils peuvent le polluer ca change RIEN.
    A mon avis le cerveau est en dehors de nous .
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

  • ycn

    «  »la pollution engendrée par la politique de profit des industriels sans conscience nous atteint dans déjà notre chair » »
    A savoir que :
    _beaucoup de produits ont été développés avant d’en connaître les effets sur la santé.
    _Beaucoup de produits manufacturés sont préférés aux produits moins polluants.
    _La responsabilité est partagée : beaucoup de personnes ne lisent pas les ingrédients ou se foutent des effets des plastiques.
    Néanmoins, on commence à trouver des sacs biodégradables….
    N’oublions pas que si un produit se vent c’est parce qu’il y a des acheteurs !

    • rouletabille rouletabille

      la preuve ils vendent l’eau .
      pour l’air ,patience
      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

      • ycn

        expliquez …
        Je pose un complément:
        Il m’est arrivé de sensibiliser des personnes sur par exemple l’aspartame et de les voir ensuite acheter du Chewing-gum. Il faut bien constater que nous sommes tous responsables de ce qu’on achète!
        Plusieurs fois j’ai sensibilisé sur la lecture des ingrédients et de voir ensuite les mêmes personnes acheter à l’aveuglette!

      • rouletabille rouletabille

        ouche
        ici on connais le fluor,l’aspartame etc
        Juste que certains disent que les chemtrails sont pour notre bien comme les vaccins.
        Bonne soirée et merci de votre implication
        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

      • ycn

        «  »la preuve ils vendent l’eau . » » Evidence, c’est parce qu’il y a des acheteurs ! Vous n’aviez pas trouvé ?

        «  »fluor,l’aspartame » » Lire les ingrédients, cela aide! Vous n’aviez pas trouvé ?
        Il faut bien constater que nous sommes tous responsables de ce qu’on achète! Ne l’êtes vous pas ?