Bombardements à Alep : Moscou accusé de crimes de guerre devant l’ONU

Il ne s’agit pas ici de juger les 1,3 millions de civils morts dans la lutte contre le terrorisme par les Etats-Unis, 4 millions suivant Nafeez Ahmed (politologue britannique et journaliste d’investigation travaillant avec la BBC et le Guardian). Non, à quoi bon juger une nation qui ne vit que pour la guerre et par la guerre, à tel point que sur 239 années d’existence, il y a eu 222 années de conflits pour ce pays. Il s’agit d’accuser la Russie de crimes de guerre, puisqu’elle aurait utilisé des lance-roquettes thermobariques: « Une arme thermobarique est une arme de type non conventionnel, explosive, qui combine des effets thermiques, d’onde de choc et de dépression. On appelle aussi ce type d’arme armes à surpression thermobarique (high-impulse thermobaric weapons, HITs en anglais), fuel-air explosives (FAE ou FAX), bombes aérosols ou bombes à vide ».

Mais bien évidemment, les russes ne sont pas du style à se laisser faire, et ripostent de leur côté….

wwiii1Les Etats-Unis vont bien arriver à la déclencher leur WWIII….

Le ton habituellement feutré du Conseil de sécurité de l’ONU a laissé la place à des attaques au vitriol entre les ex-parrains de la trêve en Syrie, Américains et Russes, mais aussi Britanniques et Français, qui ont durci le ton contre Moscou. « Nul ne peut nier que la Russie a noué un partenariat avec la Syrie pour mener des crimes de guerre », a déclaré l’ambassadeur britannique, Matthew Rycroft, qui a aussi réclamé que la Syrie soit référée à la Cour pénale internationale.

Le Conseil de sécurité, réuni dimanche 25 septembre en urgence à la demande de Paris, Londres et Washington, devait accentuer la pression sur le Kremlin en rendant publique l’entreprise de destruction systématique en cours dans les quartiers rebelles de l’est d’Alep, devenue le symbole de « la ville martyre » au même titre que « Sarajevo pour la Bosnie ou Guernica pour la guerre d’Espagne », selon le représentant français à l’ONU, François Delattre.

Les aviations russe et syrienne ont procédé aux bombardements « les plus soutenus et les plus violents depuis le début du conflit syrien, a souligné l’envoyé spécial de l’ONU en Syrie, Staffan de Mistura. Nous avons atteint à Alep de nouveaux sommets d’horreur » avec l’utilisation de bombes incendiaires au phosphore et anti-bunker, capables de détruire les installations souterraines où se trouvent principalement des hôpitaux et des écoles.

Lire aussi :   Syrie : Alep sous les bombes, le Conseil de sécurité de l’ONU se réunit

L’électricité et l’eau ont été coupées à cause de l’intensité des frappes et font maintenant craindre une crise sanitaire. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, environ 45 personnes ont trouvé la mort pour la seule journée de samedi 24 septembre, dont une dizaine d’enfants.

« Ecran de fumée »

Alep sera-t-elle pour autant le tombeau des efforts diplomatiques qui ont poussé les Américains et les Russes à se rencontrer à de multiples reprises cette dernière semaine, lors de l’Assemblée générale de l’ONU, pour tenter de relancer une trêve ? M. Delattre a condamné violemment la duplicité de Moscou, qui s’est servi de ces tractations diplomatiques comme d’« un écran de fumée » pour mieux poursuivre sa conquête militaire en soutien à l’armée syrienne.

Les Russes ont rejeté la faute de cette escalade militaire sur la coalition internationale menée par Washington, « qui a armé des centaines de groupes terroristes et bombardé sans discernement », selon le représentant de Moscou à l’ONU, Vitali Tchourkine. L’argumentaire est toujours le même : toute trêve est caduque tant que l’opposition modérée ne se dissocie pas du groupe terroriste Front Fatah Al-Cham (ex-Front Al-Nosra). « Dans ces conditions, restaurer la paix est mission impossible », lâche-t-il.

Source: Lemonde.fr

 

14 commentaires