Réflexion: Les Bien-Pensants…..

Vous avez aimé « L’entendez-vous, la rumeur qui court et qui gronde » de notre ami Yohann. Il nous propose une autre de ses réflexions..

Le mois dernier, Nicolas Sarkozy prononçait son premier discours à Châteaurenard en tant que candidat à l’élection, dans lequel il a révélé ce que seraient les leitmotivs de sa campagne. Lui qui nous avait habitués aux « kärcher… racailles… casse toi pauv’con… », et autres tournures fortes (rappelons que son slogan en 2012 était la France forte) a cette fois identifié l’opposant sous les traits du bien-pensant.

Dans Fais moi mal, envoie-moi au ciel, j’avais brossé à grands traits le « journal d’un bien pensant ». Alors bien sûr, quand j’ai entendu Nicolas himself y faire référence, j’ai tout de suite pensé : il a lu mon article ! Ou pas…

Cet adjectif-concept connaît depuis deux ans un regain d’intérêt chez les intellectuels de tous bords qui en usent et abusent, soit de manière péjorative afin de railler les opposants à leur pensée, soit en jouant sur les clichés afin de détourner les prétendues valeurs « bien-pensantes » pour en faire des vertus. Rappelez-vous la une de Libération du 5/10/15 qui titrait sous forme de bravade insolente : « Oui, on est bien-pensants ! Et alors ? ». Suite à quoi, Laurent Joffrin avait ajouté et signé dans un dossier l’article « Vive la bien-pensance » (Revue des Deux Mondes, mars/avril 2016), où il décrétait en être si cela signifiait adhérer aux valeurs universelles d’égalité et de justice… Mais ce n’est pas fini : un jury de linguistes allemand a décerné en 2015 la palme du pire mot de l’année (« Unwort des Jahres ») à celui de « bien-pensant », ce qui revient à dire: mot tabou. C’est à ne plus rien y comprendre !

Tout le monde s’y met et y va de son commentaire, au point que l’on ne sait plus si la bien-pensance est péjorative (comme le laisse entendre la définition du Larousse : « Personne dont les convictions religieuses ou politiques sont conformes à l’ordre (souvent péjoratif). »), si elle désigne les « réac » de droite ou les gaucho-intello, ou bien si en 2016, le mot bien-pensant serait le nouveau terme à la mode chez les intellectuels, synonyme d’universalisme et d’humanisme… Nous avons eu droit aux « bobos » il y a 15 ans. Et maintenant: les bien-pensants ?

Mais quand même, on garde de ces étiquetages sauvages le sentiment désagréable que des « intellectuels » et des politiques condescendants nous disent quoi penser (bien/mal) et comment y penser, en nous désignant un jour les gentils et les méchants (selon leurs propres intérêts économique  ou électoral), puis en affirmant le lendemain son contraire, car le vent aura tourné entre deux. Voilà le manège que font tourner les vrais bien-pensants et dans lequel ils nous font valser.

Je vous propose ici de projeter un peu de clarté sur la notion de bien-pensance et de voir quels en sont les mécanismes. Mais surtout, je vous invite à vous défaire des pensées dominantes en retrouvant en vous la voie de la Vérité, la voie de l’âme qui n’a nullement besoin de maîtres à penser.

À l’école de la bien-pensance

Dans un pays comme la France de tradition catholique, les consciences ont eu largement le temps de s’imprégner des dogmes religieux jusqu’à pénétrer la moelle de l’inconscient –dont un particulièrement tenace, qui est celui du « bon chrétien » et de la fameuse charité chrétienne. Poussée à l’excès, l’idée de venir en aide aux plus démunis (la veuve et l’orphelin) a généré tout un mode pensée qui était de porter l’autre en lui indiquant ce qu’il avait à fairedans sa vie.

De nos jours, ceci s’exprime avant tout en famille, où l’affectivité (le besoin d’aimer et d’être aimé en retour) demeure très forte. Par affectivité, des parents qui souhaitent le meilleur pour leurs enfants et qui sont convaincus d’avoir raison, vont largement les influencer dans leurs choix (études, carrière, amour) en voulant sincèrement le meilleur avenir pour eux, le bonheur, la santé, etc. « Mon fils, tu seras docteur et tu reprendras le cabinet familial de père en fils… Ma fille, une femme de trente ans se doit d’être mariée… C’est pour ton bien ». Un bien-pensant est une personne qui a raison en tout!  Voici le terreau de la bien-pensance : le conditionnement social, la tradition religieuse, l’objectif de réussite matérielle/économique.

La bien-pensance est la pensée rationnelle unique qui prend le dessus sur la voix de l’âme (l’être intérieur) et s’impose comme seul choix possible de vie

Le propre de la bien-pensance est de reproduire un ordre, parfois même en toute bonne foi, en étant convaincu d’avoir raison d’y adhérer (« je ne peux pas avoir tort, c’est comme ça ; la vie est ainsi faite ») et en désignant ceux qui rejettent le modèle comme étant déviants. La crème de la bien-pensance pourrait être :« Il faut réussir dans la vie ! » Entendez par là : la réussite sociale et matérielle que procurent l’argent, les honneurs et les plaisirs (hobbies, toutes les bonnes chairs, etc.). Au fait, ça ne vous rappelle rien ?

« Si à 50 ans on ne peut pas se payer une Rolex, c’est qu’on a raté sa vie… » (Jacques Séguéla, 2009)

Pour l’anecdote : Jacques Séguéla qui souhaitait défendre Nicolas Sarkozy en 2009 avait illustré à la perfection l’idéal de la bien-pensance matérialiste que représentait l’élite version Sarkozy. N’est-il pas pour le moins cocasse que le même candidat tire aujourd’hui à gros boulets sur les bien-pensants ?

Le bien-pensant, c’est l’autre !

…/….

Lire la suite

Auteur Yohann pour Une-Note-d’Esprit

À lire aussi, cet article de Buz Tournesol, intitulé « La Fin de la Cabale ». Vous y trouverez tout ce qui est dit, suggéré, conspiré, connu ou pas. Beaucoup d’affirmations, des thèses, des exemples, des images etc.. C’est conspi à souhait, pour les inconditionnels et autres questionneurs impénitents. Buz nous raconte son parcours et ce qu’il en a conclu, avec beaucoup de liens à suivre. Arriverez vous à la même conclusion? 

 

 

8 commentaires

  • Je viens d’essayer de lire l’article du Tournesol, mais comment dire ? Trop long, trop stop aux mensonge, trop conspis de base pour moi avec tout les péplum du genre, Guyeu, la mère Michel (rire) etc… Non merci mais je passe mon tour sur le coup.

    Quand à dire la Cabale a déjà perdu c’est la grosse arnaque New âge du moment servis par les gros mythos du moment, Fullord, Cobra, Wilcock, Corey Goode, la ligue galactique machin chose…et la mère Michel (rires). L’objectif de ses mythos missionné me parait on ne peu plus simple faire croire à toutes les personnes contestataire qu’il n’y a plus besoin de s’inquiéter et de se remuer, car tout est déjà fini. Que les pléadiens ou dieu sait qui vont bientôt venir finir le boulot, on sera tous heureux en pleins éveil cosmique (sourire) et on mangera tous bio et on pratiquera l’échangisme à longueur de temps (rire).

    Pour ce qui en est de « le bien pensant » On serait plutôt aux antipodes, destruction de la famille, femme émancipée célibataire active et chef de service (sourire) l’homme hyper asexué, souvent bisexuel ça fait chic. Les deux bien égocentrique et arriviste et individualiste. Destruction des valeurs fondamentale , genre plus t’es con plus on te vénère, si tu as rien d’intéressant à dire, et bien tu en es bien venu au club ! Bref la-men-ta-ble !

    C’est ça les codes actuels, et pour ceux qui ont encore des enfants on leur apprend à devenir pédé ou bi rappelez-vous ça fait chic (sic) d’aimer les réfugiés égorgeur d’enfant de bien écouter Hollande il est bien le monsieur ! de ne plus lire mais de chasser des monstres qui n’existe pas, de regarder Arthur (l’enflure) à la télé, de boire les paroles de Fourest (beurk).

    Vive la vie d’un monde aseptisé en somme (soupire).

    Désolé je n’ai pas encore dormi j’espère ne pas être trop décousu ou obscure (sourire).

    Orné

  • Au final, un véritable ramassis d’à-priori, de caricatures, de généralisations, d’abus de termes, et de mauvais usage des mots (cf : définitions).

    « Cogito, ergo sum. »

    Je pense, donc je suis. Et si je pense, étant en accord avec moi-même, je pense bien.

    « Je » suis donc un « Bien-pensant »…

    Lesquels d’entre-nous, estiment « Mal-penser » ?
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif