Viande bovine: « Soit les Français nous aident, soit ils mangeront des vaches américaines aux hormones »…

En ces temps de « vaches enragées » et, devant les difficultés de nos éleveurs, surtout les « petits », que ceux qui mangent de la viande,  soutiennent leur démarche. Comment en est on arrivé là?

699330-800px-decoupe_boeufA genoux sur une bâche avec une bombe de peinture à la main, Thierry ne se décourage pas malgré la chaleur écrasante sur le parking du Carrefour à Lormont. Cet éleveur de viande bovine à un message très clair pour le groupe français avec ses camarades : « Carrefour ruine les éleveurs, allez chez Super U »

> A lire aussi : Les éleveurs bovins bloquent plusieurs supermarchés Carrefour

Des petites exploitations très vite touchées 

Ne croyez pas que les dirigeants de cette dernière entreprise l’ont payé pour écrire un tel slogan. Non, la réalité, c’est Franck installé dans le Médoc qui l’explique : « Avec les prix de l’un on arrive à vivre avec l’autre c’est impossible. Et en plus, Carrefour refuse même de négocier. » Carrefour paie 3,50 euros le kilo alors que toutes les autres enseignes donnent 50 centimes à 1 euro de plus selon les éleveurs aquitains.

…/…

Lire la suite sur 20Minutes

Toujours sur la viande, ovine cette fois, un message de vigilance-halal reçu par courriel. Je vais à l’essentiel sur l’alerte sanitaire, concernant la fièvre catarrhale ovine, « FCO ».

Aïd el Kebir et Fièvre Catarrhale Ovine (FCO) : nous demandons des comptes à l’Etat !

…/… Rappelons les faits : lors de l’Aïd du 24 Septembre 2015 300 000 moutons environ ont été abattus, en majorité importés de zones « contrôlées » des Balkans infectées par le virus FCO ; les contrôles laxistes y permettent des trafics de moutons venant de Turquie et même au-delà, ces animaux étant en quelque sorte « blanchis ».

Le risque d’introduction de la FCO était donc maximum et en Juillet 2015, l’administration se fendait d’une directive auprès de tous les services sanitaires pour les alerter. Pourtant début Août, la directive annuelle aux préfets concernant l’Aïd ne mentionne pas le risque FCO!

Le premier cas de FCO survient début Septembre ; seuls les éleveurs français seront concernés par les mesures de restriction des déplacements d’animaux, et l’Aïd se passera sans encombre si bien qu’un mois après le premiers cas clinique, la moitié du territoire est touchée !

Ce lien incontestable entre l’épizootie et l’Aïd engage de façon claire la responsabilité de l’Etat. Nous avons donc chargé le Dr Jean Louis Thillier, expert sanitaire reconnu au plan européen, de faire un rapport sur l’état des connaissances . Interrogé sur la très sérieuse revue Agriculture et Environnement il nous livre un réquisitoire implacable.

Le plus grave en effet est que le virus FCO pourrait contaminer l’être humain et a déjà passé la barrière d’espèce en touchant les carnivores et animaux de laboratoire. Ceci n’est pas une vue de l’esprit surtout si une autre souche était introduite cette année, par recombinaison génétique.

Nous avons remis par l’intermédiaire de l’Association Traditions Terroirs et Ruralité ces données à Me Clément, avocat spécialisé en droit de l’environnement, qui a rédigé une sommation au Ministre de l’Agriculture en date du 6 Juillet  (voir ici)..

Nous lui demandons de manière très logique 2 mesures complémentaires fortes : 1°) l’interdiction de toute importation de moutons et l’utilisation exclusive de moutons autochtones, 2°) l’interdiction des abattoirs temporaires qu’il est impossible de contrôler correctement et dont la multiplication anarchique pose un réel problème.

L’absence de réponse du ministère nous a amené à déposer un recours en référé suspension le 6 Septembre au Conseil d’Etat à l’extinction du délai légal de réponse de 2 mois. L’Aïd étant cette année le 12 Septembre il y a donc urgence. Nous avons également chargé Me Gilbert Collard, dans son rôle de député, de poser ces questions au gouvernement .

En conclusion on peut mesurer l’inertie et même la dhimitude de l’ensemble du système quand on sait que tous les grands médias ont reçu un dossier complet (le télécharger ici ) début Août sur ce scandale et qu’aucun n’a réagi excepté l’hebdomadaire Marianne qui va publier un article. On peut aussi s’interroger sur l’absence de réactions des organisations agricoles que nous avons toutes informées…

Alain de Peretti
Président de Vigilance Halal

13 commentaires

Laisser un commentaire