Un couple de Robinson hollandais vit en autonomie sur une colline du plateau de Millevaches

Peut-on être heureux dans le dénuement? C’est avant tout un choix de vie, s’isoler du confort parfois tellement cher, nocif ou stressant que nous offre notre société… Bien évidemment, ce choix de vie n’est pas des plus accessible pour le plus grand nombre, on ne fait rien dans la facilité, mais il se pourrait qu’un jour ce type d’existence nous soit imposé, de gré ou de force… Si réellement un effondrement financier avait lieu, ou que la France tombe effectivement au niveau de la Grèce comme cela est prévu par les escrocs européens, comment vivre ou survivre?

Je ne prétend pas que cet article est là solution, mais cela fait partie des possibilités que nous ne devrions pas négliger non plus. Ne dit-on pas que c’est en s’attendant au pire que l’on trouve le meilleur?

98755282Source de l’image et présentation passionnante sur Marchoucreuse23.canalblog.com

Ni tuyaux ni fils électriques ne grimpent de la route goudronnée vers Murat. Abandonné depuis plus de quarante ans, ce hameau est situé sur la commune de Beissat… 35 habitants. Murat est perché à 800 mètres dans ce désert humain qu’est la bordure du camp de La Courtine. Sander et Marie-José y vivent de peu, sans voiture.

Une ferme creusoise avec un toit de chaume : la photo date d’une quarantaine d’années. Sander et Marie-Jose savent à quoi ressemblait la maison qu’ils sont en train de reconstruire pierre par pierre en reprenant les éléments médiévaux originels. « La dernière habitante du village est partie en 1969.

Je sais qu’elle est décédée il y a quelques années à l’âge de cent ans, j’aurais aimé la rencontrer », explique Sander Hummelman. Ce Hollandais âgé de 35 ans, taillé comme un trappeur canadien, a racheté quatre hectares en 2003. De cette colline de Murat il a fait un site expérimental de vie écologique. Ce pugnace utopiste a négocié chaque arpent avec les descendants des anciens habitants, plutôt sceptiques.

-10° sous la tente au réveilMurat c’était cinq fermes et « 42 habitants en 1789. » La création du camp de La Courtine a accentué la déprise rurale. Les sapins ont englouti les maisons. Après la tempête de 1999 : « Les vestiges ont été abattus par sécurité »

Aujourd’hui une vaste clairière est défrichée, des murs sont remontés et une cheminée fume. Celle d’une drôle de cabane à deux pans qui abrite le couple de pionniers.

Mais pourquoi diable venir se percher ici ? Sander Hummelman affiche une détermination en rapport avec sa carrure : « Dès l’âge de vingt ans, j’ai voulu vivre en autonomie selon les principes de la décroissance et j’ai toujours pensé que des ruines offraient de grands avantages. Les Anciens ne s’implantaient pas au hasard. » Il a découvert Murat, carte d’État-major en main : « J’ai d’abord campé pendant quatre mois dans la sapinière. Je me suis réveillé parfois avec moins 10, J’aime me sentir vivant. Plus ça devient dur, plus je suis persistant », rigole cette force de la nature.

Sander a défriché plusieurs mois par an à Murat avant de s’y installer définitivement en 2008. Parmi les tout premiers travaux de l’Hercule : convaincre Marie-José de partager ce projet de vie sans concessions . Le roi de cette colline a appris toutes les techniques y compris la pierre sèche « dans les livres ». En découvrant la clairière, on est frappé par la recherche esthétique. De la cabane d’amis en torchis (à la toiture végétalisée) Marie-José extrait une paire de patins : « Nous avons patiné sur l’étang de Beissat pendant les grands froids. » Bigre, ce sont de vrais Hollandais !

À Murat, rien ne traîne. Le mode de vie est alternatif mais la survie est très organisée, ce projet de toute une vie est planifié.

Étal en libre-service en bas du chemin« Les premières années, je me suis consacré à l’alimentation en eau, à la production de notre alimentation et à créer une activité permettant de générer un revenu. Ensuite nous avons attaqué le chantier de la maison » explique Sander. L’exposition est choisie : « En février on a eu -18, mais c’est tombé jusqu’à moins 24 dans les environs. » Le potager est protégé du vent du nord grâce à la forêt et des sangliers grâce à un mur en pierres sèches. Sander et Marie-José sont maraîchers bio. Le climat et l’altitude limitent la performance agronomique, mais de juillet à octobre, un étal est installé en bas du chemin, au bord de la route de Beissat. Un étal « autogéré », c’est-à-dire que les clients déposent le prix de leurs courses dans un tronc ! Des ruches, des poules « uniquement pour les ‘ufs », permettent au couple de tendre vers l’autosuffisance alimentaire : « On va au ravitaillement deux fois par an. » Sander n’a pas le permis de conduire : un cyclomoteur et un vélo relient les Robinson hollandais à la civilisation.

Un « Petit Guédelon » creusoisUn four néolithique cuit le pain, des panneaux solaires permettent d’allumer une ampoule et un ordinateur. Une cave voûtée retrouvée sous les vestiges sert de frigidaire. « Nous vivons avec 4.000 euros par an grâce à nos productions, je n’aime pas dépenser », précise le décroissant.

Les modes de construction et de production mêlent des techniques ancestrales et écologiques. Un tracteur, un motoculteur et une tronçonneuse sont les alliés mécaniques de cette grande ambition. Entre autres prouesses, Sander a débité à la tronçonneuse les poutres de sa future maison dans des chênes coupés sur place. L’été, des bénévoles hollandais et français participent au chantier. « Certains appellent Murat le Petit Guédelon ». Clin d »il au château fort construit dans l’Yonne avec des techniques médiévales et les matériaux trouvés sur place. Sander et Marie-Josée se donnent encore sept ans avant d’habiter leur ferme creusoise du XVe. « Je me dis parfois que c’est quand même beaucoup de travail », soupire l’auto-reconstructeur. Ce qui lui donne le c’ur à l’ouvrage ? « Refaire de Murat un bel endroit où il fait bon vivre… au cours des prochains siècles. »

Contact. On peut visionner des reportages sur Murat sur Youtube.

Source: Lepopulaire.fr

98754528 98754836 98770796 98770830Pour retrouver plus d’images et les explications qui vont avec: Marchoucreuse23.canalblog.com

4 commentaires

Laisser un commentaire