Bretagne: L’extraction de sable pourra bien se faire en baie de Lannion…

Encore un scandale qui permet de s’interroger, si on prend la peine de regarder ailleurs ce qui se passe. Le sable n’est pas renouvelable et pourtant, on donne l’autorisation de piller les plages. C’est un désastre environnemental qui guette à terme, puisque le bord de mer est fragilisé. La région Bretagne aujourd’hui, (qui demain?) est en ébullition, les riverains ou les associations écologistes qui ont saisi le juge des référés, pour suspendre l’autorisation de prélèvement est resté lettre morte, l’ancien ministre de l’économie E.Macron, avait donné son accord en 2015 pour le prélèvement. Donc! au nom du fric, les citoyens n’ont une fois de plus, pas leur mot à dire. Quand il ne restera plus rien………..

Les plages du Maroc subissent la frénésie de l'industrie sablière.

Les plages du Maroc subissent la frénésie de l’industrie sablière.

Les navires de la Compagnie armoricaine de navigation (CAN), filiale du groupe malouin Roullier, pourront bien extraire du sable en baie de Lannion (Côtes d’Armor). Ainsi en a décidé le tribunal administratif de Rennes qui a rejeté ce lundi un recours déposé par plusieurs communes environnantes ainsi qu’une association environnementale.

Craignant les conséquences écologiques d’un tel projet, les opposants avaient saisi un juge des référés pour demander la suspension d’arrêtés autorisant l’extraction. Ce dernier a finalement estimé qu’il n’y avait pas « de doute sérieux sur la légalité des décisions contestées » et a ainsi ordonné le rejet des requêtes déposées.

Une concession accordée pour 15 ans

C’est l’ancien ministre de l’Economie Emmanuel Macron qui avait donné son accord en avril 2015 à la Compagnie armoricaine de navigation (CAN) pour qu’elle puisse extraire du sable coquillier dans la baie de Lannion. Un décret paru en septembre 2015 au Journal officiel a ensuite autorisé l’entreprise à commencer à extraire ce sable, malgré une vive opposition locale.

…/…

Lire la suite

Source 20Minutes

Sur le sujet:

Le sable, ressource en danger: l’ONU tire la sonnette d’alarme (RTBF 2014)

Environnement : La surexploitation du sable mène à une catastrophe écologique  (2013)

Le sable évoque des images de vacances, de plage, de soleil, d’été. Mais derrière cet aspect idyllique, se cache tout un business aux conséquences environnementales, sociales, économiques et géopolitiques importantes.

Le verre, les puces électroniques ainsi que le vin, la lessive, le dentifrice, le papier, les pneus et bien d’autres produits, sont issus du sable ou de ses minéraux. Le sable est devenu l’une des ressources naturelles les plus utilisées au monde, derrière l’air et l’eau, grâce à son très faible coût. Les échanges internationaux qu’il engendre sont évalués à environ 70 milliards de dollars par an. Aujourd’hui, les gouvernements indonésien mais aussi cambodgien, vietnamien et malaisien, ont décidé de mettre un terme à leurs échanges sabliers avec Singapour, qui utilise le sable afin d’étendre sa surface territoriale – grâce à des canons géants de sable dans sa baie. Cela a entraîné le développement d’un véritable trafic illégal de sable, qui représente un tel business en Asie que la mafia s’y est vite impliquée. Les trafiquants n’hésitent pas à sacrifier les populations locales pour répondre à la demande croissante. Si des conflits géopolitiques naissent ainsi de l’extraction intensive de sable, la raréfaction de la ressource sablière met particulièrement en péril la faune et flore océanique.   Toute la chaîne écologique en danger ?   A l’instar du pétrole et du gaz, le sable est une ressource non renouvelable.

Alors que les carrières de sable sont épuisées, il est impossible d’utiliser le sable du désert, qui est trop lisse et trop fin, ne convenant pas à la construction. Quant à l’extraction du sable des rivières, cela provoque des crues, des inondations, et de la pollution. L’industrie se rabat sur l’extraction du sable marin, malgré ses impacts néfastes. En effet, le corail et la nourriture première de la chaîne alimentaire marine sont détruites ; la faune marine se retrouve sans abri et sans alimentation ; l’écosystème marin vacille et perd son équilibre si précis. L’homme est le premier concerné par ces problèmes. Certains pêcheurs autochtones se retrouvent privés de la base première de leur alimentation et de leur source de revenus, en Indonésie notamment.   De moins en moins de plages   Les conséquences ne s’arrêtent pas là. On estime qu’une vingtaine d’îles ont disparu dans ce pays, et que de nombreuses autres seraient également sur le point de basculer. La raison ? L’extraction du sable marin au large des côtes a provoqué des trous importants dans les fonds océaniques, entraînant par la suite des glissements de sable. Ce phénomène n’est pas spécifique à la région indonésienne : dans le monde, entre 75% et 90% des plages reculent.

…/…

Lire la suite

Source Opinion-Internationale

Et pendant ce temps…..

VIDEO. Extinction d’espèces: Comment l’homme provoque la disparition des animaux

VIDEO. Le plus grand gorille du monde est «au bord de l’extinction», le panda géant n’est plus…

Béziers: Des milliers de poissons meurent dans un canal

Canada: Le béluga est officiellement en voie de disparition

Les éléphants d’Afrique vont-ils disparaître d’ici 10 à 20 ans?

 

11 commentaires

Laisser un commentaire