En cas d’attentat, apprenez les bons gestes

Les risques d’attentats sont nombreux si l’on écoute nos officiels, et le danger serait même de partout. Comme nous l’a expliqué Manuel Valls, à nous de nous préparer à la possibilité d’autres attentats, ce qui arrivera puisque rien n’est réellement fait pour empêcher ceux-ci, et pire, nos politiciens sont eux-même complices. Que faire alors? Se morfondre et vivre dans la peur? Ou se préparer et apprendre les bons gestes, au cas où…. premiers_secours

Quel que soit le lieu, s’il y a moyen d’agir non pas contre les terroristes eux-même mais pour aider les victimes, alors autant savoir comment le faire et en ayant quelques bases. Voici quelques points qui peuvent s’avérer utiles si jamais vous êtes confrontés à un tel événement:

  • Ne vous approchez du lieu de l’accident que si cela ne présente aucun risque pour vous. Vous devez donc être certains que le danger est suffisamment éloigné pour vous permettre d’intervenir.
  • Assurez la sécurité des victimes et des autres personnes présentes.
  • Établissez un périmètre de sécurité autour de la victime en attendant leur arrivée. Idéalement il faudrait prévenir les secours, mais dites-vous bien qu’en cas d’attentat, les services de secours seront vite prévenus et que vous pourrez éviter de perdre de précieuses secondes en évitant de passer un tel coup de téléphone.
  • Présentez-vous à la victime et expliquez-lui que les secours sont en route pour la rassurer. Vérifiez qu’elle est consciente et qu’elle respire normalement. Vous serez en état de choc, elle aussi, mais de vous deux, dans ce scénario, c’est elle qui a le plus besoin d’aide.
  • Allongez la victime en position horizontale.
  • Si vous avez besoin d’aide, les services d’urgence pourront vous donner des indications pour effectuer certains gestes de premier secours de façon calme, par téléphone. Le souci, c’est qu’en cas d’attentat, leurs services seront débordés d’appels, ce conseil s’adapte plus à des situations moins catastrophiques.
  • Si la victime saigne, demandez-lui de comprimer elle-même sa blessure si elle en a la possibilité, sinon, effectuez ce geste vous-même en exerçant une pression directement sur la plaie. L’idéal serait de le faire en ayant des mains protégées, mais là, c’est dans la théorie, dans la pratique, personne n’a de gants en latex en permanence sur soi.
  • Si la plaie continue de saigner, comprimez-la plus fermement jusqu’à l’arrivée des secours. Il ne faut jamais lâcher la compression. Au pire des cas, appliquez un tampon relais (un tissu par exemple) pour remplacer la compression manuelle, ou faites un garrot.
  • Lavez-vous bien les mains entre chaque intervention.

Mais tout cela n’est que théorie, juste des petits gestes qui peuvent être utiles ou sauver une vie, vous ne remplacerez jamais un médecin et ne vous dispense en aucun cas d’une véritable formation dans le domaine, celles-ci méritent d’être suivies.

Apprentissage des premiers secours

Formez-vous aux gestes qui sauvent ! Un proche qui fait un malaise ou qui s’étouffe, une blessure par un couteau ou une brûlure, une fuite de gaz ou un départ de feu chez vous, un accident de la route… Nombreux sont les risques dans notre vie quotidienne. Face à une personne en danger, avoir les bons réflexes peut parfois sauver une vie. Vous devez agir mais vous ne savez pas comment ? Formez-vous aux gestes de premiers secours, pour mieux anticiper l’urgence, et savoir réagir.

La formation PSC1

Avoir le bon réflexe peut sauver une vie ! Grâce aux sapeurs-pompiers de France, vous pouvez apprendre les gestes de premiers secours à travers une formation simple et courte qui permet d’avoir les bons réflexes face à un ami, un membre de votre famille, ou toute personne en danger.

La formation Prévention et secours civique de niveau 1 (PSC1) est ouverte à tous, à partir de 10 ans, et ne nécessite aucune formation préalable. Quels que soient votre âge, votre profession et votre condition physique, vous pouvez apprendre à secourir votre prochain.

Le PSC1 est une formation d’une journée, qui vous permettra d’apprendre des gestes simples à travers des mises en situations : comment prévenir les secours, protéger une victime, quels gestes effectuer en attendant l’arrivée des secours, etc.

Renseignez-vous près de chez vous, et inscrivez-vous !

Pourquoi se former ?

Faire des concitoyens le premier maillon de la chaîne des secours en leur enseignant les bons réflexes à adopter : voilà qui permet d’augmenter sensiblement les chances de sauver des vies et de rendre encore plus efficace l’intervention des secours.

C’est pourquoi les sapeurs-pompiers, acteurs d’urgence mais aussi de prévention, sont les premiers formateurs du grand public au secourisme en France. 100.000* personnes sont formées chaque année au PSC1 par les sapeurs-pompiers de France.

Comment se former ?

Il vous suffit de prendre contact avec l’Union des sapeurs-pompiers de votre département.

Grâce à l’important réseau que constituent la Fédération nationale des sapeurs-pompiers, les 13 unions régionales, les 99 unions départementales et les 7.300 amicales engagées à ses côtés, des formations existent presque partout en France, des grandes villes aux zones rurales.

Les sessions de formations organisées par les Unions départementales de sapeurs-pompiers sont payantes, à des tarifs modérés, afin de leur permettre de couvrir les frais administratifs, l’acquisition et le renouvellement du matériel pédagogique, la rémunération des formateurs ainsi que les frais de documentation des formateurs et des stagiaires.

Renseignez-vous près de chez vous, et inscrivez-vous !

Source: Pompiers.fr

Et pour avoir un aperçu de ce que cela peut donner:

Une telle formation peut sauver des vies, et pas uniquement en cas d’attentat! Alors n’hésitez pas!!!

10 commentaires

  • Zugzwang

    Pourquoi « en cas d’attentat » ? Ces gestes ne sont pas spécifiques aux attentats mais à toute situation où une personne est blessée/en danger.

    Les Moutons sont-ils victime des abus médiatiques ?

  • Bobbafett84

    Le problème c’est que le secourisme ne s’apprend pas en une journée. 80% des gens qui ont passé une formation ne se souviennent même plus qu’on ne fait pas une PLR (position latérale de sécurité) avant de s’assuré que la victime est en ventilation naturelle, ou combien de massage et d’insufflation, positionnement de la tête, vérification des voies naturelle, ou les point de compression. Et ce que de bon secouristes se doivent d’enseigné c’est qu’en cas de mauvaise manipulation, si en voulant secourir quelqu’un vous commettez une erreur qui pourraient avoir des conséquences voir amené des séquelles (comme le coup du casque sur un motard accidenté par exemple) vous devenez pénalement responsable. Et souvent la règle d’or, c’est savoir mesuré les dangers pour en priorité assuré sa propre sécurité, avant de jouer les bons samaritains, ou de jouer les héros.

    • Zugzwang

      Effectivement, le système est devenu difficile, vous pouvez effectivement être tenu responsable en cas de mauvaise manipulation d’un blessé… D’un autre côté, vous pouvez être tenu responsable en cas de non assistance à personne en danger. Mon conseil : ne touchez pas la victime si vous n’êtes pas sur de vous, sécurisez les « autours de la victime » et prévenez au plus vite les secours.

      Pour les brevets de secourismes, je crois qu’il existe plusieurs niveaux mai je crois aussi que tous sont à repasser régulièrement pour se remettre à niveau et apprendre les nouveautés. Il n’ont qu’une « validité limitée ».

    • Tout à fait d’accord, Bobbafett. Je ne vois pas trop ce qu’on peut apprendre en une seule journée. On peut regarder faire, mais c’est un entraînement régulier qui est nécessaire. De plus, comme tu le dis, il y a plusieurs niveaux, plusieurs sujets développés, comme la ranimation, le secourisme routier, le secourisme en montagne… Chacun apporte quelque chose.

      On insiste aussi beaucoup sur la prévention. Bien sûr, pour ce qui est des attentats, la prévention n’est pas vraiment de notre responsabilité directe. Mais on peut envisager que, dans ce cas, elle permettrait de développer l’observation, l’attention à l’autre, à ce qu’il se passe. Et éviter de se trouver là où ça commence à chauffer par exemple, s’il y a une altercation…

      La prévention est un état d’esprit, pas une paranoïa. Elle devrait concerner tout le monde, tant les parents que les enfants. D’ailleurs, ces derniers sont très attentifs pendant les cours, souvent bien plus concernés que les adultes. Et leurs questions pertinentes !

      Il est vrai que la question de la responsabilité de l’intervenant peut décourager. Alors on se contente d’appeler les secours alors qu’on pourrait faire mieux encore. Les lois de ce pays sont vraiment débiles ! Et après cela, on va nous apprendre à faire un massage cardiaque, quitte à casser quelques côtes ! S’il est bien fait, cela ne devrait pas arriver, mais si c’est facile dans le calme sur un mannequin, ce n’est pas évident dans le stress sur une personne dont on ne sait rien de ses problèmes physiques !

  • C est pour cela que les brevets secourismes apprennent surtout a ALERTER et proteger lieux drames.

    En cas d attentat musical, quelques consignes du gouvernmt:
    http://www.youtube.com/watch?v=l6a3smcROmI

  • rouletabille rouletabille

    Aucune trousse de secours contre 39.3 ,l’attentat qui tue en masse .
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

Laisser un commentaire