Mutuelles: la réforme Touraine augmente la facture pour les patients

médical médecineLe 1er Janvier de cette année fut riche en actualités, il y a eu le droit aux banques de ponctionner les comptes des épargnants français, mais il y a également eu la loi Touraine, « véritable saloperie politique » ultra-libérale qui sent le TAFTA à plein nez, et qui mène à la destruction du système de santé tel que nous le connaissons pour une simple question de profit, ce que dénonçait il y a déjà un long moment le Dr Nicole Delépine. Une loi imposée de force donc pour le plus grand plaisir de Bruxelles et des entreprises américaines, tout comme la loi Macron et la loi travail El Khomri/Macron2, tout pour la mise en place du TAFTA!

Les français avaient de moins en moins la possibilité de se soigner décemment, ils le pourront encore moins grâce à la loi Touraine! Et nous laissons faire….

Depuis le 1er janvier, les complémentaires santé ne peuvent plus rembourser les consultations médicales au-dessus d’un certain plafond.

Depuis le début de l’année, les plateformes téléphoniques des complémentaires santé sont débordées. Leurs assurés les appellent en nombre car ils ne comprennent pas pourquoi leurs remboursements de soins de santé ont brusquement chuté. Mutuelles, instituts de prévoyances et assureurs ont bien du mal à leur expliquer qu’elles n’y peuvent rien.

C’est bien en effet à cause de la réforme des contrats dits «responsables» (plus de 90% du marché) qu’elles ne peuvent plus prendre en charge autant qu’avant la facture du médecin.

Elles ne peuvent plus rembourser les honoraires des médecins libéraux pratiquant des dépassements que dans la limite d’une fois le tarif fixé par la Sécu. Objectif de cette réforme de Marisol Touraine: faire baisser par ricochet les tarifs des médecins de «secteur 2». Par exemple, en rhumatologie, où le tarif Sécu est de 28 euros pour une consultation, la complémentaire santé rembourse désormais au maximum 28 euros au patient, même si le dépassement d’honoraires a atteint 40 euros. Une toise sévère. Alors qu’un gynécologue demande en moyenne, dans les grandes villes, 72,05 euros pour une consultation, le patient, qui n’avaient souvent rien à payer avant, doit désormais débourser 16,05 euros, a relevé le courtier Gerep.

La facture atteint des sommets en chirurgie, où les actes sont plus lourds et donc plus coûteux qu’ailleurs. Là aussi, les remboursements sont plafonnés comme les consultations (à une fois le tarif de la Sécu), alors que les contrats souscrits dans le cadre de l’entreprise remboursaient généreusement ces soins. Il ressort de cas réels observés par le Groupe Henner, un autre courtier en assurance de personnes, qu’une opération de la prostate facturée 3300 euros, prise complètement en charge auparavant, coûte dorénavant 1644,56 euros au patient.

Dossier complet sur Le Figaro

 

14 commentaires

  • kalon kalon

    Ces gens sont crapuleux !
    Continuer à accepter d’être traité comme de la M….. n’est plus supportable ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif

  • domi

    que chacun relève le numéro d’un député socialiste et lui téléphone en masqué pour lui demander des explications

  • Oh là là ! De pire en pire ! Combien d’entre nous ne pourrons plus se soigner ? Lorsqu’il s’agit de médicaments, on peut penser que, pour une bonne partie, les plantes et les médecines douces pourraient les remplacer. Admettons…
    Mais pour ce qui est des opérations, cela peut être dramatique. Même si certaines d’entre elles sont inutiles et même dangereuses, il y en a quand même qui sont indispensables.
    C’est à chacun de bien s’informer, et si tous les « patients/clients » refusaient de payer des dépassements d’honoraires, il faudrait bien que les toubibs et chirurgiens changent leur fusil d’épaule, non ?
    Dès qu’il s’agit de médecine, on panique et on est prêt à tout accepter. Je le comprends, mais…

  • blackout

    Depuis le 1er Janvier 2016 les mutuelles d’entreprise sont obligatoires (donc prélèvement sur la feuille de paye de la part salariale)
    Maintenant ,que ces mutuelles sont obligatoires, il ne reste plus qu’en diminuer les remboursementshttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif
    Et hop là que je t’embrouillehttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif
    Prochaine étape, une fusion sécurité sociale et mutuelles, pour nous simplifier la vie, le tout obligatoire bien entenduhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

  • Ecomotard

    Concernant les complémentaires santés d’entreprise, vous savez qu’elles sont devenues obligatoire.
    Comme avec tout système de captivité, attendez-vous a payer une fortune pour un avoir un remboursement correct.
    Voici ce qui se pratique dans les pays ultra-libéraux qui ont rendu obligatoire ces complémentaires santés :
    – le salarié n’a pas le choix de payer très cher
    – l’employeur est sensé en payer une partie mais il deal avec la société d’assurance pour qu’en réel ca ne lui coûte rien voir lui rapporte même du cash (voir les condamnations)
    Une sorte de rétrocommission instantanée payée par la sur-prime des employés.

    En France, il y a fort longtemps (fin 1960, début 70) les artisans n’étaient pas obliger d’avoir une assurance santé. Le jour ou cette assurance est devenue obligatoire, les primes ont doublé.

    La captivité est la base de l’ultra-libéralisme. Les hauts traîtres du gouvernement avec leurs lois liberticides nous ont sciemment livré aux requins. Ils n’ont même rien a inventer, juste à copier les USA.

  • ROY

    Il n’y a pas que du négatif dans les nouvelles orientations de la ministre de la Santé, en fait les nouvelles dispositions visent à lutter contre les dépassements d’honoraires injustifiés et qui contribuent à être préjudiciables pour tous (usagers, mutuelles…), car il y a un certain abus de la part de spécialistes privés qui se font beaucoup d’argent sur le dos des personnes qui ont besoin de consulter.
    Le seul moyen apparaît pour mettre un terme à ces abus est de fixer un barème, c’est aux usagers de choisir les spécialistes qui sont les plus corrects, et là dans la mesure du possible il faut chercher à avoir un rendez-vous avec un spécialiste du secteur hospitalier public dans un CHU par exemple, dans ce cas il est souhaitable de « faire pression » auprès de votre médecin généraliste afin qu’il vous dirige vers un service correct.
    Il y a dans le monde de la santé un peu trop de profiteurs et c’est bien ce qui détruit petit à petit notre système qui était pourtant exemplaire il y a encore quelque années. Mais la politique actuelle tend à ce qu’en matière de santé le privé se taille de gros bénéfices (la sécurité sociale et les mutuelles, sans compter les assurances privées complémentaires… remboursaient au mieux …) aujourd’hui le temps des économies fait que tout le monde est touché par des mesures certes contraignantes mais qui apparaissent nécessaires face à des abus (il y aura toujours des personnes qui profitent de toutes les failles du système)…
    En milieu hospitalier il y a aussi une pénurie de médecins, mais en fait l’argent pourrit tout et certains préfèrent travailler en offrant leurs services pour une nuit via une société intérimaire pour des sommes qui sont scandaleuses ! C’est presque de l’argent sale… il y en a qui ferait bien de se laver les mains de temps à autre…
    500 millions d’euros c’est le surcoût des services de certains « médecins », pour les hôpitaux !
    http://www.guydelcourt.fr/pdf/rapport_emploitemporaire_hopital.pdf
    « La prise en charge par la sécurité sociale a augmenté et le reste à charge pour les patients diminue
    Depuis 2012, les conditions d’accès aux soins sont une priorité pour ce gouvernement, qui a permis de meilleurs remboursements par la sécurité sociale, fait baisser les dépassements d’honoraires et engagé une politique qui doit permettre d’enrayer la hausse continue de certains tarifs… »
    http://autonomes.blogspot.fr/2016/08/la-prise-en-charge-par-la-securite.html
    Et pour conclure, face à la politique actuelle qui copie l’ultra-libéralisme des anciens chercheurs d’or, il y a une petite île qui subit l’embargo US, qui elle a privilégié des formations de médecins, qui peuvent très bien remplacer les postes de ceux qui veulent tirer profits de toutes choses.Il y en a assez de toutes ces catégories de profiteurs que l’on voit dans tous les secteurs (Santé, immobilier, banques etc)
    Ceci écrit, on a vu un exemple à Haïti (très parlant) alors que les USA arrivait avec leur armée, Cuba avait envoyé ses médecins…c’est une autre vision mais elle apparaît sur certains points très claire…
    http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/40204/Des-medecins-cubains-en-Haiti-pour-ameliorer-la-sante-des-Haitiens
    (Plus de 500 médecins cubains sont en Haïti)…

  • Ecomotard

    La solution est très simple mais les polytocards sont sous tutelle des lobbies.
    Le lobby des médecins s’est arranger pour garder un numérus clausus très bas afin de créer la rareté et donc la non concurrence.
    Aujourd’hui il y a moins de médecin formés qu’après-guerre alors que la population a largement augmentée et vit bien plus longtemps. Ce manque est même tellement criant que la France pille les médecins dans des pays pauvres. Il y a même des tas de Français qui vont se faire diplômer en Roumanie pour revenir avec leur statut de médecin. (Il existe un documentaire qui détail tout çà, à chercher et à diffuser au ME)
    La situation actuelle n’est aucunement l’œuvre du hasard. La gestion des effectifs médicaux en lien avec la démographie, il y a rien de plus basique sauf quand on a décidé de trahir les Français aux bénéfices des amis…

  • Ecomotard

    Finalement je viens de retrouver le doc que tout le monde devrait voir (26 mn, çà va ! )
    Le comble c’est que ce doc a été diffusé sur LCP (La Chaine des Polytocards)
    http://www.dailymotion.com/video/x18gnki_etat-de-sante-etudes-de-medecine-peut-mieux-faire_news?GK_FACEBOOK_OG_HTML5=1

Laisser un commentaire