C’est enfin officiel! 12 astuces pour contrer la « machine à propagande » russe

Tout le monde veut contrer la « propagande russe » tellement dangereuse pour nos cerveaux (ou la politique de l’Empire…), qu’il fallait bien explorer quelques pistes dans le domaine. Il faut reconnaître que l’information qui nous est délivrée est de tellement bonne qualité, que nous n’avons pas de raisons en fait d’aller chercher celle-ci dans des médias russes ou chinois qui contrairement à nos médias occidentaux, sont capables de raconter n’importe quoi, d’ailleurs, j’en profiter pour adresser un petit coucou à BFMtv…

1021927165La logique est donc simple, bien montrer que les deux nations faisant partie des BRICS sont dangereuses et que seuls nos médias pratiquement tous aux mains de financiers (également ici)sont fiables.

Ce sont douze astuces qui ont donc été trouvées par le Centre d’analyse de la politique européenne (CEPA) et Legatum Institute dans leur étude conjointe « Gagner la guerre de l’information: techniques et contre-stratégies dans (la lutte contre)  la propagande russe« , donc certaines ont été présentées par le média extrêmement nocif Sputniknews.

Au programme donc:

  1. Imposer un « journalisme de qualité »: « Les astuces semblent d’airain. Avant tout, les spécialistes conseillent aux régulateurs étatiques d’imposer un « journalisme de qualité ». Et pour cela, les auteurs proposent de créer un organe unique qui consulte des « gouvernements des pays proches de la Russie » afin d’élaborer un système de « signes de qualité » pour les médias locaux ». Bref, s’adresser entre autre au gouvernement ukrainien pour expliquer les faits, surtout si c’est pour expliquer que la Russie est responsable de la guerre civile dans le pays, ce qui dans les faits est totalement faux soit-dit en passant.
  2. Agences d’information étatiques et interétatiques: « Une autre idée est de créer des agences d’information étatiques et interétatiques  qui répondent pour le lien entre la presse et le gouvernement afin de « démasquer la propagande russe ». Aucun souci par contre avec les propagandes américaine qui justifie les 1,3 millions de civils qui seraient morts dans la « guerre contre le terrorisme », ou européennes qui expliquent que l’UE est une démocratie en place pour le plus grand bien des pays, on voit le résultat avec la Grèce comme avec d’autres pays…
  3. Trouver de bons médias russes et les subventionner: « Il faut sans doute un organisme international à l’image de Transparency International, dont l’un des buts serait de trouver les « bons médias » russes pour leur apporter le soutien des donateurs occidentaux ». En clair, un organisme très obéissant comme Transparency International qui un outil de la CIA et du MI6 notamment… Vous voulez la vérité, vous aurez celle qui a été décidée dans des bureaux confinés…
  4. Groupe de traumatisme historique: « Passage obligé, la création d’un groupe de travail sur le traumatisme historique. Sous l’expression de « traumatisme historique », les experts sous-entendraient-ils la victoire de l’URSS sur l’Allemagne nazie? Ils supposent qu’un groupe de psychologues, d’historiens et de sociologues doit élaborer des méthodes qui aident à faire passer les « contrargument de plusieurs peuples ». Aura-t-on droit à un contre-argument au sujet des 80 à 100 millions d’amérindiens massacrés? La parole sera-t-elle donnée aux juifs victimes du sionisme ou à ceux dont l’or est parti dans les coffres de banques américaines durant la seconde guerre mondiale? Peu de chances…
  5. « Victimes de la propagande »=  islamistes radicaux?: « Dans les réseaux sociaux, les auteurs de l’étude appellent à influencer les « victimes de la propagande » de la même manière que l’on influence les islamistes radicaux. Le « public cible » ne doit voir que le contenu qui lui est destiné ». La propagande djihadiste pour modèle, on prend note… Surtout que la propagande djihadiste en arrange bien certains au niveau politique/géopolitique…
  6. Reuters ou Associated Press en russe: « …Sans oublier de créer des agences d’information en russe à l’extérieur du pays, une agence crédible. L’Occident a besoin de » Reuters ou Associated Press en russe », soulignent les auteurs de la recherche ».On a échappé à l’AFP, ouf…
  7. Image glamour: « D’après les analystes, les médias russes attirent le public par leur « image glamour », et c’est ce que doivent aussi faire les médias occidentaux. Dans le même temps ils devraient se concentrer plus sur les aspirations quotidiennes du public pour gagner sa confiance ». C’est vrai que Sputniknews ou Russia Today sont vachement glamour, c’est limite s’ils ne font pas concurrence aux sites adultes… Donc, pour informer le public occidental, mettez une poule attirante en couverture ou devant la caméra pour attirer les frustrés.
  8. Traits de la propagande russe: « Edward Lucas et Piotr Pomerantsev  préconisent d’apprendre aux habitants des pays occidentaux à « démasquer d’une manière ciblée les caractéristiques de la propagande russe« . À compléter donc avec les techniques de propagande en général utilisées par nos médias, ainsi que celles utilisées en temps de guerre.
  9. Faire pression sur des entreprises occidentales: « Les analystes appellent également à faire pression sur des entreprises occidentales qui utilisent des chaînes diffusant « la propagande russe et la haine envers les valeurs européennes » afin de faire la publicité de leurs produits ». Là, au moins, cela a l’avantage d’être clair…

Bref, au niveau information, l’avenir s’annonce encore plus joyeux….

4 commentaires

Laisser un commentaire