La Terre a déjà épuisé toutes ses ressources annuelles

C’est bien une des choses que je reproche à la presse mainstream, nous présenter un fait sans relier les points et en nous expliquant le minimum, ce que nous allons tenter de ne pas faire une fois de plus sur ce blog. En effet, nous vivons actuellement à crédit, l’ensemble des ressources naturelles produites sur la planète sur une période de 1 an sont maintenant épuisées, et nous vivons à crédit suivant l’annonce de l’ONG Global Footprint dans l’un de ses derniers communiqués.

Habituez-vous à ce terme: jour du dépassement, « Earth overshoot day » en anglais En 1970 celui-ci a été fixé le 23 Décembre, nous sommes en 2016 et suivant les derniers calculs, le jour du dépassement se situe le 08 Août, de plus en plus tôt dans l’année, signe que nous consommons de plus en plus, et que notre société ne va pas dans le bon sens, celui de la planète…

Pollution-environment-by-Saravanan-Dhandapani-via-Flickr-1-870x490Mais techniquement, il est difficile de comparer les années l’une sur l’autre, puisque chaque année la méthode de calcul est modifiée, intégrant au fil du temps de nouveaux éléments, voilà pourquoi comme le signale Wikipedia, « chaque année, la méthodologie est modifiée et les données sont mises à jour.

Cela conduit Global Footprint Network à faire une actualisation des dates pour les années précédentes, ce qui lui permet de prétendre à une comparaison entre les années« , ce qui explique également pourquoi la presse situe l’overshoot day le 13 Août pour l’année 2015 par exemple, et le 09 Août pour l’ONG à l’origine du rapport, tout dépend de la méthode de calcul utilisée.

Le rapport explique également que « Le coût de cette surconsommation est déjà visible: pénuries d’eau, désertification, érosion des sols, chute de la productivité agricole et des stocks de poissons, déforestation, disparition des espèces« .

Quant à la conclusion rapportée notamment par le site 7sur7.be, celle-ci est assez discutable…

« Vivre à crédit ne peut être que provisoire parce que la nature n’est pas un gisement dans lequel nous pouvons puiser indéfiniment », soulignent-elles. Les émissions de CO2, principal gaz à effet de serre, sont pointées du doigt pour leur haut potentiel nocif: ils représentent 60% de l’empreinte écologique globale.

Nous en revenons encore une fois au réchauffement climatique avec les empreintes CO2 alors que celles-ci sont trafiquées en fonction des intérêts comme l’a mis en avant ce reportage de Cash Investigation, et que ce même réchauffement climatique est de plus en plus contesté dont par des scientifiques, laissant aisément penser que la COP21 n’était au final qu’une vague fumisterie cachant des intérêts financiers plus qu’évidents, ce dont nous avions déjà parlé dans cet article.

Présenter un fait est une chose, mais remettre en cause notre modèle de société en est une autre, car notre planète pourrait très bien subvenir à nos besoins, et nous offrir même largement plus en supprimant au passage la fin dans le monde, dans la théorie…

Il suffirait déjà de produire en fonction de nos besoins réels, et non plus en prévision de ce que nous pourrions consommer/acheter. Combien de milliards de tonnes de nourritures sont produites chaque année et se retrouvent gâchées car non vendues? Sachant que parmi toute la nourriture d’achetée, pour ne parler que de cette ressource, le gaspillage n’est pas colossal, c’est bien au-delà:

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime qu’un tiers de la part comestible des aliments destinés à la consommation humaine est perdu ou gaspillé dans le monde. Cela représente 1,3 milliard de tonnes par an, soit plus de 160 kg par an et par habitant. Le coût direct de ces 1,3 milliard de tonnes de nourriture perdues ou gaspillées s’élève à 1 000 milliards de dollars (soit 143 dollars par personne).

Source: 5 questions sur le gaspillage alimentaire

Rien que pour la France, les données sont calamiteuses:

Le gaspillage alimentaire représente 10 millions de tonnes de nourriture par an en France, soit un coût de 16 milliards d’euros. Ce gaspillage représente 15,55 millions de tonnes de CO2, l’équivalent de 3 % des émissions de gaz à effet de serre totales de la France et 5 fois plus que les émissions dues aux avions effectuant des vols intérieurs.

Suite sur Gaspillage: 16 milliards d’euros de nourriture jetés chaque année en France

Vous connaissez l’expression: « il est étrange que tant de personnes cherchent à maigrir alors que certains ne désirent qu’une seule chose: avoir quelque chose à manger…« . Nous devrions alors remettre en cause notre alimentation elle-même, ce qui serait déjà une partie importante de la solution, et réduirait indéniablement notre impact sur la planète. Comme l’expliquait David Suzuki, généticien célèbre pour sa promotion des sciences et son militantisme écologiste, le gaspillage alimentaire est un crime contre la planète.

À nous de changer notre manière de consommer, avons-nous réellement besoin d’autant de viande? De fruits ou de légumes qui ne sont pas de saison? D’aliments transformés qui nécessitent un sacrifice de la planète et de ses richesses comme avec l’huile de palme?

Enfin, pour étayer ne serait-ce qu’un minimum mes propos, voici quelques infographies assez claires sur le sujet:

eau-fonction-aliments-600x450 eau virtuelle 1kg boeuf Infographie-consommation-et-production-viande-bovineAlors? Qui se sent prêt à changer son alimentation pour réduire son impact écologique? Et si vous le faites déjà, quels conseils avez-vous à donner à ceux qui souhaitent se lancer?

21 commentaires

  • Enki13

    c’est classique ,
    mais que voulais vous dire d’autre que la vérité ?

    « Quand le dernier arbre aura été abattu, la dernière rivière empoisonnée et
    le dernier poisson péché, alors l’ homme s’apercevra que l’argent ne se mange
    pas ».

  • gneu

    Bonjour,

    Attention, la thèse développée dans cet article est à double tranchant car elle tend à vous faire accepter qu’une réduction de la population humaine mondiale est nécessaire…
    Or, notre chère planète, si elle est exploitée en bonne intelligence peut sûrement nourrir plus de 10 milliards d’êtres humains.
    * Pour la pénurie d’eau : cf. idée de Jean-Pierre Petit consistant à faire des centrales solaires thermiques à concentration ce qui permet d’une part de produire de l’électricité de façon 100% renouvelable (et gratuite) et de rendre potable l’eau de mer :
    https://www.jp-petit.org/sauver_la_Terre/solaire_thermique/solaire_thermique.htm
    (et de pouvoir arroser des cultures supplémentaires localement)
    * Pour la déforestation, c’est un mythe ! Certes, elle existe localement avec la construction de diverses infrastructures, mais globalement, vu que les terres sont de moins en moins cultivées, la forêt gagne sur les chaumes !
    * Si on exploite toutes les terres, il en reste de quoi faire de nombreuses cultures. Évidemment, il faudra cesser les chemtrails qui acidifient la terre…
    Etc.
    C’est juste politique : si les politiques pouvaient imposer aux lobbys de faire dans le durable au lieu du jetable, on gaspillerait moins de matières premières… Mais ce sont les lobbys qui sont au pouvoir… Toujours le même problème !

    Bref, ce n’est pas la faute au citoyen (si ce n’est qu’il accepte de consommer des cochonneries et de la camelote) et il ne faut pas se laisser influencer par ce genre de thèse « Earth overshoot day » sinon vous allez inéluctablement passer dans le camp des mondialistes et accepter les programmes de réduction de la population… On commence par qui ?

    • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

      « Attention, la thèse développée dans cet article est à double tranchant car elle tend à vous faire accepter qu’une réduction de la population humaine mondiale est nécessaire…
      Or, notre chère planète, si elle est exploitée en bonne intelligence peut sûrement nourrir plus de 10 milliards d’êtres humains. »

      c’est bien beau de penser qu’au ressources quand on parle de nombre de cretinus abrutus.
      On oublie les millions d’hectares de biodiversités détruits et pour certaines espèces l’éradication totale. Logements industries de productions et de loisirs….. plus on sera plus on éradiquera pour se retrouver dans un monde totallement aseptisé de tout autre vie autres que celle pour nous nourrir et nous distraire.

    • Enki13

      « Or, notre chère planète, si elle est exploitée en bonne intelligence peut sûrement nourrir plus de 10 milliards d’êtres humains. »

      en 2050 nous serons 10 milliards et après ?

      http://www.youtube.com/watch?v=DRs9Cw2hLvs

      et dire que jusqu’à présent s’était la chine qui avait raison avec la politique de l’enfant unique…
      maintenant s’est fini , il faudrait revoir les estimations pour 2050…

    • Planete bleu Planete bleu

      C’est un mythe de croire que l’homme peu s’accroître indéfiniment sans conséquence. Que fait tu de l’espace dont a besoin les autres espèces de cette planète pour pouvoir y vivre? Et dont l’homme empiète de plus en plus. Chaque espèce animal et végétal est indispensable à la vie sur cette planète. Nous sommes vraiment trop nombreux, il faut arrêter de faire des bébés à tout va. Plus nous sommes nombreux, plus la nature est détruite, pollué, surexploitée.
      La nature est bien faite, chaque animal à un prédateur, ce qui permet à la nature d’avoir un certain équilibre, du moins quand les hommes n’interviennent pas. L’homme malheureusement n’en n’a plu, à part peut être lui même. Nous surpeuplons exactement comme les autres espèce quand nous éradiquons leur prédateur et on en connait les conséquences.

  • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

    la principale raison est sanitaire…
    Manger en proportion plus de végétaux que le viandes/poissons pour ceux qui ne veulent pas s’en passer et sans rentrer dans le débat aliment chimique ou pas (tout le monde ne peut se le permettre) vous expose moins aux divers traitements utiliser pour produire ses aliments.
    Ensuite sortir de l’hypocrisie manger c’est surtout ce faire plaisir, manger de la viande c’est bon pour la santé j’ai besoin de viande pour vivre ou j’suis français j’aime la bonne bouffe …..
    on se nourrit pour vivre le reste c’est du branlage d’égo

    bref manger ce dont votre corps à besoin et non pas ce qu’on vous endoctrine à manger que ce soit de la malbouffe ou la secte des vegan.

    Chaque individu de part son activité et son métabolisme à des besoins différent et c’est le plus dur à connaitre après c’est tout simple encore faut-il passer au délà du soit disant plaisir de manger.

    Eviter les produits transformés vous faites d’une pierre deux coup vous épargner votre corps de produits toxiques et vous éliminez les acteurs économiques de la bouffe tout aussi toxique pour la planète

    pour conclure je dirai qu’il faut se nourrir plus que penser à manger

    P.S. La terre n’a rien épuisée du tout contrairement à l’homme

  • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

    « Alors? Qui se sent prêt à changer son alimentation pour réduire son impact écologique? Et si vous le faites déjà, quels conseils avez-vous à donner à ceux qui souhaitent se lancer? »

    Bonnes questions ! Pour mon propre changement d’alimentation, c’est en cours. Je ne consomme déjà plus de viande rouge ni poisson, question d’éthique. Concernant la viande blanche je n’ai pas encore franchi le pas et je mange occasionnellement un poulet que je vais chercher directement chez des amis paysans qui possèdent un poulailler (en attendant d’avoir le mien). Je consomme également des œufs de la même provenance. Je cuisine tous mes repas avec des ingrédients les plus naturels possible, jamais de bouffe industrielle, hormis quelques exceptions comme des biscottes par exemple.

    Pour répondre à la question posée en fin d’article, changer d’alimentation n’est pas sorcier, c’est avant tout une question de volonté, tout comme pour arrêter de fumer !

    Trois petites suggestions très simples pour commencer à réfléchir :

    1) Élaborez minutieusement votre changement d’alimentation afin de supprimer petit à petit les aliments dont vous aurez décidé de vous passer sans pour autant déséquilibrer votre alimentation générale, donc en pensant bien à prévoir le remplacement des aliments supprimés par d’autres pour que votre corps ne manque de rien. Une foule de bouquins et de documents existent sur le sujet, et certains Moutons sont bien calés question nutrition.

    2) Fixez vous des étapes à franchir pour atteindre votre but, en supprimant un aliment à la fois, mais sans forcement vous imposer des limites dans le temps pour passer d’une étapes à l’autre. Avancez à votre rythme, car si supprimer un aliment devenait pour vous une contrainte ou générait un manque, vous auriez du mal à réaliser votre changement d’alimentation, qui doit se faire dans le plaisir.

    3) Habituez-vous dès le début à varier le plus possible les ingrédients utilisés pour créer vos repas, car manger toujours la même chose finit par lasser, voir dégoûter et l’on retombe très vite dans la malbouffe industrielle pour compenser. Si vous avez la chance de posséder un jardin, la transition sera d’autant plus facile que vous aurez à votre disposition des fruits et légumes frais à la saveur « je les cultive moi-même »

    D’autres suggestions ?
    M.G.

  • Grand marabout Grand marabout

    ..160 millions de personnes concernées, les États-Unis est le pays qui compte le plus de personnes obèses ou en surpoids dans le monde, devant la Chine, l’Inde, la Russie, le Brésil et le Mexique.
    Le problème aux USA touche un peu plus de 70% des hommes et près de 62% des femmes de plus de 20 ans, ainsi que 30% des enfants et adolescents.
    Quant aux obèses proprement dits, ils représentent respectivement 32% des hommes adultes et 34% des femmes adultes aux États-Unis, contre 4% des adultes chinois ou indiens.
    les États-Unis, le Royaume Uni et l’Australie caracolent en tête des pays développés, avec plus de 60% de personnes de plus de 20 ans obèses ou en surpoids.
    70% des femmes concernées en Egypte ou en Libye

    Pour ce qui est des pays en développement, si l’obésité reste exceptionnelle dans certains pays d’Afrique comme le Burkina Faso ou le Tchad, d’autres au Moyen Orient, en Amérique latine ou en Océanie ont déjà dépassé les pays occidentaux.

    C’est notamment le cas de l’Égypte, de la Libye, de l’Arabie saoudite, d’Oman, de Bahreïn et du Koweït où le surpoids et l’obésité ont fortement augmenté, atteignant désormais plus de 70% des femmes de plus de 20 ans.
    http://www.liberation.fr/planete/2014/05/30/un-tiers-de-la-population-mondiale-est-en-surpoids-ou-obese_1029963
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

  • Vu mon pseudo, j’invite tout ceux qui trouvent que l’Humanité est un parasite qui doit disparaitre à rejoindre (et qui n’ont pas encore franchis dignement le pas pour eux même…) :

    Soit au Mouvement pour l’extinction volontaire de l’humanité, qui est un mouvement écologiste qui appelle tous les hommes à s’abstenir de se reproduire pour provoquer l’extinction progressive de l’humanité.
    (si vous aimez vivre et vieillir seul…)

    Soit à L’Église de l’Euthanasie , groupe religieux qui prône la réduction de la population humaine dans le but de préserver l’environnement. Son unique commandement est « Tu ne procréeras point » et ses quatre « piliers » sont le suicide, l’avortement, le cannibalisme et la sodomie.
    (si vous pensez que la sale race humaine est un parasite…)

    Soit au malthusianisme est une politique prônant la restriction démographique, doctrine hostile à l’accroissement de la population d’un territoire ou d’un État et préconisant la restriction volontaire de la natalité.
    (si vous préferez suicider conceptuellement les Autres avant vous…).

    • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

      Tu nous l’as déjà faite celle là donc j’vais aussi me répéter sur le fond :)
      le modernus cretinus ne s’auto régule pas contrairement à bon nombre d’espèce vivantes.
      Après mettre dans le même sac les peuples qui on vécu tranquille pendant des millénaires en adéquation avec leur environnement et le mode de vie à l’occidentale est un raccourci très cours que je ne ferai pas.
      les gens font des momes sans se soucier de savoir comment ils pourront vivre… les deux dernières générations on projeter des vies dans un mondes à feux et à sang ou tout est empoisonné (jusqu’aux rapport entre individus) alors mieux vaut s’abstenir de dire qu’on fait des momes par amour … la préservation de l’espèce, 7 milliards, y a de quoi voir venir …. pour le plaisir d’en avoir ? là déjà on se rapproche… un pur sentiment égoïste qui colle parfaitement au mode de vie.
      en quoi ne pas procréer voudrait dire vivre & viellir seul. (y a plein d’enfants à adopter ) et ça veut pas dire vivre reclus non plus.

      Allez je déconnes faites des momes plein plein plein pour que perdure le systeme et avoir une chance d’avoir une retraite… ha ba non raté d’içi là les fonds de placement qui les gèrent auront fait faillite mais heureusement je peux compter sur mes enfants pour m’aider …. bha raaaté aussi y a pas de taf et ils ont mêmes pas de quoi payer pour se soigner …… de l’amour qu’on vous dit plein de namour gazou gazou.

      un autre truc au passages plus on met de cretinus sur un même espace plus le taux de stress augmente et plus il se laisse aller à l’agressivité.
      la planète n’étant pas extensible je vous laisse imaginer dans quels ambiance vivrons vos enfants et petits enfants d’içi quelques temps.

      Parasite, organisme vivant qui vit aux dépens d’un autre organisme
      Cretinus se développe au détriment de l’ensembles de toute espèces vivante
      Cretinus se dévelloppe a détriment de notre propre espèce

      tu as raison on est pas des parasytes … à priori c’est plus grave

      Un jour faudra quand même qu’on m’explique avec de vrais arguments (et pas des truc a la village dans les nuage) comment retourner à la vie sans rien réellement changer sur notre manière de vivre …. avant le point d’impact avec le murs ça serait mieux tout de même.

      http://www.youtube.com/watch?v=w3O5GNQ82sY

      • Je suis d’accord sur ton fond.
        Je me suis arrêté à deux enfants, mon rêve étant d’en avoir bien plus.

        Pour mon commentaire:
        *désolé si je me répète
        *désolé si je n’ai pas lu tes précédentes réponses
        *désolé d’être cynique avec ce genre de sujet, mais quand tu as bossé avec des enfants en fin de vie et vu la lueur mortifère et mélancolique de celui qui veut vivre mais qui sait qu’il ne pourra pas, en plus d’avoir enterré jeune une bonne partie de ta famille, tu développes une certaines aversion aux conneries du style « vivement que l’humanité disparaisse »…

        J’admets néanmoins que la surpopulation qui tend à « l American Way of Life » nous mène à la catastrophe planétaire…
        https://francais.rt.com/opinions/24777-afrique-suicide-par-demographie

        Amicalement!
        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

  • Grand marabout Grand marabout

    Le ministère de l’Agriculture vient de confirmer que l’année 2016 restera la pire récolte céréalière depuis trente ans. La production nationale de blé tendre devrait atteindre à peine 29,1 millions de tonnes, en chute de 29 % par rapport à 2015, selon une estimation d’Agreste, le service statistique du ministère de l’Agriculture.
    http://www.ladepeche.fr/article/2016/08/08/2397670-cerealiers-face-recolte-cours-baisse.html
    …………….
    La FAO estime que l’utilisation mondiale de céréales de la prochaine campagne agricole n’est appelée à augmenter que de 1,1 % en raison d’un ralentissement de la croissance en matière d’utilisation des céréales – en particulier le blé et l’orge – pour nourrir le bétail. « Les stocks mondiaux sont susceptibles de chuter de 3,3 %, soit de 21 Mt au cours de la nouvelle campagne. Des diminutions de stocks sont prévues au Brésil, en Thaïlande, en Inde, en Chine, au Maroc, en République islamique d’Iran, en Argentine et en Afrique du Sud. »

    « Le commerce mondial de céréales devrait légèrement chuter – pour atteindre les 367 Mt – avec de fortes baisses attendues pour les importations d’orge et de sorgho par la Chine et pour les importations de maïs par l’Union européenne, qui seront compensées par une flambée des importations de maïs par les pays frappés par la sécheresse en Afrique australe. »
    http://www.lafranceagricole.fr/actualites/cultures/cereales-monde-la-deuxieme-plus-grande-recolte-de-lhistoire-1,0,1139120953.html

  • Ecomotard

    Ils annoncent 3300 L (soit 3,3 m³) pour 1 kg d’œuf, j’aimerai bien voir ca !!!

    A raison de 60 gr/œuf, une poule devrait consommer 3,3m3 en 17 jours, soit 194 litres par jour.
    Même en incluant l’eau par gramme de céréale mangée, faudrait voir à rester crédible…

    • Michele

      T’inquiètes, quand il s’agit de chiffres les gens sont tout au plus au niveau de l’anthropopithèque pour compter !!!
      Pour le bœuf par exemple, les chiffres:
      15500l consommée pour 1kg de viande
      Comme un bœuf fait entre 700 et 900 kg tout habillé et qu’en fin de compte il ne reste qu’entre 55 et 60% de viande, on prendra comme chiffre moyen pour l’exemple 57% de 800 kg = 456 kg de viande
      Donc pour la totalité de viande d’un bœuf il faut 456 x 15500l = 7.068.000 litres d’eau
      Comme il est dit sur le papier, il faut 18 mois pour l’engraisser ou 547,5jours
      Ce qui donne pour la conso en un jour 7.068.000L : 547,5 = 12909 litres d’eau
      Un bœuf avale 12 mètres cubes d’eau en une journée ???????

      Non !!!!!!!!!!!
      Ce n’est pas un calcul de l’eau réelle utilisée car si c’était le cas, quand un bœuf pisse, c’est l’inondation assurée surtout s’ils sont plusieurs au même endroit !!!!!

      Cette eau c’est de l’eau virtuelle, calculée par je ne sais quels experts, sur base de tout ce qui est consommé directement ou indirectement par le bœuf, que ce soient les céréales, le pétrole pour les déplacer s’il y a lieu, l’électricité pour éclairer les étables, la salopette de l’éleveur, etc.. etc….

      Cette conso n’est pas de la vraie eau, c’est ce qu’ils appellent l’eau virtuelle
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Eau_virtuelle
      Mais évidemment comme personne ne comprend rien à rien, tout le monde croit qu’un bœuf consomme toute cette quantité d’eau !!
      Hors un bovin consomme entre 25 et 41 litres par jour en moyenne selon son stade d’engraissement http://www.omafra.gov.on.ca/french/engineer/facts/07-024.htm
      On est loin des 12900 litres d’eau là hein ????

      Mais bon, depuis que ces chiffres sont sortis, tout le monde s’en sert pour faire croire que….alors que ça n’a aucune réalité tangible sur le terrain
      Mais on est habitués, c’est comme ça que ça marche, on fait croire aux gens que, pour qu’ils se culpabilisent de plus en plus et ensuite qu’ils acceptent de payer et encore et encore, pour engraisser cette fois non plus les bœufs, mais ceux qui utilisent le plus cette eau virtuelle, les profiteurs de ce monde !!!!!!!!!!
      Ça m’étonne par contre que personne sur les ME n’ait encore remarqué ça !!!!!!!!!

      • gneu

        Oui, idem 3300 L d’eau pour produire 1 kg d’oeufs ?
        Les poules de mon voisin boivent l’eau de pluie et c’est tout !
        Mais derrière tout cela, ne se cache-t-il pas les organisations végétariennes, types L214 ?
        C’est d’ailleurs signé en bas à droite de la première image !

        • Michele

          oui c’est pareil, il y a de l’eau virtuelle pour n’importe quoi
          ce qui se cache derrière??? toujours les mêmes, et les assos végé sont soit dans le coup, soit elles se font avoir et mener par le bout du nez comme beaucoup d’ONG

  • bonjour :

    augmentation de la connerie humaine : 100 % par seconde

    l’humanité est dans un gros merdier : je, tu, il, nous, vous, elles sont coupables et contribue à celui ci

    blablablablablabla

    salut à tous et bonne journée

  • Bl@ck Sheep

    « Vivre à crédit ne peut être que provisoire parce que la nature n’est pas un gisement dans lequel nous pouvons puiser indéfiniment », soulignent-elles. Les émissions de CO2, principal gaz à effet de serre, sont pointées du doigt pour leur haut potentiel nocif: ils représentent 60% de l’empreinte écologique globale.

    Tout est mélangé, on met dans le même sac pillage et exploitation de la planète avec émissions de CO², histoire de remettre une couche sur l’énorme business de la taxe carbone et l’interdiction non avouée aux pays émergents, d’émerger.. encore faudrait-il prouver que le CO² a réellement un impact sur le réchauffement, et pas l’inverse (certaines études avancent que la hausse de température PRECEDERAIT la hausse de CO²)

Laisser un commentaire