Attention danger: Ce n’est pas les tueurs avec la personnalité de Mohamed Lahouaiej Bouhlel dont il faut se méfier, mais de ce que les médias laissent entendre au sujet de sa personnalité

Ce que les médias rapportent au sujet de la personnalité du chauffeur du camion qui a fauché autant de monde à Nice fait réellement peur, non pas parce qu’il existe dans la nature des tueurs indétectables capables des pires horreurs ce qui plus que probable, mais des conséquences de ce que les médias nous racontent.

attentionPour l’heure, voici ce que nous pouvons apprendre à son sujet, notamment à travers un article du journal Le Point:

  • Suivant l’un de ses « amis » qui s’est confié au journal Le dauphine, « c’était quelqu’un de gentil, d’assez réservé, serviable », qui buvait de l’alcool, n’aimait pas les arabes « parce qu’ils salissent notre image », et qui se foutait de la religion. Cela serait enfin quelqu’un d’influençable qui ne se laisserait pas faire.
  • Suivant l’état islamique, « il était « un soldat » du groupe djihadiste et qu’il avait agi « en réponse aux appels lancés » par l’EI« , ce que confirme Bernard Cazeneuve pour qui le chauffeur s’est radicalisé de manière express.
  • Mohamed Lahouaiej Bouhlel était inconnu des services de renseignements et n’avait jamais été signalé pour radicalisation
  • Il était connu de la justice pour des faits de violence, est décrit par ses anciens voisins comme taciturne et violent envers son ex-femme.
  • Il a été reconnu qu’était en relation avec des personnes elles-mêmes en contact avec des islamistes radicaux, sachant que la région de Nice est connue pour abriter un foyer de radicalisation islamiste sur lequel a plané l’ombre d’un des principaux recruteurs français pour le djihad, le Niçois Omar Omsen
  • L’homme aurait souffert de problèmes psychologiques, plus précisément de dépression, l’entraînant dans la violence: « Il faisait des crises. Quand il s’est séparé de sa femme, il a déféqué partout, trucidé le nounours de sa fille à coups de poignard et lacéré les matelas ».
  • Suivant le psychiatre qui l’avait suivi à Nice: « Il souffrait d’une altération de la réalité, du discernement, et de troubles du comportement. Un début de psychose, donc. (…) De tels troubles non soignés pendant des années peuvent conduire à une schizophrénie. Mais je refuse catégoriquement l’idée qu’il puisse être irresponsable de son acte. Une telle violence nécessite forcément un endoctrinement, un délire de radicalisation en parallèle de ses problèmes psychologiques. Ce n’est pas l’acte d’un fou, c’est un acte prémédité et exécuté. Il y a forcément eu une préparation mentale »
  • Pour finir, il est présenté comme étant un bissexuel aux multiples conquêtes.

Pourtant, Mohamed Lahouaiej Bouhlel paraissait très heureux quelques jours avant l’attaque comme le rapportait Reuters,

Aux informations de 13h00 à la télévision, ils se sont permis d’expliquer que « l’opération » était minutieusement préparée depuis des mois, et qu’il s’agirait d’un réseau. De plus, ils sont revenus sur la personnalité de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, précisant qu’il s’agissait d’un nouveau type de tueurs de l’état islamique, parfaitement indétectable, complètement occidentalisé qui se fond dans la masse et qui jamais ne pourrait éveiller le moindre soupçon. Il buvait de l’alcool, faisait la fête et s’envoyait en l’air avec les deux sexes, il mangeait du porc et dansait la salsa.

Que d’éléments, quelle complexité pour tenter de comprendre qu’il il était. Ce qui peut vraiment effrayer, ce n’est pas la personnalité de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, mais ce qu’implique le portrait réalisé par les médias, en clair, c’était un « monsieur tout le monde« , faites attention à ce qui est dit plus haut et que les médias nous expliquent: « il s’agissait d’un nouveau type de tueurs de l’état islamique, parfaitement indétectable, complètement occidentalisé qui se fond dans la masse et qui jamais ne pourrait éveiller le moindre soupçon. Il buvait de l’alcool, faisait la fête et s’envoyait en l’air avec les deux sexes, il mangeait du porc et dansait la salsa« .

Les médias ne se rendent-ils pas compte de la psychose qu’ils peuvent provoquer et des conséquences possibles? Car suivant leur logique, n’importe qui peut être un tueur de l’EI, à partir du moment ou le bronzage est un peu trop visible, il y a un risque, et qu’importe ce qu’il fait, boit, mange, comment il s’habille, cela peut être un membre dissimulé de l’EI.

Combien risquent de ne pas relativiser et de réagir en conséquence? Car c’est bien là le meilleur moyen de faire monter le doute, la colère, de faire monter l’extrême-droite ou l’islamophobie tant décriée, « n’importe qui peut être un tueur même votre voisin de pallier pourtant si gentil« …

N’est-ce pas avec ce genre de portrait qui dans les grandes lignes pourrait correspondre à une grande partie de la population, avec un risque de voir certaines personnes effrayées  passer à l’acte croyant s’attaquer à un terroriste potentiel? C’est aussi comme cela qu’une guerre civile se prépare dans un pays…

Au final, nous ne saurons pas qui était réellement Mohamed Lahouaiej Bouhlel, nous ne saurons que ce qui est relayé par les médias, ou qui arrange nos politiciens pour justifier une surveillance globale des citoyens, en n’oubliant pas au passage que ces mêmes politiciens font des courbettes aux pays qui financent le terrorisme et l’Islam radical. À nous de relativiser et de ne pas céder à la peur, ni à la haine injustifiée.

 

18 commentaires

Laisser un commentaire