Après Nice, une classe politique « nulle » face à une France immature

J’ai copié l’article entier, car il me semble important à lire jusqu’au bout … M’enfin, ce n’est que mon avis !
A vous de vous faire votre propre opinion …

Sur France Inter, au lendemain de la tragédie de Nice, Gilles Kepel a dénoncé une « classe politicienne nulle » face aux changements du monde.
Question: l’opinion publique française a-t-elle les politiques qu’elle mérite?

Source : Après Nice, une classe politique « nulle » face à une France immature – Challenges.fr

« Notre classe politicienne est nulle ». Le jugement est terrible. Surtout quand il est prononcé, au lendemain d’un événement aussi épouvantable que l’attentat de Nice, par une autorité reconnue comme le spécialiste du djihadisme Gilles Kepel. C’était ce vendredi matin, sur France Inter, où le chercheur était appelé à donner son sentiment sur les réponses politiques apportées ou suggérées par les uns et les autres face à la tragédie terroriste: « débat minable, pas du tout à la hauteur du défi. Notre classe politicienne est nulle face à cela, elle donne le sentiment de courir derrière l’événement, d’être intéressée surtout par ses chamailleries ».

Le propos touche, qui vise l’ensemble d’un personnel politique qui donne le sentiment de se raccrocher à des réflexes de posture et de communication comme dépourvus de sens, comme s’il était dépassé par la dimension historique des événements auquel il est confronté.

La sentence sans appel de Gilles Kepel ne vise pas seulement la gauche de gouvernement, François Hollande, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve. Il inclut également les gauches de la gauche, dont certains représentants, en dépit de tout bon sens, continuent de dénoncer l’Etat d’urgence, Les Républicains de Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, qui oscillent entre obligation d’union nationale et tentation polémique, et le Front national de Marine Le Pen et Florian Philippot.

A en croire Kepel, les uns comme les autres ne comprennent pas le bouleversement de l’histoire auquel ils sont confrontés.

Un problème de logiciel

D’une part, en ce qu’ils ne comprennent pas l’ennemi et son fonctionnement, pourtant transparent: « le logiciel de ce terrorisme-là n’a toujours pas été compris par le pouvoir politique, quel qu’il soit (…) On est dans une autre dimension, il ne s’agit pas de dire qu’on va faire appel à la réserve, tout le monde sait que les forces de l’armée et de la police sont épuisées ».

D’autre part, en ce qu’ils n’en discernent l’objectif, présent en toutes lettres dans « les textes mis en ligne depuis 2005 par ce djihadisme de troisième génération: il faut épuiser les forces de l’ordre et il faut faire en sorte que la société, qui est totalement déboussolée, se prépare à une logique de guerre civile entre enclaves de confessions différentes ».

Face à ce danger, le gouvernement, chaque fois dans l’urgence, procède à des annonces qui ont pour objet de rassurer, autant que faire se peut, l’opinion. A chaque tragédie, le curseur du déploiement des forces policières et militaires monte d’un cran. Après Nice, c’est la Réserve qui est convoquée. Et l’état d’urgence maintenu pour trois mois encore. Le gouvernement pouvait-il faire autrement, dans les heures qui suivent un acte de la nature de celui commis à Nice? Non. Il fallait envoyer des signaux de rassurance l’opinion inquiète. Mais cette même opinion inquiète, en demande d’actes immédiats, sait aussi que ce qui a eu lieu à Nice relève de la menace auscultée par Gilles Kepel. Des sentinelles déployées ici et là ne suffisent pas à empêcher un individu déterminé à passer l’acte.

Partenaire du gouvernement, ses oppositions de droite, d’extrême droite et d’extrême gauche paraissent aussi éprouver de la peine à se hisser à la hauteur du rendez-vous de l’histoire. On ne sait pas encore tout du scénario de la tragédie de Nice que certains sont déjà affairés à dénoncer le pouvoir en place, à l’accuser les uns à dénoncer le manque de précautions et les failles sécuritaires, à l’image d’un sénateur LR, Philippe Dallier, qui s’est empressé de s’en prendre sur Twitter à François Hollande et Manuel Valls (avant de faire machine arrière toute), les autres à persévérer dans une dénonciation de l’état d’urgence devenue vide de sens. De ce point de vue, Kepel n’a pas tort de pointer ces « chamailleries » vaniteuses.

Gilles Kepel souligne, sans doute à juste titre, les failles des politiques. Mais il devrait aussi s’interroger sur l’état de cette même opinion, en fonction de laquelle les politiques réagissent, cette opinion qui leur demande encore et encore des mesures, des policiers, des troupes et des moyens, mais qui ne fait pas encore toujours la démonstration d’une maturité politique à la hauteur de l’enjeu.

Combien d’autruches béates?

On se souvient, par exemple, de la sortie d’un humoriste face à Manuel Valls, invité de l’émission On n’est pas couché, sur France 2, quelques semaines après les attentats du 13 novembre. Alors que le Premier ministre tentait de faire dans la pédagogie de guerre en période terroriste expliquée à un peuple qui en a perdu l’usage depuis la fin de la Guerre d’Algérie, Jérémie Ferrari s’était abandonné à l’une de ces sorties médiatiques qui caractérisent l’époque: « Vous avez dit qu’on était en guerre. Non, non, non! Vous, votre gouvernement est en guerre, nous on n’est pas en guerre. Nous, on se fait tirer dessus quand on va voir des concerts. Vous êtes en guerre, le gouvernement est en guerre, pas nous! »

On rappelle ici la saillie de l’humoriste prétendant au rôle de penseur parce qu’elle est emblématique du problème français. Déni de l’histoire. Refus de la réalité. Fuite. Dérobade. A l’époque, il s’était trouvé bien des gens pour saluer la sortie de Jérémie Ferrari, qui avait cloué le bec de Manuel Valls en se posant en pacifiste qui ne veut faire la guerre à personne. Cette anecdote disait pourtant toute la difficulté de faire de la politique, sous menace terroriste, face à une opinion qui ne veut pas comprendre que l’histoire redevient tragique. Combien de Jérémie Ferrari en France, à droite ou à gauche, à l’extrême droite et à l’extrême gauche? Combien d’autruches béates, la tête enfouie dans les caves de la Ligne Maginot des idéalités infantiles?

La classe politicienne est-elle « nulle » parce qu’elle est, aussi, confrontée à une opinion publique anesthésiée par un demi-siècle de paix, et qui serait devenue en grande partie toute aussi « nulle »? La question mérite d’être posée. Et vite.

Si, comme le dit Kepel, notre classe politique est nulle, tétanisée par une opinion fragmentée, clivée et divisée, le risque est alors grand de voir triompher la stratégie déployée par les ennemis de la France, à savoir « faire en sorte que la société, qui est totalement déboussolée, se prépare à une logique de guerre civile entre enclaves de confessions différentes ». Soit la possible réalisation de l’analyse développée par le directeur de la DGSI Patrick Calvar, qui, auditionné dans le cadre de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats de 2015, a déclaré : « la confrontation entre l’ultra-droite et le monde musulman inéluctable ».

Cette perspective est-elle inéluctable? De Hollande à Sarkozy, en passant pas Juppé et Valls, les politiques vont devoir convaincre du contraire. Convaincre Jérémie Ferrari et ses semblables, voilà l’urgence. Et pour ce faire, relire Mendès France, l’apôtre du convaincre en démocratie : « Pour les dirigeants d’abord. Le premier devoir, c’est la franchise. Informer le pays, le renseigner, ne pas ruser, ne pas dissimuler ni la vérité ni les difficultés ; ne pas éluder ou ajourner les problèmes, car dans ce cas, ils s’aggravent ; les prendre de face et les exposer loyalement au pays, pour que le pays comprenne l’action du gouvernement ». Pour ne pas être « nul » aux yeux de Kepel, il faut sans doute renouer avec Mendès.


Pour aller plus loin :
Sur La « Liberté de l’Esprit » : L’islamisme en crise : Algérie, Egypte, Iran –  Jeudi 11 décembre 1997


Gilles Kepel, directeur de recherche au CNRS, parlera de « L’islamisme en crise : Algérie, Egypte, Iran ». Gilles Kepel est un des spécialistes mondialement reconnu de l’islam contemporain. Il a publié aux éditions du Seuil plusieurs ouvrages qui font autorité : « Le prophète et le pharaon » (1984) ; « Les banlieues de l’Islam » (1991), « A l’ouest d’Allah » (1994). Dans l’introduction de ce dernier livre, Gilles Kepel nous invite à réfléchir à la mise en perspective des affirmations identitaires islamiques dans l’Occident d’aujourd’hui. L’affaire Rushdie, les affaires du voile ou l’islamisation des ghettos noirs américains, sous l’égide des Blacks Muslims, en sont les expressions les plus spectaculaires et les plus contreversées. Sans oublier, bien évidemment, la dramatique situation que connaît aujourd’hui l’Algérie.

—–

Pour Gilles Kepel, l’intégrisme est en crise.
Spécialiste de l’Islam, Gilles Kepel a décrit jeudi soir, à la Liberté de l’Esprit, la crise qui secoue l’Algérie, l’Iran et l’Égypte. Pour lui, l’islamisme politique perd aujourd’hui son pouvoir de mobilisation. Mouvance composite, il s’avère incapable de gérer ses contradictions et se déconnecte de plus en plus des sociétés où il a fleuri dans les années 80.

La vision commune de l’islamisme est celle d’une lame de fond hostile à l’Occident et à ses valeurs. L’affrontement entre l’Islam et l’Occident serait un  » choc des civilisations  » qui viendrait se substituer à la rivalité entre pays libéraux et pays communistes.  » la situation n’est pas celle-là, explique Gilles Kepel. Depuis le milieu de années 90, la tendance de l’islamisme est à la régression. Son pouvoir de mobilisation est en train de perdre la force qu’il avait dans les années 80-90.  »

En Iran,  » là où l’utopie islamiste est devenue réalité « , les religieux doivent faire face à une opposition de plus en plus vigoureuse.  » La question n’est pas de savoir qui sera le Gorbatchev iranien, mais qui sera l’Eltsine.  » En Égypte, l’attentat meurtrier contre les touristes, alors que le quart de la population vit du tourisme, est le signe  » d’une décomposition du mouvement et de sa perte d’impact dans le terreau populaire où il était pourtant très implanté.  » Enfin, en Algérie, la persistance de la violence, l’atrocité des crimes commis signent pour Kepel  » la décadence d’une idéologie autrefois mobilisatrice qui s’épuise aujourd’hui dans une violence pure « .

Lire la suite …


Sur « Le Télégramme » : Il n’y a pas d’état de guerre en France

État d’urgence, perquisitions administratives… Que vous inspirent les réponses politiques apportées au phénomène terroriste ?
Les mesures de police, l’état d’urgence, ce sont des mesures symptomatiques. Comme quand on met un garrot pour stopper un saignement. Mais il faut faire attention à ne pas tomber dans le piège tendu par Daesh, qui veut réduire la capacité démocratique de la France. D’autant que, selon moi, en novembre 2015, Daesh a raté sa cible.
….

Vous parlez d’une coupure avec le monde universitaire. Avez-vous personnellement été sollicité, en tant que spécialiste, par l’exécutif ?
J’ai remis, le 15 janvier 2015, un rapport à Manuel Valls. Ce rapport, qui était le produit d’une mission menée dans 23 pays après avoir interrogé près de 300 personnes, évoquait la situation catastrophique de l’étude du monde arabe et de l’islam en France, qui est pourtant fondamentale. Ce rapport a été enterré sous la pression des réseaux proches des partis politiques, qui ont leurs propres experts – généralement bidons – et de la haute fonction publique, qui considèrent qu’il s’agit là d’un enjeu de sécurité et qu’il est donc impensable que des universitaires aient quelque chose à dire en ce domaine.

Il existerait donc une forme de cécité de nos élites ?
Oui, et j’en veux pour preuve le discours de François Hollande qui a déclaré que nous étions en guerre contre une armée jihadiste. En France, il n’y a pas d’état de guerre. Et nous ne sommes pas menacés par une armée de jihadistes. Si l’on regarde les parcours d’Abaaoud et consorts, on voit surtout des méthodes de truands qui ont mitraillé des gens à la terrasse des cafés. Abaaoud, lorsqu’il a pris la fuite, a sauté par-dessus le tourniquet du métro de la station Croix de Chavaux à Montreuil, s’est réfugié avec des Roms sur un talus de l’A86, avant de finir dans un squat sordide où il a été liquidé…

Lire la suite …

26 commentaires

  • Pyramidion

    Gilles kepel beau parleur specialiste en…sionisme ☝…

  • Stef81

    Si on doit compter sur Kepel pour l’avenir, on est mal barrés.

  • 12456897

    @ cap’tain Flam

    Tu es sérieux?

    Il n’y a rien à sauver du galimatias de ce monsieur, la façon dont il dédouane le politique de toute responsabilité concernant par exemple le manque de confiance entre population et eux (49.3, ça te dit? Fourberie referendum 2005? Cahuzac? Sarko bling bling? ‘Mon ennemi, c’est la finance’) ou le fait qu’ils fassent des guerres, fricotant et rinçant des ribambelles d’assassins en Syrie ou ailleurs est purement scandaleuse.

    Et pour le reste, lisez les infos.

    Concernant les protagonistes de Nice, aucun lien formel entre Daesh et eux n’a été trouvé. L’existence d’une cellule terroriste n’est pas établie. Ils sont simplement ‘soupçonnés’ et c’est la Justice maintenant qui prouvera ou infirmera. Les éléments fournis par le proc sont ténus et reposent pour la plupart sur l’interprétation.

    Notez que Nice est une place contaminée par le djihadisme. Le lien entre ces types est Tunisie. A rajouter dans le dossier: attentat de Sousse sous captagon; l’individu de la goutte d’or est demeuré un certain temps à sainte-maxime et a cherché à se procurer des faux papiers.

    Donc, quand on parle de terrorisme djihadiste sur le vide, on est déjà embarqué dans le n’importe quoi et l’hystérie. A cause en grande partie de notre président qui a incriminé Daesh à 3h40 sur la foi de ‘un Arabe, plein de morts = Daesh’

    Concernant la préméditation. L’individu projetait une action, il ruminait semble-t’il, mais pas celle-ci. D’où, par exemple, les armes factices. Ce qui a rendu possible ce carnage, c’est un manquement grave de l’Etat concernant la sécurisation. Et de deux choses l’une: ou si c’était prémédité, il y a complicité car le type ne pouvait savoir par anticipation que la sécurisation serait bâclée; ou bien l’occasion a fait le larron. Qu’on réponde à ça, c’est le début de toute réflexion avant de chercher à peindre le réel aux couleurs qu’on voudrait.

    Mais on n’y répondra pas car Hollande, Cazeneuve et Valls n’assumeront jamais une quelconque responsabilité en quoi que ce soit.

    Hé, proc! L’individu s’est baladé quatre fois ce jour-là dans Niceavec son bahut alors qu’il n’avait pas le droit de rouler. Il voulait se faire gauler et repérer, einh? Il a même fait des selfies. Mais puisqu’on vous dit que tout va bien.

  • Mundus Mundus

     » »Question: l’opinion publique française a-t-elle les politiques qu’elle mérite? » »

    C’est le principe même de la démocratie moderniste, son réacteur nucléaire. Etre gouverné par des personnes issues du peuple.
    Vous serez gourverné comme vous êtes!!!!

    Nous sommes tordus c’est normal d’être dirigé par des tordus.

  • Panurgie

    C’est une bonne initiative un tel article, bien que le propos puisse être nuancé. C’est cool d’avoir mis un tel article qui sort un peu des standard des ME il me semble.
    Même si les réactions sont pas unanimes çà laisse le champs à un autre discours et c’est positif à mes yeux.

  • Ularius

    Hier le « Capitaine Flam » « le niçois » joue les vierges effarouchées avec son article montrant du doigt « les sites conspis » qui pointent les anomalies de la VO de Nice et aujourd’hui le « capitaine Flam » nous sort un article sur l’ultrasioniste/franc mac/neocon Kepel qui ose pointer « l’insuffisance des politiques » alors que ce sont eux qui tirent les ficelles de ces « pseudo attentats islamistes ».

    Mais qui se cache derrière le Capitaine Flam : le fils Huchon ? Rudy Reichstag ? Tristan Mendès France ?

  • Je m’attendais à certaines réactions …

    Sous prétexte que le mec est Franc-Mac / Sioniste / Jenesaisquoi , on refuse obstinément d’écouter son discours !!

    Je m’en carre de ce qu’il est ou n’est pas !!

    Élargissez votre horizon, bon sang !!

    Ce que je retiens de son discours, c’est qu’il tape sur la droite, sur la gauche, sur les extrêmes …

    Au fond, ce qui vous a choqué, c’est qu’il VOUS a traité d’abrutis !!

    Un peu moins de nombrilisme, un peu plus d’ouverture d’esprit, et méditez cette (fausse) attribution de Voltaire :

    « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je suis prêt à mourir pour défendre votre droit à l’exprimer !! »

    Sur ce … bonne soirée à tous !

    • suzanna

      Quand ils s’agit de réinformer, le nombrilisme n’existe pas.
      Ce serait limite de notre faute si l’on apprécie guère que vous partagiez la merde qui sort de la bouche de ce type, comme certains l’ont dit, ce monsieur sait tout ce qu’il y a à savoir, donc son boulot est de manipuler ceux qui lisent encore les journaux, alors oui, on peut légitimement se demander pourquoi vous partagez celà sur les moutons enragés, on aura quoi la prochaine fois, du Atalli ?

      Faut dire qu’il n’est pas non plus si mauvais n’est-ce pas ?
      Dans la désinfiormation bien entendu, ah zut, il s’agit bien de celà, ils font celà H 24, vous le savez, alors pourquoi ?
      oui pourquoi partager celà ici ?

      Et non ce n’est pas pour entendre un autre son de cloche, car il ne s’agit pas d’avis divergeants dans leur cas, mais de désinformation pure et dure, alors l’excuse ne tient pas. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

    • engel

      Que ferions-nous sans toi….
      « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je suis prêt à mourir pour défendre votre droit à l’exprimer !! »
      Sincèrement, beaucoup n’en demandent pas tant.
      …Rester en vie et éviter de dire des conneries est aussi un bon début.http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • skyline5872

    Agent Sioniste et rien de plus!
    Spécialiste de mon c….§
    Un agent promu par le sionisme et les wahhabytes en plus du sérail franc-maçon qui suce la France….

  • Panurgie

    Pardon mais je ne sais pas ce que vous mettez derrière sioniste. Donc comment on sait que quelqu’un est sioniste ou franc maçon ?
    Et quand bien même cela empêche t’il son discours d’être audible et de contenir des éléments intéressants ?

  • Quiconque a cherché un peu, sait parfaitement que Daesh, le terrorisme, et tout le toin-toin sont complètement téléguidés par le lobby sioniste international.

    Détruire Edom (Europe) par Ismaël (Islam) c’est la panacée des eschatologues sionistes, qui y voient l’ultime chapitre avant la venue de leur faux messie.

    Ce Monsieur Kepel, sioniste notoire, produit une analyse molle et creuse dont la seule et unique proposition concrète pour lutter contre l’intégrisme consiste en un cadenassage d’internet, tout comme le CRIF le « demande » (l’éxige) du bien mal nommé gouvernement français.
    Tout le reste n’est qu’un discours lénifiant. Il agite le spectre de la guerre civile comme une terreur devant remobiliser des politiques vendus qui ne font en réalité que la fomenter conformément aux consignes du lobby.
    Pas un mot sur le renforcement de l’implication de la France dans le conflit en Syrie, ni sur l’immigration massive qu’elle suscite et qui renforce les conditions du délitement de la France.
    En gros tout ce qui arrange Israël dans cette affaire est soigneusement préservé de sa plume rabougrie.

    Alors oui, je trouve cet article insipide…

     » De la merde en barquette » comme dirait l’autre.

    La prochaine fois, joignez une chanson de Maurice Benguigui en soutien à Tsahal, au moins la teneur sera plus claire pour tout le monde. ;)

  • Je préfère encore ce genre d’analyses à mon goût beaucoup plus sérieuses et pertinentes :

    http://www.mai68.org/spip/spip.php?article8377

Laisser un commentaire