Alerte rouge dans les banques : ça craque en Italie, ça se fissure en Allemagne et ça tremble en Grande-Bretagne

banksterLes banques européennes sont à nouveau en état de vigilance rouge. Les risques de la faible croissance, les taux faibles, les contraintes de sécurité, et les incertitudes du Brexit… Explications d’un séisme annoncé.

Le secteur bancaire européen ne dit mot mais constate que les régulations imposées au lendemain de la crise ne sont pas très efficaces. Plus grave, elles seraient même en partie la cause de la raréfaction des crédits à l’économie en dépit de l’abondance des liquidités. Les banques sont en plein paradoxe. Alors que la BCE leur offre « open-bar », elles utilisent ces liquidités à consolider leurs fonds propres, ou à financer des dettes d’Etat, plutôt qu’à nourrir des crédits à l’économie.

En Italie et en Allemagne, des très grandes banques européennes ont failli sauter depuis deux mois.

Certaines ne valent plus que 10 ou 20% de ce qu’elles valaient il y a deux ans : un vent de panique a soufflé sur les marchés financiers, et chacun s’attend à ce que ça recommence.

Les mois d’août ne sont jamais totalement « sécure » pour l’industrie financière.

En 2008, les Etats avaient recapitalisé leurs banques à grands coups d’argent public.

On avait vu ce qu’avait donné la chute de Lehman et aucun dirigeant ne voulait infliger ça à son pays. Le renflouement public en a sauvé plus d’une, sauf que les gouvernements ont eu du mal à assumer ces plans d’aides.

Parallèlement, les Etats européens ont renforcé le contrôle et la coordination des activités bancaires.

Ça s’est traduit par un renforcement des ratios de solvabilité et de liquidité. En bref, les banques ont été obligées de gonfler leur fond propre et de veiller à ne pas prendre trop de risques.

Le renforcement des fonds propres les a ainsi privées de moyens pour financer des crédits à l’économie, d’autant qu’elles ont aussi surveillé les risques pris.

Le résultat de cette médecine ultra précautionneuse, est que la distribution de crédits à l’économie s’est raréfiée.

L’Union bancaire, organisme européen qui est né de cette préoccupation de régulation renforcée, et qui est censée gérer les résolutions de crise de manière uniforme, s’est mis très récemment en ordre de bataille. Et l’une de ses principales disposition est ultra simple : l’argent public, celui des contribuables, ne doit pas recapitaliser – financer – les banques. Plus de sauvetage direct comme en 2008-2009.

Le mécanisme de sortie de crise consiste maintenant à faire renflouer la banque en difficulté par ceux qui ont un intérêt direct dans la banque : actionnaires, prêteurs et déposants de plus de 100 000 euros. C’est le fameux bail-in entré en vigueur le 1 er janvier 2016.

On cherche à éviter à tout prix, le n’importe quoi : c’est à dire d’un coté ,des banques qui financent les Etats, surtout ceux qui ont une dette publique élevée ; et de l’autre , à l’inverse des Etats qui financeraient les banques pour les recapitaliser.

Le risque dans tout ça étant l’aléa moral : les banques prennent des risques, car elles savent qu’elles seront secourues en cas de besoin. Du coup, les Etats s’excitent sur leur endettement et dépassent les normes exigées.

Ce qui est dangereux, c’est la dépendance réciproque du duo banques-Etats. C’est le cas en Italie, c’est aussi le cas en France.

Les banques sont donc encore loin d’inspirer la confiance des investisseurs et la défiance s’est cristallisée autour de trois foyers de crise.

Premièrement, un foyer de crise en Italie, où les banques italiennes sont mal en point. L’Etat est surendetté et les risques sur l’économie ont grossi.

360 milliards d’euros de créances dites douteuses, ou presque 1 crédit sur 5 accordé sans garantie sérieuse, dont au moins 200 milliards que les marchés jugent irrécupérables. Unicrédit, Intelsat San Paolo, Mediobanca, toutes sont dans la tourmente, même Monte des Paschi di Siena, la plus vieille banque du monde. Cette banque toscane a ainsi perdu plus de 90% de sa valeur en un an. Aucun investisseur ne s’aventurerait à la racheter tant on ne sait pas ce que contient son bilan. En cause et ce n’est pas nouveau, des prêts accordés sans garantie et des maquillages de compte. On prend les anciennes recettes qui ont engendré les crises précédentes et on recommence.

Source et suite sur Atlantico.fr

 

18 commentaires

  • JBL1960 JBL1960

    Sur ce point on aussi tirer son chapeau à Pierre Jovanovic qui depuis 2008 nous serine le tout aux oreilles et sans se tromper = https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/03/07/les-banksters-a-la-manoeuvre/

  • Maverick Maverick

    13 000 Milliards de dollars US : c’est maintenant le volume de dette servie par des taux d’intérêts négatifs; ce montant a doublé sur les cinq derniers mois, et sur le mois écoulé il s’est accru de plus que le PIB de la Russie.

    http://www.zerohedge.com/news/2016-07-19/financial-system-breaking-down-unimaginable-pace

    Tic,tac,tic,tac … http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

  • Norbert

    Les Travaillistes partisans du Brexit dressent la liste des prophéties des partisans du Maintien, AVANT et APRÈS le référendum.
    Contrairement à ce qu’affirme sans relâche la propagande dans les grands médias français, les partisans du Brexit ne se sont pas recrutés uniquement à la droite et à l’extrême-droite au Royaume-Uni.

    Bien au contraire, une majorité de députés conservateurs étaient favorables au maintien dans l’UE tandis que 38 % des électeurs habituels du Parti Travailliste (“Labour”) – donc des électeurs de gauche – ont voté pour le Brexit (d’après les sondages post-électoraux).

    Ces travaillistes partisans du Brexit ont plusieurs sites Internet et une page Facebook intitulée « Labour Leave » qui a mis en ligne, voici quelques jours, un petit tableau comparatif intéressant.

    https://www.upr.fr/actualite/europe/travaillistes-partisans-brexit-dressent-liste-propheties-partisans-maintien-apres-referendum

  • Norbert

    Les taux de créances douteuses des banques européennes : révélateurs de l’échec et des contradictions insurmontables de la pseudo « Construction européenne »

    Pour compléter l’article de Vincent Brousseau sur la situation bancaire préoccupante de l’Italie, je souhaiterais attirer l’attention des lecteurs sur les résultats de l’exercice « Transparence » de 2015 publiés par l’autorité bancaire européenne (ABE ou EBA pour European Banking Authority) sur son site internet. L’ABE est l’un des multiples organismes européens en charge de la définition et du contrôle des normes bancaires au sein de l’Union européenne.

    https://www.upr.fr/actualite/europe/taux-de-creances-douteuses-des-banques-europeennes-revelateurs

  • gneu

    Pour une fois, je rejoins le camp des trolls. Ne vous en faites pour les banques, elles ne sombreront pas ; les banques ne font que créer de la monnaie, elles ne risquent pas la faillite globalement (bon localement, c’est possible d’organiser la faillite d’un petit groupe bancaire pour le faire se racheter par un plus gros).
    Si les banques font prétendument faillite, ce ne sera que de fausses annonces pour toujours affaiblir et appauvrir le peuple.
    Les 13 milliards de « dette » ne sont que la somme d’argent créée par les banques. Que des chiffres dans des ordinateurs (hein RTB), ça n’a aucune valeur.

  • ollieno60

    N’oubliez pas le decret passé en douce, pendant que la plupart des français été obnubilés par le foofoot … .

    Ce decret permet aux banques française de se servir sur les comptes de leurs épargnants en cas de risque de banqueroute….

  • rouletabille rouletabille

    Comme si cela n’est pas programmer pour nous obliger à accepter la PUCE et l’argent VIRTUEL ????
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

  • Grand marabout Grand marabout

    Un problème européen à 46 trillions d’euros !

    Les politiques aussi bien fiscales que monétaires ou financières ne peuvent rien, absolument rien sauf gagner du temps ; rien ne peut retourner la situation. Plus vous baissez les taux, plus vous les rendez négatifs et plus les pays émettent, plus ils s’endettent, plus ils se lestent. Ils se plombent.

    article intégral:
    http://lesmoutonsenrages.fr/forum/viewtopic.php?f=25&t=9754

    encore un peu..
    Le respect de ces réglementations est surveillé par la Banque centrale européenne (BCE) pour les banques et l’ACPR pour les assureurs. Ces deux entités disposent d’importants pouvoirs de surveillance et de répression.
    Elles peuvent même prendre le contrôle d’un établissement si son état devient menaçant, afin de le redresser avant que la défaillance ne se propage.

    L’Europe a, par ailleurs, mis en place un Fonds de résolution unique alimenté par les banques européennes qui devrait être doté de 50 à 60 milliards d’euros dans quatre ans afin de permettre de combler d’éventuels trous dans les comptes d’une banque avant qu’ils n’atteignent ses clients.

    Un tel dispositif n’existe pas pour l’assurance-vie.
    http://lesmoutonsenrages.fr/forum/viewtopic.php?f=25&t=9895
    …plus
    L’effondrement des banques italiennes menace de faire plonger dans le chaos le système financier européen

    Le système bancaire italien est une « Tour de Pise » qui pourrait littéralement s’effondrer à tout moment. Et comme les banques italiennes commencent à tomber comme des dominos, cela déclenchera une panique financière dans toute l’Europe comme nous ne l’avons jamais vu auparavant.

    Actuellement, les valeurs bancaires italiennes ont chuté de 28 % depuis le début de l’année 2016, et quand vous regardez certaines des plus grandes banques italiennes, les chiffres deviennent encore plus effrayants.
    Ce lundi 07 Mars 2016, les actions de Monte dei Paschi étaient en baisse de 4,7 %, et elles ont chuté de 56 % depuis le début de l’année.
    Les actions de Carige ont baissé de 8 %, et elles se sont effondrées de 58 % depuis le début de l’année. Voilà à quoi ressemble une crise financière, et tout comme nous le voyons en Amérique du Sud, les problèmes en Italie semblent s’accélérer de façon significative
    http://lesmoutonsenrages.fr/forum/viewtopic.php?f=22&t=9583

    • Grand marabout Grand marabout

      Dans la réalité, la spéculation s’est déplacée des banques vers le  » shadow banking. »

      le shadow banking est un système spéculatif qui repose sur la base de prêts extrêmement risqués aux entreprises.
      Les proportions prises par ce système sont devenues gigantesques.
      Les résultats qui ont été la conséquence des prêts insolvables aux particuliers seront les mêmes sur les prêts insolvables consentis aux entreprises fin 2016 ou début 2017.
      Ce risque majeur pourrait être évité par la régulation du système de la finance. La question est posée pour savoir… qui va, ou peut réguler ?

      Le Conseil de stabilité financière, qui est une institution créée par le G20 au moment de la crise, estime que le shadow banking pèse 75 000 milliards de dollars, c’est-à-dire davantage que toutes les grandes économies du monde additionnées. !
      http://lesmoutonsenrages.fr/forum/viewtopic.php?f=22&t=9565

      bonne chance au D.A.B !

    • rouletabille rouletabille

      Faut être débile pour croire aux chiffres que les Banques inventent ,comme le fric d’ailleurs .Et les BOURSES hahahaah (meme pas 1 %de la population détient 51% de la richesse )ils vont se gêner avec les supporters de foot etc )
      AUCUNS CONTRÔLES,rien .
      Ces mafieux NOUS CONTRÔLENT par contre hahaha, avec l’ asservissement des Baudruches pitoyables en première ligne ..
      Donner les pleins pouvoirs à des gens (d’origine tribale)pour inventer de l’argent ,C’EST DINGUE (loi de 1972 POMPIDOU )
      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

  • rouletabille rouletabille

    LA PREUVE
    .
    http://www.rtbf.be/info/societe/detail_en-suede-le-cash-s-est-incline-face-au-paiement-mobile?id=9311006
    .
    Ces gens sont tellement débiles que vivre sur cette crotte de planète sans etre pucés à la naissance est (j’allais dire que le baptême c’est IDEM)
    Bof ,qu’est ce qu’on s’en fout les gars quand on sait que le TEMPS (des milliards d’années)avant et après nous sont comme un cheveu dans la soupe du créateur hahahaah.
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

Laisser un commentaire