Anti-vaccins: La censure est partout

ob_1e2e36_suzanne-humphriesDr Suzanne Humphries, M.D., néphrologue (extrait de sa conférence à Copenhague (Novembre 2015)

 

Nous constatons aujourd’hui que la censure touche pratiquement toutes les publications anti-vaccinales. Les opposants sont présentés comme stupides et idiots.

Pour pouvoir colmater les fissures qui apparaissent de plus en plus dans ce « barrage », il convient que les journalistes soient eux aussi censurés.

Dans la presse populaire, le magazine Forbes (4 août 2015) le dit carrément :

Le journal Forbes du 4 août 2015 titrait : « Comment pouvoir changer la mentalité des anti-vaccins ?– Foutez-leur la trouille pour éliminer toutes leurs conneries ! »

Pour atteindre ces objectifs, ils sont obligés de restreindre l’information parce que quand les parents et les médecins se trouvent en possession de tous les faits, il leur est très facile d’établir la connexion entre les dommages de santé de leur enfant et les vaccinations. En outre, ces parents et ces médecins veulent toujours en apprendre davantage.

Avez-vous déjà entendu parler du Dr Paul Offit. C’est lui qui établit les recommandations pour les médecins et les organismes de consultance aux Etats-Unis. Il dit clairement que les journalistes qui colportent ou publient des arguments anti-vaccins devraient être jetés en prison !

Il en découle qu’aujourd’hui la plupart d’entre eux sont terrifiés à l’idée de perdre leurs sponsors. Mais les journalistes qui sont toujours intéressés par un débat équilibré doivent malgré tout être censurés.

Ainsi, Kathleen Sebelius, Secrétaire d’Etat au Ministère de la Santé publique (2009-2014) a écrit dans le célèbre magazine Reader’s Digest : dans la presse, les critiques des vaccins ne peuvent disposer d’une place égale, et ce, même quand les arguments et les critiques sont parfaitement fondés :

Tout doute possible au sujet de la sécurité des vaccins, qu’il soit fondé ou non, ne peut être autorisé d’exister. Federal Register DHHS, FDA, 1984, June 1- Docket n° 84N-0178. (Ministère Fédéral de la Santé et des Services Sociaux).

ob_2c4142_any-possible-doubtsEst-il possible de dire les choses plus clairement ?
Partout les médecins sont sous la menace. –  la vaccination n’est-elle pas une chose qui va de soi, qui ne doit poser aucun problème, qui ne se discute pas ?

 

Commentaire d’Initiative Citoyenne:

 

Les exemples de censure abondent en matière de vaccination, ils sont la règle et non l’exception. Songeons à ce qui s’est passé avec le documentaire Vaxxed du Dr Wakefield et de Del Bigtree au festival de Tribeca (la saga avec l’acteur Robert de Niro) mais aussi plus récemment avec un autre documentaire Man Made Epidemic (Epidémie crée par l’homme) de la cinéaste allemande Nathalie Beer, qui a été déprogrammé du festival londonien d’East End parce qu’il évoque l’insécurité des vaccins et leur lien avec l’autisme. Les choses sont assez simples: pour l’immense majorité des personnes dogmatiques et religieusement attachées aux vaccins, il leur suffit dans ce cas de se demander si des documentaires critiques sur les vaccins peuvent tout simplement avoir le statut de documentaires!

 

Quand des universitaires font des thèses critiques sur les politiques vaccinales, il est aussi question d’essayer de les bâillonner et d’exercer des pressions sur leurs universités, cela s’est vu avec l’australienne Judy Wilyman qui pointait le rôle de l’OMS et d’autres organisations dans la mise en place de programmes de vaccination aveugles et mondialisés; cela s’est aussi vu avec les chercheurs Chris Shaw et Lucija Tomljenovic de l’université de Colombie britannique mais hélas, la mentalité de moutons est encouragée dans la plupart des universités du monde.

 

Quand des chercheurs mettent en évidence dans leurs travaux de recherches et dans leurs publications des risques sérieux associés aux vaccins (fibromyalgie, sclérose en plaques etc.), ils sont tout simplement privés de crédits de recherche ou encore interdits de conférence de presse, par exemple comme le Pr Marc Tardieu, neuropédiatre à la Pitié Salpétrière à Paris dont l’étude a démontré un sur-risque clair de sclérose en plaques chez les enfants vaccinés contre l’hépatite B.

 

Le 18 mai dernier, lorsque nous nous sommes rendus pour certains d’entre nous à l’Assemblée générale du Conseil Supérieur de la Santé qui prétendait de façon tout à fait fallacieuse dévoiler les « coulisses de la vaccination », nous avons pu constater le même malaise criant face au concept de liberté d’expression et la volonté évidente de fuir les questions dérangeantes. Pour assister à ce genre d’évènement, vous êtes d’abord fouillés à l’entrée puis vous êtes photographiés à plusieurs reprises quand vous êtes assis dans la salle des participants et enfin, vous n’avez droit qu’à un temps ridicule de 20 minutes pour une salle de plusieurs centaines de participants pour espérer pouvoir poser une question que vous ne pourrez quand même pas poser tant les orateurs se montrent terrorisés quand vous levez le bras et qu’ils s’empressent de parler dans le vague pour que vous n’ayez surtout pas la parole.  Ces gens-là sont mal à l’aise avec toute idée de débat car ils savent hélas pertinemment qu’ils sont dans le mensonge et la contradiction permanente. Risquer de perdre brutalement la face devant des centaines de médecins venus docilement boire leurs paroles, parce que des dissidents ont eu l’outrecuidance de venir assister à leur grand messe et qu’il existe tellement de questions possibles auxquelles ces « grands experts » ne sauront tout simplement pas répondre s’avère à bien des égards une expérience angoissante et un véritable exercice d’équilibriste pour ces bonzes. Comment s’étonner alors que ces gens-là préconisent explicitement dans leurs discours culpabilisants le recours à des partenariats médiatiques en vue de ne surtout plus donner le moindre espace aux opposants/dissidents? C’est pourtant ce qu’ils font ET… ce qu’ils obtiennent, au détriment de la santé du plus grand nombre fort malheureusement ainsi que de la liberté et de la dignité les plus fondamentales des individus ainsi privés purement et simplement du droit à une information plurielle et donc du droit à un consentement réellement libre et éclairé.

Source: Initiativecitoyenne.be

 

15 commentaires

Laisser un commentaire