Vladimir Poutine prolonge l’embargo russe sur les produits alimentaires des pays occidentaux…

Il faut punir la vilaine Russie qui a annexé la Crimée,  par des sanctions alimentaires? Sanctions qui ne touchent pas l’exécutif, mais le peuple russe. Aussi, ce qui était prévisible, Mr Poutine a pris les devants et a décrété le prolongement de l’ embargo sur des denrées alimentaires. Ce qui ne fera pas les affaires de nos paysans déjà en mauvaise posture et qui ne tiennent, qu’avec les aides de Bruxelles. Malgré cela, le peuple russe soutient à 80% son président. Ça doit faire des envieux dans l’hexagone…

Le président russe Vladimir Poutine a signé le décret prolongeant l’embargo alimentaire russe, introduit en août 2014 en riposte aux sanctions occidentales, informe mercredi le site officiel du Kremlin.

« Les contre-sanctions resteront en vigueur jusqu’au 31 décembre 2017 et ce « pour défendre les intérêts nationaux russes », est-il précisé. »

Rappelons qu’en signe de riposte aux sanctions occidentales, la Russie a introduit, en août 2014, un embargo sur plusieurs denrées alimentaires. Cette mesure de rétorsion concerne notamment les produits laitiers, la viande et les fruits et légumes en provenance de l’UE, du Canada, de l’Australie et de la Norvège. En juin 2015, l’embargo alimentaire russe a été prolongé suite à la prorogation par l’UE de ses sanctions.

Fin mai, le premier ministre russe a fait savoir que le gouvernement russe préparerait des propositions concernant la prolongation des sanctions russes contre l’Union européenne jusqu’à la fin 2017.

Or, le 1er juin, la Russie a exclu de la liste des produits couverts par l’embargo la viande et les légumes utilisés pour la fabrication des aliments pour bébés.


Source Sputnik-news/International

Sanctions antirusses: l’UE subit de grandes pertes (carte ci dessus grand format)

Selon l’Institut autrichien d’études économiques (WIFO), les sanctions imposées contre la Russie entraîneront la suppression de 2,5 millions d’emplois et les pertes de l’économie européenne s’élèveront à 109 milliards d’euros.

Contexte: Voir l’article de RFI sur l’annexion de la Crimée

 

 

7 commentaires

Laisser un commentaire