Personnage oublié des Habsbourg d’Autriche, Ferdinand le débile…

Pour les férus d’Histoire, un ouvrage de Jean Luc Dousset, sur un personnage méconnu des Habsbourg d’Autriche, Ferdinand le débile. Personnage fascinant s’il en est, avec ses tares génétiques, dues aux multiples mariages consanguins de la lignée. Était il si débile que ça?? Un ouvrage qui ne laissera pas indifférents les amoureux de l’Histoire. Merci à J.L Dousset.

Img/Le-Soir.be

S’il est un personnage méconnu de l’Histoire, c’est bien Ferdinand de Habsbourg. Et pourtant, il fut empereur d’Autriche et roi de Hongrie, sous le nom de Ferdinand I er dit le Débonnaire ! Mais même s’il fut aimé d’une partie de son peuple, Ferdinand n’a pas fait la fierté de son pays, ni encore moins de sa famille.

Survenue en avril 1793 au palais de la Hofburg à Vienne, la naissance de Ferdinand suscite tout d’abord de la joie. D’un premier lit, il avait eu une fille, c’est dire si François II, empereur du tout-puissant Saint-Empire germanique, est heureux d’accueillir cette fois un garçon, l’héritier du Trône !

Mais l’allégresse fait aussitôt place à la consternation. Ferdinand est né avec des petits bras, des petites jambes et une énorme tête aux yeux globuleux. Mais ce physique disgracieux n’est encore rien : Ferdinand est en plus hydrocéphale, épileptique et rachitique ! Il est atteint de troubles de la parole, dont le bégaiement n’est que le moindre.

Car chez les Habsbourg, on a pris l’habitude de se marier entre cousins. De ces mariages consanguins, Ferdinand le “débile ” est un bien triste résultat. Une branche pourrie de l’arbre généalogique, de celles qu’on préfère scier que voir fleurir. Son père, qui, entre-temps, est devenu François I er , empereur d’Autriche et roi de Hongrie, a le sens du droit et de la justice. Alors qu’il vaudrait mieux pour le Trône se choisir comme héritier le fils cadet, François-Charles, mieux disposé physiquement et intellectuellement, François s’en remet au Destin et maintient Ferdinand dans ses droits à la Couronne, bien aidé en cela par son fidèle conseiller le prince Metternich, ministre à l’ambition plénipotentiaire.

Il prend en charge la famille de son agresseur

Ferdinand est dénué de tout sens politique. Il aime apprendre la botanique avec son père, s’intéresse aux sciences et techniques et démontrera plus tard certaines capacités à faire fructifier l’argent. Mais pour l’heure, voici que son père l’élève au rang de roi de Hongrie. Que fait-il de la cassette personnelle qui lui est remise à cette occasion ? Il la distribue pour moitié au peuple magyar touché par la famine, et pour moitié à des œuvres culturelles ! Un jour, il est victime d’un attentat, mais s’en sort indemne. Il fait commuer la peine de mort de l’auteur en prison à vie et prend financièrement en charge sa famille ! Il a bon cœur, Ferdinand le Débonnaire. Mais nous sommes en 1835 et le voici sur le trône d’Autriche…./…

Lire la suite

Source Le-Soir.be

Pour découvrir l’histoire exceptionnelle de ce personnage oublié, un seul ouvrage : “Ferdinand le débile ”, de Jean-Luc Dousset, aux éditions Jeanne d’Arc, 17 euros. En vente sur Amazon.fr ou via le site des éditions Jeanne D’Arc : http://www.eja-editions.com/

Un commentaire