L’Otan se renforce en Europe orientale et cabre la Russie

Il y a une actualité qui coïncide étrangement avec ce renforcement de l’OTAN en Europe, c’est l’Euro 2016 et la situation des supporters russes qui vont être expulsés, avec le risque de voir la Russie disqualifiée au passage. N’y avait-il que des russes qui ont semé le chaos à Marseille ou à Lille? Non, il y avait également des britanniques, des français, des autrichiens, mais ce sont les russes qui sont principalement visés dans les médias. Quant à l’équipe anglaise, elle n’est pas inquiétée par le comportement de ses supporters… Mais c’est avant tout une coïncidence, à moins que cela soit la politique qui ait plus ou moins directement influencé cela, tout simplement… Mais je dois voir le mal de partout je pense… Tout cela ne change pas grand chose au fait que l’OTAN renforce ses troupes autour de la belliqueuse Russie dont le seul but est la guerre, n’est-ce pas ce qu’on nous répète à tout bout de champs?

07-bases-otan

Davantage d’exercices militaires, une surveillance aérienne renforcée et bientôt des déploiements « par rotations » de plusieurs milliers de soldats en Pologne, dans les pays baltes et en Roumanie: l’Otan a peaufiné mardi son dispositif visant à rassurer les alliés est-européens inquiets de l’expansionnisme manifesté par la Russie.

Mais « sans vouloir un retour à la Guerre froide »

, a assuré le secrétaire général de l’Alliance atlantique, l’ex-Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg, laissant la porte ouverte à un dialogue « constructif » avec Moscou.
A trois semaines d’un important sommet à Varsovie, les ministres de la Défense des 28 pays membres de l’Otan ont réaffirmé lors d’une réunion à Bruxelles que la priorité de l’organisation – créée en 1949 pour contrer à l’époque la menace soviétique – était la « défense du territoire » allié et la « protection de leurs populations ».

Quatre « robustes » bataillons
Ils ont ainsi décidé de muscler la présence militaire alliée en Europe de l’est en déployant à l’avenir quatre « robustes » bataillons multinationaux (de près d’un millier d’hommes chacun) dans les trois pays baltes et en Pologne en réponse aux agissements de la Russie en Ukraine, une mesure qui a immédiatement provoqué l’ire de Moscou.
Cette présence par rotations de six à neuf mois devrait toutefois être quasi-permanente, « 365 jours par an », selon l’ambassadeur des Etats-Unis à l’Otan, Douglas Lute. La Grande-Bretagne, les Etats-Unis et l’Allemagne ont annoncé qu’ils fourniraient le gros des troupes dans un premier temps, respectivement en Estonie, Lettonie et Lituanie. Le Canada pourrait fournir le gros du quatrième bataillon, à déployer en Pologne.
Les derniers détails de ces déploiements doivent être décidés d’ici le sommet atlantique de Varsovie, les 8 et 9 juillet. Selon M. Stoltenberg, l’Otan dépêchera aussi des unités terrestres pour des exercices et entraînements avec une brigade composée de soldats bulgares et roumains et stationnée en Roumanie.
« Notre message est que l’Otan va continuer à protéger et défendre tous les Alliés contre toute menace, d’où qu’elle vienne. C’est la raison pour laquelle nous avons mis en oeuvre le renforcement le plus important de notre défense collective depuis la fin de la Guerre froide », a expliqué mardi M. Stoltenberg.
« Mais en même temps, nous disons avec force que nous ne voulons pas de nouvelle confrontation avec la Russie ou de nouvelle Guerre froide. Nous continuons à oeuvrer pour avoir une relation plus constructive et coopérative avec la Russie », a-t-il assuré.
L’envoi de troupes en Europe de l’est illustre une partie de la nouvelle posture de défense et de dissuasion de l’Otan décidée en février, la « présence avancée renforcée » (en anglais « Enhanced Forward Presence », EFP), qui sera l’un des thèmes majeurs du sommet de Varsovie.

Article en intégralité sur 7sur7.be

 

12 commentaires