Bientôt : Le scooter à hydrogène…

Ce procédé mérite de l’attention, puisqu’il est non polluant. Les essais étant terminés, va t-on voir ces scooters dans nos cités?

STOR-H : de l’hydrogène en poudre pour propulser un scooter

La société Suisse Aaqius, partenaire des Deauville Green Awards, a mis au point un scooter électrique qui fonctionne sans batterie. Non, ici, l’énergie provient de… canettes d’hydrogène solide ! Le nom de ce procédé ? STOR-H.

Stocker de l’hydrogène dans des canettes à l’état solide pour pouvoir l’utiliser facilement et sans risque ? Il fallait y penser et c’est exactement ce qu’a fait la société Aaqius et ce qu’elle continue de développer depuis son centre de recherche situé en France à Paris.

Les canettes STOR-H sont des cartouches d’hydrogène en poudre. Utilisées pour alimenter un scooter, celles-ci sont stockées sous le siège du conducteur.

L’hydrogène, couplé au principe de la pile à combustible, présente une véritable alternative à l’essence ou aux batteries traditionnelles difficiles à recycler. Une option tout à fait crédible pour construire la mobilité verte et durable de demain.

Premier avantage : le moteur ne pollue pas et ne rejette que de l’eau dans l’atmosphère. Deuxième avantage : dans le cas présent, il est sans danger, car la poudre qui est contenue dans des canettes est à l’état solide et le système a été conçu pour qu’il n’y ait donc aucun risque d’explosion. Concrètement, il s’agit d’une poudre d’hydrures métalliques qui va permettre de stocker l’hydrogène en agissant comme une sorte d’éponge.

C’est une solution qui peut, de prime abord, paraitre étrange… Mais pourtant celle-ci présente des avantages certains. Ces canettes sont manipulables et transportables sans risque. Jusqu’à maintenant, l’hydrogène était stocké à de hautes pressions. Des inconvénients qui n’existent plus avec hydrogène en poudre.

Faciles à utiliser, ces cartouches peuvent être achetées, louées et emportées immédiatement. Elles sont rechargeables à l’aide d’un appareil de la taille d’une imprimante, qui peut être installé dans une supérette, un garage ou même dans l’entrée de son appartement.

Une cartouche de la taille d’une petite bouteille correspond à une autonomie d’une cinquantaine de kilomètres pour le prototype. Il est aussi possible de « brancher » deux canettes pour atteindre une autonomie de 100km. Bien évidemment, celle-ci peut être rechargée, d’après Aaqius, plus de mille fois.

Un procédé qui a déjà conquis des pays en Asie et le Brésil. La phase de développement et de mise au point est terminée.

SUITE ET FIN DE L’ARTICLE  avec reportage :

Source Positivr.fr via LesBrinsd’Herbe

Voir aussi:Témoignage : 80% des contrôles URSSAF ne sont pas justifiés

6 commentaires

  • gerard51

    Pour la énième fois, « non-polluant » (sic!), quand on l’utilise OK, mais quid de la pollution pour fabriquer ces canettes d’hydrogène ? Quel est l’écobilan complet de ce système? Pas un mot comme d’habitude.
    Et si l’on arrêtait de dire à tour de bras que les véhicules électriques ou à hydrogène (et même les hybrides, et oui) ne polluent pas moins que les thermiques si (SI) on fait le bilan complet à savoir la pollution pour créer cette « source » d’énergie, pour créer le véhicule en question (devinez pourquoi il y a une prime à l’achat sur les hybrides par ex., d’où vient l’argent au fait??), pour construire et démanteler le dit véhicule.
    Eolien, photovoltaïque, etc…. bilan complet… d’où vient l’énergie quand il n’y a pas de vent ou pas de lumière : merci.
    GL (professeur en énergétique)

  • dereco

    Acide formique et autres, pour stocker l’hydrogène sans trop de risque explosif si chauffé, ce que font les fourmis depuis des millions d’années :

    http://actu.epfl.ch/news/l-hydrogene-devient-un-carburant-liquide-grace-au-/

    « L’acide formique contient 53 g/L d’hydrogène à température et pression ambiante, ce qui représente deux fois la densité énergétique de l’hydrogène compressé à 350 bars »

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Stockage_de_l%27hydrog%C3%A8ne

    et bien d’autres négligés :
    https://en.wikipedia.org/wiki/Hydrogen_storage

  • dereco

     » Il fallait y penser  »
    on y a pensé depuis un bon siècle, par exemple, le palladium stocke l »hydrogène bien, mais très cher !!
    La difficulté était de mettre au point, le magnésium est bien moins cher et la difficulté est d’avoir un fort stockage, et la stabilité, qui est très difficile en cas d’incendie, car les canettes explosent à chaud, avec des m3 d’hydrogène dégagé. !!
    La pile à combustible reste chère.
    Vous avez une armada d’autres procédés possibles, pour dégager de l’hydrogène et des carburants simples, acide formique, etc..

  • A quel coût?
    L’hydrure de magnésium n’est pas simple a fabriquer et assez coûteux.

  • Pazoozoo

    Bonjour les ME,

    C’est Tartuffe 1er qui va être content!