Qosmos et le gouvernement Français, très à l’écoute du Net dès 2009…

Les usagers d’Internet, sont les cibles des grandes oreilles du gouvernement et, ça ne date pas d’aujourd’hui.

Img/reflets.Info

Lorsque les enquêteurs se sont penchés sur les activités de Qosmos dans le cadre de poursuites pour une éventuelle complicité de torture en Syrie, ils se sont vus opposer le secret-défense pour quatre « clients » de l’entreprise. Ceux-ci disposaient de codes :

KAIROS, CHARLIE, IOL et DELTA. Le Monde a levé le voile sur le projet KAIROS. Selon le quotidien, il s’agit de la DGSE. Restent trois autres clients mystérieux. Le voile se lève doucement sur IOL.

Selon des documents que Mediapart  (lire leur article ici) et Reflets ont pu consulter et les personnes qui ont accepté d’évoquer IOL, il s’agit d’un projet d’interception « légale » chez tous les grands opérateurs, soit  à peu près 99% du trafic résidentiel. Ce projet a été imaginé en 2005. Le cahier des charges terminé en 2006 et le pilote lancé en 2007. La généralisation à tous les grands opérateurs s’est déroulée en 2009. Dans le cadre de IOL, des « boites noires » avant l’heure étaient installées sur les réseaux des opérateurs, mais ceux-ci n’y avaient pas accès. Il s’agissait d’écoutes administratives commandées par le Premier ministre et dont le résultat atterrissait au GIC.

Selon un document interne de Qosmos, dimensionné pour permettre de l’interception sur 6000 DSLAM, IOL, pour Interceptions Obligatoires Légales, pouvait analyser jusqu’à 80 000 paquets IP par seconde. Un DSLAM pouvant accueillir à l’époque entre 384 et 1008 lignes d’abonnés, c’est entre 2,3 et 6,04 millions de lignes qui étaient alors concernées par ce projet pour la seule société Qosmos. Du massif potentiel. Déjà en 2009. A l’inverse donc, de tous les discours officiels entendus au moment des révélations Snowden et des discussions autour de la Loi sur le Renseignement… En France, on  pêche au harpon, paraît-il, pas à la grenade. Bien entendu, on peut concevoir que l’objectif n’était pas d’écouter 6 millions de foyers (pour un seul opérateur) au même instant et tout le temps. D’autant qu’à l’époque, il n’est pas certain que les moyens de traitement efficaces étaient disponibles.

Dans le cas d’IOL, l’outil décrit permettrait d’intercepter les communications électroniques d’un quartier, d’une ville, d’une région ou un protocole spécifique. Ce n’est pas du systématique, comme le fait la NSA, mais c’est une capacité d’interception qui peut très vite glisser vers du massif qui a été installée en coeur de réseau chez tous les grands opérateurs. Les mots ont un sens…

« Quelques faucons dans les cabinets ministériels se sont dit qu’il y avait matière à mutualiser l’infra existante pour faire de l’analyse de trafic à la volée, ils ont vu que dans la série « 24 heures » ça se faisait…« , indique un brin acide un responsable d’un opérateur qui a vécu l’installation du projet. Mais tempère-t-il, à l’usage, cette infrastructure était inopérante pour du massif. Pour plusieurs raisons. L’une étant l’évolution des infrastructures, une autre étant le volume important du trafic chiffré et enfin, la dernière étant qu’il existe une grosse différence entre un démonstrateur (une maquette) et la vraie vie…

Reste que dans le cadre d’IOL, les interceptions du trafic Internet des Français s’opéraient en temps réel, et de façon déportée. Les grandes oreilles avaient donc accès aux données et aux métadonnées en temps réel.

Étonnant, lorsque l’on sait que la pêche aux données en temps réel auprès des opérateurs n’a été rendue possible que par la Loi de Programmation militaire (LPM) de 2013 et par un décret publié en décembre 2014. On comprend mieux l’invention par les autorités et les services du mot jargonneux « a-légal » pour justifier une multitude de pratiques… Non légales. En tout cas prévues par la Loi.

Si  la bonne utilisation était, selon les documents de Qosmos, plutôt de définir une cible, et de donner pour instruction à l’ensemble des sondes de repérer et collecter le trafic de cette cible, était-elle, forcément humaine ? Si la cible est par exemple un réseau social ou un type de comptes mails (Yahoo Mail, GMail,…),  ou encore un protocole (IRC, SIP, Jabber…), on peut très vite franchir une ligne rouge.

D’autant que le document de Qosmos précise qu’il est possible de définir comme cible… des plages d’adresses entières. Et pas seulement des plages de 254 adresses IP…  Le document évoque des classes B, soit 65 534 IPs simultanées. Insérer une telle fonctionnalité (qui permet du massif) pour ne pas s’en servir semble pour le moins incongru…/…

Lire la suite de l’article

Source Reflets-Info

Voir aussi:

IOL à l’heure de cette France en état d’urgence permanent, mais qui va mieux

Compteurs « intelligents » : la corporatocratie en marche ?

Le travail : parlons-en…

3 commentaires

  • Ce qui m’étonnera toujours, c’est que sur un sujet aussi important car il reflète bien l’état de la démocratie et des contrôles que le peuple devrait faire, personne ne dise quoi que ce soit.

  • Il serait bon que les moutons se rappellent les anciens articles, et visitent ce site.
    http://bureaudetudes.org/

    Et qu’ensuite ils réfléchissent.

  • dereco

    On s’en doute depuis toujours qu’ils nous espionnent !!
    Très mal, car leurs programmes sont encore très mauvais pour bien détecter, les vrais dangers écrits partout en clair !!

    Les centrales nucléaires sont très dangereuses et on continue à vouloir les multiplier !!

    Les fumées de diesel, affirmées propres dans un vrai mensonge, tuent en avance 50000 morts par an, et ce sont les pauvres, ayant racheté les voitures des riches, qui devront payer en jetant leurs voitures à la casse !!

    On nous empoisonne avec toutes les saletés chimiques de la malbouffe et le sénat vote pour continuer à nous tuer !!

    etc…

    Enfin, ils sont incapables de détecter les messages cryptés dans des email anodins, textes ou images ordinaires, avec des programmes secrets un peu imaginatifs, mais pas répertoriés !!

    Un exemple :
    mouton 66°0000 envoie des messages secrets codés dans ses fautes d’orthographes !!
    Indétectables par Qosmos :
    http://lesmoutonsenrages.fr/2016/06/06/faire-son-pain-soi-meme-sans-machine-a-pain-notre-recette-facile/comment-page-1/#comment-469607