Découverte du jour: les crues à Paris qui risquent d’atteindre 6,5m sont celles de l’Yonne et non pas de la Seine

La situation en région parisienne est catastrophique, d’ailleurs, l’état de catastrophe naturelle a été reconnu. et le niveau risque de monter encore dans les jours à venir. Mais pour l’heure, nous sommes encore loin, très loin de la crue de 1910 qui a atteint les 8,62 mètres, et surtout de celle de 1658 qui atteint le record absolu de 8,96 mètres.

Mais la véritable surprise n’est pas cette crue, mais le fait que étonnamment, ce n’est techniquement pas la Seine qui est en train de déborder. Pas la Seine à Paris ? Ben non, mais ça, nous le verrons en fin d’article…

1_inondation_zouave_fullHistorique des crues à Paris. Source: Water-words.net

La situation autour de Paris et en Région Centre continue de s’aggraver. La police a fait la découverte d’une nouvelle victime alors que, le 3 juin, le niveau de la crue de la Seine pourrait dépasser 6,5 mètres.

La vigilance orange a été annoncée pour les habitants de 13 départements, y compris ceux de la capitale.  Dans deux départements, le Loiret et la Seine-et-Marne, il a été décidé d’abaisser le niveau d’alerte. Les deux départements sont désormais en vigilance orange.

 

Le 3 juin, le niveau de la Seine a atteint 6 mètres au pont d’Austerlitz, contre 2,5 mètres il y a encore deux jours. Les autorités s’attendent à un pic de 6,5 mètres dans les heures à venir.

«Le pic de crue sur Paris est prévu ce soir vers 6,3 mètres, voire 6,5 mètres dans des hypothèses plus défavorables. Il faut signaler qu’il s’agira d’un plateau plus que d’un pic, ce niveau haut devant rester relativement stable pendant tout le week-end avant d’amorcer la décrue»,a précisé le ministère de l’environnement dans un communiqué.

De fortes pluies ont provoqué d’importants dégâts, ainsi que de nombreuses évacuations dans le nord-est du pays. Au total, plus de 20 000 personnes, dont la moitié en Île-de-France, ont déjà été évacuées et mises à l’abri par les services de secours, selon les autorités. Malgré le travail actif des sapeurs-pompiers, plus de 19 000 foyers étaient toujours privés de courant dans le Loiret et en Île-de-France.

Les victimes se multiplient 

Malgré la vaste opération de secours entamée par les autorités, les préfectures ne cessent de recenser des morts par accident. Le 2 juin, les pompiers ont retrouvé un homme de 74 ans mort à Évry-Grégy-sur-Yerre. La veille, le corps d’une femme de 86 ans avait été retrouvé dans un pavillon inondé en Seine-et-Marne.

La ministre de l’Environnement Ségolène Royal a déclaré dans une interview à France 2 que la décrue serait «très lente» dans les régions inondées en France et qu’on pourrait toujours «découvrir des victimes».

Source et suite sur Russia Today

Maintenant, juste pour la pause-culture, une petite explication sur le véritable fleuve qui coule à Paris, car celui-ci n’est pas la Seine qui est pourtant connu dans le monde entier, qui a été utilisé dans les poèmes et chanté par les plus grands, mais l’Yonne, comme quoi on en apprend tous les jours…

Voici une carte des rivières et des fleuves français:

france-rivers-mapMais voilà, il y a tromperie sur le produit, car si l’on respecte les règles hydrauliques, c’est le courant le plus puissant qui est censé donner son nom au courant, et dans le cas de la Seine et de l’Yonne, à leur point de jonction, ce n’est pas la Seine qui a le plus gros débit mais l’Yonne. Si l’on compare les cours d’eau à l’endroit ou ils se réunissent, c’est à dire à Montereau-Fault-Yonne, le débit moyen de l’Yonne est de 93 m3/s, plus grand donc que celui de la Seine à 80m3/s.

Difficile de nier donc que la Seine se jette dans l’Yonne, et non l’inverse. Mais il y a encore mieux, comme l’explique BFM sur le sujet, la Seine est même moins puissante que l’Aube: « c’est peut-être même l’Aube qui se jette dans l’Yonne, car la Seine est également battue en amont par cette autre rivière. La Seine ne serait donc qu’un vulgaire affluent de l’Aube, lui-même affluent de l’Yonne ».

La légende se brise non? Et tout cela serait en fait la faute des gaulois, car les druides linguons, ceux de la plus ancienne population gauloise du pays, considérait la source de la Seine comme sacrée, et c’est donc ce court d’eau qui s’est imposé à travers l’histoire.

Comme le dis l’expression, ce soir je m’endormirai moins con…

21 commentaires

  • dereco

    Merci pour ce rappel de géographie !!
    Une crue sur l’Yonne, Loiret et Essones arrosés avec une petite pluie de moins de 10 cm de pluie en 2,5 jours sur le Sud Parisien seulement, car sinon avec la Marne, on dépasserait la crue de 1658 plus de 9m et 50 milliards d’€ de dégâts !!!
    Vu que tout a changé depuis 1658 cette vieille crue est évaluée au pif certainement !!
    De plus les crues arrivaient en hiver, en janvier et maintenant en juin, en été, avec des pluies méditerranéennes nouvelles !!
    Ce type de pluie peut dépasser 30cm en un jour, choc entre un front chaud humide et un autre froid !!
    Alors inondation épouvantable certaine, causée par le réchauffement climatique !!

    Les victimes au fond des bas fonds avec des villes entières dedans, sont le résultat du bétonnage bitumage hyper intense et champs plein de terre à nue, qui ne stockent pas du tout les eaux de pluies et aussi de la canalisation des rivières dans des lits excessivement trop petits !!

    N’achetez pas une maison au fond d’un bas fond, en vous munissant d’un niveau à eau sur des km !!

    Pour les futures victimes possibles ( 1 sur 4 en France ) d’inondations, quelques conseils :
    avoir posé chez soi au mur une règle indiquant le niveau en m correspondant au niveau officiel de la rivière au loin, ce qui permet, conscient du risque, de ne pas être surpris, lorsqu’on annonce la hauteur de crue, en ne la sous estimant pas !!
    Avoir une très belle collection de parpaings, palans, plateformes, etc.. pour surélever vite un max de meubles, de matériel cher, surtout pour les entreprises en ZAC totalement inondables à tout coup certain ! !
    Avoir bottes, combinaison de plongée et un petit bateau pneumatique pas cher avec rames pour se sauver la vie, pour chaque habitant .
    Les bassins de retenue donnent un faux sentiment de sécurité, en supprimant les petites crues de tous les 5 ans, mais laissent passer les plus fortes crues, comme une grosse vague violente qui submerge tout vite, alors qu’on n’avait jamais vu cela depuis plus de 40 ans, comme à 2 km de chez moi !!
    etc…

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif Perso j’adore ces périodes d’inondation http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif …je kif quand je vois la nature reprendre ses droits comme ça sur la connerie humaine http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

  • SANTE

    Je me pose une seule question:
    Sont-elles naturelles?En effet, elles me rappellent « l’homme qui tombe à pic »!
    Longue vie au blog.

  • scorpio

    Bonjour Benji, n’y aurait il pas une anomalie dans ce texte, que l’on trouve en haut de ton article ? « Mais pour l’heure, nous sommes encore loin, très loin de la crue de 1910 qui a atteint les 6,62 mètres, et… »

  • Blackice

    pour info. la crue de 1910 c’est 8m62 et non 6m62.

  • J’avais appris en effet, en habitant le département de l’Yonne quelques années, que c’est l’Yonne qui passe à Paris, n’en déplaise aux Parisiens, et non la Seine. Merci pour la précision quant à l’origine de l’histoire.

    De toute façon, toutes les sources sont sacrées pour moi. Voir un filet d’eau qui devient rivière, puis fleuve, c’est magique.

    Autre chose à propos: la dénomination « fleuve » qui, si je ne me trompe pas, s’applique à tous les cours d’eau qui se jettent directement dans la mer. Ce qui peut donner lieu à des curiosités amusantes quant au débit du fleuve en question.

  • Les inondations sont toujours dramatiques, mais je suis d’accord avec vos propos sur la bêtise humaine, alors qu’aujourd’hui, nous devrions avoir un peu de plomb dans la cervelle pour éviter ou amoindrir les effets dévastateurs de l’eau. Or nous faisons tout pour aggraver la situation !

  • engel

    Moi à l’école, un jour où je ne dormais pas, le maître d’école m’enseigna qu’un fleuve prenait le nom de l’affluent le plus long.
    ..mais bon peut-être que cela à changé depuis.

    PS: Encore une querelle stérile entre la plus longue et la plus grosse…rivière. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

  • dereco

    Vu que je suis éliminé, adieu les moutons qui déraillent à bloc !!