Loi Travail : Et si on commençait par les grands patrons ?…

Ça commence à bien faire, de taper sur les syndicats et en particulier sur la CGT, comme instigatrice du foutoir ambiant. Souvenez vous de l’affaire des caisses noires de l’UIMM qui les arrosait copieusement (les syndicats). Lorsque l’on sait que ces mêmes syndicats, sont noyautés/a la botte du pouvoir, il n’est plus question d’accuser mais de prendre note que, C’EST LA BASE qui en a plein les bottes, c’est monsieur Toutlemonde, le sans dents de base, celui qui crée la richesse, mais n’en profite jamais. Donc les « têtes syndicales » doivent logiquement suivre. Il y a des syndicalistes convaincus, qui se battent pour les droits des salariés, ils ne sont pas en cause. Reste les dénonciateurs, qui mettent en évidence très opportunément, les disparités entre ceux qui bossent, (quand ils le peuvent) et ceux qui encaissent. Il a bien changé le ton, par rapport au soir des élections où Mr Mélenchon, appelait à voter pour le capitaine du pédalo Hollande…

Img/Mélenchon.fr

La France descend dans la rue et c’est justifié. Ces changements dans le Code du Travail ont pour origine selon les discours média  la nécessité de rendre les entreprises plus rentables, donc plus concurrentielles, sur le marché international, et donc, par un tour de passe passe magique, relancer l’emploi que l’on a détruit.

Plus rentables pour qui ? Pour les fonds de pension ? Les exemples de manquent pas d’entreprises fermées en France alors que leur bilan était bénéficiaire pour des motifs tels que cessions-acquisition, délocalisation ou l’insatisfaction des actionnaires qui en dessous d’un plafond réclamé, retirent leurs billes et vont faire du profit ailleurs.

Mais si au lieu de vouloir toujours écraser la base, on écrêtait les sommets ?

Juste un petit coup d’œil à l’infographie ci-dessus vous démontrera que ce que gagnent annuellement certains patrons, pourrait sauver bien des emplois et pèse  sur le bilan des entreprises :

Alors oui, les gens sont dans la rue. Ils en ont marre de faire des jobs de merde qui dévorent leurs vies, marre de voir que les quelques garde-fous grattés au capital sont entrain d’êtres démolis, alors qu’au plus hauts niveaux la collusion est totale entre pouvoir argent et politique et que ceux qui sont sensé les protéger sont en réalité leurs plus grands ennemis.

Le temps de la soumission est terminé. Il fut un temps ou les servants de Mammon arrosaient de quelques piécettes le bas peuple ébloui venu les adorer.

Ce temps est fini. Nous sommes dans une lutte pour la survie et la dignité.

Tous ces grands patrons de multinationales s’engraissent sur notre malheur à un point qui n’a plus aucun sens : Il n’auraient pas assez de dix vies pour dépenser ce qu’ils gagnent en 10 ans..

Et pour cela, pour alimenter ce système toutes les compromissions sont mises en œuvre, quel que soient les coûts humains :

Pollution, alimentation, santé, destruction du biotope, salaires minables lorsqu’il y en a un, servitude et humiliation : comment vivre équilibré dans un système comme celui-là ?

Comment aimer vivre quand la vie même devient un danger permanent ?

Alors, non, les salaires de ces grands patrons ne sont pas un sujet anecdotique : ils sont un pivot, un phare du système oligarchique. Il dit tout.

Alors oui, cette grogne de la rue est légitime, et même si cela nous dérange dans un contexte déjà difficile nous devons nous montrer solidaires. Apprendre à dire « non » à ce qui nous écrase c’est se libérer et grandir.

Galadriel

travail-famine-pate-rizLe salaire des patrons fait débat. Au point d’obliger bien du monde à prendre position. C’est un heureux changement à mettre au crédit de l’ambiance qui règne depuis la loi El Khomri et les « Nuits debout ». Mais le sujet mérite d’être traité autrement qu’avec des tirades qui, à force de bruit, finissent par n’avoir pas de sens réel. En premier lieu, parler des « patrons » comme d’une classe homogène est aussi creux que de parler de « paysans ». Entre l’agriculteur de base et Xavier Beulin, il y a la même distance qu’entre le plombier de mon quartier et le patron de Renault-Nissan. La moyenne du salaire patronal entre les gros nababs du CAC 40 et les petits patrons est de 5400 euros mensuel soit 5 fois le Smic.

Cette moyenne non plus ne veut pas dire grand-chose. Elle met dans un même sac les potentats des grandes firmes qui ne sauraient pas changer une lampe chez eux et la masse de ceux qui s’agitent à 70 heures par semaine font le comptable, l’administrateur et le chef d’équipe. Les patrons du CAC 40 se paient en moyenne 4,2 millions d’euros (salaires brut) soit 238 fois le smic ! Depuis l’arrivée des auto-entrepreneurs, la classe patronale est devenue un plus grand fourre-tout où, comme d’habitude, les gros sont cachés derrière la masse de petits qui leur sert de bouclier. Car selon la taille de l’entreprise, les écarts vont de un à quatre-vingt-deux ! Et selon le secteur d’activité, les écarts vont du simple au triple de l’hébergement-restauration aux activités financières. Ce n’est pas le réel qui sous-tend les débats actuels mais un mythe favorable au très grand patronat né de la période d’euphorie libérale.

La période de grande euphorie qui a suivi la chute du mur et le début de « la fin de l’histoire », bref, cette apothéose de l’ère Thatcher/Reagan, a permis des débauches salariales au sommet de la pyramide qui ont grisé leurs bénéficiaires au point de les rendre aveugle sur le changement d’époque qui est en train de se produire. Même Donald Trump se prononce pour les impôts sur les riches disant que lui milliardaire n’y voyait pas d’inconvénient car il dispose déjà d’assez d’argent. S’il le dit c’est que le fond de l’air a assez changé pour qu’il se rende compte qu’il faut lâcher du lest…

Cela n’a rien à voir avec la « morale » qu’invoque Hollande juste pour se faire une image dans le domaine. De quelle morale parle-t-il ? Qu’est-ce qu’un niveau de salaire « moral » ? Il se garde bien de le dire ! On pourrait aussi évoquer le bon sens commun. On peut démontrer qu’il est absurde de vouloir un deuxième milliard quand on en possède déjà un. Mais là encore, demander à une activité individuelle d’être rationnelle est mal connaître le cœur humain…

Suite et fin de l’article

http://melenchon.fr/2016/05/20/salaire-patrons-legiferer-a-escient/

Crédit Image HickingArtist.com

Publié par LesBrind’Herbes

16 commentaires

  • Fait ch*er. La loi macron/elconnerie pourrait etre stoppée/abrogée vite fait si

    TOUS LES INFORMATICIENS DE FRANCE FAISAIENT GREVE.

    Les informaticiens ont entre leurs mains les commandes du pays. Si ils font greve c’est la paralysie du systeme. C’est vraiment la corporation qui peut faire basculer les choses. Mais combien suivraient ce mot d’ordre????

  • gerard.gutknecht

    Ce matin, une manif qui avait de la gueule, à saint nazaire avec blocage de la zone commerciale d’Auchan
    alors qu’hier les grévistes des entreprises de la zone portuaire bloquaient la zone industrielle . On constate de plus en plus de jeunes dans l’action . Les flics, nous donnent l’impression qu’ils ne savent
    « plus ou ils habitent »

  • engel

    Ce ne sont que les premiers frissonnements, bien avant le « grand reset » et déjà cela part dans tous les sens !!!

    Bien sûr que la CGT est dans son rôle…et elle l’a toujours été.
    Le tout est de définir et de bien comprendre quel est son rôle depuis l’après 2GM.
    Pour cela l’histoire et les résultats économiques et sociaux de notre pays nous aident.
    On nous balade peut-être un peu…

    Certains pensent que le remède viendra d’une partie encore saine de notre société.
    Mais non, tout est contaminé, gangrené, les métastases sont partout.

    J’ai bien peur qu’il soit difficile de faire « la grande lessive », sans jeter quelques bébés avec l’eau du bain.
    Et ne pas comprendre cette évidence, nous expose à reproduire les mêmes erreurs qui font notre malheur collectif depuis plus de deux cents ans.

  • Norbert

    Ça y est, c’est tout frais, ça vient de sortir.
    Les « recommandations » de la commission Européenne pour la France 2016-2017.
    Les nouvelles « lois » à venir y sont inscrites mais en filigrane !

    Concernant les « recommandations » 2016-2017 pour la France, GOPE,
    le point 5 est particulièrement savoureux et nous fait bénéficier des subtilités de la langue de la commission européenne.
    Que comprenez vous ?
    À qui profite le crime ? « 5 – prendre des mesures visant à réduire les impôts sur la production et le taux nominal de l’impôt sur les sociétés, tout en élargissant la base d’imposition sur la consommation, notamment en ce qui concerne la TVA ».

    http://ec.europa.eu/europe2020/pdf/csr2016/csr2016_france_fr.pdf

  • utoro

    « Ça commence à bien faire, de taper sur les syndicats et en particulier sur la CGT » : Pourquoi soutenir un syndicat qui fraude, qui n’a rien de démocratique, qui fait des actions illégales, qui menace… et qui ne représente qu’une minorité des français.

    Cela commence à bien faire de défendre ces syndicats qui sont en fait des partis politiques (extreme gauche)

    J’ai des doutes sur votre idée. Pour moi la base est manipulée par la tête, donc encore plus bête au final.

    • voltigeur voltigeur

      C’est plus ironique qu’autre chose vu qu’ils sont du côté de l’exécutif, mais comme là il y a de l’eau dans le gaz, ils ne peuvent décemment pas faire grève ou manif de telle heure à telle heure, et ensuite, coucouche panier, papatte en rond comme d’hab, vu la grosse colère.
      Ce qui m’a penser, qu’ils n’ont pas le choix que de suivre le mouvement de la masse, pour continuer à à peu près, maîtriser le mouvement et ne pas laisser le bénéfice de l’action à la masse. Je suis peut être tordue dans ma façon de penser mais, toutes ces manifs inutiles d’un jour depuis des lustres, sans rien à la clé…. À quoi peuvent elles bien servir si ce n’est, à faire semblant de râler et…roule ma poule…

      • Grognard

        Tu n’as pas tord.
        Dans un mouvement de contestation il y a toujours le risque, du point de vue des organisations syndicales, d’être dépassés par la base.
        Lorsque cela se produit les inter syndicales qui vont à la négociation ont un mandat fermé.
        Tous ces députés PSBOBO qui déclamaient que la lutte des classes était terminée sont en train de la réapprendre à leur dépend.
        Si Hollande est le fossoyeur du PS Berger lui est celui de la CFDT.
        Son positionnement sonne le glas de cette confédération.
        Les prochaines élections professionnelles seront sanglantes.
        La seconde gauche est morte.

        Le 31 mai sera une date importante.
        S’il y a « cristallisation » du mouvement ; alors ça deviendra intéressant.

      • engel

        Bien sûr que tu as raison.
        A 18 heure, j’entendais sur radio première un représentant syndicale quelconque.
        Son gros souci c’était:
        De « canaliser » , de « désamorcer », de « ne pas se laisser déborder par la base »…..Ce son ses mots exactes !http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif
        …On nous balade.

        .

      • utoro

        Oui en résumé c’est du cinéma, là dessus je suis d’accord.

  • JBL1960 JBL1960

    Je n’ai pu résister en lisant cet article sur 20minutes intitulé sobrement : Loi Travail : Pourquoi l’article 2 cristallise les colères ? De penser à ton billet Volti. C’est vrai quoi, qu’est-ce qui peut bien clocher ? 20minutes comprend pas ; http://www.20minutes.fr/politique/1853035-20160526-loi-travail-pourquoi-article-2-cristallise-coleres

    Et plus loin, je suis tombée sur ça ; http://www.20minutes.fr/monde/1853103-20160526-chine-bientot-bus-anti-bouchons-circuler-dessus-voitures

    Oh pétard, si jamais le Macron de Rothschild tombe là dessus, on est mal, non ?

    • suzanna

      Faudrait que toutes les voitures soient sans chauffeur, sinon c’est carambolage assuré, vu comment les automobilistes conduisent en général http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

  • Panurgie

    Ça m’as toujours fait rire les gens qui soutiennent les grands patrons, ce serait eux les créateurs d’emplois, ceux qui amène pleins de sous à la France, etc…
    En vrai nos grands groupes industriels ont délocalisés des qu’ils en ont eu l’occasion, ceux qui sont encore en France c’est que c’est toujours rentable pour eux.
    Demander plus de flexibilité, baisser les coûts etc.. Ne nous amèneras pas à grand chose car il faut être clair là dessus on ne fera jamais jeu égale dans la mondialisation avec les pays pauvres. Si la France et plus largement l’Europe s’obstine à vouloir jouer selon les règles de la mondialisation actuelle on va subir un déclin long mais inéluctable.

    Et puis les syndicats au final meme si ils sont bourrés de défauts ont constitués à une époque un réel rempart de défense pour le travailleur. Avec la loi El khomri on signe la fin des syndicats sous la forme nationale. En éclatant les syndicats nationaux et privilégiant les accords dans l’entreprise on isole le salarié, et on rend les journées de grève nationale plus difficile. Bref comme disait Machiavel divide et impera.

    • engel

      Erreur commune et courante.

      -Ce sont les intermédiaires marchands qui s »enrichissent à outrance lors des délocalisations.
      Et c’est eux qui font tout pour que la situation s’aggrave, c’est leur intérêt premier.
      -Les industriels eux essayent de maintenir leurs marges, tout en essayant de rester concurrentiel afin de conserver leurs parts de marché.
      Faute de quoi ils disparaissent.
      Mais l’intermédiaire personne n’en parle …

      • Panurgie

        Oui c’est vrai que j’ai généralisé dans mon commentaire. Mais un paquet de grandes sociétés qui produisent et distribuent leurs produits délocalisent pour générer un profit substantiel.
        Celle qui délocalisent juste pour pourvoir rester concurrentiels et survivre montrent que les lois de l’économie actuel ne sont pas faites pour nous favoriser.

        Et je suis d’accord avec toi l’intermédiaire gagne un paquet d’argent dans des produits fait à bas coût. Mais industriel comme intermédiaire y gagnent de l’argent. Ce que je voulais dire c’est que nos grands partons ont toujours poussé à la délocalisation même sur des entreprises rentables et que si ils le font ce n’est pas que par pure cupidité mais aussi parce que les mécanismes commerciaux ont tendances à favoriser la délocalisation.

        Donc si on veut être super compétitifs il nous reste plus qu’à remettre l’esclavage en place et ce sera bon. Notre niveau de vie et les protections sociales sont un frein de « productivité » est ce qu’il faut pour autant les faire sauter je ne pense pas. Quoi que l’on fasse on sera toujours moins rentable qu’un pays pauvre.