Cette année, les labos pharmaceutiques vont gagner 1,8 milliards de dollars grâce à des médicaments contre le cancer qui ne seront jamais utilisés par le moindre patient

Cancer-business, le gros jackpot qui rapporte plus qu’il ne sauve! Car si le cancer tue du monde, combien de personnes en vivent? Cette maladie est une bénédiction pour les laboratoires pharmaceutiques, pour des cliniques spécialisées, pour la recherche, pour des golfeurs d’éminents médecins et leurs équipes, certains soignant au mieux, d’autres se contentant des protocoles officiels en place qui ne sont pas toujours les plus adaptés. C’est justement ce que Nicole Delépine, oncologue-pédiatre maintenant à la retraite a dénoncé à de maintes reprises dont dans un film magnifique passé inaperçu, pas intéressant pour nos chaines de télévisions… La liberté de soigner n’existe pas, le patient et ses besoins ne sont que très secondaires, et le tout est un business morbide, mortel, mafieux.

Image de prévisualisation YouTube

Il y a les informations qui vous sont données, le reste n’est censé qu’être fantaisie, même si cela vient de cancérologues comme c’est le cas avec le Docteur Jacques Lacaze

Mais l’information qui nous intéresse réellement aujourd’hui, c’est le pactole généré par les traitements contre le cancer, sachant que sur l’ensemble, 1,8 milliards de dollars de traitements ne seront tout simplement pas utilisés, un gaspillage colossal qui n’est pourtant pas perdu par les laboratoires pharmaceutiques.

C’est le magazine Vox.com qui aujourd’hui lance un pavé dans la mare, et si celui-ci concerne principalement les Etats-Unis, peu de chance qu’il en soit réellement autre ailleurs, comme le dit l’expression: « Lorsque l’on a trouvé le bon filon, cela serait dommage de creuser à côté »…

Selon l’article, les laboratoires vont gagner près de 2 milliards de dollars avec des traitements que les patients atteints d’un cancer n’utiliseront pas, des traitements onéreux dont le cout peut se monter jusqu’à 13 000$ par mois, ce qui est guère étonnant au final. Par exemple, en France, le cout est également prohibitif, ce qui nous est expliqué dans un article de Francetvinfo.fr: « Si rien n’est fait pour contenir les prix « injustes » et « exorbitants » des médicaments anticancéreux, ils représenteront un marché de 144 milliards d’euros en 2020, « soit un doublement en six ans » du coût de ces traitements.« , mais cela va encore plus loin: « La prochaine molécule qui devrait arriver en France pour le traitement du mélanome, commercialisée sous le nom de Keytruda, coûterait plus de 100 000 euros par an pour chaque patient traité« . Le pire étant cet exemple précis qui montre bien la différence du prix d’un médicament en fonction du pays: « Un exemple encore plus frappant est celui du Sofosbuvir, qui guérit de nombreux malades de l’hépatite C et permet donc d’éviter certains cancers du foie, ajoute Emmanuel Jammes, citant un rapport (PDF) de l’association. La cure coûte 67 000 euros aux Etats-Unis, 41 000 euros en France, 4 000 euros en Thaïlande et 700 euros en Egypte ». Le coût de revient du Sofosbuvir est pourtant estimé à 150 euros, selon le responsable de la Ligue contre le cancer ».

Suivant une nouvelle étude, l’un des problèmes viendrait de l’emballage non-adapté aux besoin du patient. Lorsqu’un produits est conditionné dans un contenant à usage unique, pourquoi surdoser le produit alors que celui-ci ne sera jamais utilisé en intégralité par le patient? Surtout que les traitements anticancéreux sont différents des médicaments traditionnels, plus fragiles, délivrés en intraveineuse ou en poudre, stockés trop longtemps ils vont perdre de leur puissance, et une fois ouverts, ils doivent être jetés au bout de 6 heures.

Cela ne serait bien évidemment pas un problème si la dose était intégralement utilisée, mais lorsqu’un produit est vendu par doses de 3,5 milligrammes au Etats-Unis  comme le Velcade (alors qu’il est vendu en doses de 1mg seulement dans d’autres pays), la dose moyenne utilisée pour un patient n’est que de 2,2mg, soit 1,3mg qui finira au fond d’une poubelle, un gaspillage pour l’hôpital, pour le patient, mais également pour les assurances maladies.

Ci-dessous, les doses administrées de Velcade aux patients aux Etats-Unis, comparées aux doses vendues en rouge.

bmjIl s’agit de 27% à 30% du produit qui ne sera jamais utilisé, ce qui représente une somme estimée à 308 millions de dollars/an. Il suffirait donc simplement de pousser les laboratoires pharmaceutiques à revoir le conditionnement des produits, peut-être même à ré-estimer le cout des-dits traitements, mais aucun gouvernement ne s’attaquera jamais à une mafia aussi puissante, nous en avons bien eu la preuve avec les vaccins hexavalents.

Image de prévisualisation YouTube

Bien évidement, il y aurait bien une autre solution, avoir le courage de refuser toute chimiothérapie, mais comme l’expliquait le Docteur Martine Gardénal, les médecins sont « obligés » de dénoncer les patients qui refuseraient un traitement conventionnel contre le cancer, ce qui implique que les patients n’ont aucun choix quant aux traitements thérapeutiques, ceux-ci sont imposés, ce qui sera renforcé avec la Loi Touraine qui risque de détruire la médecine telle que nous la connaissons.

Pourtant, les articles et témoignages concernant des personnes soignées hors-protocoles se multiplient, nous avions parlé d’une méthode ici, mais d’autres existent et semblent fonctionner. Entre autres exemples…:

Le cancer, c’est une mine d’or pour beaucoup de monde, mais en aucun cas pour les patients qui se retrouvent piégés dans une roulette russe médicale, des protocoles qui garantissent beaucoup de profits à certains, pas de véritable traitement au cas-par-cas comme le faisait le Docteur Delépine avec un grand taux de réussite, pas d’alternatives de proposées, bienvenus dans un monde gangréné par un cancer….financier!

6 commentaires

  • Planete bleu Planete bleu

    Effets secondaires des médicaments : le livre choc qui accuse

    http://www.ladepeche.fr/article/2016/03/09/2300317-effets-secondaires-des-medicaments-le-livre-choc-qui-accuse.html

    Le grand direct de la santé – Scandale Français : Un livre dénonce les effets secondaires des médicaments et les pratiques de l’industrie pharmaceutique…

    http://www.europe1.fr/emissions/le-grand-direct-de-la-sante/le-grand-direct-de-la-sante-scandale-francais-un-livre-denonce-les-effets-secondaires-des-medicaments-et-les-pratiques-de-lindustrie-pharmaceutique-2688346

  • Yanne Hamar

    Tant que la mort rapportera des sous, il y aura des marchands. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

  • Balou

    Vaccination : démission fracassante d’un haut-fonctionnaire du ministère de la Santé

    Chère amie, cher ami,

    Toute la presse a parlé de la démission fracassante de Thomas Dietrich, haut-fonctionnaire au ministère de la Santé. [1]

    L’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle a aussitôt reçu la lettre de 28 pages qu’il a envoyée à l’IGAS, la police de la santé et des affaires sociales. Il y dénonce les manœuvres et pressions au sein du ministère de la santé pour empêcher un vrai débat sur la vaccination.

    Il écrit noir sur blanc que :

    « le 12 janvier 2016, la députée Sandrine Hurel remit son rapport sur la vaccination à Marisol Touraine… Certains ne sont même pas loin de penser que ce rapport n’a été commandé qu’afin de faire patienter les citoyens en espérant que ceux-ci finissent par se désintéresser de la question. Quoi qu’il en soit, Marisol Touraine annonça dans la foulée de ce rapport un débat faussement indépendant. »

    « L’urgence était grande », explique-t-il ailleurs : « une pétition dénonçant la pénurie de vaccins trivalent/tétravalent DT-Polio et les dangers du vaccin hexavalent (incluant l’hépatite B), suspecté de déclencher la sclérose en plaques, venait de recueillir 700 000 signatures. »

    Nous avons donc un haut-fonctionnaire qui révèle au grand jour les manœuvres qui s’opèrent derrière les vitres fumées du ministère de la Santé. Ces manœuvres, nous les devinions, mais nous n’avions pas de preuve jusqu’à présent.

    On sait maintenant officiellement que le grand débat sur les vaccins aurait pour but de faire patienter les personnes lucides qui se sont mobilisées, jusqu’à ce qu’elles se découragent.

    Et le pire, c’est que tout cela se fait, selon Thomas Dietrich, avec l’argent des citoyens et à leur détriment :

    « La démocratie en santé n’est qu’une vaste mascarade montée (…) au détriment des citoyens, dont on utilise les deniers pour mettre en place des instances consultatives qui, comble du cynisme, ne doivent à aucun prix remplir le rôle qui leur est assigné par la loi », écrit-il.

    Néanmoins, l’aspect positif des choses est qu’on sait désormais aussi avec certitude que les 700 000 signatures à notre pétition (citée dans sa lettre) pour le retour du simple vaccin DT-Polio sans hépatite B et sans aluminium ont provoqué la panique au ministère.

    Cela veut dire que notre mobilisation avec le Pr Henri Joyeux a payé. Cela confirme la puissance des actions menées solidairement et en masse pour faire entendre la voix des citoyens.

    C’est un puissant encouragement à continuer notre combat. Oui, nous pouvons nous faire entendre, si nous relayons à grande échelle les messages des lanceurs d’alerte courageux comme le Pr Joyeux et d’autres que nous avons soutenus jusqu’à présent.

    Notre pétition a repris de plus belle depuis quelques jours et s’achemine rapidement vers le million de signatures (921 545 précisément au moment où je vous écris).

    Allons-nous réussir à franchir cette barre symbolique du million ? OUI, à condition seulement que chacun d’entre nous relaye l’appel auprès de son entourage.

    Car vous le savez : je ne peux rien sans vous. Toute notre « force de frappe » dépend de la capacité de chaque personne lisant les messages de l’IPSN de les relayer à son entourage. Nous n’avons aucun autre moyen de nous faire entendre, nos actions étant largement occultées par les médias aux ordres.

    Votre relais est notre seule arme. Vous avez compris à quel point le nombre fait tout. Ne donnons pas à Marisol Touraine le plaisir de se dire qu’elle est en train de gagner avec sa stratégie de laisser traîner les choses pour nous décourager.

    Relancez le compteur des signatures !!! Vous réussirez ainsi à obtenir le retour du vaccin DT-Polio sans aluminium et sans hépatite B dans les pharmacies. Vos enfants, vos petits-enfants, et tous nos concitoyens, vous diront merci, et bravo de votre généreux engagement.

    Cette lettre de Thomas Dietrich, pour affligeante qu’elle soit en ce qui concerne nos autorités de santé, doit nous donner confiance dans notre force, car il confirme à quelle point notre mobilisation a d’influence.

    Voilà une belle illustration du proverbe « Même le plus noir nuage a toujours sa frange d’or ».

    Voici à nouveau le lien pour signer ET faire signer la pétition : petitions.ipsn.eu/penurie-vaccin-dt-polio/message.php

    Avec tout mon dévouement,

    Augustin de Livois

    http://petitions.ipsn.eu/penurie-vaccin-dt-polio/message.php?utm_source=IPSN&utm_campaign=scandale-dtp

  • Balou

    [Documentaire] L’histoire du cannabis et ses bienfaits pour la santé

    http://www.youtube.com/watch?v=I5egRVQpuZo

  • SANTE

    Je confirme que le cancer est un business mais tous les autres maladies le sont . Aujourd’hui les gens du milieu médical n’ont qu’ une calculatrice entre les doigts sauf rares exceptions.
    Aujourd’hui, une personne de ma famille est aller voir le spécialiste des oreilles.Sa réponse a été de faire une biopsie(10 min) à condition que les pneumologues qui la suivent soient d’ accord.
    Elle est donc en attente du fameux courrier d’ autorisation alors qui sont dans le même bâtiment.

    Ses médecins généralistes sont nuls et travaillent à mis-temps.
    Je ne vous parle pas des dermatologues(« dermatoto ») et des ambulanciers qui ont un chrono dans la tête.Enfin , il faut bien remplir les stations de ski.
    En tout cas je conseille aux malades d’ être leur propre docteur tant qu’ils peuvent le faire(conseil donné à la personne en question par un chirurgien de l’ancienne génération).
    Je me demande si Macron n’ a pas raison sur les 3 ans d’études pour être docteur . Je vais finir par avoir plus confiance dans un robot docteur qui ne réclamera pas toujours des suppléments et qui ne partira pas en vacances ou week-end.http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif