Sur la Syrie, les médias induisent le public en erreur

syrie-russie-france

L’auteur fait une analyse sévère de la couverture médiatique aux Etats-Unis, son pays, concernant la guerre qui frappe cruellement le peuple syrien. Cette dénonciation pourrait tout aussi bien s’appliquer à nos médias en Suisse et en Europe. [Silvia Cattori]

La couverture médiatique de la guerre en Syrie restera dans les annales comme l’un des épisodes honteux de l’histoire de la presse américaine. Les reportages sur le carnage dans la cité millénaire d’Alep en sont l’exemple le plus récent.

Depuis trois ans, des militants brutaux contrôlent Alep. Leur gestion de la ville a commencé par une répression terrible. Par voie d’affiches, ils ont menacé les habitants :

« N’envoyez pas vos enfants à l’école. Sinon, nous garderons le cartable, et vous aurez le cercueil ».


Puis ils ont détruit les usines, espérant que les ouvriers n’auraient plus d’autre choix que de rejoindre les troupes de combattants. Ils ont déménagé les machines vers la Turquie, où ils les ont vendues.

Ce mois-ci, les aleppins ont enfin eu une lueur d’espoir. L’armée syrienne et ses alliés ont réussi à chasser les rebelles hors de la ville. La semaine dernière, ils ont reconquis la principale centrale électrique ; la fourniture de courant pourrait revenir à la normale. L’emprise des « rebelles » sur la cité arriverait à sa fin.

Les rebelles, comme on s’y attendait, alors qu’ils sont chassés de la ville par les forces armées syriennes et russes, montrent leur vrai visage et font des ravages. Un habitant d’Alep écrivait sur les réseaux sociaux : « Les  »rebelles modérés » soutenus par les Turcs et les Saoudiens ont arrosé les zones résidentielles d’obus et de de bouteilles de gaz ». Marwa Osma, une analyste basée à Beyrouth, s’interrogeait:

« L’Armée Arabe Syrienne, qui est conduite par le président Bachar al-Assad, est la seule force sur le terrain qui, avec ses alliés, combatte [sérieusement, ndlr] l’organisation Etat Islamique. Veut-on affaiblir la seule force qui se bat contre l’EI ? »

Cela ne cadre pas avec la version de Washington. Résultat, l’essentiel de la presse américaine [et occidentale en général, ndlr] décrit l’exact inverse de ce qui se passe réellement : de nombreux reportages suggèrent qu’Alep a été « zone libérée » [par les groupes islamistes, ndlr] pendant trois ans, mais que maintenant elle est en train de replonger dans les souffrances.

On dit aux Américains que l’option vertueuse en Syrie consiste à combattre le régime Assad et ses partenaires iranien et russe. Nous sommes censés espérer la victoire d’une coalition du bien regroupant les Américains, les Turcs, les Saoudiens, les Kurdes et  »l’opposition modérée ».

Ce n’est que foutaise, mais on ne peut pas blâmer les Américains s’ils y croient. Il ne leur parvient quasiment pas d’information véridique sur les combattants, ni sur leurs buts, ni sur leur tactique. De cela, ce sont pour l’essentiel les médias qui sont responsables.

Soumis à une intense pression financière, les organes de presse ont considérablement réduit leurs équipes de correspondants à l’étranger. Beaucoup des nouvelles importantes sur la marche du monde viennent maintenant de journalistes basés à Washington. Dans cet environnement, l’accès et la crédibilité dépendent d’une acceptation a priori des paradigmes officiels. Les journalistes affectés à la Syrie vérifient auprès du Pentagone, du Département d’Etat, de la Maison-Blanche, d’« experts » de groupes de réflexion. Après un tour de ce manège sulfureux, ils ont l’impression d’avoir l’éventail complet des aspects de cette histoire. Cette forme de sténographie produit les balivernes qui passent pour de l’information sur la Syrie.

Depuis la zone de guerre, des reporters étonnamment courageux, et parmi eux des Américains, tentent de contrebalancer les articles confectionnés à Washington. Sans considération aucune pour leur propre sécurité, ces journalistes s’efforcent de trouver la vérité sur le conflit syrien ; leurs compte-rendu illuminent les ténèbres de la pensée unique. Pour autant, pour beaucoup de consommateurs d’informations, leur voix se perd dans la cacophonie : les reportages de terrain sont souvent étouffés par le consensus de Washington.

Les journalistes planqués de Washington nous expliquent qu’une force véritable en Syrie, al-Nosra, est constituée de  »rebelles » ou de  »modérés », mais ils ne nous disent pas que c’est la franchise locale d’al-Qaïda. Ils décrivent l’Arabie Saoudite fournissant son aide aux combattants de la « liberté », alors qu’elle est en fait le principal sponsor de l’Etat islamique. Pendant des années, la Turquie a organisé un réseau de transfert de guerriers étrangers volontaires vers les groupes terroristes en Syrie ; mais parce que les Etats-Unis veulent rester du bon côté turc, on en entend très peu parler. On ne nous rappelle pas trop non plus que, bien que nous désirions soutenir les Kurdes laïques et rompus au combat, la Turquie veut les éliminer. Tout ce que la Russie et l’Iran peuvent faire en Syrie est présenté comme négatif e déstabilisant, pour la seule raison que ce sont eux qui le font – et parce que c’est la ligne officielle de Washington.

Inévitablement, cette sorte de désinformation a déteint sur la campagne présidentielle aux Etats-Unis. Lors d’un récent débat à Milwaukee, Hillary Clinton a déclaré que les efforts de l’ONU pour la paix en Syrie étaient basés sur « un accord que j’ai négocié à Genève en 2012 ». En fait, la réalité est exactement à l’opposé. En 2012, la Secrétaire d’Etat H. Clinton s’est jointe à la Turquie, à l’Arabie Saoudite et à Israël dans un effort couronné de succès pour torpiller le plan de paix de Kofi Annan, parce qu’il aurait convenu à l’Iran et aurait laissé Assad au pouvoir. Personne à Milwaukee n’en savait assez pour remettre ses dires en question.

On peut pardonner aux responsables politiques de déformer leurs actions passées. On peut aussi excuser les gouvernements qui promeuvent quelque récit que ce soit dont ils croient qu’il leur convient. Le journaliste en revanche est supposé se tenir à distance de l’élite au pouvoir et de sa propension innée au mensonge. À l’occasion de cette crise, il a lamentablement failli.

On dit les américains ne se soucient pas du monde extérieur. C’est vrai, mais c’est vrai aussi des ressortissants d’autres pays. Or, si les gens au Bhoutan ou en Bolivie comprennent mal la Syrie, cela n’a pas d’effet concret. Notre propre ignorance est plus dangereuse, parce que nous agissons en conséquence : les Etats-Unis ont le pouvoir de décréter la mort d’autres nations. Ils peuvent le faire avec le soutien de l’opinion publique, parce que beaucoup d’Américains – et beaucoup de journalistes – se satisfont de l’histoire officielle. Ainsi sur la Syrie, c’est : « Combattons Assad, la Russie, et l’Iran ! Joignons-nous à nos amis Turcs, Saoudiens et Kurdes, pour la paix ! »

Cette attitude est épouvantablement éloignée des réalités. Elle est d’autre part susceptible de prolonger la guerre, et de condamner plus de Syriens aux souffrances et à la mort.

Par Stephen Kinzer  | 18 février 2016
Stephen Kinzer est chargé de cours au Watson Institute for International Studies à la Brown University. Suivez-le sur Twitter @stephenkinzer

Article original : Bostonglobe.com
Traduit par Christian B. pour Arrêt sur Info
Source : Arretsurinfo.ch

 

33 commentaires

  • Balou

    Impressionné par les Kalibr russes, le Pentagone demande de nouveaux missiles

    http://fr.sputniknews.com/defense/20160223/1022017935/pentagone-demande-missiles.html

  • Balou

    La Russie fournit les coordonnées de la ligne directe aux USA

    Un représentant du secteur de la défense auprès de l’ambassade américaine en Russie a été mardi invité au ministère russe de la Défense et a obtenu les coordonnées de la ligne directe russe établie dans le cadre de l’initiative russo-américaine de cessez-le-feu en Syrie.

    http://fr.sputniknews.com/international/20160223/1022015941/russie-coordonnees-usa.html

  • Balou

    Le rapport de renseignement russe : une bombe à retardement contre la Turquie, et au-delà

    C’en est fini avec les petites révélations distribuées avec parcimonie. Le rapport de renseignement russe ne se contente pas de lever des coins de voile, il ouvre tout grand le rideau pour le monde entier, par le biais de l’ONU. Les russes démontrent ainsi qu’ils connaissent toutes les manigances secrètes qui ont été dirigées contre eux depuis des années. Cela rappelle l’histoire de ce tunnel creusé par la CIA sous le Mur de Berlin pour poser des micros sous des locaux occupés par le KGB. Les Soviétiques s’en étaient rendu compte avant même la fin du creusement, mais avaient laissé faire. C’est seulement après la fin de l’empire soviétique que les Américains se sont rendu compte qu’ils s’étaient fait balader. Aujourd’hui, on observe que que les Russes jouent toujours les surpris, ceux qui découvrent en même temps que les autres, allant même jusqu’à accréditer les thèses de l’adversaire « partenaire ». La remise du rapport de renseignement au conseil de sécurité, dont pourtant la Russie sait qu’il ne fera rien, poursuit des objectifs dont nous connaitrons l’ampleur les jours prochains.

    http://reseauinternational.net/le-rapport-de-renseignement-russe-une-bombe-a-retardement-contre-la-turquie-et-au-dela/

    • kalon kalon

      Aaaah, l’équipe à Vladi, c’est vraiment la « dream team » ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif
      Déjà à l’époque des menaces de bombardements massifs de la Syrie, La Russie avait offert une porte de sortie « élégante » à Obama en lui proposant de détruire d’hypothétiques armes chimiques appartenant à l’armée Syrienne.
      Elles ont été « immergées » à la façon « enterrement de Ben Laden » , ni vu, ni connu, je t’embrouille !
      Là, ils viennent de donner un fameux coup de main à « Washington » pour se débarrasser de son « encombrant » allié turc.
      le point faible du sultan: ses comptes en banques ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif
      Si Erdogan ne se calme pas…ben, l’ O.N.U. pourra lui bloquer les centaines de millions de dollars qu’il a planqué et conserver le gamin en prison !
      Le deal proposé par Obama est simple:  » Vladimir, trouves moi un moyen discret de virer Erdogan et on fait la paix !  » ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • Panurgie

    Ah Balou on a Poutinophile avec toi, bon faut dire qu’il impose le respect ce mec quand même.
    Sinon pour ce qui est des bombardements les russes sont plutôt forts et ont de l’expérience la Tchétchénie peut en témoigner.
    Par contre une fois la guerre finie la reconstruction va leurs prendre une décennie vu le bordel et la fuite de population

    • Balou

      Panurgie, j’étais jusqu’à il y a 2 ou 3 ans comme la plupart des occidentaux, persuadé que Poutine était un type peu fréquentable, un dictateur en puissance. Mais plus je lis le concernant ou concernant les russes et leur histoire, plus je m’aperçois que nous leur devons beaucoup… S’ils n’avaient pas été là en 39-45 , nous parlerions allemand aujourd’hui. Et pourtant la masse continue de se gaver de la propagande distillée à l’ouest, complètement à l’ouest…
      Je ne suis pas plus poutinophile qu’autre chose, j’essaye seulement d’extraire le vrai du faux en écoutant mon intuition..http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

  • Balou

    Projet d’intervention en Syrie: la grogne monte au sein de l’armée turque

    Les intentions d’Ankara de lancer une opération au sol en Syrie buttent contre une vive opposition au sein du commandement suprême des forces armées du pays, assure l’ex-chef du bureau de renseignement de l’état-major général turc Ismail Hakki Pekin.

    http://fr.sputniknews.com/international/20160224/1022032219/turquie-syrie-intervention.html

    • Balou

      Daesh pointe des missiles chimiques sur le palais présidentiel syrien

      Daech et des membres du Front al-Nosra (Al-Qaïda) sont en train de modifier des missiles Scud, obtenus en Iraq, qui ont été transférés dans la localité de Gharibé (province de Deir el-Zor) et modifiés au centre de l’administration des champs pétrolifères de Jébissa. Les missiles ont été ensuite transférés dans le bâtiment du centre agricole de la ville de Raqqa.

      Les missiles ont été modifiés par : l’Australien Jonas Shelly ; le Britannique Quint Frens ; et les Etats-uniens Blair (« Abou Ahmed ») et « Mitsou », qui ont travaillé sous la supervision et le commandement d’Abdelrazzaq Issa el-Kahila (d’Alep) et de Bassam Rafdan. L’opération a été financée par les Saoudiens Salibi Khaled Younès, l’officier Farès Joueïdan, Mahmoud Daouahi el-Anazi et Turki Jadaan Sarhan (« Abou el-Mghiré »). L’expert turc Cok Oktay a supervisé l’armement des missiles avec des têtes chimiques.

      Ces missiles ont été ensuite transférés par des routes sans revêtement à Qalamoun et dans le secteur de Jarajir et pointés en direction de Damas et notamment du Palais présidentiel, conformément aux instructions données par l’organisation terroriste Daech, qui a financé à grands frais cette opération visant à semer la panique.

      http://www.voltairenet.org/article190390.html

    • Balou

      Le F-22, un jouet coûteux et inutile en Syrie

      Le coût époustouflant des matériels de guerre modernes oblige les stratèges à bien réfléchir avant de l’utiliser dans les zones de combats. L’opération en Syrie en vaut-elle la peine? C’est une question qui revient de plus en plus souvent aux Etats-Unis.

      http://fr.sputniknews.com/international/20160224/1022038917/militaires-americains-economisent-syrie.html

  • Balou

    Accords de cessez-le-feu en Syrie: la Russie reprend la main

    Hier, suite à de longues négociations entre diplomates et experts, la Russie et les Etats Unis sont enfin parvenus à un accord régulant le cessez-le-feu en Syrie. Accord équilibré et rationnel, confirmant les positions depuis longtemps défendues par la Russie. Raison pour laquelle il serait surpenant que ces dispositions soient mises en oeuvre sans accrocs. Et déjà les « terroristes modérés » s’insurgent.

    Le cessez-le-feu entre les forces de la coalition russe, américaine et l’armée régulière syrienne avec les groupes armés d’opposition doit entrer en vigueur le 27 février. Pour autant, certains éléments laissent supposer que lors des négociations diplomatiques, la Russie a réussi à obtenir un accord garantissant le renforcement du combat contre le terrorisme en laissant se réaliser une pacification des relations entre Assad et l’opposition.

    Voir ici les déclarations officielles du Président russe hier à la télévision :

    http://reseauinternational.net/accords-de-cessez-le-feu-en-syrie-la-russie-reprend-la-main/

  • Balou

    Le mensonge, la nausée et les sanctions
    Par Michel Raimbaud, ancien Ambassadeur de France

    Le pire ministre des affaires étrangères jamais offert à la France a déguerpi…

    Il laisse derrière lui une diplomatie ruinée, décrédibilisée et démoralisée : seraient-ils les meilleurs de la planète, nos diplomates ne peuvent faire de miracles lorsqu’ils sont amenés à ne défendre que des dossiers indéfendables, qui les placent systématiquement du mauvais côté de l’Histoire. C’est là que le bât blesse.

    http://reseauinternational.net/le-mensonge-la-nausee-et-les-sanctions-par-michel-raimbaud-ancien-ambassadeur-de-france/

  • JBL1960

    Les Merdias comme ont les appelle maintenant, font de la merde, depuis un petit moment, déjà et en Syrie c’est vrai qu’ils ont atteint des sommets. D’ailleurs, récemment, la BBC a déguisé un chef rebelle modéré avec un uniforme flambant neuf de l’ASL pour une interview surement très objective, non ? Tenez, c’était l’objet de ce billet de blog ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/16/et-merdia/ Et alors, peu de temps après, c’est FR3 qui a bidonné un soi-disant reportage sur le génocide Burundais avec des images bidons, tenez, j’en ai fait une suite, ici https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/18/et-re-merdia/
    Et en ce moment, avec le vrai faux cessez le feu et l’Arabie Saoudite + la Turquie qui se préparerait à débarquer ; On ne sait plus… C’est un beau bordel quand même, non ? A+ tard, peut être, ou pas…

  • Balou

    Les crimes de l’Otan et des États-Unis

    La liste est bien plus longue, hélas, que celle qui est montrée ici. En moins de 300 ans d’existence, ils ont tué et massacré plus d’hommes que l’ensemble du reste de l’Humanité n’a pu le faire depuis sa création.

    http://reseauinternational.net/les-crimes-de-lotan-et-des-etats-unis/

  • Balou

    Trêve en Syrie: qui est intéressé à bouleverser l’accord ?

    Pour résoudre le conflit syrien, Washington doit inciter Ankara et Riyad à rappeler leurs protégées et mettre un terme à leur soutien aux extrémistes dans la région, souligne l’auteur américain Stephen Lendman, en commentant l’accord entre les Etats-Unis et la Russie sur la cessation des hostilités en Syrie.

    Le manque de mesures punitives contre les Etats soutenant le terrorisme, à la suite des attaques de Daesh à Damas et à Homs, qui ont eu lieu le 21 février, sape les accords entre Moscou et Washington sur la cessation des hostilités en Syrie à la veille de leur mise en œuvre, estime l’analyste politique américain Stephen Lendman.

    « Moscou et Washington vont travailler avec l’envoyé spécial de l’Onu en Syrie pro-occidental Staffan de Mistura, un larbin désigné par les Etats-Unis, visant à faire respecter à toutes les parties les termes du cessez-le-feu. Jusqu’à présent, aucun mécanisme significatif n’a été créé pour tenir les contrevenants responsables », peut-on lire dans l’article de M.Lendman publié sur le site du Centre pour les recherches sur la mondialisation.

    http://fr.sputniknews.com/international/20160224/1022053459/treve-syrie-bouleverser-accords.html

  • Balou

    Les Etats-Unis et leurs alliés sont à la recherche de la guerre et non de la paix en Syrie (Lavrov)

    On dirait que les Russes ne se font guère d’illusion sur les intentions des Etats-Unis et de leurs alliés. La méthode russe semble de plus en plus claire : exposer les évènements au grand jour, les mettre en lumière à grand bruit, puis les replacer dans un contexte de droit international. Il ne reste plus qu’à laisser le monde entier observer le comportement des uns et des autres face à ces évènements, soulignant au besoin tout ce qui cloche. Résultat ? Décrédibilisation continue du bloc atlantiste, y compris aux yeux de sa propre population.

    http://reseauinternational.net/les-etats-unis-et-leurs-allies-sont-a-la-recherche-de-la-guerre-et-non-de-la-paix-en-syrie-lavrov/

    • Balou

      Stephen Kinzer, ex-journaliste du New York Times : Les médias US mentent sur la Syrie

      Giulietto Chiesa – Rome 22 février 2016 : L’auteur des lignes ci-dessous, publiées dans le Boston Globe, s’appelle Stephen Kinzer. C’est un « Senior Fellow » de l’institut Watson pour les Études internationales à l’Université Brown. C’est lui qui a inventé le terme de « journalisme sténographique », qui ne signifie rien d’autre que la fin pure et simple du journalisme. Du moins, la fin du journalisme « décent », et sa transformation en simple propagande. Les peuples, rendus parfaitement ignares, et par manque d’alternatives, se contentent d’acquiescer.

      http://ilfattoquotidiano.fr/stephen-kinzer-ex-journaliste-du-new-york-times-les-medias-us-mentent-sur-la-syrie/#.Vs7htOZIR_m

  • Balou

    Les Russes sont rapides

    Autour des stations de métro centrales, à Moscou, on dirait Alep après un raid aérien. Des ruines, des carcasses de bâtiments, des pelleteuses charriant les gravats. Ce n’est pas une attaque terroriste, c’est la démolition programmée de centaines de petites et plus grandes baraques édifiées en dépit des lois d’urbanisme, tout autour des stations de métro dans les années 90, quand la loi était élastique et facile à tourner avec du liquide. La plus grande, la Pyramide, au-dessus de la station Pouchkinskaïa, est tombée cette semaine. Les agents municipaux ont rapidement évacué les décombres, sous le regard incrédule des ex-propriétaires.

    http://reseauinternational.net/les-russes-sont-rapides/

  • rouletabille rouletabille

    Bonsoir
    très étonné par ce gradé US qui explose sans embarras la réalité de ce que sont les States à travers les guerres,vous laisse apprécier.
    13 minutes sans LANGUES DE BOIS (sous titré en French)
    A DIFFUSER UN MAX.
    .
    https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2015/09/17/ken-okeefe-nous-les-occidentaux-nous-sommes-les-plus-grands-terroristes-de-cette-planete/
    .
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

  • Balou

    Un cessez-le-feu et de nouveau une immense victoire pour la Russie

    Le récent accord entre les États-Unis et la Russie ne résout rien réellement, il ne met même pas fin à la guerre, et les deux côtés manifestent beaucoup de prudence quant à sa future application. Et pourtant, c’est une immense victoire pour la Russie. Alors qu’il est encore trop tôt pour dire que «les Russes ont gagné en Syrie», je pense qu’il est juste, aujourd’hui, de dire que la position russe sur la Syrie l’a emporté. Voici pourquoi.

    Premièrement : personne ne suggère plus que Assad sera renversé ou que Damas sera prise. Cela, à son tour, signifie que tout le monde a maintenant reconnu que la République arabe syrienne, soutenue par la Russie, a repoussé avec succès l’agression de l’immense coalition que les Anglosionistes ont construite pour renverser Assad.

    http://lesakerfrancophone.fr/semaine-20-de-lintervention-russe-en-syrie-accord-entre-les-etats-unis-et-la-russie

    • Balou

      L’armée russe confirme avoir arrêté ses frappes en Syrie

      « L’armée de l’air russe a totalement arrêté ses bombardements dans la zone verte, c’est-à-dire dans les zones où se trouvent les groupes armés qui nous avaient soumis une demande de cessez-le-feu », a déclaré à la presse Sergueï Roudskoï

      http://fr.sputniknews.com/international/20160227/1022797193/syrie-russie-frappes-arret.html

    • Balou

      Syrie : un cessez-le-feu pour qui ?

      Aujourd’hui, commence en Syrie le cessez-le-feu convenu entre la Russie et les Etats-Unis. Bien que potentiellement dangereuse pour l’Armée Arabe Syrienne (AAS) et ses alliés, son imposition est un coup de génie. Ce n’est, ni plus ni moins qu’une nouvelle façon d’imposer une reddition.

      En 2011, quand la horde de terroristes a déferlé sur la Syrie pour tenter de s’en emparer, elle a trouvé en face d’elle une armée arabe syrienne déterminée à défendre son pays. L’AAS avait pour mission de faire rendre gorge à tous ces groupes armés qui menaçaient le pays.

      Aujourd’hui, cette mission n’a pas changé. Cessez-le-feu ou pas, elle continue son travail. Les groupes armés menaçant le pays continueront à être combattus avec la même détermination, comme au premier jour. Pour l’armée et pour les combattants djihadistes, il n’y a donc rien de changé.

      Ce qui a changé, c’est que maintenant l’ennemi est clairement défini comme toute personne portant les armes contre l’AAS. Le flou entretenu depuis bientôt cinq ans devrait disparaître, pour ne laisser la place qu’à des combattants sur le terrain. « Avec ou contre nous », pourrait dire Bachar Al Assad, de manière officiellement approuvée par l’ONU, la Russie et les Etats-Unis. Le sort de ceux, quels qu’ils soient, qui auront déposé les armes sera examiné plus tard, après la guerre. D’ores et déjà, les terroristes encore armés devront compter sans ces milliers de combattants qui se sont battus jusqu’ici à leurs côtés.

      Sur le plan politique, les choses sont encore plus claires. Les sponsors habituels du terrorisme seront confrontés à un choix douloureux : soit reconnaître leur soutien au terrorisme, soit suivre, bon gré mal gré, le processus en cours. Et la seconde phase du processus en cours est déjà enclenchée avec des élections prévues en Avril.

      Des couacs, il y en aura, bien sûr. Les loups ne lâchent pas si facilement leurs proies. Nous verrons encore des tentatives de renverser la situation, des provocations, et peut-être même des false flags de la part des ennemis de la Syrie. Mais leurs actions seront désormais plus lisibles, et nous pouvons compter sur la Russie pour améliorer encore cette lisibilité.

      http://reseauinternational.net/syrie-un-cessez-le-feu-pour-qui/