Migrants : l’intrigant journal de bord d’un CRS de Calais….

Ils ne sont pas aimés ces « robocops », mais ils n’en restent pas moins des hommes, avec femmes et enfants, qui s’inquiètent d’une situation que l’on nous dit contenue (pour l’instant), mais qui risque de dégénérer. Le mot d’ordre « CHUUUUT! »… Nous avons tous vu les vidéos des Calaisiens en Colère, ce texte n’est ni signé, ni authentifié, comment pourrait il l’être, avec le devoir de réserve. Il est soumis tel que à votre jugement. Pas de débordements dans les commentaires svp, soyez conscients et lucides. Vous trouverez de plus amples explications avec des questions posées dans le second texte d’Alain Vasseur de Gendxxi.net.

Img/La Gauche m’a tuer (désolée pour la fôôte)

Ce journal de bord relate le quotidien des missions dont sont chargées nos CRS. Il ne s’agit nullement d’un texte d’anticipation mais de la narration sur le vif du début de la guerre civile qui a commencé sur notre sol. Pour le moment, cette guerre civile est contenue dans le périmètre de «La Jungle» à Calais. Comme nous le prévoyons, attendez-vous à ce qu’elle se propage dès que sera donné le signal de l’assaut général. Un assaut minutieusement préparé contre la France. Contre notre civilisation. Contre vous…

Ce CRS raconte :

« Au rassemblement, on nous demande une fois de plus de ne pas dire ce qui se passe ici aux gens que l’on connaît. IL FAUT CACHER LA VÉRITÉ comme l’argent qui leur est donné chaque jour, les 3 repas par jour offerts, la nourriture distribuée directement au camp, les vêtements souvent neufs, le fait qu’ils aient tous, je dis bien TOUS, des smartphones dernière génération (ceux que l’on ne peut pas se payer en travaillant), les soins gratuits à outrance − d’ailleurs je plains les pompiers du coin − le fait qu’ils détruisent une partie de la nourriture qui leur est offerte car ils n’ont pas ce qu’ils ont commandé… »

Une honte de les garder sur notre sol !

« La matinée a été longue. Très longue. Le manque de repos sur cette mission commence à se faire sentir. Enchaînement incessant des services à différents horaires… De jour comme de nuit. Qu’il vente, qu’il pleuve, qu’il neige… Enfin… Nous ressentons du dégoût à ne pouvoir faire du travail de police, grandir, ici et là, dans des conditions dangereuses. Nous sommes là et las. En surveillance sur une bande d’arrêt d’urgence pendant six heures (endroit où l’on dit que la durée de vie est calculée statistiquement à moins de quinze minutes) constatant, impuissants, que les routiers de tous les pays empruntant cette voie, se moquent de nous, policiers présents… Ils débouchent sur ces voies rapides sans prendre gare aux véhicules déjà sur cet axe, à toute allure, nous rasent sans ralentir, s’engagent devant nos yeux sans respecter les règles de sécurité, les règles de priorité ni le code de la route… Nous sommes frôlés par ces semi-remorques lancés à plus de 90 km/h, ce qui rajoute au mauvais temps, une dimension surréaliste. En d’autres endroits, nous jouons les «cônes de Lübeck», ces fameux cônes en plastique orange aux bandes blanches réfléchissantes, qui servent à matérialiser un accident, un danger ou des travaux, posés devant des trous dans le grillage qui coûte une fortune. À chaque trou bouché ou pas, un ou deux policiers restent là, sous les caprices des éléments et du temps, à attendre une potentielle attaque !

Les migrants viendront. Un sas de sécurité a été installé, des barrières gigantesques de 4 ou 5 mètres de haut, distantes en parallèle d’un mètre cinquante sur plus de 35 kilomètres… J’en suis loin, je pense. Chaque jour, ils cassent en différents endroits, là où nous ne sommes pas ! Les réparations elles aussi coûtent une fortune.

04:30 : réveil puis nous arrivons à l’heure du repas.

13:20 ― Nous n’avons vu personne. Pas un migrant sur notre point. Le temps de se restaurer, de reprendre la direction de notre hébergement, déchargement de l’armement collectif et douche sans traîner.

15:15 ― Dans 8 heures, nous reprenons le service. La nuit prochaine, nous travaillons. Ce soir, ce sera une prise de service à 23:30 pour terminer (en théorie) à 07:00 du matin…

Arrive l’heure de reprendre le service. Les mines sont fatiguées. Le bonjour jovial, reste marqué d’une fatigue flagrante qui se lit de plus en plus sur les visages, comme une écriture. Au rassemblement, la température de la journée est donnée : quelques grenades lancées, beaucoup d’activité sur les voies rapides, mais plus encore en soirée. En fond sonore, une radio embarquée dans l’un des véhicules-recueil est active : « sur le point Golf-Alfa-2, ils sont au contact. Ils lancent des barres de fer et des pierres. Un de chez nous est touché légèrement. Avons utilisé une dizaine de grenades MP7 [1]. » […] «Deux poids-lourds accidentés à cause de blocs de béton sur les voies rapides. Les avons dégagés. Demande renfort de 2 véhicules».

Pendant ce temps, nous est rappelé le cadre de l’utilisation du lanceur de balles de défense. Le lanceur de 40 est une arme de défense intermédiaire dotée d’un viseur point rouge non projeté. Il lance des balles de caoutchouc et touche à plus de 50 mètres. Malgré tout, son utilisation est très réglementée et contraignante. Il nous est rappelé également que dans le cadre de notre travail, il est autorisé aux gens de nous prendre en photo !

Anarchistes des groupes « NO BORDER »

Les «NO BORDER» [2] incitent les migrants à nous tendre des embuscades (bien qu’ils n’aient pas besoin de conseil pour le faire) pour prendre des photos et des vidéos pour dénoncer des “failles” dans notre manière d’intervenir ou des images pour nous mettre en cause. Mais surtout, ils espèrent faire un maximum de blessés dans nos rangs.

Le chargement de l’armement collectif se fait au cul du camion-armurerie. Des « blagounettes » sont lancées ici et là pour faire oublier que nous serions mieux dans un lit bien chaud, dans nos foyers et non sous ce crachin permanent qui nous recouvre petit à petit…

Femmes et enfants ou parents, pour beaucoup, sont la pensée du moment, mais seront relégués au second plan dans une minute ou deux. Les rôles de chacun dans le VR [3] sont distribués. « Qui est habilité LBD [4] ? » – « Moi » répond Julien. Comme les autres, je prends un LBD. Moi, je dis : « Perso, je prends en compte le lanceur Cougar [5] ». Il lance des grenades au coup par coup mais avec de l’habileté, il se manie très bien et se recharge vite. Son bruit détonnant ressemble à celui d’un mortier. – « OK » lance le chef de bord. « Qui veut des grenades à main ? » Elles sont réparties dans les gilets tactiques (qui n’ont de tactique que le nom) censés nous protéger de coups éventuels, absorber des chocs, mais aussi permettre le transport de matériel supplémentaire. La répartition des grenades et conteneurs lacrymo faite, je m’emploie à mettre le gilet de grenades pour le lanceur Cougar. Il est lourd. Il contient des grenades avec un dispositif de retardement [6] pour les lancer à 50 mètres, d’autres à 100 mètres. La fermeture est cassée. Sur les ondes, on apprend que les effectifs que nous allons relever sont pris à partie en de nombreux endroits. Il va falloir faire vite.

Les jambières sont mises, les casques vont se visser sur nos têtes rapidement… Le LBD et le Cougar sont alimentés d’une cartouche chacun, prêts à être utilisés au besoin. À la radio, la station directrice ne sait plus où donner de la tête. Il faut des renforts partout, sur presque tous les points. Ordre nous est donné, bien que nous soyons en dynamique cette nuit, de renforcer ponctuellement un point situé juste derrière le camp des migrants : « la Jungle ».

00:15 ― À notre arrivée, l’atmosphère est tendue. Le bleu des gyrophares inonde la nuit et se reflète sur nos visages à moitié protégés. Les consignes sont prises. Nous voilà seuls. Deux VR montés de cinq hommes chacun, casque sur la tête. À nos côtés, une vingtaine de personnes viennent à notre rencontre. Certains sont en treillis camouflé, bonnet ou cagoule noire. Ce sont les hommes et les femmes du collectif « Les Calaisiens en Colère » [7]. Ils tentent de protéger leurs biens, mais donnent aussi de bonnes informations sur les événements passés ou à venir, sans avoir peur, le cas échéant, de combattre aux côtés des Forces de l’Ordre !

La semaine avant notre arrivée, «Les Calaisiens en Colère» ont apporté une aide considérable aux collègues présents.

Assaillis de tous côtés, les policiers ont utilisé toutes leurs grenades et se sont retrouvés face à des migrants armés de couteaux et barres de fer.

N’écoutant que leur courage, « Les Calaisiens en Colère » sont venus se battre au coude à coude aux côtés des forces de l’ordre qui, bien qu’ayant informé la hiérarchie qu’elles n’avaient plus de moyens intermédiaires pour contenir les assauts répétés, ont reçu l’ordre de rester sur place.

Ça bouge sur un petit chemin plongé dans le noir complet, longeant la voie rapide. Nous intervenons pour dégager des amas de barres de fer, de blocs de béton et je ne sais encore quels autres projectiles de fortune entassés et abandonnés par un groupe de migrants qui voulaient les lancer sur les voies de circulation.

01:20 ― La situation est calme pour nous. Les pompiers interviennent dans le camp, escortés par une de nos patrouilles (5 hommes) pour secourir un individu blessé par arme blanche.

02:00 ― Au loin, des silhouettes traversent la petite route sur laquelle nous sommes implantés en direction d’habitations civiles. Ici et là, sur les ondes radio, on entend signaler des vagues de migrants de 40 ou 50 individus.

02:30 ― Les riverains et amis du Collectif quittent les lieux. Nous sommes plongés dans le calme de la nuit, avec un éclairage faible.

02:45 ― Sur les ondes et partout alentours, on entend hurler que de nombreux camions sont arrêtés, assaillis par des vagues de 50 migrants, dont certains accidentés sur la voie rapide. À pied en courant, nous venons prêter main forte à l’effectif originaire de l’information ; dessous, une multitude de véhicules immobilisés, presque au contact les uns des autres qui, miraculeusement, ne se sont pas percutés les uns les autres.

Pareil à des Gremlins, de « petits démons noirs » surgissent de toutes parts des fourrés. Ils prennent d’assaut les cabines de poids lourds, armés de barres de fer.

La Sécurité retirée, du haut du pont, quatre salves de 3 Cougars (soit 12 grenades) arrivent à mettre en fuite les assaillants qui se trouvent à 80 mètres. Nous arrivons, malgré l’excitation collective, à ne toucher aucun camion avec nos projectiles ! Une fois les assaillants repoussés par des effectifs venus en renfort sur la voie rapide, le déblai des gravas peut commencer.

À notre tour, nous arrivons à bord du véhicule venu nous récupérer sur ce qui ressemble à une « zone de guerre », zigzaguant entre les véhicules arrêtés et des débris de toutes sortes. Sur les ondes, ordre nous est donné de remonter sur le même axe pour prêter main forte aux collègues qui se trouvent en niveau bas de grenades, à quelque 300 mètres plus haut. À leur hauteur, nous sautons de notre véhicule encore en marche car nous constatons qu’un effectif se trouve contre la rambarde de sécurité. Des projectiles arrivent à les atteindre.

Les objets sont jetés depuis une zone boisée sans que l’on puisse distinguer les individus… Seuls des cris venant des fourrés dans des dialectes inconnus.

Parfois un NIQUE LA POLICE ou FUCK THE POLICE se mêle aux ALLAH AKHBAR ! et à leur slogan favori : VIVE DAESH !

David, l’un de ceux que nous sommes venus appuyer par le tir, braque son faisceau lumineux et me demande d’envoyer une MP7 (lacrymo) dans la direction d’où il pense que partent les lancers. Avec 3 tirs de Cougar, j’arrive enfin à saturer l’endroit et à mettre en fuite le petit groupe de perturbateurs. Le vent nous est favorable. On en profite, mais les effets psychologiques ne sont pas négligeables non plus. Juste au dessus, 300 mètres plus un groupe de 20 à 30 individus virulents, armés de barres de fer, prennent le temps de jeter des panneaux de signalisation, des poteaux métalliques arrachés plus loin et des poubelles par dizaines au milieu de la voie rapide. Nous progressons avec un effectif de la section 3 : 2 Cougars et 2 agents munis de conteneurs lacrymo. La progression se fait sous la protection de tirs Cougar. Les migrants ripostent avec des objets métalliques qui s’écrasent à nos pieds en formant des étincelles et rajoutant des décibels au vacarme environnant. Certains sont presque au contact. Visage barbu pour les uns, imberbe pour les autres, âge moyen de 20 à 30 ans. Robustes. Regards pleins de haine. Des yeux à la flamme meurtrière nous font face.

Il nous faut prendre cette partie haute. Mais l’endroit d’où viennent les pierres nous est caché par la végétation qui les protège. Avec le Cougar, le tir devient tendu pour tenter de pénétrer l’épaisse végétation. Effet immédiat : ça les fait reculer et descendre jusqu’à l’entrée du camp. Pendant que je m’occupe de cette partie, les autres, derrière moi, protègent mes arrières et mon latéral.

La place devenue nôtre. Je me mets en protection avec le Cougar, le temps que les collègues sortent les nombreux débris accumulés. En bas, une centaine d’individus (pour beaucoup masqués) vocifèrent, tendent les poings en notre direction et des barres de fer de plus de 1,50 m. D’autres se sont regroupés sous le pont, juste en-dessous de nous. Une bonne cinquantaine, qui attendent en guet-apens et ramassent de nombreux projectiles. Un petit groupe de 5 individus rejoint les autres en courant, leur tendent les mains et se séparent à droite et à gauche du camp.

L’évacuation des gravats n’étant pas terminée, je reste sur le point fort, ce qui semble leur poser un problème quand tout à coup, venant de droite à l’entrée du camp, des projectiles sont lancés vers nous pendant que d’autres assaillants tentent de se rapprocher. Une vraie stratégie de guérilla. J’effectue un premier tir en cloche. Mais la MP7 avec un DPR 100 mètres (dispositif de retardement) – il ne me reste plus que ça dans le gilet – tombe juste derrière eux. Le vent ne m’étant pas favorable, je décide de tirer en direction des pieds à 10 mètres devant ceux qui arrivent au contact. Le tir parfaitement exécuté, repousse les assaillants. Rechargé rapidement, j’utilise une seconde fois le Cougar contre le groupe dont les projectiles arrivent jusqu’à nous. Je réussis à l’aide du rebond sur un baraquement visé, à atteindre ma cible avant que les plots de lacrymo ne soient expulsés hors du corps de la grenade. Un des individus tente de la saisir. Trop tard. Boum !

Au passage, protégeant un groupe de chez nous venu en soutien sous le pont pour couper l’assaut des migrants en leur direction, je tire une grenade qui arrive droit sur un homme en train de jeter des pierres sur l’effectif d’en bas, le percutant vers le visage. Le carton rouge étant brandi, ce dernier regagne les vestiaires sans demander son reste.

La situation est maîtrisée sur le point maintenant tenu par d’autres effectifs de chez nous.
Nous sommes requis par notre station directrice qui nous envoie en renfort d’un équipage de l’autre côté du camp, endroit où nous avons commencé à grenader en début de soirée. Sur les lieux, nous effectuons encore des tirs sporadiques de MP7 sur des migrants qui nous arrivent dessus en courant et en hurlant.

06:50 ― La nuit se termine. Nous sommes relevés. Esprit calme. Une nuit comme on aimerait passer plus souvent… (!)

La vacation suivante se révélera être beaucoup moins valorisante. Le véhicule est posé sur un rond-point donnant vue sur 2 entrées du port, avec 2 effectifs au sol de 19:30 à 02:00 du matin. Un vent d’au moins 120 km/h et une pluie battante n’épargnent même pas le dessous du pont juste à côté. En tout et pour tout, un seul migrant est venu tenter sa chance sur notre point pendant que de l’autre côté de la ville, des grenades tombent à foison.

J’en passe… C’est trop long…. Je suis fatigué… »
[1]Type de lance-grenades utilisé par les Forces de l’Ordre.
[2] Réseaux anarcho-libertaires transnationaux investis dans les luttes pour la liberté de circulation et l’abolition des frontières, contre les politiques de contrôle de l’immigration. Apparition : 1999.
[3] Véhicules-Recueil.
[4] Lanceur de Balles de Défense (arme sublétale ou incapacitante, plus connue sous le nom de « Flash-Ball », marque commercialisée par Verney-Carron).
[5] Lance-grenade simple action de cal. 56 mm / portée : 50, 100 ou 200 mètres / poids : 3,7 kg.
[6] Le DPR (Dispositif de Propulsion à Retard, réglé en fonction de la longueur du lancement de la grenade).
[7] Voir la page Facebook des « Calaisiens en Colère »
Source Conscience-du-Peuple relayé par beaucoup

Second texte

Un texte non signé et non authentifié mais jugé crédible par les CRS interrogés et se présentant comme le « journal de bord » d’un membre des forces de l’ordre en faction à Calais, tourne actuellement sur la toile. Le groupe « Les Calaisiens en colère » l’a épinglé sur sa page Facebook.

Le lien renvoie à un article du nationaliste Luc Sommeyre intitulé « Paroles de flic » publié le 3 janvier dernier sur son site minurne.org.

Le texte décrit le quotidien des CRS à Calais, le « manque de repos », l ‘« enchaînement incessant des services à différents horaires, de jour comme de nuit », le « dégoût à ne pouvoir faire du travail de police… »
Le CRS résume l’une de ses interventions non datée. Prise de service à 23 h 30 jusqu’à 7 h le lendemain.

En fond sonore, une radio embarquée dans l’un des véhicules-recueil est active, précise le texte qui raconte : « sur le point Golf-Alfa-2, ils sont au contact. (Les migrants) lancent des barres de fer et des pierres. Un de chez nous est touché légèrement. Avons utilisé une dizaine de grenades MP7. » […] « Deux poids lourds accidentés à cause de blocs de béton sur les voies rapides. Les avons dégagés. Demande renfort de 2 véhicules .»

Vers 2 h 45 du matin, « sur les ondes et partout alentour, on entend hurler que de nombreux camions sont arrêtés, assaillis par des vagues de 50 migrants, dont certains accidentés sur la voie rapide. À pied en courant, nous venons prêter main forte à l’effectif originaire de l’information; dessous, une multitude de véhicules immobilisés, presque au contact les uns des autres qui, miraculeusement, ne se sont pas percutés les uns les autres ».

Grenades MP7, lanceur de 40, lanceur Cougar, le dispositif d’intervention est présenté avec beaucoup de précision.

Plus tard, le journal décrit une « zone de guerre » où les CRS zigzaguent « entre les véhicules arrêtés et des débris de toute sorte. Sur les ondes, ordre nous est donné de remonter sur le même axe pour prêter main forte aux collègues qui se trouvent en niveau bas de grenades, à quelque 300 mètres plus haut. À leur hauteur, nous sautons de notre véhicule encore en marche car nous constatons qu’un effectif se trouve contre la rambarde de sécurité. Des projectiles arrivent à les atteindre. Les objets sont jetés depuis une zone boisée sans que l’on puisse distinguer les individus… Seuls des cris venant des fourrés dans des dialectes inconnus. Parfois un nique la police ou fuck the police se mêle aux Allah Akhbar! et à leur slogan favori: vive Daesh ».

Le rapport long de cinq pages évoque « une vraie stratégie de guérilla » orchestrée par les No Border, qui « incitent les migrants à tendre des embuscades » aux CRS pour « prendre des photos et des vidéos pour dénoncer des failles dans notre manière d’intervenir ou des images pour nous mettre en cause. Mais surtout, ils espèrent faire un maximum de blessés dans nos rangs. »

L’inquiétant monsieur Sommeyre
Le « journal de bord » épinglé sur la page des Calaisiens en colère a été publié sur le site minurne.org créé par Luc Sommeyre.
Il a également été partagé par de nombreux sites de « réinformation » de la fachosphère et de soutiens au forces de l’ordre.
Une page Facebook intitulé « UNSA Police POLE CRS » l’a également repris.

« Le journal de bord nous a été transmis par un collègue des CRS en poste à Calais aux abords de la plus officielle des zones de non-droit que notre gouvernement tolère et ne se résout pas à nettoyer », précise Luc Sommeyre sur son site. Ce texte, il aurait « hésité » avant de le mettre en ligne parce que « le Grand Public, certains lecteurs, vont croire être fondés à faire la part des choses. Ils auraient tort. » Jusqu’au-boutiste, lui n’est visiblement pas prêt à faire la part des choses.

Début d’une « guerre civile »

« Ne pensez surtout pas que nous puissions nous laisser abuser par des propos mensongers ou tendancieux : nous avons les moyens de vérifier nos sources. Nous ne publierons que des documents authentiques tout en préservant évidemment le strict anonymat de leurs auteurs », ajoute-t-il.

Peut-on lui faire confiance ? Le journal de bord donne des précisions sur la situation calaisienne mais est écrit non comme un rapport mais comme une histoire presque. Et le vocabulaire utilisé par le supposé CRS s’il s’avère qu’il en est un, comme le terme « gremlins » pour qualifier les migrants interpelle. Les insultes « Vive Daesh » intriguent. Tout comme le fait que ce journal de bord n’apparaisse que sur des blogs ou sites non officiels.

L’ancien candidat FN des Yvelines lors des départementales de 2015, ancien membre du Bloc identitaire, qui se présente comme un ancien flic, est ensuite un habitué des sorties scandaleuses. Comme lorsqu’il parlait il y a quelque temps du péril blanc par exemple : « Aujourd’hui, les Blancs ne sont pas «obligés » d’épouser un(e) Noire ou vice-versa, mais progressivement ils y seront fortement incités (avantages fiscaux, primes à la diversité, etc.) Politique-fiction ? – Pour le moment, oui. Patience… »

D’ailleurs, pour lui, ce qui se passe à Calais est le « début de la guerre civile qui a commencé sur notre sol. Pour le moment, cette guerre civile est contenue dans le périmètre de « La Jungle » à Calais. Comme nous le prévoyons, attendez-vous à ce qu’elle se propage dès que sera donné le signal de l’assaut général. Un assaut minutieusement préparé contre la France. Contre notre civilisation. Contre vous. »

http://www.nordlittoral.fr/faits-divers/migrants-l-intrigant-journal-de-bord-d-un-crs-de-calais-ia0b0n273221
Source Gendxxi.net

Souvenons nous de l’appel à l’armée de Xavier Bertrand, si la situation était sous contrôle pourquoi un tel appel?

Le président Les Républicains de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Xavier Bertrand, a de nouveau réclamé dimanche sur France 5 pour Calais « l’armée en soutien aux forces de l’ordre », qui sont « à bout » selon lui.

« Les forces de l’ordre aujourd’hui présentes sont à bout, elles sont harcelées quasiment tous les soirs, un jour on va avoir un drame » à Calais, fortement touchée par la crise migratoire européenne, a prévenu l’ancien ministre.

« Je demande l’armée pour venir en soutien aux forces de l’ordre qui depuis des mois et des mois n’en peuvent plus », a-t-il déclaré, réitérant une de ses requêtes durant sa campagne des régionales.

M. Bertrand a aussi plaidé pour que « la réponse de la justice soit plus forte » en cas d’exaction contre les forces de l’ordre, et que « ceux qui ne respectent pas la loi soient reconduits à la frontière ».

« Ils sont accueillants les gens du Calaisis, mais ils n’en peuvent plus », a ajouté le président de la région qui veut en outre « sécuriser le port de Calais ».

Entre 3.800 et 4.200 migrants vivaient dans le bidonville de la « Jungle » avant Noël, dans des habitations de fortune et des conditions sanitaires déplorables, selon les derniers chiffres de la préfecture. Ils étaient encore 6.000 en octobre.

Des heurts entre migrants et forces de l’ordre se sont produits en plusieurs occasions en novembre et décembre, principalement le long de la rocade bordant le camp et menant au port. Des biens de riverains ont aussi parfois été endommagés.

http://www.respectmag.com/17317-bertrand-lr-reclame-de-nouveau-larmee-a-calais

http://www.francetvinfo.fr/france/nord-pas-de-calais/migrants-a-calais/calais-la-nuit-les-grenades-lacrymogenes-de-la-police-pleuvent-sur-la-jungle_1259189.html

33 commentaires

  • bonjour

    je ne cherche pas les vrais coupables de ces faits….je ne me permets pas de frapper des femmes…..je ne me permet pas d’utiliser une arme quelle quelle soit……je suis responsable de mes actes…..j’ai ma propre conscience et non pas la conscience de mes maîtres….je ne suis pas un esclave… je me renseigne et analyse froidement la situation dans laquelle nous sommes…..
    je suis dans le merdier et j’essaie de survivre du mieux que je peux en respectant l’avis des autres sans utiliser la force….

  • J’ai annoncé la guerre civile qui vient il y a presque 3 ans.
    On va en chier.

    • utoro

      Qui va en chier ? Les paysans armés jusqu’au dents ? Ceux qui ont prévus le coup ? Ou ceux qui ne comprennent toujours pas ce qu’il se passe ?

      • FreeMan FreeMan

        certains plus que d’autres, mais de manière générale tout le monde va en chier, survivre dans un milieu hostile, s’inquiéter pour ses proches, les enfants et les faibles, vivre dans la peur du lendemain,
        l’europe, l’occident, une grande partit du monde plonge dans des années très noires,

        il y a sur cette terre des endroits qui échapperont a ce destin funeste, le plus sage serait peu être de plier bagage et fuir plutôt que de chercher a affronter ceci en se préparant a la survie, (pour ceux qui peuvent)

    • hommesdupeuple

      Ici on la voit arriver depuis que M Karcher s’est occupé du problème des banlieues une fois devenu président : 30.000 poste de policiers , gendarmes et autre personnels supprimés durant son quinquennat.
      Bref , depuis 2007 quoi…
      J’ai l’impression que cela te réjouis… Mes hommages au capitaine!

  • Le veilleur

    Puisque les migrants ne veulent pas rester en France pourquoi les retenir de force et si les Anglais ne veulent pas de ces migrants, ils pourront toujours les renvoyer dans leur pays, après tout, les Italiens les laissent bien passer en France pourquoi pas nous en Angleterre ? Qu’est-ce que nos politiciens attendent pour venir en aide aux Calaisiens et arrêter cet afflue de migrants déchainés? C’est quand même hallucinant et pas compliqué de trouver des solutions, mais on dirait que tout est fait pour que la situation s’envenime et finisse par exploser d’exaspération. Les Calaisiens ont quand même le droit de vivre en paix avec leur famille, non!?

    Xavier Bertrand aux Anglais : « Il ne faut pas abuser de notre patience… »

    Alors que personne n’a su empêcher les migrants de venir en Europe, on demande à la France de les empêcher de partir en Angleterre. Je dis à nos amis anglais : notre exaspération est totale. Un bras de fer ne serait pas la meilleure solution, mais il faut qu’ils sachent que beaucoup de Français pensent : si on n’a pas su les empêcher de venir en Europe, et bien on va arrêter de les empêcher de partir en Angleterre.

    Géographiquement, la frontière anglaise se situe à Douvres. Nous avons été bien bons, lors de la signature des accords franco-britanniques du Touquet en 2003, d’accepter que la frontière soit à Calais, avec seulement une micro-aide britannique. Pour calmer la colère, la Grande-Bretagne a annoncé qu’elle débloquait 10 millions d’euros supplémentaires pour renforcer la sécurisation du site Eurotunnel…Autrement dit que les Français se démerdent avec les migrants mais cela est loin d’être la solution à la colère qui grandit de jour en jour!

    http://www.lejdd.fr/Politique/Migrants-Xavier-Bertrand-aux-Anglais-Il-ne-faut-pas-abuser-de-notre-patience-744896

    Habitants de Calais à RT: «La vie se dégrade de jour en jour».

    Sur fond de heurts qui font rage entre CRS et migrants à proximité de la jungle de Calais, l’équipe de RT est arrivée sur les lieux afin de s’entretenir avec les Calaisiens qui se trouvent aujourd’hui «en état de guérilla».

    https://francais.rt.com/international/10148-calais-migrants-degradation

    Le plan Kalergi à déjà commencé.

    http://www.youtube.com/watch?v=C1AzXdmUrMo

  • MiracleBoy

    heum … moi je comprend pas .. les CRS se plaignent mais pour 1 fois qu’ils font leur réellement leur travail je trouve que ça leur fait de la bonne Pub.. pour une fois qu’ils sont crédibles dans leur actes .. au moins la ils défendent les gens pour une fois ils sont du bon coté de la ligne .. lol si même les Calaisiens se joignent à la Police c’est qu’ils doivent être désespérés …
    si je comprend bien si ils n’envoient pas l’armée c’est à cause de l’Europe ou bien ? encore une moufle qui se pose

    • hommesdupeuple

      Bonjour,

      C’est une question de Constitution. Même si le dernier Livre Blanc se nomme « Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale » ce qui est contraire à notre constitution. Ce qui à d’ailleurs posé problème en 2005.

      Et comme en 2005 les collatlantistes appel au secours de l’armée en votant des diminutions de dépenses pour les forces d’intervention INTERIEURE (police etc)et les forces d’interventions EXTERIEURES (armée).

      L’objectif est clair: faire accepter à l’opinion que nous n’avons d’autre choix que d’appeler l’armée à intervenir sur le territoire national. Pour la sécurité de chacun et de tous. Pour nous habituer à les voir circuler en ville, comme dans les années Franco.

      Et comme la déchéance de nationalité, cela n’aura que pour but de progresser vers la fameuse guerre civile, sous branche du clash des civilisations.

      En attendant le peuple continu de ne rien voir comme pour ce professeur ostracisé en région parisienne au motif d’état d’urgence.
      Plus ca va, plus je comprends la nécessité pour les élites de diriger le troupeau…bref.

      Encore bravo à Benji et Volti. Nous appréhendons la future fermeture du site(t’inquiètes je lis tout mais suis d’accord pour dire que vous êtes l’âme du blog, et sans vous… ) même si nous vous souhaitons que vos journées soient longues et vos nuits plaisantes!

      Tic Tac…. au fait où est Gros, l’avocat du diable?

  • nicolas43

    Bonjour , tout ceci est éminemment un problème ( le mot est faible ! ! !) de volonté politique .
    J’ai eu l’occasion récemment de discuter avec un fonctionnaire de police d’une grande ville d’Auvergne , le pauvre gars était dépité , découragé !
    Il racontait que sur sa ville , il y avait 4 ou 5 zozos à « serrer » une bonne fois pour toute , 4 ou 5 zozos à l’origine de trafiques et tout genre , 4 ou 5 zozos suivis malheureusement par une multitude de décérébrés et d’idiots du village !
    Problème : la hiérarchie demande de ne pas trop faire de vague , de fermer les yeux et éviter tout débordement !

    Lorsque c’est un fonctionnaire de terrain qui vous dit ça ….. ça fait désordre !
    Lorsque ce même gars vous dit que dans une journée , il a interpelé 2 fois le même délinquant puis l’a laissé repartir 2 fois car c’était « plus simple » …. là il n’est plus question de désordre !

    Avec les incompétents aux manettes , je ne vois pas bien comment les choses vont pouvoir s’arranger ….
    Bonne chance à tous !
    N.

  • alba13

    Je ne remets pas en cause ce qu’il se passe actuellement à Calais mais ce texte sent la propagande à plein nez. Il est écrit de façon à susciter l’émotion chez le lecteur. « Vive Daesh » écrit en majuscule …. les Calaisiens en colère décris en héros ….

    Il serait bien de prendre un peu de recul sur tout cela, et d’éviter de relayer et de prendre comme argent comptant des sources qui ne sont pas vérifiées.

    « un texte non signé et non authentifié mais jugé crédible » ….. »Le lien renvoie à un article du nationaliste Luc Sommeyre  » peut on lire sur le lien cité dans l’article. Tout est dit ………

    • voltigeur voltigeur

      Je n’ai pas relayé simplement le texte « d’origine », j’ai aussi mis celui d’Alain Vasseur qui a une autre grille de lecture et pose des questions. Tout ça pour faire réfléchir sur avant tout LES CAUSES, les conséquences sont malheureusement subies par tous les citoyens, car c’est là que l’émotion supplante la raison.(C’est étudié pour?) Si nous regardons ce qui a amené cette folie, c’est vers la politique extérieure que le regard se porte. Le suivisme de ces zélus, face à l’impérialisme et les vues hégémoniques des USA qui veulent être et se croient les gendarmes du monde. On l’a échappé belle quand Obama a mis un frein, aux visées guerrières du locataire de l’Elysée qui s’est retrouvé tout seul. Mais on ne va pas refaire le parcours, nous le connaîssons que trop bien, on voit le résultât! :(

  • Comme quoi les choses changent.

    Des individus sont prêts à tout pour être mis sur des listes et dans des trains…

    Au final, la solution ne serait-elle pas de mettre la frontière à Folkestone ?

    Vive le Brexit et l’abandon de la mainmise par la City sur l’Europe… http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

    • La City est un état indépendant, un état dans l’état, à même titre que la Vatican, la sortie de la Grande Bretagne ne remettra en aucun cas la participation active de la City sur l’argent de la zone UE

      Orné

      • hommesdupeuple

        « C’est aussi la plus petite des circonscriptions administratives du Grand Londres, qui la distingue cependant des 32 autres districts londoniens, de par un statut Sui generis lui conférant à la fois le titre de « cité » et de comté cérémonial, dont le mode d’administration est unique en Angleterre.  » Wikipédia

        On est loin de la définition des états indépendants intégrés au Commonwealth.

        Bon le scoring de com’ pourquoi pas….
        Les fautes atroces d’orthographe récurrentes au vu du nombre de com’…. bon bon bon
        Les corrections juridiques sorties du chapeau….http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

        Dans l’absolu, merci pour la foule de liens fournis chaque jours!

        • hommesdupeuple

          Après je comprends le sens de votre com’ . Cela à été un de nos gros sujet de conversation avec Pierre Hillard ou Maron Sigault..

          Y a l’officiel , le juridique et ce qui est caché derrière.. Mais en parler de façon approximative dessert notre Cause Commune.
          http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

  • Ce récit rejoint quand même pas mal de témoignages divers. Je ne serais pas étonnée de sa véracité.
    Je préconise les travaux forcés pour tous ces désoeuvrés. « Le travail éloigne de nous 3 grands maux: l’ennui, le vice et le besoin. » (Voltaire dans Candide, si je me souviens bien)

    Il est certain que si les CRS doivent se débrouiller seuls, même avec des milices locales, ils sont vite débordés. L’armée mettrait tout ce petit monde dans des camps de travail, avec corvées de ch… nettoyage des locaux,…
    Bien sûr, version droits de l’homme, si tant est qu’ils se comportent comme des hommes. Sinon les grands moyens !

    • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

      Biquette, puisque tu soulèves le thème du travail qui serait, selon une grande majorité, le socle d’une vie et la solution à bien des maux (ennui,vice et besoin), je pense que ce même sujet mériterait un article à lui tout seul afin que nous puissions débattre en toute sérénité :) sur les fondements de ce qui obsède l’humanité aujourd’hui : le travail. De l’ancien français travail (« tourment, souffrance ») (XIIe siècle), du latin tripalium (« instrument de torture à trois poutres »), tout un programme …

      M.G.

      • hommesdupeuple

        Euuuuuuuuuuuuuh

        Ca me rappel un truc en allemand nauséabond…

        A oui ! Arbeit Macht Frei!

        BBBEuuwaaaaaaaaaaaaaaaaaark

        A titre personnel, la France ayant des territoires sur la banquise, proposons aux migrants chelous et aux prisonniers de tout horizons qui coûtent une fortune au peuple au détriment des retraités et des SDF de souche (FDS…..ahhahahahahahahahahahahah énorme!) le choix entre vivre là bas ou le bannissement du sol national!
        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gifhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

        • hommesdupeuple

          Oui votez pour nous.

          Notre programme? La loi et l’ordre!

          Nos moyens? La Purge!

          Nos objectifs: s’aimer les uns les autres, flingues à la ceinture. Sinon prévoyez entre 5 et 10 millions de mort dans le pays…

          Nos réformes: fin de la déchéance de nationalité futile et prétexte d’une future guerre civile.
          Par contre nous reverrons tout ce qui est du domaine: « Dans quel mesure un criminel peut il avoir accès aux droits de l’homme? » »un criminel peut il rester citoyen français ou doit on créer une caste facilement identifiable et victimisable par les Citoyens? »

          Tapez VaincrelaCriseenDixLecons.SAVDE.C+

      • hommesdupeuple

        au fait, sur les ME il y a un article sur le travail.

        et n’oubliez pas de HTTPtrack ou autre le site…

        • rouletabille rouletabille

          Mein Kampf sans s’attaquer à la tribu ,votre programme est d’extrême droite à mon avis.
          Sortir de l’Europe et de l’€ aussi ?de l’OTAN etc,il y a du pain sur la planche,demandez à MLP.
          http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

          • hommesdupeuple

            Toujours autant de manque de discernement humouristique ou j ai encore blessé ton orgueil?
            Au moins je t ai répondu tu te sentira victorieux…
            Du coup RTB ta pu monter un club avec baron phildefer et charlene? a premiere vu oui ton niveau baissant sans cesse.. min ti kinkin va ten ta chtè une tit mousse histoire d oublier ce temps d brin!
            Et en aucun cas tu ne pourras voler le poste d Avocat du Diable de Gros! Arrete ce n est pas pour demain!
            allez bisous bisous ma mignone!

  • alba13

    Ton pseudo ne s’invente pas ….. ton commentaire est nauséabond ….tu sous entends que ces individus ne se comportent pas comme des hommes …..
    Il y a effectivement des abus mais il faut absolument éviter les amalgames. Il y a parmi ces milliers de personnes une majorité de gens respectueux des terres les accueillant. Peut être qu’à leur place, nous serions pareils, voire pires.
    La grande migration est souhaitée et contrôlée c’est un fait, mais il faut garder un peu d’humanité pour cette population avec laquelle nous n’échangerions pour rien nos situations.
    Je suis moi même bénévole à la Croix Rouge et je cotoie régulièrement des désoeuvrés ; effectivement, certains profitent du système mais la majorité souffre en silence.
    Je pense que tu devrai aller vérifier tes sous entendus de toi même ; il faut parfois savoir assumer ses paroles. Facile de cracher confortablement assis dans un canapé pendant que le repas mijote …..
    D’autre part, essayons d’éviter d’alimenter les égrégores de haine …. il faut savoir raison garder et ne pas tomber dans le panneau des élites.
    Et quand bien même tu confirmerai ta volonté de te débarasser de ces sous hommes, alors j’aimerai que tu joignes la parole aux actes et que tu ailles donner la main à ces CRS ou aux Calaisiens en Colère.
    Agir, dans un sens ou dans un autre.

  • rouletabille rouletabille

    Sont pas fatigués de foutre une femme de 74 Ans à terre et d’arrêter sans ménagement un Général assez con de ne pas leur ORDONNER le garde à vous .
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

  • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

    « Nos » forces de l’ordre, aux ordres, vont-elles un jour prendre conscience qu’elles sont manipulées par le gouverne-ment, au même titre que les sans-dents ? Aujourd’hui, les Hommes en armes sont poussés aux limites physiques et morales. Quand ils seront au bord de l’asphyxie, auront-ils encore suffisamment de lucidité pour se poser définitivement les bonnes questions sur les actions qu’ils mènent : pourquoi ? Pour qui ? Et pour quels résultats ?

    Ces hommes et ces femmes qui sont censés servir et protéger, se rendent-ils compte que certaines de leurs actions, telles que la récente et pitoyable arrestation musclée d’une dame âgée, ne servent pas la France et encore moins sa population, mais alimentent les nauséabondes manigances d’un régime totalitaire qui n’attend qu’un débordement civil pour se mettre en place.

    Vont-ils enfin entrevoir que les ordres qui leur sont donnés émanent d’un régime aux abois, peuplé de froids esprits prêts à tout pour maintenir leurs ego et leurs séants dans des palais dorés, un groupe de renégats qui usent et abusent d’un pouvoir aujourd’hui devenu illégitime, au détriment des citoyens, et ce par l’entremise d’une poignée de lieutenants sans scrupules, n’hésitant plus à sacrifier autrui pour gravir quelques échelons.

    Gens d’arme et Policiers de France, si vous lisez ces quelques lignes, prenez également le temps d’y réfléchir sérieusement, car le peuple de France aura tôt ou tard besoin de certaines de vos qualités pour se saisir légitimement d’un pouvoir qui lui a été subtilisé depuis des décennies par une caste mortifère. Lorsque l’instant sera venu d’assigner à résidence les traîtres qui squattent les institutions, cheminerez-vous aux côtés de vos familles pour que les clés de la France nous soit rendues sans heurts ni violence, avant que celle-ci ne périclite à jamais ? Ou déciderez-vous de suivre vos maîtres actuels dans leur folie, jusqu’à trépas ?

    M.G.

    • rouletabille rouletabille

      Ils ne font qu’obéir aux ordres et sont payés pour cela,pas de quoi en faire un roman,s’il n’est pas content QU’IL démissionne ou s’engage dans la légion,ils ont des vrais généraux hahah.
      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

  • Natacha Natacha

    Bonsoir les Moutons Enragés … Eveillés …
    Le chaos, ce chaos est celui de nos monstres intimes, celui niché au cœur de nos corps.
    Il y a urgence à revisiter notre intérieur. :)

  • Les sectes font des adeptes parmi les migrants.

    http://fr.sputniknews.com/international/20160219/1021930369/danemark-migrants-temoins-jehovah.html
    En france on a les témoins de Gévéor, ils y sont encore.

  • raf78

    Plutôt que de se taper tous dessus, ils devraient s’unir pour détruire l’Elysée, la bourse de Paris, les sièges sociaux de la Défense, etc… Les cibles ne manquent pas !
    Et ba non, ils continuent à se diviser, à se taper dessus, alors qu’ils sont tous victimes des mêmes bourreaux : le pouvoir politique et économique…
    Bande d’abrutis malgré vous, vous mériterez votre calvaire tant que vous continuerez à dormir et à taper sur de faux ennemis, à vous taper dessus, peuple de France, peuples du monde…
    Toutes ces forces vainement gâchées. Le monde peut bien se péter la figure.
    Ce sont vos problèmes, en ce qui me concerne, la vie est un bonheur quotidien, éphémèrement gâché par la bêtise humaine. sur ce je vais bouffer des crêpes avec mes voisins ! plutôt que de me crêper le chignon avec mes voisins…