Les effets de la méditation validés par les neurosciences…

Inspirées de la pratique des moines bouddhistes, les techniques méditatives agissent sur le fonctionnement et même sur la structure du cerveau, selon de nouvelles études.

Jusqu’à présent, le bénéfice de la méditation sur le vieillissement avait seulement été suggéré par certains travaux de la Nobel de médecine Elizabeth Blackburn. Une large étude américaine, conduite par l’université californienne de Davis sur 100 individus âgés de 24 à 77 ans, vient de fournir un nouvel argument à cette thèse. Révélée par l’imagerie par résonance magnétique (IRM), l’anatomie comparée du cerveau de la moitié d’entre eux pratiquant régulièrement cette discipline a clairement montré une moindre altération de la matière grise que dans l’autre groupe, étranger à la pratique. Selon les auteurs de l’étude, l’intensité de la méditation stimulerait les dendrites (le prolongement filamenteux des neurones servant à conduire l’influx nerveux) et les synapses (la connexion des neurones entre eux). Cette puissante sollicitation cérébrale agirait également sur le stress, délétère pour les cellules. L’équipe a montré que trois mois intensifs de méditation affectaient significativement l’activité des télomérases, enzymes essentielles à la protection contre le vieillissement cellulaire.

En dépit des apparences, yeux clos et position placide, la méditation n’a rien d’une détente. « C’est même tout le contraire qui se produit dans le cerveau », explique le docteur Jean-Gérard Bloch, qui a inauguré il y a trois ans un diplôme « médecine, méditation et neurosciences » à la faculté de médecine de Strasbourg. Il s’agit pour le sujet de se concentrer sur sa « météo intérieure » : les émotions, sensations et pensées qui circulent librement dans son esprit. L’exercice consiste à focaliser son attention sur un objet – sa respiration, une partie de son corps… – sans se laisser distraire par ses pensées ou des stimuli extérieurs. Comme c’est impossible, même pour les pratiquants les mieux entraînés, l’esprit est plus éveillé que jamais pour dompter ce vagabondage cérébral et ramener l’attention sur l’objet de la concentration.

Mieux gérer ses émotions

Pendant cette activité, le cerveau s’échauffe. Sous l’œil d’un IRM fonctionnel, une équipe de l’université Emory d’Atlanta a mis en évidence qu’il sollicitait successivement quatre réseaux neuronaux liés à l’attention : d’abord le cortex sensoriel et moteur, puis le cortex antérieur, puis les régions pariétales, pour finir par le cortex préfrontal, et ainsi de suite pendant toute la durée de la séance. La répétition de ce cycle n’est pas sans conséquences. « Nous avons montré que des exercices intensifs de méditation permettaient de soutenir l’attention et d’améliorer la vigilance cérébrale », explique Antoine Lutz, du Centre Inserm de neurosciences de Lyon, l’un des premiers à avoir mené des travaux d’imagerie sur le cerveau de moines bouddhistes comme Matthieu Ricard. Avec ses collègues de l’université du Wisconsin, il a mis en évidence que le cerveau des méditants expérimentés était capable de traiter des stimuli deux fois plus rapprochés (moins de 300 millisecondes) qu’un cerveau de novice, qui reste le plus souvent scotché à la première sollicitation.

En poussant plus loin leurs investigations, les chercheurs ont découvert que la méditation permettait également de mieux gérer ses émotions, une capacité qui manque aux dépressifs. A l’université de Toronto, des psychologues ont fait pratiquer pendant plusieurs mois des exercices de pleine conscience à des patients qui avaient connu au moins trois dépressions.

« Le risque de rechute a été réduit de près de 40 % et certains praticiens considèrent aujourd’hui que ce traitement est au moins aussi efficace qu’une camisole chimique », rapporte Antoine Lutz.

Car les scientifiques savent désormais mieux ce qui se produit : dans un article publié en 2013 par « Frontiers in Human Neuroscience  », Catherine Kerr, chercheuse à l’université de Providence, explique le rôle d’aiguilleur joué par le thalamus, une structure centrale du cerveau réceptrice des sensations corporelles, dans la distribution de ses informations au cortex : « Le thalamus transmet les sensations en adressant à la zone correspondante du cortex des impulsions électriques –  les ondes alpha – dont la fréquence varie en fonction de l’intensité de la perception. Quand l’esprit se concentre sur une partie du corps, les ondes baissent sur la zone cible et la sensation augmente alors que, partout ailleurs, les ondes alpha augmentent et les sensations baissent. » On peut ainsi apprendre à atténuer la douleur ou à gérer des pensées morbides, comme c’est déjà le cas dans plus de 200 hôpitaux américains.

Compenser la fonte de la matière grise

La nouvelle étude des chercheurs américains sur les changements structurels induits par la méditation suit une série démarrée en 2005 avec les travaux de Sarah Lazar, du Massachusetts General Hospital de Boston.

Elle avait alors remarqué que le tissu cérébral du cortex préfrontal gauche impliqué dans les processus émotionnels s’épaississait chez les pratiquants assidus, au point de compenser chez certains la fonte de la matière grise due au vieillissement. Plus récemment, ses travaux ont également montré chez ceux qui méditent un développement plus important de l’hippocampe (qui joue un rôle de premier plan dans la mémorisation, l’apprentissage, la vigilance et l’adaptation à son environnement), et au contraire un rétrécissement de l’amygdale (qui gère les émotions, en particulier nos réactions de peur et d’anxiété).

Certaines études suggèrent aussi que la méditation ne modifie pas seulement le cerveau, mais agit aussi sur la santé cardiovasculaire, la tension artérielle, l’immunité et même notre génome. Une étude d’Herbert Benson, de l’hôpital général du Massachusetts, a ainsi analysé le profil d’expression des gènes de 26 adultes avant et après une formation à la méditation. Son constat a créé la stupéfaction lors du dernier symposium de « sciences contemplatives » : en quelques semaines d’exercice, l’expression des gènes associés à la sécrétion d’insuline et aux mécanismes d’inflammation a significativement augmenté en même temps que la production de monoxyde d’azote, un gaz vasodilatateur bénéfique au rythme cardiaque.

Une nouvelle discipline universitaire …/…

Lire la suite

Paul Molga
Photo: Le moine bouddhiste tibétain Matthieu Ricard en pleine séance de méditation avec un casque d’électroencéphalographie, à l’Université du Wisconsin
Shodo Harada Roshi – Maître Zen Rinzaï contemporain explique la respiration en Zazen.  Merci à igordk

78 commentaires

  • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

    encore une étude qui va finir par se retourner contre nous (sans doute déjà fait si celle-ci est rendu publique, ça serait intéressant de savoir qui l’a financé)… mieux comprendre les fonctionnements qui participe à notre bien être aboutira à des méthodes pour les inhiber que l’on remplacera par des drogues

    • Balou

      Ceux qui feront ça sont des cerveaux malades. Un cerveau malade fonctionne plus lentement qu’un cerveau sain…http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

    • engel

      Oui bien sûr.

      C’est le coté obscur de notre « science » tournée uniquement vers le « synthétique » permettant l’enrichissement du labo/brevet.
      …A ce niveau là, les ravages seront terrifiants.

    • Darkos

      Ou bien ces chercheurs font de la recherche car ça les intéresse de savoir comment fonctionne le cerveau pendant la méditation. Si les résultats sont prouvés scientifiquement, les autorités peuvent donner cette solution aux personnes souffrant de certaines maladies (et rembourser les séances par la même occasion).
      Mais bon c’est peut être une explication trop simple, c’est plus crédible de penser à des méchants labos qui vont créer des drogues pour vous manipuler…

      • engel

        La crédibilité n’a rien à voir là dedans.
        Tu vis dans quel monde, ou tu le fais exprès?

        Les labos cherche le principe actif naturel (…d’une plante par exemple ou autre..) que pour pouvoir le synthétiser/breveter afin d’en avoir l’exclusivité à la vente.
        ..Il en est de-même pour la bio-chimie neuronale.

  • gnafron

    petite question:

    comment apprendre la méditation, sachant que le prix des stages est démentiel ? http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

    • voltigeur voltigeur

      Suis le lien de la vidéo en fin d’article,
      il donne les bases et sur Dailymotion il y a plusieurs vidéos
      pour suivre le processus de mise en condition :)

    • Zugzwang

      Effectivement, les vidéos du web et aussi les livres ou d’éventuelles connaissances qui la pratique et peuvent te l’enseigner. Je suis pas connaisseur mais j’imagine qu’il existe des sources d’apprentissage, peut-être pas aussi performant qu’un cours organisé certes, mais ça peut-être de bonnes initiations… enfin j’imagine.

      Tu peux aussi regarder des pratiques proches comme par exemple… le tantra ;) En dehors de l’aspect « sexe », il y a aussi tout un aspect « dispositions mentales », « calme », « respiration » et « ressenti de son entourage proche »…

    • Balou

      Krishnamurti – Se libérer du connu
      http://www.jefflemat.fr/autres/90_krishnamurticonnu.pdf

      Krishnamurti – La Revolution du silence
      Durant des decennies, de l’Inde a l’Amerique et a l’Europe, Krishnamurti n’a cesse de denoncer l’illusion de ces «drogues dorees» que sont les religions, les doctrines politiques aussi bien que la consommation materielle, egalement impuissantes a repondre aux besoins spirituels de l’homme. Dans ce livre paru en 1970 et d’une actualite toujours brulante, il nous incite une fois de plus a nous liberer des discours ou des morales preetablis, a ecouter notre silence interieur et celui de la nature. «Ce qui est createur est toujours destructeur», affirmait-il. En menant une critique radicale des formes modernes de l’asservissement, son oeuvre degage des perspectives dont la ruine actuelle des grandes ideologies ne fait que souligner la pertinence.

    • Noiro

      Bonjour.
      Si l’apprentissage de la méditation vous intéresse vraiment, je vous propose de vous renseigner sur la méthode « Vipassana ». Stage entièrement gratuit, basé sur le don volontaire.

      Mon esprit suspicieux se demande si c’est une secte ou bien une réelle réponse.

      Je ne n’ai pas encore trouvé le courage pour tester cette expérience, ou je ne me sens pas prêt.

      https://www.dhamma.org/fr

      Amicalement. =)

    • Graine de piaf Graine de piaf

      @ Gnafron C’est très simple, pas besoin de postures sophistiquées que bien peu d’occidentaux peuvent prendre et garder longtemps.
      Tu t’assieds sur un coussin par terre, jambes croisée si possible, ou sur une chaise confortable, le dos bien droit de préférence et les pieds sur le sol, dans un endroit calme,téléphone fermé. Tu fermes les yeux, tu te concentres sur ta respiration, sans la forcer, simplement tu observes comment entre l’air en toi et comment il sort. Puis en partant des pieds, chacun sont tour et remontant le long des jambes puis du ventre, du thorax jusqu’à la tête, tu essaies de ressentir ce qu’il se passe, s’il y a des tensions à tel ou tel endroit du corps. si tes pensées s’égarent, tu reprends la respiration;
      Inutile de faire cela pendant des heures, au début 5 petites minutes suffisent, puis tu augmentes la durée selon tes disponibilité, 20 mn matin et soir ou seulement une fois par jour permettent déjà de se sentir beaucoup mieux;
      Tu vois rien de compliqué à faire.
      Tu peux aussi mettre une musique douce, qui te plaît en fond sonore, du moment qu’elle ne te gêne pas.

  • Mh17

    @ Gnafron, c’est une discipline à pratiquer, au quotidien. Au début 10 à 15′. Être attentif à soi même, prendre de la distance, se recentrer, se détendre sans s’endormir Dans des livres, tu as de la théorie sur le sujet. Mais pas besoin de payer et encore moins une fortune.

  • gnafron

    merci à Voltigeur et à Mh17

    donc on pourrait apprendre seul, avec bouquin et vidéos ?

    Mh17, peux-tu me conseiller un livre ?

    • utoro

      La méditation ce n’est pas compliqué à comprendre, tu n’as même pas besoin de livre. C’est la pratique qui est difficile à notre époque.

      Pas besoin de posture spéciale, tu peux méditer dans toute les positions que tu veux (à condition que tu ne t’endormes pas…)

      Tu peux méditer en regardant la pluie, un paysage ou même les passants.

      Chacun te donnera sa définition de la méditation mais principalement il s’agit d’une concentration de sa conscience sur soi-même (ou sur elle-même). Donc le plus dur est de ralentir le mental (le flux de pensée ou d’idée qui te passent par la tête) qui te disperse.

      Je te dirais donc de commencer à contrôler ton mental. Laisse passer les pensées, ne t’y attache pas, détends-toi, reste éveillé et concentré. C’est déjà un bon et dur début :-)

      Méditer cela aide beaucoup surtout à se calmer et à être plus clair dans sa tête.

      • Balou

        > Donc le plus dur est de ralentir le mental

        C’est le mental lui-même qui projette cela. C’est toujours l’histoire du serpent qui se mord la queue…http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

        Le verbe méditer est un non sens (Krishnamurti). L’état de méditation survient lorsque toute tentative de contrôle du mental par lui-même a disparu. L’esprit peut alors voir les choses sans aucune déformation.

    • engel

      GNOFRON,

      « Il faut apprendre à marcher avant de courir ».

      On oublie trop souvent que la méditation est le stade AU-DESSUS de la concentration totale.

      LA MÉDITATION EST LE LÂCHÉ PRISE SEULEMENT APRÈS AVOIR MAÎTRISÉ PARFAITEMENT LA CONCENTRATION !!!

      …Et déjà maîtriser la concentration te demandera quelques (dizaines?)années.

      Patience et persévérance sont les deux valeurs indispensables.
      La technique est totalement subsidiaire.
      Car, des techniques pour atteindre cette concentration, tu en trouveras une multitude dans les livres.
      Ce que certains appellent la « voie ».
      Ce n’est qu’un support didactique qui te guidera vers ton « toi véritable », que tu dépasseras afin de découvrir le « rien qui est tout ».
      …Bon Courage!
      Le plus dur dans cette histoire c’est de trouver la voie qui va te corresponde.
      Si tu es occidental ayant reçu une éducation à l’occidentale, avec ses codes éducatifs forts différents des orientaux, alors il faudra te méfier des « packagings tout en un » à l’oriental.
      Leurs méthodologie est souvent difficile à appliquer par nous, européens.
      ..En clair nous singeons, mais très peu s’élèvent réellement…Mais encore moins le reconnaissent!!!

      Voilà, je t’ai mis en garde sur le sujet.

      Malgré tout, je t’encourage vivement à continuer ta recherche. Car au-delà de la technique, les résultats sont rapides à condition d’être vrai avec soi-même et en toute chose.
      Vaste programme…

      Bien à toi.

      PS:La concentration cherche à dominer le « petit singe fou » qui squatte dans ton cerveau.
      Celui qui sautent de branches en branches que sont tes idées.
      La première chose à faire, est d’en prendre conscience.

      Attention il est aussi malicieux que toi!
      …Vu que c’est toi. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

      • Balou

        La concentration est à peu près l’inverse de la méditation.
        Etre pleinement attentif à ce qui se passe à l’intérieur comme à l’extérieur, c’est cela la méditation. La concentration se focalise sur un objet défini (tiens donc, par qui ?) alors que la vie est un mouvement perpétuel.

    • Mh17

      Avec plaisir, Gnafron!
      Comme dit ci-avant & ci-après, c’est la pratique qui « fait » le méditant.
      Pour se lancer, un ouvrage simple mais très efficace, de Christophe André, « méditer jour après jour ». Il s’accompagne d’un cd & de 24 leçons pour « vivre en pleine conscience » & répondre aux questions de base, relatives à concentration, respiration, attention, intention, lâcher-prise.
      Bonnes expériences…

  • Planete bleu Planete bleu

    Pour ceux que sa intéresse

    Nous avons tous du magnétisme

    Magnétisez un citron pour tester votre magnétisme

    http://www.net-voyance.fr/magnetiseur/magnetiser-un-citron.html

    Moi je fais ce teste depuis une semaine et le citron commence à changer d’aspect, mais pas de la même façon que dans le site nommer, mais comme la expliquer une magnétiseuse dans une vidéo
    Je met le citron au centre de ma main droite et je le recouvre de ma main gauche. Je fais le vide en moi et pendant 10 minutes je répète cette phrase dans ma tête: Mon magnétisme pétrifie ce citron et à la fin je souffle dessus. Je le fait 2 fois par jour, matin et soir. Quand je le fait je sens de la chaleur au centre de mes paumes et parfois des fourmillements au niveau des doigts. D’après la magnétiseuse, il faut 15 jours à un mois pour arriver à pétrifier un citron quand on débute.
    Ce qui est étonnant, c’est que depuis que je m’entraîne à faire fonctionner mon magnétisme, mon pendule bouge, avant je n’y arrivait pas.

  • Baltazar Baltazar

    J’aimerais voir un curé en prière avec des électrodes et un détecteur de mensonge pour rigoler un peu .

    • engel

      Tous les ordres qu’ils soient occidentaux ou orientaux ont leurs brebis galeuses.
      …Mais l’occident n’a pas attendu l’orient pour méditer!
      Cela s’appelle « la prière vraie », celle que pratique les justes!

      Et pour les occidentaux qui aiment les clichés RÉDUCTEURS: Celle des moines chrétiens ou autres pratiquants les lieux d’ermitage, ou pas…

      • Balou

        Krishnamurti soulignait que la religion n’a rien à voir avec l’esprit religieux.

      • engel

        Oui, pour celui qui appréhende la différence!
        Mais, un n’empêche pas l’autre.
        …C’est le dévoiement qui crée le schisme.

      • Balou

        La religion est composée de doctrines et de croyances. Elle n’amène pas à l’expérience.

      • engel

        Ce que tu affirmes est déjà une religion, mais tu ne le sais pas.

        « ..petit scarabée deviendra grand. » http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

      • Balou

        Ce n’est pas une religion mais une constatation!..http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

      • engel

        J’ai bien compris que pour toi:
        Religion = croyances(erronées).

        Mais pour constater(comme tu le dis ci-dessus), il faut expérimenter. Si non, c’est une croyance!
        ..Croyance qui n’est que le fruit d’un enseignement verbal ou écrit.

        Alors, as-tu expérimenté ce tu affirmes?
        D’autant, que seul un dieu peut savoir ce qui le relie à lui.

        Il est vrai que pour un véritable bouddhiste, Dieu ou les dieux, ou les esprits sont accessoires,… sans importance dans sa quette de délivrance.
        …Mais il ne nie pas leurs existences. Il ne s’en soucie pas (grosse différence!).

        Mais comme je le disais nous ne sommes pas eux. Et nous en tant qu’occidentales avons une autre culture. Et certains ont besoin de cette voie pour parvenir à s’élever.
        Où est le mal? Et pourquoi s’acharner à détruire les croyances d’autrui? Surtout à partir du moment où elle prône l’amour universelle.

        Il serait intéressant que tu regardes les quatre types de yogas indiens. Tu verrais que le champs des recherche est immense pour pratiquer une « religion ».

        En espérant n’être pas trop saoulant; mais le sujet est si vaste…

        Bien à toi.

      • Balou

        Bonsoir Engel,

        Comme tu dis le sujet est si vaste…
        Je préfère te renvoyer vers un texte d’un auteur que j’approuve sans réserve, ayant expérimenté sans le chercher ce dont il parle à travers ses livres, quelques années avant de savoir qu’il existait et de le lire. Je n’ai rien à ajouter, il est plus clair que je ne pourrai jamais l’être avec les mots. Inutile de réinventer la roue…

        J’écris beaucoup mais plus dans le domaine technique, cartésien. J’ai beaucoup de difficulté à exprimer par écrit ce que je ressens même si parfois j’y arrive. Je ne suis pas un orateur. Je me sens beaucoup plus à l’aise avec la musique (sans paroles le plus souvent).

        Voici donc un chapitre de « l’éveil de l’intelligence » de Krishnamurti. Le dernier chapitre, qui retranscrit un entretien qu’il a eu avec le professeur de physique Davis Bohm en 1972.

        GRANDE-BRETAGNE
        XI. — CONVERSATION ENTRE :
        J. KRISHNAMURTI ET LE PROFESSEUR DAVID
        BOHM (4)

        L’intelligence
        La pensée est du même ordre que le temps ; l’intelligence est d’un autre ordre, d’une autre qualité. L’intelligence est-elle liée à la pensée? Le cerveau instrument de l’intelligence ; la pensée indicatrice. La pensée et non l’intelligence conduit le monde. Problème de la pensée et de l’éveil de l’intelligence. L’intelligence agissant dans un cadre limité peut servir à des buts profondément inintelligents. La matière, la pensée, l’intelligence ont une source commune, sont une seule et même énergie ; pourquoi y a-t-il eu division? Sécurité et survie: la pensée incapable d’envisager la mort de façon adéquate. « L’esprit peut-il conserver la pureté de sa source originelle?» Le problème de l’apaisement de la pensée. Pénétration, la perception de la totalité est nécessaire. Communication sans intervention de l’esprit conscient.

        D. BOHM : S’agissant de l’intelligence, j’aime toujours m’assurer de l’origine d’un mot aussi bien que de son sens. Ici, c’est très intéressant ; ce mot vient de inter et de legere, et signifie « lire entre ». Il apparaît donc que l’on pourrait considérer la pensée comme les renseignements tirés d’un livre, et qu’il incombe à l’intelligence de lire, de dégager le sens. Ceci, me semble-t-il, nous donne une assez bonne idée de l’intelligence.

        KRISHNAMURTI : Lire entre les lignes.

        D. BOHM : Oui, voir ce que cela signifie. Le dictionnaire donne un autre sens qui peut aussi nous intéresser, à savoir: « éveil mental ».

        KRISHNAMURTI : Oui. Vigilance mentale.

        D. BOHM : Tout ceci est très différent de ce qu’entendent les gens quand ils se proposent de mesurer l’intelligence. D’après bien des choses que vous dites, l’intelligence, pour vous, n’est pas la pensée. Vous dites que celle-ci fonctionne dans le cerveau ancien ; c’est un processus physique, électrochimique ; il a été amplement établi par la science que toute pensée est un processus physique et chimique. Nous pourrions peut-être avancer que l’intelligence n’est pas du même ordre, n’est pas du tout de l’ordre du temps.

        KRISHNAMURTI : L’intelligence.

        D. BOHM : L’intelligence lit « entre les lignes » de la pensée, elle en aperçoit le sens. Il y a encore un point à éclaircir avant d’aborder notre problème ; si vous posez que la pensée est physique, alors l’esprit ou l’intelligence, nommez-le comme vous le voulez, paraît être différent, appartenir à un autre ordre. Iriez-vous jusqu’à dire qu’il y a une différence réelle entre le physique et l’intelligence?

        (4) David BOHM, professeur de physique théorique au Birkbeck College, London University ; auteur de Causality and Chance In Modern Physics, Quantum Theory, The Special Theory of Relativity.

        Page 325

        KRISHNAMURTI : Oui. Disons-nous que la pensée est matière? Exprimons la chose autrement.

        D. BOHM : La matière? Je dirais plutôt un processus matériel

        KRISHNAMURTI : D’accord ; la pensée est un processus matériel, et quel est son
        rapport avec l’intelligence? L’intelligence est-elle un produit de la pensée?

        D. BOHM : Je crois que nous pouvons admettre qu’elle ne l’est pas.

        KRISHNAMURTI : Pourquoi l’admettre?

        D. BOHM : Simplement parce que la pensée est mécanique.

        KRISHNAMURTI : La pensée est mécanique, d’accord.

        D. BOHM : L’intelligence ne l’est pas.

        KRISHNAMURTI : Ainsi, la pensée est mesurable ; l’intelligence ne l’est pas. Et comment cette intelligence prend-elle naissance? Si la pensée n’a aucun rapport avec l’intelligence, la cessation de la pensée est-elle l’éveil de l’intelligence? Ou bien cette intelligence, étant indépendante de la pensée, du temps, existerait-elle toujours?

        D. BOHM : Ceci soulève beaucoup de questions épineuses.

        KRISHNAMURTI : Je le sais bien.

        D. BOHM : Je voudrais établir tout ceci dans un cadre de pensée que l’on pourrait relier aux idées scientifiques prévalentes.

        KRISHNAMURTI : Oui.

        D. BOHM : Pour démontrer qu’il y a accord ou non. Vous dites donc que l’intelligence pourrait exister toujours – est-ce une chose qui existe toujours?

        KRISHNAMURTI : Je le demande – est-ce une chose qui existe toujours?

        D. BOHM : Cela pourrait être ou non. Ou encore, il est possible que quelque chose intervienne pour faire obstacle à l’intelligence.

        KRISHNAMURTI : Voyez-vous, les hindous ont une théorie selon laquelle l’intelligence, ou brahman, existe toujours mais qu’elle est voilée par l’illusion, la matière, la stupidité, par toutes sortes de facteurs malfaisants, créations de la pensée. Je ne sais pas si vous êtes prêt à aller jusque-là.

        D. BOHM : A tout prendre, oui ; mais nous ne voyons pas vraiment l’existence éternelle de l’intelligence.

        KRISHNAMURTI : Ils disent: en éliminant tout cela, cette chose est là. Ils admettent qu’elle a toujours existé.

        D. BOHM : C’est dans le mot « toujours » que réside la difficulté.

        KRISHNAMURTI : Oui.

        D. BOHM : Parce que le mot « toujours » implique l’idée de temps.

        KRISHNAMURTI : Très juste.

        D. BOHM : C’est là la difficulté. Le temps est pensée – j’aimerais mieux dire que la pensée est de l’ordre du temps, ou peut-être le contraire, que le temps est de l’ordre de la pensée. Autrement dit, la pensée a inventé le temps, en fait elle est le temps. A mon sens, la pensée peut survoler la totalité du temps en un instant ; mais, par ailleurs, la pensée change d’instant en instant sans que l’on remarque qu’elle change physiquement – c’est-à-dire, pour des raisons physiques.

        KRISHNAMURTI : Oui.

        D. BOHM : Pas pour des raisons rationnelles.

        page 326

        Suite : https://kimetclairencharoulette.files.wordpress.com/2014/12/krishnamurti-1974-leveil-de-lintelligence.pdf

        Bonne lecture

      • engel

        Trop compliqué pour moi,… j’suis donc sans avis.
        Mais pourquoi pas,.. pour ceux qui comprennent.

        Pour moi qui est beaucoup cherché et peu trouvé, ma voie serait plutôt la simplicité du zen(j’ai pas écrit « facilité »!).
        Faut aussi dire que je suis un piètre pratiquant, mais heureusement, je le sais.
        ..Et c’est bien la seule chose que je sois sûr. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif

      • engel

        Après recherche:
        Selon KRISHNAMURTI sa conviction était que:
        – « ni les religions, ni l’ATHEISME, ni les idéologies politiques ne seraient capables de produire, puisque, selon lui, elles ne font que perpétuer les conditionnements ».

        Et bien voilà, tu vois que le Mr dit aussi que croire à la non existence de dieu (athéisme) est aussi une religion dans le sens restrictif du terme.

        Ref: https://fr.wikipedia.org/wiki/Jiddu_Krishnamurti

      • Balou

        Je suis tenté de dire qu’on ne trouve que quand on a cessé de chercher. Ce qu’on trouve alors est totalement inattendu car il n’est pas imaginable, n’étant pas le fruit de la pensée. On peut appeler ça intelligence, brahman, esprit ou ce qu’on veut, le mot n’est pas la chose. L’important je suppose à travers les mots, est de comprendre ce qu’il y a derrière, non seulement leur sens original mais surtout ce que veut dire celui qui les emploie. Chaque mot est un symbole, une image gravée dans notre mémoire, qui est alors remplacée par l’image qu’en a l’autre lorsqu’il l’utilise. On capte alors l’image sans penser le mot.

        Mais d’abord il vaut mieux se mettre sur la même longueur d’onde…http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

      • Balou

        > Et bien voilà, tu vois que le Mr dit aussi que croire à la non existence de dieu (athéisme) est aussi une religion dans le sens restrictif du terme.

        Oui, c’est croire. Croire que ceci est vrai ou croire que cela n’est pas vrai, ça reste croire. Nous avons des croyances que nous avons hérité de nos parents, de notre environnement. Elles nous conditionnent alors qu’une croyance ne repose sur rien de mesurable ou vérifiable. Les croyances obscurcissent notre vision. Elles la déforment.

  • tjrsaucourant

    La méditation, c’est une ATTENTION permanente et maximum. C’est différent de la concentration.

    Ça se fait au quotidien, pendant nos interactions avec le monde, ou assis et dans ce cas l’attention est portée uniquement sur ce qui se passe dans le cerveau. L’idée étant de ne pas alimenter les idées ou émotions qui vous traversent, de les laisser partir. Et on ne se juge pas, on ne refoule pas.

    C’est tout ! mais c’est énorme au niveau volonté.

    Si vous voulez vivre plus longtemps, certains yogi disent que le lien avec la vitesse de respiration est crucial. Plus c’est lent, plus on vit longtemps.( cf la tortue )à confirmer.http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif

    • engel

      La méditation, c’est l’absence de tout, afin d’être prêt à recevoir tout.

      Ce concentrer, c’est déjà « agir », c’est déjà être « archi-plein ».

      Donc, il est totalement faux d’associer méditation(l’art du vide) à concentration.

      Là est toute la dualité du Zen.
      Zen, qui avec ses koans tente de réveiller(satori) celui qui est dans l’illusion.

  • Bonjour les amis http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

    la méditation c’est pas quelque chose de bien compliquer, c’est poser son esprit sur le moment présent..C’est pas se concentrer, c’est juste se poser un instant. On fixe « la vue » vers son intérieur son SOIS..Le but n’est pas de faire le vide, d’ailleurs c’est impossible, c’est comme vouloir arrêter une chute d’eau (le flot de vos pensées). Vous devez fixer votre attention sur un objet, et laisser couler le flots de vos pensées, vous ne devez pas « les capturer », on ne conceptualisent plus. On laisse les choses telles quelles sont dans leur pureté originelle…Comme un enfant qui admire une peinture, il la voie pour ce qu’elle est sans conceptualiser.

    Méditer, c’est remonter à la racine de nos souffrances, les comprendre et ne plus en être dépendant…Sonder son âme au début c’est un peu comme rentrer dans une pièce où il ferai tout noir et se cogner sur tout les meubles, à force la lumière se fait, et vous commencer à y distinguer les meubles. (vos souffrances).

    Votre âme est comme un joyaux recouvert de boue, et au fil des méditations, vous enlever chaque fois un peu de cette boue…

    Il y a une seule chose au début qu’il faut apprendre, c’est la position en sept points (position du lotus) C’est la position correct pour avoir une bonne méditation..Le reste vous l’apprendrez de vous même par l’expérience direct..

    Vous allez découvrir le moi profond et à vivre dans le monde phénoménale (le monde qui nous entoure)mais à le voir tel qu’il est..

    Comme lecture pour les débutants, je conseil toujours :
    -Bonheur de la méditation de Yongey Mingyour Rinpotche
    -ou bonheur de la sagesse du même auteur.
    http://tinyurl.com/nvna6kw

    Les ouvrages de Matthieu Ricard moine bouddhiste français, sont très bien aussi.

    Sinon on a un sujet où on y a développer les principes de bases, c’est très instructif :
    http://tinyurl.com/ouptpcx

    Akasha.

    • engel

      la méditation c’est pas quelque chose de bien compliquer »

      Oui, c’est comme courir un 100 mètres en moins de 10′.
      …Il suffit de mettre un pieds devant l’autre.
      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

      • Balou

        …sans l’esprit de compétition…

      • C’est une concept qui est inné en nous depuis toujours mais que la société matérialiste nous a fait perdre…Il n’y a pas que dans les cultures asiatiques que l’on médite volontiers depuis des siècles. En Égypte antique la méditation était déjà très répandue, ainsi que dans les cultures proto-sumériennes..On retrouve aussi des concept de concentration, contemplation et de méditation profonde chez les inca et cultures pré colombienne. Au fait on en retrouve dans le monde entier, avec la même imagerie basé sur les chakras, et l’illumination..

        En Europe aussi on pouvaient en retrouver, même sur le tard, comme chez les cathares, toujours avec ces principes basé sur les chakras et leurs évolution qui mène à l’illumination…même dans nos cathédrales justement dans la symbolisme on retrouve chakras, et glande pinéale, qui est le 3ème œil.

        Selon son évolution et champs de conscience déterminé par rapport à nos vies antérieurs, on aura plus ou moins de dispositions à la méditation. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif

        Akasha.

      • engel

        La course à pieds est pratiqué partout depuis toujours. Mais c’est pas pour autant que beaucoup arrivent à descendre sous les 10 secondes au 100métres. Et pourtant il suffit de mettre un pied devant l’autre…

        Beaucoup de disciples, mais peu d’éveillés.

      • Être sur la voie du milieu, c’est déjà une bonne chose, car pour l’illumination, il y a beaucoup de candidats et peu d’élu. Cela dépend de ces vies antérieurs, de son champs de compréhension. Il n’y a pas d’illumination sans avoir monté son serpent Kundalini.

        Orné

  • Michele

    Pourquoi vouloir faire comme les bouddhistes, il y a d’autres façons de méditer qui fonctionnent très bien, et où il ne faut pas se planquer dans un coin, faire des noeuds dans ses jambes et son cul par terre
    En Argentine, avec le tango zen, non seulement ils bougent, mais les effets de la danse sont pareils à ceux d’une méditation http://www.tangozen.com/index_fr.html

    • Balou

      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif
      La méditation n’implique aucune posture. Prétendre le contraire est une imposture.

      • Michele

        c’était une image

      • engel

        Les postures prescrites ne le soient que pour faciliter la respiration primordiale et les flux vitaux.
        Elles peuvent être statiques, dynamiques ou inexistantes! Mais alors là, le cérébrale devra-être d’une puissance, mais vraiment d’une puissance…

      • Balou

        Il suffit juste de se mettre à l’aise physiquement. Sinon le corps se rappelle à mon souvenir et me disturbe…http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

      • Michele

        les postures sont peut-être adéquates pour quelque chose comme tu dis, mais ceux qui font ça depuis des générations ont le physique pour, beaucoup de « blancs » n’ont pas ce physique et il leur en coute de se mettre dans ces positions
        Les asiatiques vivent comme ça, ils sont à terre bien plus souvent que nous et sur des sols naturels qui permettent de recevoir les énergies de la terre
        Faire ça en europe sur un sol isolé de la terre ne sert strictement à rien, sauf si on le fait dehors
        Mais de là à dire qu’il n’y a qu’eux qui savent comment méditer n’a pas de sens
        Moi je médite en créant et pas en me faisant mal par terre et ça marche très bien

      • engel

        oui, c’est bien ce que je disais…

      • mmmh je ne suis pas d’accord, il y a une différence entre une séance de méditation formel et une séance de contemplation..

        Se sont des techniques ancestrale qui ont été mis en place exprès pour nous facilité la tâche, elle ont une raison d’être..Maintenant c’est assez souple, c’est pas stricte non plus, il y a assez de variantes pour que tous y trouvent celle qui lui convient. Il n’y a aucune imposture là dedans, ils existent assez d’imposture new âge sans devoir encore en rajouter^^

        C’est comme des techniques de méditations, ils en existent beaucoup, il est dit que Bouddha en a inventer plus de milles pour que chacun de ces disciples en trouvent une qui lui convient.

        Akasha.

      • Balou

        je vous invite à lire « La révolution du silence » et après on en reparle si vous le souhaitez.

      • Oki ça marche, je ne l’ai pas encore lu, merci :)

        J’aime beaucoup se qu’a écrit et pu dire Krishnamurti, mais ce qu’il dénonce surtout, c’est une certaine forme de dogmatisme, mais pas nécessairement la pratique en elle même…Il dit aussi que la clé est en nous, et d’écouté notre FOi antérieur et non les discourt pré-établi et de vivre en osmose avec la nature.

        Akasha.

      • Balou

        Il pose plus de questions qu’il ne donne de réponses mais ses questions éveillent car elles poussent le lecteur à s’interroger lui-même. Il faut le lire sans être dérangé, pleinement présent, pour comprendre ce dont il parle sans perdre le fil.

      • C’est ce que j’aime chez lui, ou d’autre grand maître asiatique. Cez-eux ils ne vous mâche pas le travaille justement, c’est pas du tout cuit…C’est à vous à faire le boulot, eut, ils vous aiguilles simplement…C’est justement selon moi ce qui fait la différence entre un grand maître ou un gourou..http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

        Akasha.

      • Balou

        > C’est ce que j’aime chez lui, ou d’autre grand maître asiatique

        Il a toujours refusé d’être considéré comme un gourou ou comme le dieu vivant que beaucoup voulaient faire de lui. Il n’acceptait aucune gratification ou étiquette et démontrait pourquoi la recherche de celle-ci alimente l’illusion de la pensée.

    • engel

      ..Une forme de Taï-chi.
      Oui pourquoi pas, si cela correspond à sa culture personnelle.
      …A chaqu’un sa voie.

      Mais la voie n’est pas le voyage et encore moins la destination.

  • Ukubi13

    Tout ça n’a rien de nouveau, on revient à nos origines et savoirs perdus (ah l’inquisition et la science..). C’est toujours le même constat un peu débile : tant que je ne le mesure/prouve pas avec mes petits outils scientifiques ça n’existe pas, c’est de l’hérésie! La science commence à rejoindre les anciens textes c’est bien, mais bon autant regarder direct dans les livres ça va plus vite.

    Si vous êtes un chercheur de vérité je vous conseille de vous intéresser à Edgar cayce qui parle notamment de la méditation et des méthodes naturelles de guérison (importance des glandes endocrines, de l’ouverture des chakras). Cet homme a vécu dans la première moitié du 20eme, il était un fermier illettré qui devenait medium/guérisseur en état d’hypnose et a beaucoup influencé les idées New Age et autres mouvements sans qu’on le sache finalement. Il nous parle de la réincarnation, de nos pouvoirs psi (accessible à tous), des religions, des anciennes civilisations (Lémurie et Atlandide),… tout ça forme un tout dans les lectures de Cayce (le tome1 de Dorothée Koechlin de Bizemont « l’univers d’Edgar Cayce » est une bonne entrée en matière)