Sans argent, il mange bio tous les jours et souhaite réaliser un projet fou

benjamin_vit_sans_argent_mange_100_bio_et_veut_construire_un_ecovillage_avec_0_euro

Peut-on vivre sans argent ? Cette idée un peu folle est le quotidien de Benjamin qui expérimente tous les jours le bonheur de la simplicité.

Vivre sans argent

Benjamin Lesage n’est pas un simple rêveur aux idées plein la tête. À la suite de réflexions profondes sur la société, il a décidé de vivre sans argent et a commencé son aventure en parcourant la moitié du globe en faisant du stop. Après coup, ce jeune homme d’une trentaine d’années s’est installé avec sa compagne près de Mirepoix dans le sud de la France chez un ancien agriculteur qui l’héberge en contrepartie de travail sans rémunération. Ainsi, il mange bio tous les jours gratuitement et a la tête bien pleine.

Dans le mini documentaire qui suit, réalisé par Zango, Benjamin explique son quotidien dans lequel l’argent est banni et le don sacralisé. Il défend l’idée que lorsqu’on ne possède presque rien, on peut s’en sortir, et souvent mieux que lorsqu’on possède beaucoup d’argent, d’objets ou de choses superficielles. C’est son point de vue. Sans possession, il se sent libre.

Concevoir un village écologique et autosuffisant

À la suite de son expérience et son observation du monde lui est venu l’idée pour laquelle il consacre une importante partie de son énergie. Eotopia est le concept d’un écovillage basé sur l’économie du don. Actuellement à la recherche d’un terrain, il espère à terme y faire vivre une centaine de personnes.

Au fond de lui-même, Benjamin a encore une vague idée du résultat que pourrait donner Eotopia, mais il se bat tous les jours pour que le projet naissent en insistant sur le fait qu’il restera ouvert aux écoles, aux scientifiques ou à n’importe quelle personne s’intéressant à la sobriété heureuse. La philosophie du projet veut que celui-ci soit biologique et vegan.

“La seule chose qu’on demande, c’est qu’on ait le droit de le faire.” Ce qu’il espère avant tout, c’est que les collectivités locales laissent son projet éclore, tel un laboratoire ouvert à de nouvelles expériences.

Utopie ou réelle alternative, le projet Eotopia se concrétise de jour en jour.

Source+vidéo sur Bioalaune.com

 

25 commentaires

  • dereco

    L’agriculteur bio et tout son projet va avoir le fisc sur le dos pour travail au noir !!!!! et pleins calculs pour savoir combien d’argent valent les dons !!!!
    L’utopie bien réelle a le fisc sur le dos vite !!

  • pour le terrain, va falloir qu’il l’achète et si il l’a gratuitement, ils trouveront toujours quelques chose contre lui si il fait trop de bruit dans les médias, ce qui (normalement) ne devrait pas arriver …grâce à la chape de plomb.

  • Dubitatif

    il porte bien son nom « Lesage »

  • parousnik

    Bravo… mais c’est une expérience qui ne peut durer très longtemps vu que la société est cadenassé. J’ai fait cette expérience il y a des années maintenant mais il y a beaucoup d’imprévus dans une vie… et on ne peut pas résoudre tous ces imprévus par les dons et la générosité d’autrui à vie. Quelqu’un paie forcement quelque part. Le meilleur deal est tenter de vivre avec un minimum de fric. A moins de partir sur une ile déserte qui n’appartient à personne… ni à aucun pays… Même si quelqu’un lui offre un terrain… il y aura des impôts à payer…et le percepteur n’acceptera que du fric… Mais c’est une expérience très enrichissante… bon vent.

  • yoodstellar

    Oui….C’est bien pour lui ! car en résumé, il peut le faire parce qu’il y a des gens qui sont accrochés au système ! donc, lui peut profiter des gens qui sont accrochés. L’agriculteur chez lequel il est hébergé ne peut pas lui faire la même chose ! s’il décidait du jour au lendemain de ne plus payer ses impôts, le système lui prendrait rapidement tout ce qu’il a ! et du coup ce monsieur Lesage se retrouverait sans rien…..Mais ! par contre ! il pourrait aller « parasiter » quelqu’un d’autre.

    Moi aussi, je peux le faire si on m’héberge, on me nourris et on me donne ce dont j’ai besoin. Pour vivre, on n’a pas besoin d’argent mais de nourriture et d’eau….Je pourrais même voyager sans dépenser un copek si on m’offre généreusement des billets d’avions pour que j’aille vivre chez les autres (qui sont au crochet du système)….

    Je ne dis pas que sa façon de faire n’est pas bonne ! (c’est plutôt finement malin de sa part je dirais), je dis simplement qu’il faudrait dans l’absolu que tout le monde adopte la même attitude ! y compris les oligarques des stratosphères ! en résumé….briser ce « système de merde » dans lequel nous sommes installé.

    L’entraide, le don de soi, le partage, etc…je suis totalement pour ! vivre sans argent ça serait sérieusement idéal ! pas de jalousie de son voisin, je t’aide à construire, tu m’aides à faire pareil, je cultive je te donne ce que j’ai que tu n’as pas et réciproquement et peu importe la quantité….Si j’ai 10 enfants à nourrir, ça ne me dérange pas de te donner davantage, car j’en ai que 4 et l’autre voisin 2 etc….pas de rapport d’égalité ou de valeur absolue qu’on propose avec l’argent….Plus de pression de rentabilité, je bosse pour moi, ma famille et pour nous tous ! mes frères etc….

    Fort probable que ce monsieur se construise aussi un CV grandeur nature…..Je profite de la vie ainsi, puis plus tard j’écris un bouquin et je construis une communauté (ce qu’il aimerait faire), avec de généreux donateurs et qu’il vive ainsi, mais cette fois avec de l’argent….

    Il y a d’autres exemples dans son cas ! il n’est pas unique…Enfin c’est bien quand même….il profite à sa façon…le temps de cette courte vie sur terre ! Si spirituellement il est au top ! il profitera encore mieux et éternellement, après cette vie ici bas….

    Vous pouvez critiquer, commenter ou pas mes propos, être pour ou contre ma façon de voir; j’ai simplement donné ma pensée sur cet article….et puis je ne suis pas dans le conflit….Si des personnes ne sont pas d’accord avec mon point de vu, je respecte leur position !

    A +++

    • bonjour

      ++++++++++++++++avec votre commentaire

      Nous sommes mon épouse et moi même locataire de la planète terre…6000 m2 carré de terrain qui appartient aux générations futures….nos charges se montent à 187 euros à 2 ….nous pouvons loger 2 à 3 personnes supplémentaires afin de réduire ces charges de moitié….pour nous joindre : **********

      Modération Volti:
      Envois moi tes coordonnées et je les
      donnerais si on me les demande.
      Pas de coordonnées en public (pour ta protection et ta tranquillité)
      et contrôle ton numéro tu as mis 13 chiffres :)

  • tuile

    Je vais tout de suite calmer les ardeurs de nos moutons en quête de liberté. Déjà, en France, rien n’est simple :

    Vous voulez acheter un terrain agricole?

    Préparez-vous tout de suite à raquer 10% en frais de notaire… (dont 75% de taxes)

    …haah pas d’inquiétude; ce n’est que le début ! bêêh bêêêh

    C’est la où les emmerdes commencent : LE DROIT DE PRÉEMPTION !
    Dans un délai idéal de 2 mois, (sur le papier.. pour moi c’était 5mois) il y’a les proprios des terrains adjacents qui peuvent préempter, (normal me direz vous) mais il y a aussi la SAFER qui peux préempter et ce pour n’importe quelle surface et cerise sur le gâteau : depuis octobre 2014 une loi autorise la préemption même pour les parcelles de forêt !

    Les petits malins vont me rétorquer : « pas grave, fait une donation avec le proprio et paye le en cash »
    Et bien mes amis; un jeune politicard UMP (je ne trouve plus l’article sur le net) est en train de plancher sur un projet de loi pour limiter la donation uniquement dans le cadre familial ? Qu’ils se disent libéraux hein?!

    Je reviens à la SAFER : Cet organisme est infiltré par la FNSEA/JA donc nos ‘zamis agriculteur qui se vantent de « nourrirlapopulation » sont les premiers à vous empêcher d’acquérir un terrain…

    Ces derniers (électeurs ump) qui détruisent les pêches d’espagne lors de descentes/manifs à la frontiere pour artificiellement garder les prix à la hausse. Alors qu’ils votent pour un parti « libréchangiste »

    Je ne vous parle même pas de l’autorisation d’exploiter, ou de l’obligation de « cotisation solidaire » à la MSA : en gros; raquer 1000€ par an pour ne rien avoir en retour.. Voilà ce que vous avez si vous voulez faire de la perma… Alors qu’un gros céréalier touche 300€ de PAC à l’hectare…

    Et dire que certains pensent qu’ils vivent dans un pays libéral hahahah
    150€ annuel par contribuable pour subventionner des agriculteurs qui font moins de 1kg de maïs au mètre carré.. culture exigeante en irrigation et en intrants… qui pousse en 6mois…

    Ne me dites jamais que c’est de l’agriculture « intensive » par pitié.

    • J773

      +1 http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif
      Tout est dit…

    • verisheep

      Je confirme ce que tu dis, c’est vrai… pour la France!
      Il y a d’autres pays ou acheter de la terre est simple, abordable et où on ne paye ni impôt foncier, ni taxe d’habitation, ni autorisation d’exploiter.

    • tuile

      J’ai retrouvé un des atricles en question à propos de la préemption sur donation, mais j’ai plus le lien sur le couillon ump qui veut pondre la loi.

      http://www.revenuagricole.fr/focus-gestion/memos-gestion/foncier-et-droit-rural/21896-la-safer-pourrait-preempter-des-donations

      La France n’est en rien un pays « ûùlrtrâlibérâl » c’est un bordel sovietoïde où les petites entreprises raquent à mort tandis que des nantis (syndicats, mutuelles-mafieuses, formateurs conventionnés, cac40, presse-subventionée, notables tamponne-papiers, cultureux boostés aux aides publiques) se goinfrent

      Hah tiens, je vais encore balancer une anecdote :

      quand bien même vous voulez avoir de l’expérience dans le domaine agricole : bonne chance pour trouver du boulot, dans l’est de la France à ce que je constate; un nombre enorme de maraîchers font appel à des travailleurs roumains/polaks détachés, ils peuvent donc gratter les charges sociales et aussi faire payer l’hébergement dans leur énormes dépendances (facile de classer les annexes en constructible au cadastre pour un pécord hein! merci M. le maire)

      Alors que des tas de jeunes chômeurs plein d’energie se roulent les pouces désespérément, ces ordures font venir des mecs qui habitent de l’autre côté du continent pour la saison (qui ont en + déjà un boulot chez eux)

  • Spike636

    Oué, en gros il vit simplement au crochet d’une personne qui elle, est obligé de vivre avec de l’argent comme n’importe qui.
    En France, absolument personne sans exception ne peut vivre sans argent. Mêmes les SDF en ont besoin pour survivre, d’où la mendicité.
    Ce type là ne m’inspire aucune crédibilité.
    Rien de plus qu’un beau parleur qui profite du travail des autres.

  • Organic

    Assez d’accord avec vos commentaires. Cela laisse penser qu’on peut vivre en autonomie, mais l’autonomie passe souvent pas un investissement au départ.

    J’ai rencontré un gars il y a quelques temps, pour qui l’autonomie était un objectif de vie. Il faisait son potager, avait des panneaux sur sa caravane, un petit bois pour faire son bois et se chauffer l’hiver. Seul hic : le terrain. Il appartenait à sont père, qui l’avait acheté. Et ce gars touchait également le RSA, « qui lui suffisait pour mettre de l’essence dans sa voiture ».

    Je trouve que l’idée d’autonomie, poussée à son extrème, est parfois trompeuse. Que les autonomistes aient cet objectif, je le respecte et suis pour, mais qu’ils participent tout de même à l’effort commun! Car ils auront besoin un jour ou l’autre d’emprunter les routes que les impots payent, ou bénéficieront d’un service médical.. Sortir du système, ok, mais dans ce cas totalement, et accepter de ne pas toucher un RSA me paraît évident.

    Enfin sur la question du don, idem. Le don est lié à la société monétaire que les autonomistes essayent d’éviter. Je crois beaucoup plus en l’épargne solidaire, où on peut soutenir des projets agricoles sans contre partie, comme par exemple via Terres de Liens.

    Pour finir sur l’idée de créer un village écologique autosuffisant : superbe idée. A voir ce qu’il y aura dedans, et surtout comment sera financé ce projet. Dommage qu’il souhaite se baser sur une économie du don. On retombe finalement dans les travers de la recherche d’autonomie.

    • Bonjour

      participer au bien commun !!! pour le moment la participation va plutôt dans les poches des banksters, des pourriticiens et de tous les vassaux à leur solde…..je me retrouve avec une dette de 40 000 euros au dessus de ma tête alors que je n’ai jamais signé de papier pour cela.. mon épouse idem… mes enfants idem……ce qui fait la modique somme de 160 000 euros.. merci pour le bien commun

  • bonsoir

    pas aussi simple que cela de limiter les gros problèmes

    Or, argent, pierres précieuses,métaux précieux, pétrole, terre, eau, pouvoir, avoir, domination, qui incitent la convoitise depuis la nuit des temps d’homosapiens destructor…..rares sont les tribus qui survivent sans vouloir s’accaparer de tous ces biens…..réduire ma surconsommation…..limiter mon pouvoir sur les autres……accepter la différence…..respecter les éléments vitaux… je m’efforce d’aller dans ce sens……
    l’humanité est dans un sacré merdier.. la belle verte mettra du temps à effacer nos conneries…..

  • logic

    savez-vous qu’il n’y a qu’une seule espèce sur terre à devoir se battre pour se nourrir et trouver un habitat?
    Et que cette espèce pourrait partager son territoire en partie égale?
    et cela ferait 25000m2 (soit 2.5ha) par individu (de terre habitable bien sur)
    Malheureusement, l’époque féodale est passée par là, et la division n’a pas été vraiment équitable!!!!
    en tous cas, une chose est sure, cette espèce doit être vraiment maso pour accepter une telle injustice depuis plusieurs millénaire!!

  • ça n’a rien d’un projet fou :-) c’est juste un écovillage de plus, comme il en existe déjà beaucoup sur, par exemple, ecovillage.org

    Attention de ne pas tomber dans le travers des énergies renouvelables et autres technologies « modernes »… un écovillage « durable » c’est un village sans électricité, sans robinets pour l’eau, etc.

    Bien sûr on peut mettre tout ça en place maintenant, mais lorsqu’il faudra remplacer tout ça dans 10, 20 ou 30 ans, l’infrastructure ne sera plus là pour le faire.

    Donc je suis les conseils de David Manise et la règle des 3… On peut survivre sans air (3min), sans température adaptée (3h), sans eau (3j), sans nourriture (3sem)…

    Gérer son air (par exemple lors d’un incendie de forêt ou d’un problème nucléaire), sa température (vêtements, logement, chauffage), son eau (récolter et purifier l’eau de pluie), et en dernier lieu sa nourriture, voilà bien un ordre de priorités qu’on ne retrouve pas souvent.

    Et quand on parle de nourriture, alors que beaucoup parle de tomates, il faut parler d’abord de calories (sélectionner les légumes qui offrent le plus de calories par m²), ensuite de protéines.

    N’oublions pas qu’il faut des graines ET du compost, sans compost pas de nourriture pour la terre et donc après un certain, les récoltes sont tellement maigres que l’on a plus pitié pour les légumes que pour soi-même.

    Ce projet est un grand pas en avant, mais il aurait fallu appliquer ce genre de démarche dans les années 70, lorsque le rapport du club de Rome a été publié… maintenant nous sommes tou(te)s tellement englués dans notre confort que nous en écarter ne fût-ce que d’un millimètre nous plonge dans le désarroi le plus total.

  • La liberté de fonctionner en parasite du système, en prétendant le changer…

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif