Mon potager à tout prix

Potager

Aujourd’hui, posséder son propre potager est devenu le symbole d’un retour à la nature. Derrière cette nouvelle mode se cachent une réhabilitation de la détente et un engouement pour les produits naturels comestibles.

Ces jardins ne servent pas uniquement à «faire joli», l’intérêt est surtout de pouvoir consommer ses propres tomates ou carottes, des légumes qui ont le goût de ceux d’antan. Ce concept du potager citadin fait de plus en plus d’adeptes. La France découvre ses délices : écoles, crèches, cliniques et grandes entreprises se convertissent. Même dans les grandes villes, cultiver son jardin devient possible. New York, par exemple, met à profit ses 3500 hectares de toits plats pour développer une agriculture urbaine.

https://www.youtube.com/watch?v=tBdZk2cOYGM

Source: News360x

 

15 commentaires

  • samlours94

    Il faut évidement avoir un jardin…pas donné à tout le monde.
    Sur mon balcon, j’en suis réduit à 3 plants de tomates et deux radis noirs …
    sniff ….:(

  • soubiemyriam

    Que la paix vous accompagne.

    Par la grâce de Dieu je n’ai pas d’argent non plus mais en m’éloignant dans la campagne j’ai pu louer une petite maison avec un jardin. ça fait trois ans que je tente de faire pousser des choses dans mon petit bout de terre!
    J’espère cette année, si Dieu veut, avoir plus que l’année précédente.
    Mon mari m’a construit une serre pour mes tomates qui sont attaquées par le mildiou chaque année.

    Cette année je laisse la nature faire. Les araignées pullules, les fourmis et toutes ses bêtes que je chassais. je m’intéresse à la permaculture pour l’année prochaine. J’aime bien l’idée d’une jungle!

  • Natacha Natacha

    On pourrait même dire
     » Mon potager n’a pas de prix  » ! :)

  • Nous (ma femme et moi) aussi on a sauté le pas et nous sommes devenus maintenant des « néo ruraux ». Nous commençons a partager notre expérience ici : http://lafermedegarou.blogspot.fr/

  • Graine de piaf Graine de piaf

    Se faire un petit bout de jardin, même avec seulement quelques gros pots, c’est un acte citoyen de rébellion contre la tyrannie que l’on nous impose en matière d’alimentation ! c’est reconquérir un peu de liberté.
    Cette année malgré la mauvaise terre de mon jardin, et avec les conseils avisés d’un super forum de jardinage, je commence à avoir de petites réussites.
    L’an dernier j’avais cultivé des pommes de terre en sac, assez productif, et que l’on peut mettre facilement sur un balcon ou une terrasse, le Net regorge de conseils à ce propos.Cette année elles sont en pleine terre.

    Là, mes radis commencent à sortir de terre, des oignons bio qui avaient déjà des tiges ont été replantés et sont vigoureux, quand aux pieds de tomates dans des pots, bien à l’abri en mon absence sous un voile d’hivernage – je me méfie du temps en montagne, surtout la nuit – je n’ai pas encore eu le temps de voir ce qu’ils donnent, mais je pense qu’ils doivent avoir un peu prospéré. Je verrai cela demain.

    Je vais mettre aussi des haricots verts et des salades à couper. Quelques fraisiers attendent d’être transplanté. J’attendais de savoir ce que les saints de glace nous réservaient.