Le Traité Transatlantique dans nos assiettes en une seule image

tafta

S’il doit y avoir une image suffisamment claire pour décrire l’horreur qui est actuellement en train de nous être imposée, c’est celle-ci!

taftaSource de l’image: Comité Stop-TAFTA via Sott.net

Soit-dit en passant: Certains considèrent peut-être que le sujet est redondant et que nous en parlons beaucoup sur le blog, mais il faut bien comprendre que le TAFTA, c’est le cancer assuré si on ne s’en tient qu’à l’alimentation, l’impact va être colossal puisque tous les droits vont être donnés aux multinationales, quand à nous, nous ne seront que plus étouffés financièrement, et quand on aura chopé un bon gros cancer, alors cela sera direct à la chimio pour terminer le travail: continuer à nous ponctionner toujours plus tout en favorisant les intérêts de groupes privés qui n’ont rien de bienveillants! Ils ont même réussi à valider le brevet sur les semences naturelles, ce n’est plus une catastrophe, ni une trahison, c’est bien au delà…

moutonsenrages3

9 commentaires

  • Voilà un tableau clair et net, qui fait froid dans le dos !
    En fait, le végétarisme a de beaux jours devant lui, sauf à aller chercher sa viande chez les petits producteurs dont on sait quelle nourriture ils donnent à leurs animaux.
    (Sachant que le végétarisme permet de nourrir beaucoup plus d’êtres humains, mais ceci est une autre histoire).

    Bien sûr, comme nous en avons parlé récemment, cela n’empêchera pas le problème des OGM et de leur dissémination, ainsi que bien d’autres problèmes.

    Un « petit » détail: pour les personnes qui vont chercher leurs oeufs à la ferme, où l’on vante les poules élevées en plein air, penser à demander à quoi sont nourris ces charmants volatiles: céréales, certes, mais de quelle provenance ? OGM ou pas OGM ?

    J’ai cherché ce que peut être la ractopamine et je tombe sur « erreur » ! Alors si quelqu’un en sait davantage…

    • Pour ma part, le fermier nourrit ses poules avec des graines … des récoltes de ses champs (pas OGM).
      Il ne donnent que très rarement des antibio et privilégie les, je cite, « recettes de grand mère » (vinaigre et autres trucs). Si jamais il est dans l’obligation de donner des antibio, il ne le remets jamais dans le circuit avant 2 ou 3 mois mais en général si ça arrive il vend pas les bêtes.
      Pareil pour les cochons à un défaut près, il ne les sort jamais de l’étable (même si ils ont des jeux dans leur étable … sisi un pneu suspendu par une chaîne !!! et ils s’éclatent !) Quand ils voient le fermier ils réagissent comme un chien qui attend son maître le soir.

      Bref, cette ferme se rapproche beaucoup de notre vision de l’alimentation telle qu’elle devrait être sur notre Terre.

      Raisonnée et raisonnable.

      La source.

    • La ractopamine

      La ractopamine est un médicament (numéro CAS : 97825-25-7), qui est aussi UTILISÉ comme additif bêta-agoniste aux porcs ou à d’autres animaux élevés pour leur viande afin d’obtenir de la viande plus MAIGRE et plus protéinée. Comme tous les bêta-agonistes, cette molécule dégrade les qualités organoleptiques de la viande en réduisant la teneur en graisse intramusculaire. Cet additif est interdit dans plus de 160 pays dont l’ensemble de l’Union Européenne, de la Chine et de la Russie.
      Les États-Unis et le Canada ont approuvé l’utilisation de la ractopamine depuis plusieurs années (2005 pour le Canada). Cependant, comme ces pays exportent de la viande de porc vers des zones ayant interdit la ractopamine (en particulier la Russie), une partie des élevages est conduite sans l’utilisation de ractopamine et un PROGRAMME de certification spécifique de la filière sans ractopamine a été mis en place7,8. Au Canada, les filières de certaines zones géographiques importantes (comprenant producteurs et abattoirs) ont entièrement cessé d’utiliser la ractopamine

  • Ce que dit Biquette est juste à propos des œufs. j’ai une voisine qui élevait des poules et vendait les œufs. Tout le monde dans le coin lui en achetait.

    Un jour, alors qu’une amie venait d’en acheter pour son arrière petite-fille âgée d’un an, et me vantait leur fraîcheur, je lui ai demandé si elle avait réfléchi à la nourriture donnée aux poules, dont graines OGM ! elle n’y avait pas pensé car les volailles étaient élevées en semi-liberté(à cause de la grippe aviaire elles n’allaient plus dans les champs et se contentaient d’un poulailler). Elle est restée saisie, mais a ajouté  » mais ce sont des œufs frais… » en fait cela lui suffisait pour garantir leur qualité !

  • Natacha

    Consom’acteurs plus que jamais, pour éviter de se souhaiter bonne chance lorsqu’on s’assied autour d’une table pour partager un repas. 🙂

  • La ractopamine est interdite dans l’Union européenne, à Taïwan ainsi qu’en Chine2 et en Russie.

    En 2012, le Codex Alimentarius a approuvé la ractopamine3 à l’issue d’un vote controversé. L’UE a ensuite réaffirmé son interdiction4.

    Alors qu’en Russie le service fédéral d’inspection vétérinaire et phytosanitaire (Rosselhoznadzor) informe les principaux exportateurs de viande de l’inadmissibilité de l’utilisation de ractopamine dans la viande et de la nécessité de présentation de certificats CONFIRMANT son absence depuis le 6 octobre 2011[réf. souhaitée], les normes sont entrées en vigueur le 7 décembre 2012, imposant le contrôle de l’absence de toute trace de ractopamine avant le déchargement de la viande de porc et de bœuf. En RÉPONSE, des autorités des États-Unis (en la personne du ministre de l’agriculture des États-Unis Tom Vislak et le représentant des États-Unis des négociations commerciales Rhone Kirk) ont accusé la Russie de violation de ses obligations à l’entrée à l’OMC