À Paris, le nombre de SDF a augmenté de 84% en dix ans

ÉTUDE – L’Insee etBillet sdf l’Atelier parisien d’urbanisme (APUR) ont publié ce jeudi le résultat de leur étude complète sur le profil des sans-domicile fixe dans l’agglomération parisienne. Si on voit que leur nombre a explosé en dix ans, on apprend également que leur profil a beaucoup changé. De plus en plus de jeunes, de femmes et de familles se retrouvent à la rue.

Ils dorment dans la rue, dans des hébergements provisoires, bénéficient de la soupe populaire ou font la manche dans les coins de rue. En 2012, les sans domicile fixe (SDF)* à Paris étaient au nombre de 28.800 dans l’agglomération parisienne : une augmentation de 84% depuis 2001. La capitale regroupe en tout près de 43% des SDF du pays. Les chiffres ont été obtenus grâce à une longue étude menée en parallèle par l’Insee et l’Apur (l’Atelier parisien d’urbanisme).

Si la précarité a explosé dans les rues de Paris, elle touche désormais des profils bien plus divers qu’il y a dix ans. Plus jeunes (23% ont moins de 30 ans) et plus féminisés (41% d’entre eux sont des femmes), les SDF sont plus régulièrement accompagnés d’enfants : 29% des personnes interrogées ont déclaré être à la rue avec des enfants. « C’est un constat simple et terrifiant, martèle Dominique Alba.

La précarité a changé de visage. » Par ailleurs, 56% des SDF sont des étrangers. « C’est notamment dû aux changements géopolitiques, par exemple dans le monde arabe », explique Dominique Alba, directrice générale de l’Apur.

Un tiers des SDF ont un emploi

Autre chiffre surprenant : un tiers de ces sans domiciles fixe ont un emploi, souvent peu qualifié et précaire. Dans un tiers des cas (28%), les personnes n’ont même pas de contrat de travail. Et seuls 20% d’entre eux touchent plus de 800 euros par mois. 21% ne disposent d’aucuns revenus.

Article complet sur Metronews.fr

 

9 commentaires

  • yoyo

    J’aurais très peur que les chiffres d’un institut national soient orientés comme l’est l’information.

    Quand à l’apur :

    http://www.apur.org/article/conseil-administration

    je ne dirai rien !

  • Berrurier

    Et dire que ce très gros problème de SDF (qui peut arriver à tous ne l’oublions pas) est parfois traité avec indifférence voire pire avec mépris pour certains qui osent dire que c’est bien fait pour eux ou autres « gentillesses » de cet acabit. Ceux qui osent parler ainsi ne savent rien de la vie. Les chiffres sont surement bidouillés pour les minimiser. Hélas ce problème sociétal ne sera jamais réglé avec les politiques qui sont faites par ces pourriticiens qui ne pensent qu’à eux et à leurs maitres les banksters. Souhaitons, encore une fois, que le système tel que nous le connaissons à ce jour se casse la figure et que nous puissions partir sur un système où les mots Liberté, Égalité et surtout Fraternité ne seront pas des mots creux et vides de sens comme ils le sont de nos jours.

  • Grand marabout 3.0.1 Grand marabout 3.0.1

    on aurait pas aussi le pourcentage des pseudo politiciens qui ont augmenté la masse d’incapable déjà existant ?

    moi j’ai l’impression qu’ils se reproduisent comme une colonie de criquet

    http://www.youtube.com/watch?v=5x4frg-iCTc

  • Thierry92 Thierry92

    Je ne crois pas en la véracité de ces chiffres.

    Parti dans la Sarthe, j’ai vu le nombre des SDF plus que doubler en sept ans.
    Par rapport a 2002/2003 le chiffre a plus que triplé. mais la journée on les refoulent vers la banlieue.

  • robertespierre

    Les SDF de Paris m’ont dit être prêts à déverser le maximum d’huiles usagées
    SUR LE PERIPHERIQUE

    roulez prudemment

  • eructite eructite

    Ces chiffres ne prennent pas en compte les gens qui vivent dans des camions, des roulottes ( rigolez pas y’en a encore pas mal ), qui sont logés dans moins de 9 m² et surtout ne concerne que la métropole parisienne. Jetez un œil du côté de Marseille, Lyon, Bordeaux, Nantes, Lille, Rouen, Strasbourg…

    Pour les SDF prêts à déverser de l’huile usagée sur le périph’ faut qu’ils réfléchissent 3 secondes ( et demi à la rigueur ). Qui vont ils sensibiliser à leur détresse avec des méthodes comme celles-ci ? Combien de personnes vont ils se mettre à dos alors qu’ils auraient besoin de solidarité ?