Accueil » Argent et politique, complots et théories, Géopolitique, Manipulation » Le document secret qui prouve que le « printemps arabe » a été provoqué par les Etats-Unis

Le document secret qui prouve que le « printemps arabe » a été provoqué par les Etats-Unis

Pour ceux qui suivent le blog depuis longtemps, ce n’est aucunement une découverte, ces faits étaient déjà évoqués depuis longtemps, tout cela n’est arrive que par ce que les Etats-Unis l’ont décidé et qui souhaitaient mettre en place des pions dociles.

Un document rendu public par un think tank américainstock-photo-the-usa-flag-painted-on-cracked-ground-with-vignette-with-dirty-oil-footprint-over-it-112766521 révèle que le «printemps arabe» est loin d’être un mouvement spontané de populations avides de changements politiques, mais bel et bien une reconfiguration mûrement réfléchie et orchestrée par l’administration américaine.

L’organisation Middle East Briefing (MEB), qui se base sur un rapport officiel du département d’Etat américain, confirme l’implication de la Maison-Blanche dans les «révolutions» ayant secoué de nombreux pays dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Le document en question, qui date du 22 octobre 2010 et intitulé «Middle East Partnership Initiative : Overview», est confidentiel et le MEB n’a réussi à le consulter que grâce à la loi Freedom of information Act.

Le pays de l’Oncle Sam a concocté dans ses officines de nombreuses stratégies pour défaire les régimes dans les pays ciblés en s’appuyant sur «la société civile» qu’il arrive à contrôler après avoir effectué un travail de fond sur les organisations non gouvernementales (ONG). L’approche américaine consiste à manipuler ces ONG pour qu’elles s’inscrivent en droite ligne de sa politique étrangère et de ses objectifs en matière de sécurité interne, note MEB.

«The Middle East Partnership Initiative (MEPI) est un programme régional qui renforce les citoyens du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord afin de développer des sociétés plurielles, participatives et prospères. Comme le démontrent les chiffres fournis dans cette évaluation, le MEPI a évolué depuis son lancement en 2002 pour devenir un outil flexible dans la région pour un appui direct aux sociétés civiles autochtones, appui qui est intégré dans la diplomatie du gouvernement américain dans la région», peut-on lire dans le rapport du département d’Etat qui use et abuse du langage diplomatique pour masquer la nature hégémonique de cette initiative.

Dans la section intitulée «comment le MEPI fonctionne», il y est clairement expliqué que les principaux objectifs du MEPI sont de «constituer des réseaux de réformateurs qui échangeront leurs connaissances et s’entraideront, et de catalyser le changement dans la région ».

La subversion financée par les ambassades américaines

L’administration Obama ne lésine pas sur les moyens pour réussir son ingérence dans les affaires internes des pays en point de mire. Les subventions locales «apportent un soutien direct à des groupes de citoyens autochtones, et représentent désormais plus de la moitié des projets de MEPI», note le rapport. «Des agents désignés dans les ambassades américaines gèrent le financement et sont en liaison directe avec les différentes ONG et les groupes composant la société civile» qui bénéficient de ces subventions.

«Les projets spécifiques aux pays visent à répondre aux besoins locaux en matière de développement tels qu’identifiés par les ambassades, les réformateurs locaux et notre propre analyse du terrain. Les développements politiques dans un pays peuvent induire de nouvelles opportunités et de nouveaux défis pour la réalisation des objectifs de la politique du gouvernement américain, et le MEPI va transférer les fonds nécessaires pour répondre à ces besoins», souligne-t-on encore. Il va sans dire que les initiateurs de ce programme zappent les institutions locales et les gouvernements. Il y est en effet indiqué que le MEPI a pour seuls interlocuteurs les acteurs de la société civile à travers les ONG parties prenantes basées aux Etats-Unis et dans la région concernée. «Le MEPI ne fournit pas des fonds aux gouvernements étrangers et ne négocie pas des accords d’assistance bilatéraux», relève le rapport. Selon MEB, le document énumère une liste de pays ciblés en priorité par les desseins inavoués de l’establishment américain. Il s’agit du Yémen, l’Arabie Saoudite, la Tunisie, l’Egypte et le Bahreïn. La Libye et la Syrie ont été ajoutées une année après l’élaboration de ce rapport du département d’Etat.

Pour ce qui est de l’Egypte, on y apprend que l’administration américaine misait sur le mouvement des Frères musulmans, jugé compatible avec la politique étrangère du gouvernement américain. L’administration d’Obama assure même «le service après-vente» de «ces révolutions» qui participent à remodeler le «Grand Moyen-Orient» selon la vision américaine. Un bureau de coordonnateur spécial des transitions dans le Moyen-Orient a été créé en septembre 2011. William B. Taylor a été nommé à sa tête. Ce diplomate s’y connaît en révolution, puisqu’il était l’ambassadeur des Etats-Unis en Ukraine durant «la révolution orange», de 2006 à 2009. Selon le rapport du département d’Etat, le bureau du coordonnateur spécial des transitions dans le Moyen-Orient coordonne l’assistance du gouvernement américain «aux démocraties naissantes» dans la région du Moyen-Orient et en Afrique du Nord, dont l’Egypte, la Tunisie et la Libye.

Source: Algérie patriotique via fr.sott.net

 

3 réponses à Le document secret qui prouve que le « printemps arabe » a été provoqué par les Etats-Unis

  1. Ma parole font vraiment ce qu’ils veulent, eux, y’a donc personne qui va les stopper ?

  2. Et le printemps francais ?
    Il s’agit de préparer la guerre civile, comme ils faisaient pendant la guerre d’Algérie :

    « C’est à un jeu dangereux que se livre l’Ambassade des Etats-Unis en France en invitant systématiquement les jeunes leaders issus de l’immigration dans les banlieues « sensibles », à rencontrer un de ses agents. Une partie d’entre eux se verra proposer un séjour aux Etats-Unis. »

    « Le rapport du département d’Etat du 17 novembre 2010 publié par Wikileaks confirme que ces agissements entrent dans une stratégie d’ensemble visant les « minorités », spécialement « les musulmans », en vue de porter remède à la prétendue « crise de la représentation en France », cela par « un programme agressif de mobilisation de la jeunesse ». « Notre but est d’engager la population française, à tous les niveaux, en vue d’amplifier les efforts de la France pour réaliser ses idéaux égalitaires, et, par là, de promouvoir les intérêts nationaux américains ». L’ambassade ambitionne même de modifier notre mémoire nationale : « De plus, nous continuerons notre travail avec les musées français et les enseignants pour réformer le programme d’histoire enseigné dans les écoles françaises, pour qu’ils prennent en compte le rôle et les perspectives des minorités dans l’histoire de France. » »
    « La « Stratégie d’engagement pour les minorités » est sous-tendue par le préjugé largement répandu outre-Atlantique que la France est un pays raciste, incapable de résoudre lui-même ses problèmes d’intégration. Un préjugé que, n’en doutons pas, l’ambassade ne manque pas d’inculquer aux Young leaders qu’elle reçoit. »

    Comme si Rhône-Alpes était Haïti, Jean-Jack Queyranne, président socialiste de cette région, signe avec le consulat des Etats-Unis un accord de coopération pour venir en aide aux banlieues de Lyon.

    V