Le code génétique a été violé avec succès. L’ADN ne sera plus jamais ce qu’il a été…

Un pas de plus vient d’être franchit dans la manipulation du vivant. Doit on s’en réjouir? Je ne pense pas, mais ce n’est que mon avis. Ça pourrait être la porte ouverte pour l’acceptation des OGM par exemple, puisque si j’ai bien compris, cette manipulation génétique, ne permettrait pas la contamination croisée avec des plants indigènes, du fait de l’impossibilité des gènes synthétiques ajoutés, à se dupliquer dans un organisme normal n’en possédant pas (j’extrapole?)… Les chercheurs sont confiants  sur la multitude d’applications, que cette « violation » du code génétique laisse présager.. En attendant les vrais « Aliens »  (s’ils existent)  jouons les Démiurges et créons les…..

La bactérie «Escherichia Coli » a été modifiée par des chercheurs californiens pour pouvoir intégrer dans son génome deux nouvelles bases synthétiques, qui sont maintenues de génération en génération. (123RF)

Voici ce que nous dit Jean Yves Nau, journaliste et docteur en médecine.

Bonjour

Des biologistes californiens viennent d’annoncer avoir créé une bactérie dotée d’un code génétique d’un nouveau genre, inventé par l’homme. Un autre alphabet, enrichi, de la vie. Une prouesse technique ?  Une folie demain incontrôlable ? « First life with “ alien” DNA » titre  Nature qui publie cette première. La revue ajoute : An engineered bacterium is able to copy DNA that contains unnatural genetic letters.

L’anglais est toujours plus performant pour dire, synthétiquement, l’effrayant. « Scientists Add Letters to DNA’s Alphabet, Raising Hope and Fear » ajoute The New York Times (Andrew  Pollack) (voir ici)

Historique

A l’exception du Monde  et de Slate.fr  (disclaimer) les médias français ne se sont guère intéressés au sujet. Pont du 8 mai ?  Pour l’heure, retenez ces noms : Denis A. Malyshev et Floyd Romesberg. Ces biologistes travaillent au Scripps Research Institute de La Jolla (Californie). Avec six de leurs collègues ils annoncent avoir franchi une nouvelle étape, historique, dans la manipulation du vivant. Cette équipe signe donc dans Nature  une communication qui pourrait faire date dans l’histoire de la biologie (1).

Ils annoncent la création d’une bactérie porteuse d’un patrimoine génétique qui n’a jamais existé depuis le début de la vie sur la Terre : une bactérie dont le code génétique n’est plus seulement constitué des « quatre lettres  de l’alphabet du vivant » : les quatre « bases azotées » A, T, C, G structurant la célèbre hélice de l’ADN. Mais une bactérie comportant en son sein ces quatre « lettres » associées à deux autres, synthétiques, créées par les chercheurs américains. Il faudra bien vite écrire une suite à Gattaca.

Bactéries « augmentées »

 

En pratique l’équipe américaine annonce avoir réussi à intégrer dans le génome d’une Escherichia coli, une nouvelle paire de bases baptisées  « d5SICS » et « dNaM ». La prouesse technique réside dans le fait que ces deux éléments ont non seulement été « tolérés » par Escherischia coli mais que cette bactérie les a intégré au sein de son propre mécanisme de reproduction d’elle-même. En d’autres termes ces structures artificielles sont présentes dans la quasi-totalité de la descendance des bactéries artificiellement « augmentées ».  C’est cette transmission au fil de la réplication bactérienne qui constitue une  première.

L’affaire couvait de longue date. Il y a treize ans précisément  (Science du 20 avril 2001) nous découvrions les travaux de l’équipe américaine dirigée par Peter G. Schultz (Scripps Research Institute de La Jolla, déjà) et de celle, franco-américaine, dirigée par Philippe Marlière, fondateur de la société Evologic. Ces chercheurs étaient parvenus à créer, de deux manières différentes, une Escherichia coli ne correspondant plus vraiment aux règles du code génétique naturel, et contenant, en son sein, un acide aminé modifié.

Greffe synthétique

Le résultat d’aujourd’hui n’a été obtenu qu’au prix d’une succession de manipulations complexes. Il s’agissait en substance d’obtenir que ce microorganisme fruit d’une très longue évolution « accepte » cette greffe synthétique de nouvelles « lettres » du vivant.  Pour l’heure ces lettres sont tolérées au sein du vivant bactérien, ce qui constitue en soi un événement.

L’étape suivant, plus attendue encore, est de savoir si cette greffe s’intègrera pleinement dans l’intimité de la machinerie bactérienne et comment elle en modifiera le sens et les fonctions. Une intégration qui se transmettra d’elle-même. Que restera-t-il alors de l’antique Escherischia coli et quels seront les profils et les performances  des nouvelles Escherischia coli « augmentées » ?

Biologie réinventée

Il ne s’agit plus ici  d’une simple « recombinaison » de fragments de génomes créés à partir d’un alphabet du vivant, alphabet tenu jusqu’ici pour universel et indépassable. Il s’agit bien au contraire de la création d’une vie bactérienne nouvelle à partir d’un alphabet « enrichi » de deux nouvelles « bases ». De ce point de vue les perspectives ouvertes sont considérables, enthousiasmantes pour les uns, potentiellement effrayantes pour d’autres. Ces travaux réactivent à quarante de distance et sur une toute autre échelle les angoisses nées avec l’émergence des nouvelles techniques dite de « génie génétique » qui ont donné naissance aux OGM.

La publication de Nature pourrait bien être l’étape précédant une sorte de biologie réinventée, complétée, renouvelée par l’homme. Deux écoles s’opposent déjà. Pour les uns on peut voir là un Eldorado avec d’innombrables applications dans les champs environnementaux, énergétiques ou médicaux. Pour les autres il faudra vite déchanter quant aux applications commerciales.

Démiurge

Il semble clair, en revanche que l’homme a créé là des microorganismes bactériens qui pourront pianoter sur un nouveau clavier, infiniment plus large, de son métabolisme et de sa reproduction ; des microorganismes à mi chemin du naturel et de l’artificiel, aux frontières du « paranaturel » ; des bactéries comme frankensteinisées. On parle déjà ici de xénobiologie. Le chercheur français Philippe Marlière   voit la xébobiologie  comme la discipline qui verra la création de formes de vie radicalement étrangères à celles connues sur Terre, qu’il s’agisse de la chimie ou du codage génétique.

« Les travaux de Denis A. Malyshev et Floyd Romesberg  constituent le franchissement d’un « cap symbolique historique, a-t-il déclaré au Monde. Une troisième paire de bases entièrement artificielle a pu être répliquée in vivo. Il ne s’agit que de quelques générations dans une bactérie, mais le Rubicon est franchi. » M. Marlière ne dit pas ce qui attend l’homme sur l’autre rive du Rubicon. Ni ce qui, généralement, attend le démiurge au tournant.

A demain

(1)    A semi-synthetic organism with an expanded genetic alphabetDenis A. MalyshevKirandeep Dhami,Thomas Lavergne,Tingjian Chen,Nan Dai,Jeremy M. Foster,Ivan R. Corrêa & Floyd E. Romesberg Nature (2014 )doi:10.1038/nature13314

Auteur Jean Yves Nau

Source: Jeanyvesnau.com

 

Sur le même sujet:

L’alphabet génétique revisité   LeTemps.ch

Le premier organisme semi-synthétique avec un ADN artificiel est créé   L’Express.fr

Deux nouvelles lettre dans l’alphabet de la vie  sur ici.Radio-Canada.ca

21 commentaires

  • yannick511

    Super, et ils ont dit quel était le but précis de tout ça, ils ont eu l’accord de la communauté humaine pour faire ça ?
    Non, en tant que scientifiques ils n’agissent pas pour l’homme, mais pour la science, à qui tout peut être sacrifié.

    • « l’accord de la communauté humaine »

      LaWl

      • yannick511

        Ne fais pas semblant de ne pas comprendre. Ils manipulent la vie mais par qui sont-ils mandatés pour accomplir cela ? Au nom de qui agissent-ils ? D’eux-mêmes ? Personne ne retiendra leur nom contrairement à ce qui est dit, qui se souvient du nom du scientifique qui a cloné Dolly ? La science est autonome à présent, tout se fait en SON nom, les humains s’y subordonnent anonymement. On n’est plus à l’époque des inventeurs, l’homme s’est éclipsé devant le Progrès (qui n’est plus jamais moral à présent).
        Quand y a-t’il eu l’expression démocratique d’une communauté (même scientifique d’ailleurs) pour dire oui vous pouvez faire ça ? Jamais. Y aura-t-il l’expression d’une communauté pour dire oui vous pouvez utiliser cette technique? Pas d’avantage. On a mis la science sur un trône, plus haut que l’homme, hors de portée de toute démocratie.

    • voltigeur voltigeur

      Portes ouvertes à de nouveaux médicaments et d’autres formes de nanotechnologies.. ♥♥

      • yannick511

        C’est exactement ça, rien de concret. On croirait un programme politique.
        Auparavant, on identifiait précisément un problème, et on mettait en oeuvre les connaissances pour arriver à le résoudre, c’était la démarche scientifique. A présent, on navigue dans le vague, on « ouvre des portes » (ou plutôt on les enfonce vu que cela est fait sans mandat démocratique), et on laisse la maison humaine ouverte à tous les vents du délire scientifique. On n’est dans plus dans une science au service de l’homme, mais dans l’homme au service de la science.
        « Il me semble que le progrès technique sert surtout, aujourd’hui, à surmonter les inconvénients qu’il engendre » Claude Lévi-Strauss

    • ConscienceU12 ConscienceU12

      Il est évident que leurs recherches n’ont jamais été faites pour bien de l’homme, mais simplement pour leurs propres intérêts cupides et malhonnêtes; ya qu’à voir pour la recherche contre le cancer: http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-cancer-le-remede-oublie-123565268.html ces gens là ne sont que de vulgaires apprentis sorciers à la connerie démesurée, et à la solde des fous qui les finances et qui veulent jouer les dieux sur cette planète, et pi c’est tout !

    • Planete bleu Planete bleu

      Vers qu’elle désastre vont-ils nous entraîner? On a pas le droit de jouer au apprentis sorcier avec le vivant. Au nom de la science ils sont près à faire n’importe quoi, sans se préoccuper des conséquences.

  • @ tous
    parce que vous croyez qu’ils ont besoin d’autorisation pour pratiquer leurs manipulations génétiques
    Ca fait longtemps qu’ils ont des décennies d’avance sur ce qui est instillé au compte goutte dans les médias

  • proutor

    salut à tous les moutons.
    en préambule je précise que j’ai un master en biologie moléculaire mais que j’ai claqué la porte des labos pour m’occuper de mes abeilles :)

    Pour l’instant c’est une prouesse technique. Il y a 2 nouvelles lettres dans le texte génétique mais elles ne veulent rien dire dans ce language et ne sauraient être fabriquées par le vivant.

    A titre perso je ne vois pour l’instant que des applications hyper fondamentales …
    Vos craintes envers certaines pratiques scientifiques sont fondées mais là ça ne me semble pas justifié.
    A force d’utiliser les connaissances pour faire accepter l’inacceptable ( OGM, CHimio, trop de vaccin…), il est logique d’arriver à une craintes de la science alors que le probleme à toujours était ce qu’on en fait !

    ex : l’insuline est produit par des levures OGM depuis longtemps et ca marche mieux que l’insuline de porc pour les diabetiques !

  • Lionel

    Je suis de l’avis de Yannick511, les sciences fondamentales et la recherche ont disparu, disparition provoquée et voulue au prétexte que la recherche fondamentale est trop coûteuse alors ils rentabilisent tout ce qui traîne dans les fonds de tiroirs depuis des années, pour lesquels des fonds ont été débloqués et dont on ne sait pas quelle utilisation on pourrait en faire.
    Ce qui conduit les transnationales à chercher tout bêtement à quoi ça peut bien servir.
    Ils font la même chose avec d’anciennes molécules passées au domaine public afin de redéposer un brevet sur un produit obsolète…
    La question de ces Chimères ( au sens strict ! ) réside bien dans l’intention et il n’y a pas de doute cette intention est identique aux autres, il ne s’agit pas de faire progresser la science au service de l’Humanité, ce qui est son rôle, mais de produire toujours plus de plus-value, plus de richesses monétaires.
    Il ne s’agit pas de sciences nobles mais de sciences totalement dépendantes et au service de la technologie qui est elle-même au service du néolibéralisme.
    Le néolibéralisme ne peut se contenter de la main-d’œuvre Humaine, elle ne peut dépasser un seuil de rentabilité.
    Au contraire, la technologie permet de dépasser la notion de temps, les machines sont toujours plus performantes en termes de temps, donc de rendements et de ce fait sont de moins en moins coûteuses en manufacture, en usage et en entretien ( cette fameuse obsolescence programmée qui fait qu’il est plus coûteux de faire réparer que d’en acheter une neuve ).
    Avec cette application, désormais nous sommes Dieu !
    Et c’est là qu’il faut avoir peur, E. Coli n’est que le résultat de labo expérimental, donc une phase séductrice pour tout public.
    Mais un des objectifs finaux ne serait-il pas d’éradiquer toute forme de vie naturelle dont dépend l’alimentation humaine au profit des plantes et autres organismes vivants brevetés qui nous rendrait totalement dépendants des transnationales.
    C’est le pouvoir absolu, le contrôle de la vie par le contrôle de la Vie, j’ai dévoré de la SF mais jamais je n’ai lu un tel scénario, dans les bouquins ils se contentaient de féconder une exo-planète !
    Alors Proutor, imagines un peu tes abeilles remplacées irréversiblement par des abeilles mutées qui se passeraient de tes services et même qui n’auraient besoin que de sirop de glucose !!!….
    D’autres seraient consacrées à d’autres tâches mais plus aucune ne serait dépendante d’un saloperie de fleur qui donne tant de soucis et ne répond pas aux ordres.
    Nous ignorons de quelle manière précise notre système fonctionne et comme beaucoup nous échappe et que nous ne pensons que richesses, pour nous venger et travailler notre égo nous crachons sur ce qui existe mais nous échappe et fabriquons ce qu’un bon logiciel sait faire ( il faut replacer les choses, les gugus qui ont commis ce forfait n’ont fait que donner des ordres de programmation, ils ne se sont pas esquinté les yeux sur des paillasses et des microscopes !
    Alors c’est ça qu’on appelle « Science » ?
    Proutor, si tu ne connais pas, je te conseilles d’aller faire un tour sur le site de Pièce et Main-d’Œuvre, c’est de haute tenue et avec un regard critique sur les sciences par des scientifiques.
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?rubrique2
    Donc oui, la science doit à tout prix être contenue et contrôlée, commanditée par des consultations populaires, seules garanties démocratique et contre les dérives fascisantes qui sont aujourd’hui légions !

  • fanfantôme

    Un article intéressant sur l’adn fantôme et ses possibilités, l’article est un peu long mais lourd de sens, pour plus d’information recherchez sur google adn fantôme hyper communication, bonne recherche :http://www.rentrer.fr/archives/2012/11/28/25670697.html

  • log4rithme log4rithme

    On va se retrouver comme dans l’univers de star trek : la course à l’homme augmenté (de plus la 3ème guerre mondiale débute en 2023 à cause de ça)
    http://en.memory-alpha.org/wiki/World_War_III

    était-ce une prémonition de l’auteur seul l’avenir nous le dira