Flashback: Heliofant I, pet goat II

Le nombre de documents et d’information est tellement colossal sur internet que nous avons parfois beaucoup de difficultés à n’en retenir ne serait-ce qu’une petite partie. Il y a pourtant certaines perles à ne pas oublier, et cette animation en 3D en fait partie. Elle est exceptionnelle! Le nombre de symboles, la réalisation autant parfaite que fantasmagorique, le factuel comme le prophétique de retranscrit, cette vidéo est irréprochable en tout point. Pourtant, deux ans après, elle est pratiquement oubliée de tous…

Pour ceux qui ne connaissent pas, cette vidéo fait partie de celles à voir absolument au moins une fois, et pour ceux qui la connaissent déjà, un rappel de l’intégralité des symboles est fait en fin d’article.

Pet I goat II

http://www.youtube.com/watch?v=Jl_se4oqvVU

Après avoir vu la vidéo, il y en a beaucoup qui pourraient dire quelque chose du style  »Que diable ai-je donc vu ? ». L’histoire est quelque peu non-linéaire et il y a de nombreux éléments cryptés et énigmatiques dans le film. Je ne veux pas prétendre à un décodage complet de toute la trame bourrée de symboles de la vidéo, mais pas mal de messages sont facilement compréhensibles grâce à un symbolisme plutôt lourdement appuyé.
En général, le film semble concerner le climat politique et social de la dernière décennie – avec les présidents-marionnettes, le terrorisme sous fausse bannière et les sorciers du contrôle mental. Ensuite, avec à la suite une figure du Christ, nous abandonnons toute tristesse pour entrer dans une nouvelle ère lumineuse. En bref, l’histoire parle du triomphe de l’illumination spirituelle sur les forces de l’ombre. Regardons le film et certains de ses nombreux détails.

I, Pet Goat II

La première scène est déjà pleine de symbolisme.
La vidéo commence par une scène intéressante : une chèvre dans une caisse qui semble faire partie d’un camp de détention (FEMA). La chèvre a un code-barre sur la tête avec en dessous les chiffres 6 6 6. Si I, Pet Goat parle de libération des forces de l’ombre, cette première scène semble dépeindre l’opposé exact. Cette chèvre représente-t-elle ceux qui ont été  »mis en boîte », munis d’un code-barre et ayant subi un lavage de cerveau par un système corrompu ? L’usage du pronom  »I » (Moi) dans le titre implique que la chèvre pourrait être, en fait, le spectateur lui-même.
Le spectacle de marionnettes qu’est la politique

Dans la première partie de la vidéo, un montreur de marionnettes caché contrôle George  »Dubya » Bush dans une classe. Quand les avions ont frappé le World Trade Center en septembre 2001, Bush se trouvait à l’intérieur d’une classe à lire le livre My Pet Goat aux enfants. Le plancher maçonnique en forme d’échiquier de la classe pourrait signifier que toute cette comédie comportait une composante rituelle.

Bush porte un bonnet d’âne, ce chapeau conique qu’on donnait aux élèves  »plus lents » pour les humilier. Quand Bush est montré faisant le pitre, il se transforme en Obama, homme distingué et séducteur portant une coiffe de diplômé. Il commence gentil et aimable, mais il se met à se moquer de l’audience. Alors qu’il est apparu comme la réponse parfaite à l’idiotie de l’ère Bush, un fait demeure : il n’est qu’une autre marionnette contrôlée par le même montreur de marionnettes.
Alors que presque toute l’audience est totalement ignorante de ce qu’il se passe, une fillette ne se laisse pas avoir.

Nous sommes ensuite emmenés dans le monde extérieur froid et enneigé qui entoure l’école. Sur un mur, il y a un graffiti avec un important message derrière.
 Le verset biblique auquel se réfère le graffiti semble prédire le voyage dans lequel s’apprêtent à embarquer les spectateurs.

Le Seigneur est mon berger, je ne manque de rien. Il me fait reposer dans les verts pâturages, il me conduit vers des eaux tranquilles, il redonne du sens à mon âme. Il me guide sur les sentiers de la justice par Son Nom. Même si je marche dans la vallée de l’ombre de la mort je ne craindrai aucun mal, car tu es avec moi ; ta houlette et ton bâton, voilà mon réconfort. Tu dresses devant moi une table en présence de mes adversaires. Tu oins ma tête d’huile ; ma coupe déborde. Ta bonté et ton amour m’accompagneront avec certitude tout au long de ma vie et je reviendrai dans la maison du Seigneur pour toujours.

– Psaume de David 23

Un monde en décrépitude

Le monde extérieur est sombre, froid et littéralement tombe en ruine. C’est triste, gangrené et tout tremble et se désagrège.

À un moment, deux tours – réminiscence du WTC – s’écroulent. Nous apprenons ensuite que c’était un travail programmé de l’intérieur.

Pendant que du pétrole fuit de partout, une étoile à 6 branches apparaît sous la statue de la Liberté, renommée par les auteurs du film  »Lady of Helotry » ( »helotry » signifie servage ou esclavage = Notre-Dame de l’esclavage).
Alors que le monde s’écroule, de nombreuses institutions désuètes disparaissent ou sont détruites.
 Le contrôle des masses

Le monde est sous le charme d’un magicien noir nommé Drako. Selon les auteurs du film, Drako est :

 »Un sorcier, une main invisible et un esprit de folie qui cherche encore plus de pouvoir par fourberie, mensonges, empoisonnements, événements sous fausse bannière, guerres, et des montagnes de structures bureaucratiques et légales pour pomper l’énergie des terriens. Il craint la lumière du jour comme il craint la vie tout court et fonctionne dans l’ombre. Son plus grand pouvoir est sa main-mise sur l’émission de monnaie. »

Cela fait-il penser à ceux que nous appelons Illuminati ? Oui, c’est exact.
De la même manière que les Illuminati cherchent à faire un lavage de cerveau aux enfants dès leur naissance, Drako se préoccupe de cet enfant à naître nommé Ludovic.

Quand l’oeuf a éclos et que l’enfant est né, Drako prend littéralement le contrôle de son esprit d’une manière effrayante et parasite.

Le libérateur

Au milieu de ce chaos, un personnage émerge avec le pouvoir de tout rendre juste.

Le personnage ressemblant au Christ possède un troisième œil peint juste sur la glande pinéale, ce qui ramène au concept de l’illumination spirituelle. Le triangle au-dessus de l’oeil représente la divinité et cette illumination met en contact avec sa propre nature divine. Les symboles sur le front du Christ sont en totale opposition avec la pyramide sur le menton de Drako. Alors que les deux personnages portent des symboles semblables sur leur visage, le Christ les porte  »droits » et Drako les porte renversés/inversés, signifiant qu’il (et les Illuminati) a corrompu ces anciens symboles.
Nommé par les auteurs de la vidéo  »Le Feu de la Vérité », le personnage du Christ ne signifie pas que c’est Jésus Christ lui-même, mais une représentation du concept du Christ intérieur comme défini par les gnostiques. Selon ce courant ésotérique de la chrétienté, le Christ intérieur est le potentiel en chacun pour atteindre la divinité par l’illumination spirituelle. Sur le site d’Héliofant, le Feu de la Vérité est décrit ainsi :

C’est TOI !!! quand tu résides dans la conscience de ton fils avec le Divin et la fraternité de l’humanité !!! »

Quand la figure de Christ souffle le Feu de la Vérité sur le monde, certains personnage opprimés ou en détresse reviennent à la vie, comme Ludovic, l’enfant enfermé dans l’oeuf. De même, Aali, un petit garçon musulman qui semblait meurtri et mort, ressuscite.

Le petit garçon exécute l’ancien art du tournoiement soufi, qui est pratiqué par les derviches soufis de l’ordre de Mevlevi. Les derviches constituent un ancien courant ésotérique de l’Islam.

 »Les mystères de la foi islamique sont aujourd’hui détenus par les derviches – des hommes qui, en renonçant aux mondanités, ont résisté à l’épreuve des mille et un jours de tentation. On croit que Jelal-ud-din, le grand poète et philosophe persan soufi, aurait fondé l’ordre de Mevlevi, ou  »derviches tourneurs » dont la signification exotérique des mouvements est le déplacement des corps célestes et dont la signification ésotérique résulte dans l’établissement d’un rythme qui stimule les centres de la conscience spirituelle dans le corps du danseur. »

– Manly P. Hall, The Secret Teachings of All Ages (enseignements secrets de tous les âges)

La renaissance du garçon musulman en un derviche tourneur signale qu’il y a un lien entre lui et le Christ intérieur : les deux représentent l’initiation dans les écoles ésotériques, qui ont toutes le même but – le contact avec la divinité par l’illumination spirituelle. D’autres religions avec des courants ésotériques souterrains telle que l’hindouisme (représenté par Shiva qui danse) sont également représentées dans le film.
Quand la figure du Christ sort de la cathédrale, le bâtiment (gardé par une gargouille d’apparence mauvaise) tombe en morceaux derrière lui.

Alors que le jour fait place à la nuit, la figure christique ouvre ses yeux ardents et navigue vers le soleil. Des fleurs de lotus, symboles d’illumination spirituelle dans la philosophie orientale, apparaissent derrière lui, confirmant aux spectateurs que le chemin vers la liberté est vraiment spirituel.

Source et article complet: BBB

 

8 commentaires